Dimanche 22 Avril 2018
(Le Monde 20/03/18)
D’anciens migrants dénoncent la façon dont le voisin maghrébin les a expulsés et confient leurs difficultés à reconstruire leur vie à Bamako. « Si je suis parti, c’était pour tenter de jouer dans un club de football. Ici au Mali, même pour être sur la liste des joueurs convoqués pour un match, l’entraîneur te demande de l’argent. » Cette vérité lâchée, Ahmed observe un long silence, le regard dans le vide, comme flottant dans la chaleur lourde de cet après-midi à Misra, un quartier populaire de Bamako. A 19 ans, ce jeune joueur d’un club de la capitale a été refoulé d’Algérie début février. Après avoir essuyé un échec sur les terrains algérois et turbiné sur des chantiers comme ouvrier,...
(AFP 20/03/18)
La police a annoncé avoir libéré lundi l'épouse du consul honoraire du Mali prise en otage pendant cinq heures par un Malien au consulat du Mali à Barcelone (Espagne). L'agresseur avait demandé qu'on lui laisse quitter le territoire espagnol. Une porte-parole de la police régionale de Catalogne avait précisé auparavant que les policiers avaient été informés dans l'après-midi "qu'une femme était retenue contre son gré au consulat du Mali à Barcelone". Les membres de la police nationale et régionale ont négocié avec l'auteur de la prise d'otage, dont l'identité n'a pas été révélée. "Il voulait que la police lui donne les papiers nécessaires pour lui permettre de quitter l'Espagne", a déclaré un porte-parole de la police nationale. L'homme, qui avait...
(AFP 19/03/18)
Le Canada va déployer pendant un an une force d'appui aérienne avec des hélicoptères et des Casques bleus dans le cadre de la mission de stabilisation des Nations unies au Mali (Minusma), a annoncé lundi le ministre canadien de la Défense, Harjit Sajjan. "La force opérationnelle aérienne comprendra des hélicoptères Chinook pour assurer une capacité urgente de transport et de logistique pour la Minusma, et des hélicoptères Griffon pour assurer une escorte et une protection armées", a indiqué le ministre. En accompagnement de ces hélicoptères sur le terrain, des militaires canadiens seront déployés avec l'objectif d'avoir un contingent à parité entre hommes et femmes. La date du déploiement sera fixée après consultations avec l'ONU, a dit M. Sajjan lors d'une...
(Autre média 19/03/18)
Initialement prévue pour le 19 mars la visite du Premier ministre a été reportée à une date ultérieure. Le report serait dû, à un refus de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) de recevoir le chef du gouvernement. Kidal reste un os à travers de la gorge du gouvernement malien, malgré la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger. Annoncée en grande pompe dans la capitale des Ifoghas pour le 19 mars, la visite du Premier ministre serait reportée à une date ultérieure. Selon des sources proches de la CMA, il y aurait des difficultés à aplanir sur le terrain. Elles rapportent, les responsables de la CMA ne veulent pas recevoir le...
(RFI 19/03/18)
Au Mali, pour tenter d’apaiser le climat toujours tendu dans la région du centre, le Premier ministre malien, Soumeylou Boubèye Maïga, a reçu, samedi 17 mars, à Bamako, les députés locaux de la majorité et de l'opposition. Devant les députés et élus du centre du Mali, le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga a tenu à rassurer : l’Etat prend les dispositions pour que le calme règne à nouveau entre les communautés. Il a également tenu à évoquer la question des armes de guerre aux mains des milices. « Tous les groupes armés signataires ou non signataires de l’accord ont utilisé les communautés du centre pour renforcer leurs effectifs. A un moment donné, les populations elles-mêmes, pour se défendre, ont mis...
(RFI 19/03/18)
L'expert indépendant de l'ONU pour les droits de l'homme a achevé le week-end du 18 mars une mission d'enquête dans le centre du Mali. Souleymane Baldo estime la situation complexe et inquiétante pour les populations civiles, mais veut rester optimiste. Au centre du Mali, les populations civiles sont « sont de plus en plus des victimes collatérales » de la guerre entre jihadistes présumés et forces des armées régulières. C’est le constat de Souleymane Baldo, qui vient d’achever une mission d’enquête sur le terrain. Cet expert indépendant des Nations unies pour les droits de l’homme cite, par exemple, « des engins [qui] explosent lors de passage de bus ». Les limites du tout sécuritaire On parle également de présumés cas...
(Xinhua 19/03/18)
Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé, vendredi, être parvenu à un accord préliminaire entre ses services et les autorités maliennes, sur la conclusion de la huitième revue du programme économique et financier du Mali soutenu par la facilité élargie de crédit (FEC), et sur la consultation de 2018 au titre de l’article IV des statuts de l’institution. Sous réserve d’approbation par la Direction et de Conseil d’administration du FMI, l’achèvement de cette revue permettra un décaissement de 31,65 millions de droits de tirage spéciaux (DTS), soit environ 46 millions $, en faveur du Mali. Pour la mission du FMI, dirigée par Boriana Yontcheva et qui a séjourné à Bamako du 12 au 16 mars 2018, « l’économie malienne a...
