Mardi 23 Janvier 2018
(Jeune Afrique 12/01/18)
La FIFA et la CAF ont décidé de nommer Fatoumata Guindo à la présidence du comité de normalisation qui a six mois pour préparer l’élection du futur président de la Fédération malienne de football (Femafoot). Arrivés mardi à Bamako, les émissaires de la FIFA et de la Confédération africaine de football (CAF) ont choisi celle qui aura la difficile mission de sortir le football malien de la crise dans lequel il s’est enlisé depuis quatre ans. Après les premières consultations, c’est l’ancien ministre des Sports, Mamadou Gaoussou Diarra (45 ans), qui semblait être le mieux placé. Mais Diarra a refusé au dernier moment, préférant se consacrer à sa carrière d’avocat. Il a cependant accepté la vice-présidence. Plusieurs autres noms circulaient...
(Jeune Afrique 12/01/18)
L'année 2018 sera à quitte ou double pour l'avenir ou le devenir de certaines démocraties africaines. L'attention va se concentrer sur le Zimbabwe, pays en pleine refonte. Mais le Cameroun de Paul Biya, le Mali d'IBK ont aussi rendez-vous dans les urnes. Enfin le feuilleton des élections congolaises devrait connaitre son lot de rebondissements. Détails en infographie. Qui aurait cru que les Zimbabwéens choisiraient en 2018 le successeur de Robert Mugabe ? Sous la contrainte, « Bob », 93 ans dont 37 au pouvoir, a annoncé sa démission le 21 novembre 2017. Mais après l’intérim d’Emmerson Mnangagwa, la prochaine élection présidentielle sera-t-elle libre et transparente ? Rien ne permet de l’affirmer. Au Cameroun, Paul Biya, 84 ans, devrait quant à lui rempiler...
(Agence Ecofin 12/01/18)
Les entreprises fournissant de l’électricité hors réseau en Afrique de l’Est et de l’Ouest, pourront désormais bénéficier d’une enveloppe financière de 10,3 milliards de shillings kényans (plus de 100 millions $) mise à disposition par la Banque africaine de développement (BAD). Ce financement est l’un des instruments de l’Energy Inclusion Off-Grid Energy Access Fund qui a pour objectif d’intégrer l’énergie hors réseau dans le processus d’électrification du continent, relaie Business Daily. Le programme fournit, en effet, aux compagnies des prêts en monnaies locales et en devises fortes. « Ce fonds sera géré par Lion’s Head Global Partners depuis ses bureaux situés à Nairobi, Lagos et Londres, en se focalisant, dans un premier temps, sur l’Afrique de l’Est, ainsi que sur...
(AFP 11/01/18)
Le gouvernement malien va lancer "une vaste opération" de sécurisation dans le centre du pays, dont une partie est sous le contrôle de groupes armés jihadistes, ont indiqué jeudi à l'AFP des sources officielles. "Nous ne voulons pas donner trop de détails, ni la date du début des opérations, mais c'est effectivement une vaste opération anti-terroriste au centre du Mali, pour assurer la sécurité des biens et des personnes, également pour combattre les jihadistes", a déclaré un responsable du ministère malien de la Défense ayant requis l'anonymat. Plus d'un millier de militaires seront à terme déployés dans le centre, selon une partie du plan de sécurisation que l'AFP a pu consulter. "Pour combattre l'ennemi, il faut utiliser les mêmes méthodes...
(AFP 11/01/18)
Quarante-huit Maliens ont péri le weekend dernier en Méditerranée et 69 rescapés se trouvent en Libye, ont indiqué les autorités du Mali, où les drapeaux ont été mis en berne jeudi en leur mémoire. "Quarante-huit de nos compatriotes ont péri dans la Méditerranée, dimanche 07 janvier 2018", a indiqué le ministère de l'Extérieur et de l'Intégration africaine dans un communiqué transmis jeudi à l'AFP, sans donner plus de détails sur les circonstances du naufrage. "

Les rescapés maliens, au nombre de 69, dont deux femmes et quatre enfants, ont été identifiés...
