Mardi 23 Janvier 2018
(Agence Ecofin 08/01/18)
La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), à travers un communiqué sur son portail web www.bceao.int , déplore des informations malveillantes sur les réseaux sociaux tendant à faire croire à l’existence « de faux numéros de série sur les billets de 10 000 FCFA et 5 000 FCFA » et de différences sur les dimensions de ces billets. La diffusion de ces messages prend une certaine ampleur et crée déjà un début de psychose au sein des populations. La BCEAO dément formellement être à l’origine de ces informations malveillantes et rassure : « elle n’a apporté aucune modification à la gamme actuelle des billets de banque de son émission en circulation qui demeurent valides ». Pour éviter...
(AFP 07/01/18)
Trois combattants d'un groupe armé pro-gouvernemental ont été tués samedi dans le nord du Mali par des jihadistes présumés, ont indiqué à l'AFP des sources sécuritaires et administratives, alors qu'un militaire retraité et un civil malien, otages depuis juillet ont été libérés vendredi. "Trois membres du Gatia (Groupe d'autodéfense touareg Imghad et alliés) ont été tués dans la localité malienne de Andéramboukane (nord-est), près de la frontière nigérienne, par des terroristes", a déclaré à l'AFP une source sécuritaire malienne ayant requis l'anonymat. Ce groupe, qui fait partie des signataires de l'accord de paix de 2015, et l'armée malienne "travaillent ensemble" pour sécuriser une partie du nord du Mali...
(RFI 06/01/18)
Au Mali, le nouveau gouvernement dirigé par Soumeylou Boubeye Maïga a tenu son premier Conseil des ministres. Une rencontre à laquelle s'est invité le président IBK qui a voulu dresser une liste de priorités, parmi lesquelles la mise en place du programme présidentiel d'urgence sociale à destination des populations. Mais c'est surtout la sécurité qui préoccupe le président. Le président malien a commencé son allocution par un vœu : la mise en œuvre de « l'accord de paix doit être une priorité », dit-il. Le chef de l'Etat demande aux ministres d'initier très rapidement ...
(TV5 06/01/18)
Fanta Sékou Fofana était standardiste à la présidence du Mali. Et aussi la la fille d'un conseiller spécial du président de la république du Mali, Ibrahim Boubacar Keita. Marié à un autre employé de la présidence. Qui l'a tuée dans une crise de jalousie. Autant de faits qui ont médiatisé ce crime et ont poussé des Maliennes à se rassembler à Bamako contre les violences faites aux femmes. Si ce crime n'avait pas été commis entre les murs aussi prestigieux de la présidence du Mali aurait-il été autant médiatisé ? Unité de lieu, le siège de la présidence du Mali ; de temps, l'une des dernières journées de décembre 2017 ; de personnes, des employés à des fonctions plus ou...
(RFI 06/01/18)
Il y a deux fois moins de migrants africains qui tentent de traverser la mer Méditerranée pour s’installer en Europe : 20 000 personnes émigrant de manière irrégulière ont été rapatriées en Afrique l’année dernière. Des tendances fournies par l’Organisation internationale des migrations, qui précise que ces migrants sont majoritairement issus du Nigeria, de l’Erythrée, de la Guinée, de la Côte d’Ivoire ou encore de la Gambie et le Sénégal. Compte rendu. En 2017, 17 1635 migrants ont débarqué sur les côtes européennes. C’est deux fois moins qu’en 2016, note l'Organisation internationale des migrations. Selon cette organisation, près de la moitié des migrants qui parviennent à s’installer en Italie demandent l’asile. Il s’agit majoritairement d’hommes qui voyagent seuls. L’OIM recense...
(L'indicateur du Renouveau 05/01/18)
Annoncé dans le nouveau gouvernement avec un portefeuille de ministre d’Etat, Dr. Bocary Tréta ne figurera plus dans l’attelage du nouveau Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga. Les raisons ont été évoquées par le président du parti du Tisserand à la faveur d’une rencontre avec les parlementaires du parti RPM. Pour le président du Rassemblement pour le Mali (parti au pouvoir), le gouvernement dirigé par SBM est celui du parti du Tisserand. Et d’inviter les uns et les autres à le soutenir. Cette intervention du chef du parti met fin aux rumeurs sur une motion de censure des parlementaires contre le gouvernement SBM dans les jours à venir. Dr. Bocary Tréta s’explique : “J’ai échangé à la fois avec le Président...
(Xinhua 05/01/18)
Cinq Premier ministres en 4 ans, 3 mois et 18 jours d'exercice de pouvoir. Ce constat a été fait par un observateur au lendemain de la formation du gouvernement du nouveau Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga. Aux yeux de l'opposition politique, de certaines composantes de la société et de nombreux observateurs, cette cadence dans la succession des Premiers ministres a été dénoncée comme un signé "d'instabilité" au Mali. Si un remaniement ministériel était très attendu dans le pays, beaucoup d'interlocuteurs ont visiblement été surpris par la démission du Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga. "L'homme est tel que même l'opposition ne l'a pas épinglé. Sa loyauté, son amour pour l'intérêt public et son esprit de dialogue ont fait que le respect...
