| Africatime
Mercredi 29 Mars 2017
(Le Monde 22/03/17)
Deux chercheurs dénoncent la précipitation dans l’organisation d’une conférence qui apparaît comme la dernière chance de sauver l’accord d’Alger et la paix. A entendre le président Ibrahim Boubacar Keïta, on se croirait revenu à l’optimisme et à l’engouement sans pareils des conférences nationales africaines des années 1990. La conférence d’entente nationale ? Le chef de l’Etat n’a pas hésité, dans son discours à la nation de décembre 2016, à la qualifier de « jalon important dans la réhabilitation de la cohésion sociale et du vivre-ensemble au Mali ». Prévue initialement pour le dernier trimestre
(Studio Tamani 22/03/17)
Des milliers d'ânes sont tués chaque année en Afrique et au Mali pour leurs peaux. Celles-ci sont exportées souvent illégalement vers la Chine pour les besoins de la médecine traditionnelle. Le négoce hors-la-loi a fait augmenter le prix des ânes, renforçant d'autant l'appétit des trafiquants. Au Mali la découverte régulière d'abattages clandestins inquiète de plus en plus. Aux yeux des trafiquants, la peau des ânes est devenue une matière première très recherchée. Au même titre que la défense d'éléphant ou la corne de rhinocéros. Selon les spécialistes de cette filière, si la peau des ânes n'a absolument aucune valeur commerciale en Afrique, la gélatine qu'elle contient est très prisée des médecins traditionnels chinois pour traiter l'anémie et la ménopause. Elle...
(RFI 21/03/17)
Second et dernier volet de notre série de reportages sur le général Amadou Sanogo, chef de l’ex-junte malienne. Pour la première fois depuis trois ans, il reçoit un journaliste sur son lieu de détention, à Sélingué au sud du Mali et évoque son règne entre 2012 et 2013. Inculpé « d'assassinat et de complicité d'assassinat », son procès s'est ouvert fin novembre avant d'être reporté. Quand on dit à Amadou Sanogo que lors du coup d'Etat de mars 2012 le pouvoir lui a été offert sur un plateau d'argent par les véritables auteurs du putsch, il sursaute : « Non ! Non ! Je préparais un coup depuis longtemps. Le 22 mars, j'ai tout simplement profité d'une situation ». Et...
(Le Republicain (ml) 21/03/17)
La Conférence d’entente nationale, prévue par l’article 5 de l’Accord pour la Paix et le Réconciliation au Mali, aura lieu du 27 mars au 2 avril 2017 à Bamako, selon le communiqué du Conseil des ministres extraordinaire tenu le samedi dernier. A peine le calendrier fixé par le gouvernement malien, la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) et la Plateforme, les groupes armés signataires de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali ont, ensemble, dénoncé, le dimanche 19 mars, la démarche solitaire du gouvernement. « Cette date a été fixée unilatéralement par le gouvernement, sans accord préalable des autres parties », déplorent, dans leur communiqué conjoint, les deux groupes armés. Selon la CMA et la Plateforme, elles «...
(Afrique Inside 21/03/17)
Pour soutenir l’autonomisation des femmes et le dividende démographique, la Banque mondiale apporte un important soutien financier. Le montant alloué au Mali s’élève à 40 millions de dollars. Cinq autres pays du Sahel et proche de la zone sont concernés la Côte-d’Ivoire, le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Le Ministère malien de l’Aménagement du territoire et de la Population est le maître d’œuvre de ce projet financé par la Banque mondiale pour soutenir le processus d’autonomisation des femmes et dividende démographique (SWEDD), au Mali. Un projet qui s’adresse à plusieurs pays du Sahel. Au cours d’une conférence de presse que le ministre malien de l’Aménagement du territoire et de la Population, Sambel Bana Diallo,...
(Le Republicain (ml) 21/03/17)
Famille Feu Sine Camara Bamako le 17 mars 2017 Avenue Cheick Zayed Dravela Bolibana Bamako A Monsieur le Président de la République Chef de l’Etat Et au Peuple Malien Mardi 16 Mars, journal de 20h, mes frères et moi assistons interloqués à un acte incompréhensible des anciens compagnons de mon défunt frère Abdoul Karim Camara Cabral. En effet dans la journée dudit 16 Mars veille de l’anniversaire de son assassinat, ses compagnons ont décidé de décorer le Président de la République. Quelle en est la raison ? Une alternative pour accéder au délice du pouvoir en utilisant à leur tour leur compagnon, en empruntant son cadavre comme escalier ? Depuis fort longtemps, on se doutait de cet opportunisme mais on...