(RFI 11/01/18)
Le Mali est en deuil après la mort de 48 de ses ressortissants, noyés alors qu'ils tentaient de franchir la Méditerranée. Le drame a eu lieu ce week-end, mais on ne l'a appris qu'hier. Le président de la République s'est exprimé. Ibrahim Boubacar Keïta a demandé à son gouvernement de tout mettre en oeuvre « pour punir les passeurs et les complices de ce drame ». La nouvelle est arrivée mardi après-midi sur le bureau du ministre des Maliens de l'extérieur. L'ambassadeur du Mali à Tripoli a téléphoné pour annoncer une dramatique nouvelle : au moins 48 ressortissants s'étaient noyés ce week-end en tentant de rejoindre l'Europe.
(AFP 11/01/18)
Deux hauts fonctionnaires internationaux maliens, Modiba Koné, qui a travaillé à la Banque ouest-africaine de développement (BOAD), et Hamadoun Touré, ancien chef de l'Union internationale des télécommunications (UIT), ont annoncé mercredi leur candidature à l'élection présidentielle, dans des déclarations à l'AFP. Après celles du maire de Sikasso (sud), Kalifa Sanogo, puis de l'ex-général et ancien ministre Moussa Sinko Coulibaly, ces candidatures portent à quatre le nombre de prétendants déclarés à la succession du président Ibrahim Boubacar Keïta, qui n'a toujours pas dit s'il se représenterait en juillet. Modibo Koné, 57 ans, spécialiste financier et expert en développement rural, directeur général de la Compagnie malienne de développement textile (CMDT) en 2015-2016, a affirmé à l'AFP se présenter "pour notamment lutter contre...
(RFI 11/01/18)
Deux ressortissants maliens, fonctionnaires internationaux entrent formellement en lice. Modibo Koné, ancien de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) et Hamadoun Touré, ancien secrétaire général de l'Union internationale des télécommunications. Les deux nouveaux candidats à la présidentielle malienne de cette année sont ingénieurs de formations. Ingénieur financier pour le banquier Modibo Koné. Ingénieur en télécommunications pour Hamadoun Touré. Autre point commun : ils ont également travaillé dans de prestigieuses institutions. Modibo Koné, 57 ans, est un ancien fonctionnaire de la Banque ouest-africaine de développement, alors que Hamadoun Touré, 65 ans, fut le patron de l’Union internationale des télécommunications (IUT).
(Jeune Afrique 11/01/18)
Nommé à la primature après la démission d’Abdoulaye Idrissa Maïga, ce politicien chevronné s’est vu confier la mission de redorer le blason du président malien et de lui offrir la victoire au scrutin d’août 2018. Depuis combien de temps ce vétéran de la politique malienne attendait-il son heure ? Si la démission d’Abdoulaye Idrissa Maïga, vendredi 29 décembre, était une surprise, la nomination de Soumeylou Boubèye Maïga (SBM) pour lui succéder à la tête du gouvernement n’a étonné personne. À chaque remaniement depuis l’élection d’Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), en 2013, son nom revenait en effet avec insistance. À la tête d’une équipe très peu renouvelée de 36 membres, SBM sera finalement le cinquième – et vraisemblablement le dernier – occupant de...
(Autre média 11/01/18)
Si les barons du parti présidentiel (le RPM) ont amorti la nomination de Soumeylou Boubèye Maïga comme Premier ministre en remplacement à Abdoulaye Idrissa Maïga 1er vice-président du parti, le choix présidentiel reste en travers de la gorge de certains d’entre eux et peine à être avaler. A la faveur, d’une interview accordée à notre confrère « L’Indépendant » dans sa parution du mercredi 10 janvier 2018, l’Honorable Abdine Koumaré, un député élu sous la bannière du parti évoque courageusement pour la première fois la déception des Tisserands quant au choix du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta. Face au choix de Soumeylou Boubèye Maïga, l’Honorable Abdine Koumaré n’est pas le seul mécontent parmi les Tisserands. A l’en croire,...