(L'Essor 19/03/18)
Une équipe du Fonds monétaire international (FMI) en fin de mission dans notre pays, a animé, vendredi après-midi, une conférence de presse au ministère de l’Économie et des Finances. La mission conduite par Mme Boriana Yontcheva a fait le point de la situation de la huitième revue du Programme économique et financier, appuyée par la Facilité élargie de crédit (FEC) du FMI et des consultations de 2018 au titre de l’article IV. C’était en présence du ministre de l’Économie et des Finances, Dr. Boubou Cissé et du représentant résident du FMI dans notre pays. L’objectif de la présente mission était de procéder à la huitième revue du Programme économique du gouvernement appuyé par le FMI à travers la FEC. Ainsi...
(AFP 17/03/18)
Le Canada a officiellement "notifié" vendredi aux Nations unies son "intérêt" à participer à la mission de maintien de la paix au Mali, et enverra des troupes et des hélicoptères dans ce pays d'ici l'automne, a indiqué une source gouvernementale à l'AFP. Les détails sur les effectifs envoyés par le Canada seront fournis lundi par le ministre de la Défense Harjit Sajjan, a ajouté cette source, sous couvert de l'anonymat. L'engagement du Canada au Mali sera "temporaire", avec l'intention d'être relevé au bout d'un an, et constituera la mise en oeuvre de la stratégie annoncée l'automne dernier par le Premier ministre Justin Trudeau à Vancouver, a indiqué ce responsable canadien. Le Canada a fait part en novembre de son intention...
(Jeune Afrique 17/03/18)
Une manifestation devant l'ambassade algérienne à Bamako a dégénéré lundi 12 mars. De jeunes Maliens se plaignent d'avoir été victimes de mauvais traitements après leur arrestation en Algérie. L’ambassade algérienne à Bamako, sise dans le quartier de Daoudabougou, a été la cible de manifestants, lundi 12 mars. Jets de pierres et départ de petits incendies ont ponctué une manifestation de plusieurs dizaines de Maliens accusant les autorités algériennes de mauvais traitements. Les manifestants assurent avoir été expulsés d’Algérie dans des conditions inappropriées voire illégales. Dans un communiqué publié le 15 mars, Bamako a présenté ses regrets à Alger pour ces actes. Joint au téléphone, l’ambassadeur algérien s’est borné à nous renvoyer audit document des autorités maliennes. La manifestation à Bamako...
(AFP 16/03/18)
L'opération antijihadiste française Barkhane au Sahel, qui mobilise quelque 4.000 hommes, est "une opération de longue durée" même s'il est nécessaire de "faire évoluer notre engagement", a estimé vendredi le chef d'état-major français des armées, le général François Lecointre. "Ce que je pense moi, c'est que l'opération au Sahel est une opération de longue durée pour laquelle nous sommes engagés aujourd'hui dans un appui à la montée en puissance des forces de nos pays partenaires dans la zone", a-t-il déclaré sur la radio Europe 1, en référence au soutien français apporté à la force militaire du G5 Sahel (Mali, Mauritanie, Burkina Faso, Niger et Tchad).
(Agence Ecofin 16/03/18)
En 2018/2019, le Mali ambitionne de produire 750 000 tonnes de coton, a annoncé le Ministère de l’Agriculture. Pour le pays qui est déjà assuré d’occuper le rang de premier producteur africain de coton avec une récolte d’au moins 725 000 tonnes d’or blanc en 2017/2018, ce nouvel objectif sera concrétisé à travers une intensification de la mécanisation et de l’utilisation des intrants ainsi que par le biais d’une progression des superficies emblavées. Celles-ci devraient ainsi croître de 4,6 %, passant de 703 652 hectares à 736 000 hectares, indique Commodafrica. L’ensemble de ces mesures d’amélioration de la production devrait coûter en 2018/2019 près de 111 milliards francs CFA au gouvernement malien qui depuis quelques années à opter pour la...
(AFP 15/03/18)
Les forces armées françaises déployées au Sahel pour l'opération Barkhane ont tué ou capturé en un mois une soixantaine de jihadistes dans la "zone des trois frontières" au confins du Mali, du Niger et du Burkina Faso, a annoncé jeudi l'état-major français. "Depuis le 15 février, une soixantaine de terroristes ont été mis +hors de combat+ (tués ou capturés)" et "des matériels saisis ou détruits: des pickups, des motos, des équipements individuels ou collectifs, du matériel nécessaire à la confection d'engins explosifs improvisés", a détaillé le colonel Patrik Steiger dans un point presse du ministère français des Armées. Du 9 au 12 mars, deux opérations menées au sud de l'axe Ansongo-Menaka...