(L'Essor 05/01/18)
Dans le cadre de la solidarité, l’Etat a payé plus de 2 milliards de Fcfa au profit des travailleurs licenciés de HUICOMA-SA, mais beaucoup d’entre eux n’ont rien perçu. D’où l’ouverture d’une enquête par le ministre du Travail et de la Fonction publique. «Après la cession des actions de l’Etat dans le capital de HUICOMA à Alou Tomota, des difficultés de divers ordres ont entravé le fonctionnement normal de ladite société, créant ainsi un conflit social entre la direction et le personnel». Ces propos sont de Mme Diarra Raky Talla, ministre du Travail et de la Fonction publique, qui a rencontré, mercredi dernier, la presse pour donner des informations sur ce dossier sensible qui continue de défrayer la chronique. Devant...
(L'indicateur du Renouveau 05/01/18)
Après les premières élections démocratiques, quand le parti ADEMA PASJ était tout puissant, il y avait un certain mépris de Koulouba (Présidence de la République) par rapport à Bamako – Coura (Comité Exécutif de l’ADEMA PASJ) pour le choix des premiers ministres et des membres du gouvernement. A ce mépris s’est ajouté en 1999 – 2000, une fronde contre le Président du Parti ADEMA PASJ de l’époque et Premier ministre du gouvernement, Ibrahim Boubacar Keïta dit IBK. Une fronde qui s’apparentait à un putsch politique menée de main de maitre par un quatuor : Soumeylou Boubeye Maïga, Soumaïla Cissé, Ousmane Sy et Mme Sy Kadiatou Sow. Il n’y a nul intérêt à répéter ici les arguments mis en avant pour...
(L'Essor 05/01/18)
«J’ai tenté un dernier baroud d’honneur hier (mercredi 3 janvier, ndlr) pour trouver une solution à l’amiable dans la crise du football, mais je n’ai pas réussi. Toutefois, je suis parvenu à calmer les esprits, à apaiser les cœurs. J’ai eu des discussions franches et fructueuses avec les belligérants. Le CONOR (Comité de normalisation, ndlr) sera donc mis en place. La mise en place de ce comité est un échec pour nous tous, mais on va y aller parce que c’est une décision de la FIFA». C’est par ces propos que le nouveau des Sports, Me Jean Claude Sidibé a confirmé la mise en place du CONOR, hier lors de sa toute première rencontre avec la presse. Le nouveau patron...
(Agence Ecofin 05/01/18)
La Banque de Développement du Mali (BDM-SA), dont le marocain BMCE Bank est actionnaire de référence avec 32,38% de participation, a reçu 10 milliards de Francs CFA (18,3 millions $) de la BIDC, la banque d’investissement et de développement de la CEDEAO. Cette ligne de crédit est destinée au financement de Petites et moyennes entreprises (PME) et Petites et moyennes industries (PMI) du Mali. 69,5 % de cette ressource sera affecté aux entreprises du secteur de l’agro-industrie et 30,45 % de crédits seront alloués aux entreprises du secteur des transports, plus précisément aux camions citernes qui transportent du pétrole et de l’essence. Aucune indication n’a été donnée sur le taux d’intérêt auxquels ces crédits seront accordés à leurs destinataires, ni...
(22 Septembre 04/01/18)
Le 29 décembre dernier, le premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga a démissionné à la grande surprise des observateurs avertis de la classe politique. Depuis les supputations vont bon train. Les uns affirment qu’il ne s’était pas entendu avec son patron, IBK sur les ministres à sortir dans le cadre d’un réaménagement interne. Les autres soutiennent que c’est parce qu’il s’était opposé au report des régionales qu’il a été congédié. En réalité, des sources dignes fois indiquent qu’il a été contraint à la démission pour la simple et bonne raison qu’il lui manque une qualité : celui de rassembleur. En effet, il a la réputation d’être un homme honnête, travailleur, et loyal. En plus de ces qualités, il n’a pas démérité...
(22 Septembre 04/01/18)
Suite à la nomination de Soumeylou Boubèye Maïga comme Premier ministre le 30 décembre dernier, en remplacement du premier vice-président du RPM, Abdoulaye Idrissa Maïga, que d’interrogations. En effet, pour calmer les esprits et donner la bonne information, le président des Tisserands, Bocari Tréta, s’est personnellement déplacé le mardi 2 janvier pour aller à la rencontre des députés de son parti, à l’Hémicycle, au sein du groupe parlementaire. Au cours de cette rencontre Tréta a expliqué aux élus du parti qu’il n’a pas voulu entrer au sein du gouvernement parce que le temps est court pour les préparatifs de la présidentielle et qu’il a privilégié de prendre le parti en mains, de le mettre en ordre de bataille pour remporter...