(L'indicateur du Renouveau 11/01/18)
Reçus hier au palais de Koulouba dans le cadre de la présentation des vœux au chef de l’Etat, des leaders du Haut Conseil Islamique ont failli se donner en spectacle. Dans une salle pleine de personnalités, le mandataire désigné par l’instance suprême des musulmans, Cheick Soufi Billal Diallo s’est tout simplement vu court-circuité par un porte-parole auto-proclamé en la personne Thierno Hady Thiam. Le Haut conseil islamique du Mali a été reçu hier à Koulouba par le président de la République dans le cadre de la présentation des vœux du nouvel an. En l’absence de Chérif Ousmane Madani Haidara, Cheick Soufi Bilal Diallo, 3e vice-président du HCI, avait été mandaté pour représenter le président Mahmoud Dicko, empêché. A ce titre,...
(AFP 11/01/18)
Le Défenseur des droits a annoncé jeudi qu'il allait se pencher sur le suicide d'un migrant malien de 18 ans qui, après avoir atteint la majorité, s'était vu privé de projet professionnel. Parti seul du Mali, Kantra Doucouré était arrivé en France en 2015 et vivait depuis début 2017 à Nîmes (Gard). D'abord hébergé dans un hôtel, puis dans un foyer, il était "parrainé" par Solène Bourgouin, une psychologue nîmoise, et sa famille, avec laquelle le jeune homme était très lié. En octobre 2017, le jeune Malien a été admis dans un cursus pour suivre un CAP cuisine "à condition de trouver un patron", selon elle. Un restaurateur lui a alors proposé un contrat de deux ans. Mais un mois...
(Journal du Mali 11/01/18)
Du nouveau dans le ciel malien. La compagnie aérienne Corsair vient de lancer sa ligne Bamako-Paris. Une annonce bienvenue pour de nombreux voyageurs maliens, qui auront désormais un éventail de choix plus large. Avion de dernière génération, confort maximal, prix concurrentiel et service de chefs étoilés, la compagnie a mis les petits plats dans les grands pour satisfaire ces potentiels futurs clients. Le premier vol de Corsair se fera le 30 janvier. Les voyageurs ont jusqu’à cette date pour bénéficier d’un tarif promotionnel de 340.000 FCFA TTC sur les billets. « Nous ne sommes pas là pour faire du coût, nous voulons démocratiser le traffic, augmenter le nombre de voyageurs », rassure le PDG de Corsair Pascal de Izaguirre. Déjà...
(La Tribune 11/01/18)
La MINUSMA vient de mettre à la disposition de la Commission vérité justice et réconciliation (CVJR), une enveloppe de plus de 672 millions de FCFA (un million de dollars) pour financer ses activités. Cette initiative s’inscrit dans le cadre du Fonds fiduciaire des Nations Unies en soutien à la paix et à la sécurité au Mali. Un million de dollars, soit environ 672 millions de francs CFA. C'est le montant que la Mission multidimensionnelle intégrée pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) a remis ce mardi 8 janvier à la Commission justice, vérité et réconciliation au Mali (CVJR). D'après un communiqué de la MINUSMA, cette aide permettra à la Commission de financer ses activités. Il s'agit de la première phase d'un...
(Agence Ecofin 11/01/18)
L’Afrique subsaharienne devrait connaître une augmentation de sa croissance en 2018, à hauteur de 3,2% contre 2,4% l’année précédente, indique la banque mondiale dans son rapport sur les perspectives économiques mondiales. Les plus gros contributeurs de cette croissance devraient être le Ghana (8,3%), l’Éthiopie (8,2%), et la Côte d’Ivoire (7,2%). Cette dynamique devrait être impulsée par une multiplication des investissements, surtout dans le secteur des infrastructures. Quant aux économies des principaux exportateurs d’hydrocarbures et de produits miniers de la région, l’institution de Bretton Woods prévoit une timide amélioration. Alors que le Nigéria affichera une croissance estimée à 2,5% (contre 1% en 2017), l’Angola et l’Afrique du Sud observeront des taux respectifs de 1,6% et 1,1%. Les prévisions pour l’Afrique du...
