Dimanche 24 Septembre 2017
(RFI 12/09/17)
Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz est arrivé tard dans la nuit ce lundi 11 septembre à Bamako. Si rien d'officiel n'a filtré de ses entretiens avec le président malien IBK, les discussions ont porté sur la lutte contre le terrorisme dans le Sahel, selon des sources proches des deux délégations. Le Mali et la Mauritanie sont membres de la Force conjointe G5, aux côtés du Burkina, du Tchad et du Niger. Et ce mardi 12 septembre, le président malien IBK est attendu dans ces deux derniers pays. A l’aéroport de Bamako, un diplomate soupire… « Si malgré le mauvais temps, l’avion du président Mohamed Ould Abdel Aziz patiente dans le ciel, pour pouvoir atterrir, c’est que sa visite...
(BBC 12/09/17)
La fondation Carter a été désignée observateur indépendant chargé d'évaluer la mise en œuvre de l'accord de paix signé en 2015 entre le gouvernement et les groupes armés du nord du Mali. La décision a été entérinée lundi par le comité de suivi de l'accord. Cet observateur doit produire un rapport tous les 4 mois, il identifie les blocages, en situe les responsabilités et fait des recommandations. Selon le ministre de la défense, Tiénan Coulibaly, des avancées ont été également enregistrées au niveau du démarrage des patrouilles mixtes relevant du Mécanisme Opérationnel
(L'Essor 12/09/17)
La 20è session du Comité de suivi de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali (CSA) s’est tenue, hier dans l’après-midi, à l’ex-CRES de Badalabougou. Les travaux étaient dirigés par le président du CSA, le diplomate algérien Ahmed Boutache. C’était en présence d’une dizaine de membres du gouvernement, des représentants de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), de ceux de la Plateforme et des membres de la médiation internationale. Plusieurs points étaient inscrits à l’ordre du jour de la rencontre : adoption du relevé de conclusions des 18è et 19è sessions du CSA ; présentation par le gouvernement des progrès réalisés dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord et débats ; présentation et discussion...
(Journal du Mali 12/09/17)
La mobilisation pour la libération des otages maliens se poursuit. « Des », car ils sont effectivement officiellement 6 à être entre les mains de ravisseurs. Amadou Ndjoum est le seul civil. Le sort de ces militaires, s’il n’est pas évoqué par l’armée, est lui aussi au cœur des inquiétudes. Cela fait 14 mois qu’ils sont aux mains du groupe islamiste Ansar Dine, dirigé par Iyad Ag Ghaly. Ils sont déclarés manquants dans les effectifs de l’armée malienne depuis l’attaque meurtrière de Nampala, le 19 juillet 2016. Depuis, pas vraiment de nouvelles d’eux, hormis la revendication de leur détention par Ansar Dine. Mobilisé pour la libération de l’agent de l’INPS Amadou Ndjoum, un collectif se bat également pour défendre la...
(Le Republicain (ml) 12/09/17)
Ibrahim Boubacar Kéïta, le président de la République du Mali a fêté le 4 septembre dernier, le 4eme anniversaire de son accession à la magistrature suprême du Mali. Quel bilan peut-on dresser du magistère d’IBK à une année de la fin de son mandat ? Les avis divergent selon que l’on soit de la majorité des partis qui soutiennent le président ou de l’opposition. Si les partis de la majorité présidentielle, à l’instar du PS-Yéelen Coura et de la CODEM, dressent un bilan élogieux du pouvoir IBK en avançant des promesses tenues, selon eux par le président de la République, dont la « création de 200 000 emplois », l’opposition politique, l’URD, ADP-Maliba…, dénonce une situation désespérante caractérisée par :...
(Le Republicain (ml) 12/09/17)
A la faveur d’une conférence de presse le 6 septembre 2017, le porte parole du Collectif pour la Défense de la République (CDR), Mohamed Youssouf Bathily dit « Ras Bath », entouré de ses partisans, a lancé officiellement les activités de la campagne de sensibilisation pour l’alternance en 2018. A travers cette conférence dont a pris part les représentants des CDR des six commune de Bamako, des Région de Kayes, Koulikoro, Ségou, Sikasso, Mopti, Gao et Tombouctou, dit le leader du CDR, notre objectif est de partager des informations avec tous à travers la presse pour que chacun puisse servir de relais d’information auprès des populations pour qu’on construise une nation digne de ce nom. Selon Ras Bath, « le...
(Le Monde 11/09/17)
Cette organisation, qui regroupe la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Burkina Faso et le Tchad, est notamment très attendue pour renforcer l’action des armées nationales contre les groupes terroristes. Le président du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta, a inauguré, samedi 9 septembre à Sévaré, dans le centre du pays, le poste de commandement central de la nouvelle force conjointe des cinq pays du Sahel, ou G5 Sahel : Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso et Tchad. La force, commandée par le général malien Didier Dacko, aura un état-major multirégional. Constituée...