(RFI 15/03/18)
Les forces françaises maintiennent la pression sur les groupes terroristes au Mali. Ce jeudi, l’état-major français a communiqué le nombre de 60 jihadistes neutralisés, tués ou capturés. La France porte encore un sérieux coup aux groupes armés. Barkhane menait encore, il y a quelques jours, une nouvelle opération du côté de Menaka aux confins des trois frontières : Mali, Niger et Burkina Faso. La zone des trois frontières, entre le Mali, le Niger, et le Burkina Faso, c'est la zone que Barkhane ratisse depuis le mois de novembre 2017. Une action dans la durée de manière à obtenir du renseignement utilisable rapidement pour désorganiser les capacités de l'adversaire. « Ces derniers jours encore, au sud de l’axe Ansongo-Ménaka, Barkhane a...
(AFP 15/03/18)
Deux groupes armés maliens impliqués dans l'accord de paix de 2015 ont annoncé avoir repris au cours de récents combats un véhicule militaire américain capturé par les jihadistes pendant une embuscade meurtrière au Niger voisin le 4 octobre. Interrogé par l'AFP sur les affirmations de ces deux groupes, un porte-parole du Commandement américain pour l'Afrique (Africom) a indiqué jeudi examiner ces informations mais "ne pouvoir à ce stade en vérifier l'authenticité". Dans leur communiqué, publié mercredi, le Groupe d'autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia, pro-gouvernemental) et le Mouvement pour le salut de l'Azawad (MSA, issu de l'ex-rébellion) disent s'être récemment engagées dans des affrontements contre des "bandits armés" près de la frontière avec le Niger. Le dernier "en date du...
(RFI 15/03/18)
Les Peuls du Mali sont en colère. Ils dénoncent les amalgames qui tuent. Rien que la semaine dernière plus de 25 d'entre eux ont été assassinés, soit sans raison, sans parce qu'ils sont accusés de collusion avec les jihadistes. Et lors d’un rassemblement, ce jeudi matin à Bamako, plusieurs centaines de personnes ont manifesté leur ras-le-bol vis-à-vis de cette situation. C'est depuis 2015 que cet amalgame a fait surface au Mali. Depuis l'émergence du Front de libération du Macina, un groupe terroriste composé essentiellement de Peuls, qui agit dans la région du Macina au centre du pays. Une région gangrénée aujourd'hui par l'insécurité. Et si des Peuls sont affiliés aux groupes terroristes, la plupart des Peuls sont aujourd'hui des victimes...
(Afrik.com 15/03/18)
Une attaque a été perpétrée contre l’ambassade d’Algérie, à Bamako, au Mali. Aucune perte en vie humaine n’a été déplorée, mais des dégâts matériels ont été enregistrés. L’ambassade d’Algérie à Bamako, au Mali, a fait l’objet d’une attaque nocturne. les faits ont eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi. Sont incriminés des ressortissants maliens expulsés d’Algérie. C’est du moins ce que rapportent des médias maliens qui précisent que les assaillants ont mis le feu à l’ambassade. Les images diffusées par des sites maliens prouvent que les jeunes en colère se sont attaqués à tout ce qu’ils ont trouvé sur leur passage. « Mis en infériorité numérique, les policiers sur place quittent les lieux pour chercher des renforts. Avant...
(RFI 15/03/18)
L'Algérie expulse depuis le début de l'année des migrants sub-sahariens de son territoire. Jusqu'à présent, les migrants étaient amenés jusqu'à la frontière avec le Niger. Mais la semaine dernière, un groupe de migrants a été expulsé à la frontière malienne. Dans la capitale algérienne, mais aussi à Tamanrasset, au sud du pays, les arrestations sont désormais régulières. De nombreux migrants sub-sahariens sont interpellés sur les chantiers où ils travaillent, puis regroupés avant d'être emmenés jusqu'à la frontière avec le Niger. Mais la semaine dernière, c'est un groupe d'hommes arrêtés à Ghardaia, à 600 kilomètres au sud de la capitale qui a été expulsé à la frontière avec le Mali. Plus de 120 personnes, des Maliens, mais aussi des Guinéens, des...
(Le Republicain (ml) 15/03/18)
Le premier tour de l’élection présidentielle est prévu pour le 29 juillet 2018. A quatre mois du scrutin, les états major des partis politiques affutent leurs armes. L’opposition tout comme la majorité. Si l’objectif de la majorité est de réélire le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) à la magistrature suprême, au sein de l’opposition, le message est clair : « tout sauf IBK ». C’est dans ce cadre que les responsables de l’opposition s’étaient donner rendez-vous le mercredi 7 mars 2018 au grand hôtel de Bamako pour trouver les voies et moyens d’une alternance au régime actuel. Comme beaucoup de tendance se dégagent présentement au sein de l’opposition, l’objectif de cette rencontre des responsables de l’opposition était...
(Studio Tamani 15/03/18)
KIDAL : le premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga est attendu à Kidal le 22 mars prochain. Selon les autorités locales, cette visite s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord pour la paix. Sa sécurité devrait être assurée par les membres de la Coordination des Mouvements de l’Azawad CMA.

Pages