Samedi 19 Août 2017
(L'Essor 02/08/17)
Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le général de brigade Salif Traoré, a présidé, hier, la cérémonie de sortie du contingent 2016-2017 de l’École nationale de police. L’événement, qui s’est déroulé sur le terrain des sports de l’École nationale de police, a enregistré la présence de plusieurs membres du gouvernement, du directeur général de la police, Moussa Ag Infahi, des représentants du corps diplomatique et des parents des récipiendaires. Le contingent 2016-2017 de l’École nationale de police est composé de 2180 sous-officiers (dont 223 personnels féminins), 9 élèves inspecteurs de police (dont 2 femmes) et 16 élèves commissaires de police (dont 3 personnels féminins). C’est le 4 avril 2016 qu’avait commencé la formation commune de base...
(AFP 01/08/17)
La ministre française des Armées, Florence Parly, a affirmé lundi à Niamey que la force des pays du G5 Sahel "trouvera la solution aux problèmes" des attaques jihadistes récurrentes dans la région et bénéficiera du soutien de l'opération française Barkhane. "Nous sommes convaincus que c'est la force conjointe du G5 Sahel qui trouvera la solution aux problèmes (des attaques jihadistes) de la région", a souligné Mme Parly, qui a visité le nouveau Poste de commandement (PC) de la force que sont en train de mettre sur pied les Tchad, Niger, Mali, Burkina Faso et Mauritanie, dans une des plus grandes casernes de Niamey. Florence Parly qui venait du Tchad a effectué cette visite avec son homologue allemande Ursula von der...
(RFI 01/08/17)
Le président malien IBK a entamé à Bamako une série de rencontres avec la classe politique et la société civile. Entre autres sujets abordés, la vie de la nation et le référendum sur le nouveau projet de Constitution. Lundi 31 juillet, il a reçu des partis de la mouvance, mais quelques jours avant, c’est le chef de l’opposition qui a été reçu. « Très bonne ambiance de discussions », commente l’ancien Premier ministre malien Moussa Mara. Il fait partie des responsables de formation de la majorité présidentielle qui ont été reçus ce lundi par le chef de l’Etat malien. La révision constitutionnelle était notamment au centre des discussions. Les interlocuteurs du président IBK ont vivement souhaité le renvoi du projet...
(RFI 01/08/17)
La ministre française des Armées et son homologue de la Défense allemande sont au Mali ce 1er août. Le cœur des discussions va tourner autour de la nouvelle force du G5 Sahel. Sa mise en place se poursuit à petits pas. La force conjointe du G5 Sahel n'en est encore qu'à ses balbutiements. Le poste de commandement principal qui sera basé à Sévaré, au centre du Mali, sera inauguré à la fin du mois d'août. Deux autres postes similaires doivent encore être créés, chacun sur l'un des fuseaux dans lesquels évolueront les militaires. Pour l'instant, ce sont les procédures, l'harmonisation des modes de communications, les modalités pratiques du fonctionnement inter-armée qui sont en train d'être mises à plat. « Il...
(La Tribune 01/08/17)
Le ministre malien des Finances vient de donner son aval pour l'émission d'obligations assimilables du Trésor pour un montant indicatif de 17 milliards de Fcfa sur toute l'étendue de l'Union monétaire ouest-africaine (UMOA). Ces adjudications constituent la huitième émission de l'année 2017 du Mali, faisant de ce pays le principal animateur du marché financier sous-régional. La Direction malienne du Trésor et de la comptabilité publique se redirigera, encore une fois ce 4 août, vers le marché financier de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) pour l'adjudication d'obligations assimilables dans le but de lever 17 milliards de francs CFA. Cette émission de titres -négociables dans tous les pays membres l'UEMOA- vise à mobiliser les ressources en vue d'assurer la couverture des...
(RFI 01/08/17)
Le président de la République française, Emmanuel Macron, a reçu en audience, lundi 31 juillet, la secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean. L’occasion de revenir avec elle sur des dossiers comme la force G5 Sahel, la Centrafrique, le développement et la lutte antiterroriste. RFI : Vous venez de rencontrer le président Emmanuel Macron et vous avez abordé notamment la question des nombreuses crises africaines. Vous aviez rencontré récemment les chefs d’Etat sahéliens à Abidjan. Qu’est-ce qui va être fait pour rendre le G5 opérationnel ? Qui va mettre l’argent sur la table ? Michaëlle Jean: C’est ça l’enjeu en fait. C’est que l’Union européenne amène une contribution, mais nous savions très bien que cette contribution ne serait pas suffisante...
(L'Essor 01/08/17)
L’ouvrage de 351 pages est une œuvre de 4 auteurs dont le plus connu est l’ancien président nigérian Olusegum Obasanjo. Il se veut un projet économique pour une Afrique prospère. Le titre du livre en dit long sur son contenu. « L’Afrique en marche » est avant tout un manuel pour la réussite économique d’un continent qui a du potentiel mais demeure paradoxalement pauvre. Il a été présenté hier à l’hôtel Radisson Blu de Bamako en présence du président de la République. Sur l’estrade, Ibrahim Boubacar Keïta était entouré de l’ancien président nigérian, Olusegum Obasanjo et des autres co-auteurs du livre. Etaient également à la cérémonie de présentation, le président de l’Assemblée nationale, Issiaka Sidibé, le Premier ministre, Abdoulaye Idrissa...