(L'Essor 11/09/17)
Après avoir visité le site et échangé avec les officiers supérieurs et les troupes sur place, le chef de l’Etat s’est dit optimiste pour le retour définitif de la paix dans notre pays et pour la sécurité dans tout le Sahel «Tout le Sahel était à l’écoute de ce qui se passe aujourd’hui à Sévaré». Le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, soulignait ainsi l’importance de sa visite samedi à Sévaré, au Poste de commandement de la Force conjointe du G5 Sahel. Le chef de l’Etat était accompagné pour la circonstance du ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Tiénan Coulibaly, du ministre de la Sécurité et de Protection civile, le général Salif Traoré et du ministre de...
(L'Essor 11/09/17)
L’histoire retiendra que notre compatriote, le général Didier Dacko, a été le premier officier à diriger la Force conjointe du G5 Sahel dont le commandement opérationnel est basé à Sévaré. Dans un entretien qu’il a accordé à L’Essor, l’ancien chef d’état-major général des Armées donne des détails sur l’opérationnalisation de cette force et la mission qui l’attend L’Essor : Pouvez-vous nous expliquer pourquoi le choix de Sévaré pour abriter le poste de commandement central de la Force conjointe du G5 Sahel ? Général Didier Dacko : Le choix de Sévaré a été retenu de commun accord avec les chefs d’état-major des armées des pays concernés. Sévaré parce que nous estimons que la zone est beaucoup plus proche du centre des...
(Liberté 11/09/17)
La nouvelle trêve intervient également à la veille de la 20e session du Comité de suivi de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali qui doit se tenir les 11 et 12 septembre à Bamako. Mercredi dernier, soit une journée après l’adoption par le Conseil de sécurité de l’ONU d’une résolution instituant des sanctions contre quiconque entraverait la mise en œuvre de l’accord de paix au Mali, les deux principaux groupes rebelles, la Coordination des mouvement Azawad et la Plateforme ont renouvelé leur accord de trêve pour un mois, selon un communiqué.
(Jeune Afrique 11/09/17)
Le régime général de sanctions visant les personnes qui entravent le processus de paix au Mali a été adopté le 5 septembre par le Conseil de sécurité de l’ONU. Mais il a mis bien du temps à prendre forme. Depuis des mois, la France militait en faveur de ces sanctions afin de contraindre les signataires de l’accord de paix à accélérer sa mise en œuvre. Les autorités maliennes y étaient plutôt réticentes, car elles craignaient que ces sanctions ciblées ne compliquent davantage un processus déjà délicat. Le 2 juillet, lors du sommet du G5 Sahel à Bamako, Emmanuel Macron était revenu à la charge auprès de son homologue malien, Ibrahim Boubacar Keïta. « Ce sont surtout les derniers affrontements entre...
(L'indicateur du Renouveau 11/09/17)
Dans un rapport intitulé « Mali : Les opérations militaires donnent lieu à des abus” et publié le 8 septembre dernier, l’organisation de défense des droits humains Human Rights Watch accuse les militaires maliens de violations des droits humains au centre et au nord du pays. Des accusations graves pour lesquelles l’armée attend des preuves « irréfutables ». L’organisation de défense des droits humains, Human Rights Watch, dit avoir mené une mission de recherche de 10 jours, au cours de laquelle elle a interrogé 48 victimes d’abus, et témoins, ainsi que des responsables des communautés ethniques Peul, Dogon et Bambara ; d’anciens détenus; des agents du gouvernement local, des membres des services de sécurité et du système judiciaire; et des...
(L'Essor 11/09/17)
Le ministre du Développement industriel, Mohamed Ali Ag Ibrahim, a paraphé, le jeudi 7 septembre 2017 à Paris, l’accord de partenariat entre la firme British American Tobacco et la Société nationale des tabacs et allumettes du Mali (SONATAM). L’accord porte sur la fabrication au Mali de la marque DUNHILL International. Cet accord marque une étape importante dans la restructuration de cette. Il est la concrétisation de l’engagement de la SONATAM à renforcer ses capacités industrielles. A travers un investissement de 10 milliards de Fcfa, garanti par le groupe Impérial Tobacco assurant la gestion de la SONATAM, celle-ci va acquérir un atelier entièrement dédié à la fabrication de DUNHILL International, la marque de cigarettes la plus vendue au Mali. La SONATAM...