(Info-Matin 21/03/17)
En visite de deux jours dans notre pays, au terme de son service auprès de l’Organisation des Nations Unies à la fin du mois en qualité de Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, a fait samedi ses adieux aux autorités du pays. Un personnage controversé qui aura marqué les esprits dans notre pays tant par ses prises de position que par sa partialité sur certaines questions de l’histoire récente du pays. Tout est bien qui finit bien a-t-on coutume de dire. Après six bonnes années d’exercice en qualité de Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, le français Hervé Ladsous, quittera définitivement son poste à la fin de ce mois. Il...
(L'Essor 21/03/17)
Toutes les cigarettes qui tombent entre les mains ne sont pas bonnes à consommer ! C’est le principal message qu’on retient de la cérémonie d’incinération de 495 cartons de cigarettes, pour une valeur marchande, estimée à environ 68,305 millions de Fcfa, que nos forces de sécurité (la Police et la Gendarmerie) et les Douanes maliennes ont saisis pour les remettre à la disposition de la Société nationale de tabac et allumette du Mali (SONATAM) pour incinération. L’opération a eu lieu hier, lundi, dans la chaudière de BATEX CI, à la zone industrielle de Bamako. Elle a regroupé autour du directeur général de la SONATAM, Issouf Traoré, le secrétaire général du ministère du Développement industriel, Mohamed Ag Ahmedou, le chef des...
(AfricaNews 20/03/17)
La Conférence d’entente nationale est prévue du 27 mars au 2 avril prochain. Une rencontre pour discuter des avancées des accords de paix d’Alger. Mais, l’annonce de Bamako ne fait pas l’unanimité. L’espoir, voilà un mot que ne veulent pas perdre les Maliens dans leur vocabulaire. Alors que des divergences subsistent entre Bamako et des groupes armés du Nord, les autorités maliennes veulent encore croire que l’application des accords de paix d’Alger est encore possible. Un nouveau pas pourrait être franchi dans les jours à venir avec la conférence d’entente nationale prévue du 27 mars au 2 avril prochain.
(RFI 20/03/17)
Au Mali, on connait désormais la date de la Conférence d'entente nationale, une grande réunion qui doit réunir toutes les composantes de la nation pour faire le point plus d'un an et demi après la signature des Accords de paix d'Alger. Une annonce qui a surpris tout le monde, groupes armés et opposition politique. La paix, l'unité et la réconciliation, voici les trois axes de discussion de cette Conférence d'entente nationale qui doit aboutir à la création d'une charte. « Pas de sujets interdits », affirme-t-on du côté du gouvernement, mais pas de dispersion non plus, il y aura des thèmes à l'ordre du jour. Sauf que ces dates du 27 mars au 2 avril ont surpris tout le monde...
(AFP 20/03/17)
Le chef de l'ex-junte junte du Mali, Amadou Sanogo, accusé d'"assassinat et complicité d'assassinat" de soldats, a déclaré dimanche à l'AFP qu'il était "innocent" et "pressé de dire sa vérité". "Je ne me reproche rien. Je suis vraiment pressé de dire ma part de vérité par rapport à tout ce qu'on me reproche", a déclaré Amadou Sanogo, à Sélingué, son lieu de détention, à 120 km au sud de la capitale, Bamako. "Depuis trois ans, je suis en détention. Je crois en la justice malienne. Je veux dire ce que je sais. Je suis innocent", a ajouté M. Sanogo, détenu dans une maison surplombée par des miradors et gardée par des soldats. Le procès du chef de l'ex-junte malienne (2012-2013),...
(RFI 20/03/17)
Amadou Haya Sanogo, le chef de l'ex-junte militaire malienne (2012-2013) a été arrêté il y a trois ans et inculpé pour « assassinat et complicité d'assassinat » à la suite de la découverte en 2013 d'un charnier contenant les corps et restes d'une vingtaine de militaires « bérets rouges ». Son procès s'était ouvert fin novembre dernier avant d'être reporté pour complément d'enquête. Pour la première fois depuis trois ans, il reçoit un journaliste sur son lieu de détention à Sélingué, localité située à 120 km au sud du Mali. Deux bonnes heures de route, pour se rentre à Sélingué. Dans la ville, un ruban de bitume. Et subitement à gauche, on aperçoit un vaste bâtiment avec des miradors, c'est...
(AFP 20/03/17)
La sécurité au Mali "reste préoccupante" en dépit des moyens déployés et des dernières avancées sur l'accord de paix, a déclaré samedi à Bamako le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU. "La situation sécuritaire reste globalement préoccupante. Nous sommes beaucoup trop fréquemment attaqués par les groupes armés", a affirmé Hervé Ladsous lors d'une conférence de presse. Déployée depuis juillet 2013, la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) est la force de maintien de la paix onusienne la plus coûteuse en vies humaines depuis la Somalie en 1993-1995, avec plus de 70 Casques bleus tués en opération.