(Info-Matin 01/08/17)
41 jours après l’attaque traitresse dirigée contre le campement Kangaba situé aux confins de Missabougou et à 100 jours de son avènement à la Primature, Abdoulaye Idrissa Maiga a témoigné, samedi dernier, la sympathie et la solidarité du Président IBK, du gouvernement et par-delà celles de tous les Maliens aux promoteurs de cet hôtel, victime de la barbarie et de la terreur des fous de dieu, le 18 juin dernier. Ainsi, le Premier ministre accompagné de membres du gouvernement y a offert à la presse un cocktail de l’amitié. Le Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maiga et sa délégation ont été accueillis par Mariane Montaut et ses collaborateurs au campement Kangaba ce samedi, dans un cadre hautement symbolique, témoignant l’expression de...
(L'Essor 01/08/17)
Partout où le général est passé, il a déploré les pertes subies par l’Armée tout en notant qu’un engagement personnel de chaque militaire est indispensable pour remonter la pente. Il a annoncé qu’un statut est en cours d’élaboration pour le personnel féminin qui représente plus de 2.300 éléments. Le chef d’Etat major général des Armées a effectué, jeudi et vendredi derniers, une visite dans les casernes de Bamako et Kati. Il était accompagné des chefs d’Etat-major et directeurs de service et de certains membres de son cabinet. Il s’agissait pour le général M’Bemba Moussa Keïta de porter sa vision et ses objectifs à la troupe, après sa prise de commandement. Il s’est successivement rendu au camp Soundjata à Kati, au...
(Procès-Verbal 01/08/17)
Le Collectif des associations de fournisseurs de l’Etat a tenu, le samedi 22 juillet à la Chambre de commerce de Bamako, une rencontre afin de dégager les voies et moyens de recouvrer ses créances sur l’Etat malien. Montant de l’ardoise: 80 milliards de FCFA ! Pour le Collectif, l’Administration étant une continuité, il est du devoir du pouvoir actuel de payer les fournisseurs. Ils sont 10 000 fournisseurs à qui l’Etat doit 80 milliards au titre de prestations diverses. Ali Traoré, membre du Collectif, explique que pour débloquer la situation, le ministère des Finances a mis en place une commission qui tarde à produire des résultats. La raison ? « Aucun fournisseur n’y figure », déplore Traoré. Le Collectif se...
(AFP 31/07/17)
La ministre française des Armées Florence Parly a commencé lundi à N'Djamena à "faire le point" avec trois des partenaires africains de la France (Tchad, Niger, Mali) sur la mise en place de la force anti-jihadistes au Sahel appuyée par Paris. "Je vais rencontrer le président nigérien et je vais visiter nos forces à Gao avec le président Ibrahim Boubacar Keita. C'est un moment très important puisque la force G5 Sahel se met en place", a-t-elle déclaré après une première rencontre avec le président tchadien Idriss Déby Itno. Les dirigeants des pays du G5 Sahel (Tchad, Niger, Mali, Burkina Faso, Mauritanie), aiguillonnés par le président français Emmanuel Macron, ont acté le 2 juillet à Bamako la constitution de cette force...
(RFI 31/07/17)
Au Mali la situation à Ménaka s'apaise peu à peu. Une partie des ex-rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad qui étaient rentrés dans la ville samedi 29 juillet sont repartis. Les activités reprennent peu à peu. Du côté du MSA, le Mouvement pour le salut de l'Azawad qui contrôle la région, on affirme ne pas vouloir s'impliquer dans un conflit fratricide. Confortés par leurs victoires militaires dans la région de Kidal, l'arrivée de la Coordination des mouvements de l'Azawad à Ménaka relève plus d'une tentative « d'impressionner l'adversaire, en l'occurrence le Gatia »...
(AFP 31/07/17)
La ministre française des Armées, Florence Parly, est arrivée dimanche au Tchad, avant de se rendre au Niger et au Mali dans le cadre d'un déplacement de deux jours dans le Sahel où elle rencontrera aussi les militaires engagés dans l'opération Barkhane. "Le commandant de la force Barkhane accueille la ministre des armées Florence Parly sur la base de N'Djaména au Tchad", selon un tweet de l'état-major des armées (EMA). Mme Parly s'entretiendra notamment au Tchad avec le président Idriss Déby, au Niger avec le président Mahamadou Issoufou et au Mali avec le président Ibrahim Boubacar Keïta, selon un communiqué du ministère. La ministre effectuera une partie de ce déplacement conjointement avec son homologue allemande, Ursula von der Leyen Mme...