(Journal du Mali 04/01/18)
Nommé le 30 décembre 2017, Soumeylou Boubèye Maïga est devenu le cinquième premier ministre de la première législature du président Ibrahim Boubacar Keïta. Si certains acteurs politiques y voient la preuve d’une « instabilité institutionnelle », ils attendent de ce gouvernement qu’il relève le défi de l’organisation des futures élections. Aussitôt nommé, le nouveau Premier ministre a constitué son équipe, le 31 décembre 2017, composée de 36 membres. Un « gouvernement pléthorique, incohérent et ne respectant pas la loi sur la parité », selon Mody Ndiaye, président du groupe parlementaire VRD à l’Assemblée Nationale et député de l’URD parti de l’opposition. S’il dit prendre acte de la nomination d’un cinquième Premier ministre, Monsieur Amadou Aya du parti Yelema, aussi membre...
(Journal du Mali 04/01/18)
Dans son adresse à la nation, à l’occasion du nouvel an, le Président Ibrahim Boubacar Keïta a annoncé un projet de loi sur l’entente nationale. Il s’agira de conforter l’unité nationale, à travers des mesures d’apaisement et de réinsertion. Une énième initiative pour la paix. Ce dont le Mali a besoin aujourd’hui, c’est bien la réconciliation. Que d’initiatives ont été échafaudées pour y parvenir. De la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation à la conférence d’entente nationale, la charte pour la paix, la biennale artistique et culturelle, le mot ‘’réconciliation’’ revient à chaque fois. Le Président Ibrahim Boubacar Keïta, qui est à quelques mois de la fin de son quinquennat, lutte toujours pour ramener la paix et...
(Agence Ecofin 04/01/18)
Depuis quelques jours, les Maliens ont accès à un nouveau réseau de téléphonie mobile. La société Alpha Télécommunications Mali (Atel-SA), opérant sous la marque commerciale « Telecel », a enfin ouvert ses services au public, le 28 décembre 2017, après une mise en activité du réseau, dès le 16 octobre dernier pour tester sa fiabilité. La société télécoms, détentrice de la troisième licence mobile du pays, se donne pour objectif de devenir le premier opérateur du pays en matière de qualité. Elle compte, à cet effet, sur le réseau de haute facture que lui a déployé l’équipementier télécoms Huawei. Il est doté d’une capacité de 3 millions d’abonnés ; une capacité évolutive selon les besoins exprimées au fil du temps...
(Agence Ecofin 04/01/18)
L’accès des femmes maliennes aux terres reste une priorité. C’est ce qu’a déclaré la nouvelle présidente de la Coordination des associations féminines et ONG du Mali (Cafo), Dembélé Oulematou Sow, selon des propos rapportés par Pressafrik. Madame Sow, qui s’exprimait suite à son élection le 30 décembre, a également énuméré au nombre des priorités de son mandat : l'accès des femmes à l'éducation, aux services de base, à la fonction publique et la lutte contre les violences faites aux femmes. Au Mali, l’accès des femmes aux terres et moyens de production est particulièrement plombé par des considérations d’ordre coutumier. Des pesanteurs contre lesquelles les acteurs de la société civile à l’instar de la Cafo partent en croisade.
(Jeune Afrique 03/01/18)
Tandis que les groupes armés ex-rebelles et loyalistes critiquent l’absence de consultation préalable à la formation du nouveau gouvernement malien, le chef de l’opposition dénonce la proposition d'IBK de loi d’entente nationale qui ne serait lui selon qu’une « manœuvre politicienne ». Dans un communiqué conjoint, l’ex-rébellion à dominante touarègue de la Coordination des mouvements de l’Azawad et le rassemblement de groupes armés pro-gouvernementaux Plateforme des mouvements du 14 juin 2014 ont pris acte de la formation d’un nouveau gouvernement par Soumeylou Boubèye Maiga. Ces deux organisations critiquent néanmoins l’absence de consultation préalable...
(AFP 03/01/18)
L'ex-rébellion à dominante touareg du nord du Mali et les groupes armés soutenant le pouvoir ont déploré mardi un manque de concertation lors de la formation du nouveau gouvernement, tandis que l'opposition qualifiait de "manoeuvre" la relance du processus d'entente nationale annoncée par le président Ibrahim Boubacar Keïta. La Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA, ex-rébellion) et la Plateforme des mouvements du 14 juin 2014 (pro gouvernementaux) "prennent acte de la formation du gouvernement du Mali dirigé par le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maiga ", ont-elles indiqué dans un communiqué conjoint. Mais ces deux mouvements ajoutent qu'"ils n'ont à aucun moment été consultés...
(Autre média 03/01/18)
À peine nommé au poste de premier ministre la semaine dernière, Boubeye Maiga a eu un accrochage avec le patron des services de renseignement en la personne du Général Moussa Diawara. Après avoir été l’aide de camp du président IBK lorsqu’il était président de l’assemblée nationale, le général Moussa Diawara nommé à la tête des services secrets, reste un homme de confiance du chef de l’état qu’il a longtemps côtoyé. La divergence entre les deux hommes porte sur le choix de l’aide de camp du nouveau premier ministre. Boubeye Maiga souhaite avoir le neveu de Anatole Sangaré (un béret rouge) comme aide de camp et une nouvelle équipe de garde rapprochée.Le motif principal de ce changement voulu par le premier...

Pages