(AFP 10/01/18)
La police malienne a dispersé une manifestation d'une centaine de personnes contre la présence militaire française mercredi à Bamako, à la veille du cinquième anniversaire du lancement de l'intervention de Paris dans le pays, ont constaté des correspondants de l'AFP. Par ailleurs, un membre de la garde nationale malienne a été tué et quatre autre blessés mardi soir dans une embuscade près de Djenné (centre), a annoncé l'armée malienne dans un communiqué, affirmant que "plusieurs terroristes ont été neutralisés", sans autre précision. La marche, organisée par des associations de jeunes, qui devait commencer place de la Liberté, dans le centre de Bamako...
(Le Republicain (ml) 10/01/18)
Dans son dernier rapport sur le Mali, publié en fin décembre 2017, Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations-Unies dresse un tableau peu reluisant de la situation au Mali. Selon Guterres, il « reste profondément préoccupé par l’évolution de la situation et les tendances négatives observées au Mali » où les conditions de sécurité restent extrêmement préoccupantes dans le nord et dans le centre du Mali, en particulier dans les Régions de Mopti et de Ségou. Dans son rapport, Antonio Guterres note que les conditions de sécurité restent extrêmement préoccupantes dans le nord et dans le centre du Mali, en particulier dans les Régions de Mopti et de Ségou, où il y a eu davantage d’actes terroristes ou liés au...
(L'Essor 10/01/18)
Le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, a reçu en audience, hier dans l’après-midi, à Koulouba, le chef de tribu des Dawschaks, Ilyas Ag Ayouba. C’était en présence de ses collaborateurs, de certains membres du gouvernement et bien d’autres personnalités. A la fin de l’audience, le patriarche a confié à la presse ceci : « Je suis venu uniquement pour voir mon président afin de faire la paix et s’il peut m’aider à faire le travail de sensibilisation sur la paix… Le président de la République s’est dit content et a promis de faire quelque chose». Ayant participé à la rencontre, le chef de tribu des Iwilimidene, Bajan Ag Hamatou, a déclaré que le chef de l’Etat a toujours...
(RFI 10/01/18)
Plus d'une dizaine de braqueurs ont été arrêtés en flagrant délit dans le nord du Mali. Les soldats maliens ont procédé à de nombreuses arrestations sur la route entre Gao et Menaka. Cela faisait plusieurs jours qu'une bande de braqueurs sévissait dans la région. Des bergers avaient rapporté aux militaires maliens que des individus armés tentaient de leur extorquer une taxe par rapport à la grosseur de leurs troupeaux. Les soldats, venus de Gao, ont donc commencé à patrouiller dans cette vaste zone semi désertique, entre les villes de Menaka et d'Ansongon. Mardi 9 janvier, c'est près d'Indelimane qu'a eu lieu le coup de filet.
(Xinhua 10/01/18)
Sur les 423 millions d'euros nécessaires à la mobilisation de la Force conjointe du G5 Sahel (FC-G5S), 294 millions ont été déjà engagés, a annoncé lundi le ministre malien des Affaires étrangères, Tiéman Hubert Coulibaly, à l'issue d'une réunion de ses collègues des Affaires étrangères et de la Défense du G5 (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad). En dehors des pays concernés, les donateurs sont l'Union européenne, la France (aide militaire et logistique), les Etats-Unis (aide bilatérale) et l'Arabie saoudite. Cette rencontre a recommandé la mise en place d'un fonds fiduciaire pour recevoir les ressources nécessaires à l'opérationnalisation de la Force conjointe. Les pays membres doivent ainsi procéder à la constitution d'un système de financement et de gestion administrative...

Pages