(L'Essor 31/07/17)
Dès sa nomination, le chef du gouvernement s’est attelé à quatre missions essentielles : le parachèvement de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation ; l’apaisement du climat social ; la mise en œuvre du Programme présidentiel d’urgences sociales ; l’adaptation de la diplomatie aux exigences de notre place et rôle dans les questions sous-régionales, régionales et internationales. La symbolique était forte. Pour ses cent jours à la Primature, Abdoulaye Idrissa Maïga a choisi de rencontrer la presse nationale à l’auberge le « Campement Kangaba », qui se trouve à Yirimadio dans la périphérie de Bamako. Ce lieu culturel, faut-il le rappeler, a subi une attaque terroriste, il y a juste 41 jours, causant la...
(Le Republicain (ml) 31/07/17)
Depuis début juillet les regards sont tournés vers la région de Kidal où les groupes armés, la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et le Groupe d’Autodéfense Imghad et Alliés (GATIA), foulent au pied allègrement l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali auquel ils ont adhéré il y a de cela plus de deux ans à Bamako. En effet, après des combats meurtriers qui l’ont opposé au Gatia aux alentours de Kidal, la CMA a pris le contrôle de plusieurs localités (Takalot, Annafif, Tiwarghene, Amassine, Koniba…) et est entrée le vendredi dernier, sans coup férir, à Ménaka. En outre, à Kidal, la CMA pose des conditions pour le retour de l’administration malienne : la nomination d’un gouverneur neutre,...
(L'indicateur du Renouveau 31/07/17)
Dans un communiqué déposé à notre rédaction, le Procureur de la République auprès du tribunal de Grande Instance de la Commune V du district de Bamako, a informé que « les éléments de la police en faction au domicile de Madame la président de la Cour Constitutionnelle du Mali ont découvert ce jour 30 juillet 2017 aux alentours de cinq (05) heures du matin une « boite » contenant environ une vingtaine de cartouches de divers types d’armes (Pistolet mitrailleur et fusil Baïkal) ». Le communiqué continue en ajoutant qu’ « une faible quantité de ces munitions a explosé sans aucun dégât ». Aussi, « une équipe du commissariat de police du 4ème arrondissement de Bamako a été dépêchée sur...
(Le Republicain (ml) 31/07/17)
Jusque là centrées sur le retrait du projet de révision constitutionnelle, les revendications de la Plateforme « Antè A bana » ne sont plus loin d’une invitation à la démission du président de la République. Elles s’adaptent assurément à la progression de la tension autour de ce projet, dont dépend la création du Senat prévu dans l’accord de paix. La Plateforme du refus a invité le Président de la République à tirer les conséquences politiques et de droit de la violation de la constitution et du parjure, dont elle l’accuse. En annonçant qu’elle organisera une nouvelle marche, suite aux actes d’intimidation contre la liberté d’expression et d’opinion par des menaces, tentative d’assassinat, et condamnation judiciaire, la Plateforme « Antè Abanna...
(Le Republicain (ml) 31/07/17)
Le vendredi 28 juillet 2017, les avocats du Chroniqueur Ras Bath étaient face à la presse à la Maison de la presse de Bamako pour indiquer qu’ils ont fait appel contre la décision de condamnation de leur client à 12 mois de prison ferme et 100 000 FCFA d’amende prononcée par le juge du tribunal de la commune IV du district de Bamako. Selon les avocats, cet appel suspend la décision du juge du tribunal de la Commune IV jusqu’au verdict de la cour d’appel. A les en croire, juridiquement, Ras Bath, dont son retour au bercail se fera dans un plus bref délai, ne pourra être arrêté à cause de cette décision du juge du tribunal de la Commune...
(L'Essor 31/07/17)
De nombreux candidats au pèlerinage ont subi une semaine durant la formation nécessaire à un bon accomplissement du Hadj. C’était du 24 au 29 juillet à la Maison du Hadj située dans l’enceinte du Centre islamique d’Hamdallaye. La cérémonie de clôture a eu lieu samedi dernier dans l’auditorium de ladite structure, sous la présidence de Thierno Amadou Oumar Hass Diallo, le ministre des Affaires religieuses et du Culte. Cette salle de 700 places avait fait le plein. Toutes les allées et vérandas adjacentes étaient occupées uniquement par des hommes. Quant aux dames, elles étaient installées dans le hall sur des nattes. C’est devant des candidats au pèlerinage que le ministre Diallo a pris la parole, en langue nationale bamanankan, en...
(Procès-Verbal 31/07/17)
Déclarés admis au baccalauréat malien, session de juin 2017, 221 candidats des académies d’enseignement de Kati, de Diola et de Koulikoro ont été recalés une semaine plus tard. Réunis au sein d’un Collectif, les parents des candidats recalés sont décidés à ne pas se laisser faire. Accompagnés de leurs enfants, ils nous ont reçus le vendredi 28 juillet à Fana. La rencontre était présidée par Abdoulaye Konaté, porte-parole du Collectif. Le porte-parole d’une voix empreinte de tristesse, explique comment les parents ont appris l’information selon laquelle le ministère de l’Education nationale a décidé de recaler leurs enfants. Selon Konaté, tout commence le mardi 25 juillet, 6 jours après la proclamation des résultats officiels du bac. Les parents des candidats sont...

Pages