(RFI 10/09/17)
Un pas de plus pour la mise sur pied de la force conjointe G5, dont l'ambition est de lutter contre le terrorisme dans le Sahel. Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, dit IBK, a inauguré samedi 9 septembre dans le centre du Mali, le poste de commandement central de la force centrale qui doit coordonner les actions militaires entre le Mali, le Niger, le Burkina Faso, le Tchad et la Mauritanie. La force conjointe G5, a désormais son quartier général. Il est situé dans une zone militaire de Sévaré, dans le centre du Mali. Bâtiment aux normes, mobilier flambant neuf et une équipe qui se met en place. Au cours de sa visite, le président IBK a pu rencontrer le...
(RFI 10/09/17)
L'organisation de défense des droits de l'homme, Human Rights Watch accuse les armées maliennes et burkinabè d'exactions et de violations des droits de l'homme. Des faits qui selon l’organisation « alimentent le cycle de la violence ». Human Rights Watch a documenté l'existence de trois fosses communes dans la région de Mopti. Des charniers qui auraient contenu les corps de 14 personnes abattues par des militaires maliens. Des exécutions présumées qui s'étalent de décembre 2016 à mai 2017 pour les plus récentes. Selon l'organisation, les cas de détentions arbitraires, de tortures ou de disparitions forcées se sont multipliés. Human Rights Watch presse le gouvernement malien d'ouvrir des enquêtes. Contacté par téléphone, le ministre des Droits de l'homme et de la...
(AFP 09/09/17)
Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a inauguré samedi à Sévaré (centre) le Poste de commandement de la force antijihadiste du G5 Sahel, formée de soldats du Mali, du Niger, du Tchad, du Burkina Faso et de Mauritanie, a-t-on appris de sources administrative et de sécurité. "Le président Ibrahim Boubacar Keïta est arrivé samedi à Sévaré où il a inauguré le Poste de commandement de la Force G5, pour la lutte contre le terrorisme dans le Sahel", a déclaré à l’AFP Oumar Kanté, un responsable administratif régional présent lors de la cérémonie d'inauguration. Sévaré est à une dizaine de km à l'est de Mopti, chef-lieu de la région du même nom, dans le centre du Mali où la situation sécuritaire...
(RFI 09/09/17)
Lentement, le projet de mise sur pied de la force militaire conjointe du G5 Sahel prend corps. Ce samedi 9 septembre 2017, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta se rend à Mopti, à 600 km au nord de Bamako, pour l'inauguration de son poste de commandement opérationnel. Cette force sera composée de militaires de cinq pays de la sous-région : Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad. Objectif : la lutte contre le terrorisme. Le cœur de la force conjointe du G5 Sahel va désormais battre quelque peu, dans la localité de Sévaré, au centre du Mali. Cette localité mène vers le grand nord du Mali. Sur place, le chef de l’Etat malien doit commencer sa visite par le poste...
(La Tribune 09/09/17)
La Société nationale des tabacs et allumettes du Mali (Sonatam) renforce la composante industrielle de ses activités. L’opérateur historique dans l’industrie malienne du tabac vient de signer un accord de partenariat avec le groupe British American Tobacco (BAT) pour la fabrication et la distribution de la marque Dunhill International au Mali. La Société nationale des tabacs et allumettes du Mali (Sonatam) renforce la composante industrielle de ses activités en signant un accord de partenariat avec le groupe British American Tobacco (BAT).
(Jeune Afrique 09/09/17)
En poste depuis le 1er avril 2015, Alain Giresse a démissionné de son poste de sélectionneur du Mali au surlendemain du match nul face au Maroc (0-0) en qualifications pour la Coupe du monde 2018, mettant les Aigles hors-course. Explications. Jeune Afrique : Votre contrat avec le Mali devait s’achever en novembre prochain. Pourquoi ne pas être allé au bout de votre mission, alors qu’il ne reste que deux matches à disputer face au Maroc et au Gabon en qualifications pour la Coupe du monde 2018 ? Alain Giresse : C’était le moment de partir. Je ne pouvais plus continuer ainsi. Ce n’est jamais facile de quitter un pays que j’apprécie, où j’ai vécu de très belles choses. C’était devenu...
(L'Essor 08/09/17)
Le Forum qui se tiendra les 7 et 8 décembre est conçu comme un rendez-vous international de l’investissement et de l’émergence du Mali. Le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, a lancé, hier dans la salle des banquets du palais de Koulouba, le compte à rebours du Forum Invest in Mali qui se tiendra à Bamako les 7 et 8 décembre prochains. Etaient présents à cette «rencontre de mobilisation» plusieurs membres du gouvernement, les représentants des forces vives, les chefs d’institution de la République, les présidents du Conseil national du Patronat du Mali (CNPM), de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali, un parterre d’opérateurs économiques, les partenaires techniques et financiers et le doyen du corps diplomatique, l’ambassadeur...

Pages