(L'Essor 20/03/17)
Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix de l’ONU depuis le 2 septembre 2011, Hervé Ladsous, âgé de 66 ans, est en fin de mandat. C’est dans ce cadre qu’il s’est rendu dans notre pays le week-end dernier. Après avoir été reçu par le président de la République, le diplomate français a rencontré la presse, samedi soir, à l’hôtel Salam pour expliquer qu’il était «venu prendre congé du Mali» et de passage «présenter son successeur, Jean Pierre Lacroix, 56 ans». Ce dernier était, jusqu’à présent directeur pour les Nations unies et les organisations internationales au ministère français des Affaires étrangères. Répondant aux questions des journalistes, M. Ladsous a laissé entendre que le processus de paix n’avance pas...
(La Tribune 20/03/17)
Miné par une guerre au Nord depuis 2012 et un front social tendu caractérisé par des grèves dans presque tous les secteurs, le Mali a besoin de remettre les choses à plat. Le 27 mars à Bamako, s’ouvre une conférence d’entente nationale pour permettre au pays de se ressaisir. Toutes les forces vives de la nation devront prendre part à ce dialogue qui va dérouler jusqu’au 2 avril 2017. Puisque la guerre déclenchée depuis 2012 au nord Mali n'a rien apporté de bon au pays, il est peut-être temps d'enterrer la hache de guerre et de se serrer chaleureusement la main. Prévue jusqu'au 2 avril, cette conférence qui regroupera l'ensemble des forces vives du Mali, soit 300 participants venant des...
(Le Republicain (ml) 20/03/17)
La tactique de la terre brûlée : voici le pire qui est en train de se mettre en place dans le centre du Mali, particulièrement dans la localité de Djenné. Même si les djihadistes ne sont pas partie prenante à l’accord d’Alger, il est aujourd’hui impossible de travailler à la paix et à la stabilité sans poser la question du clivage ethnico-religieuses prévalant au Centre du Mali. « Cette situation au Centre n’est pas sans danger », selon Adam Thiam, journaliste malien et promoteur de l’Institut du Macina qui vient de publier, en collaboration avec le Centre pour le dialogue humanitaire, une étude intitulée : « Enjeux et dangers d’une crise négligée ». Les écoles qui étaient jusqu’ici épargnées commencent...
(RFI 20/03/17)
Au Mali, la vaste opération de recouvrement des impayés déclenchée en début de semaine par la Société d'énergie du Mali (SEDM) se poursuit. Les mauvais payeurs sont privés d'électricité. Parmi eux, des institutions et des services officiels. L'Assemblée nationale du Mali fait partie des mauvais payeurs : entre 100 et 200 millions de francs CFA de factures non payées. C'est donc sans ménagement que les techniciens ont débarqué dans la cour de l’hémicycle pour interrompre brutalement la fourniture d’électricité. Des témoins ont vu des députés et travailleurs transpirer à grosses gouttes en cette période de canicule. Rapidement, l'administration de l'Assemblée a sorti le chéquier, payé une partie de sa dette, avant de prendre des engagements fermes pour que l'électricité soit...
(Le Republicain (ml) 20/03/17)
Bis repetita. A l’appel du Collectif « mains propres », les Maliens de France ont manifesté le samedi dernier devant le Consulat du Mali à Paris. Les manifestants dénoncent, trois mois après leur occupation du Consulat, le non respect des engagements que l’Etat malien avait pris pour faciliter les procédures administratives des Maliens de France. « Faut-il avoir des armes pour se faire entendre ? », était l’un des messages sur les pancartes des Maliens de France rassemblés, le samedi 18 mars 2017, devant le Consulat du Mali à Paris. Ce message traduit, selon Abdoul Karim Kébé, un manifestant, l’amertume et le malaise profond qu’éprouvent les maliens vivants en France. « On continue à réclamer un droit que tout citoyen...
(APA 20/03/17)
La Banque mondiale a retenu de débloquer durant trois ans une enveloppe 57 milliards de dollars en faveur de l’Afrique subsaharienne, a annoncé le président de l’institution financière dans un communiqué reçu lundi à APA. Selon le communiqué émanant du bureau de la Banque mondiale au Mali, Jim Yong Kim a fait cette annonce, peu après avoir ‘’reçu les ministres des finances du G20 et les gouverneurs des banques centrales.’’ L’enveloppe sera disponible dans la période allant ‘’du 1er juillet 2017 au 30 juin 2020’’, lit-on dans le communiqué qui précise que l’argent proviendra essentiellement de ‘’l’Association internationale de développement (IDA) et du fonds de la Banque mondiale pour les pays les plus pauvres qui débloquera 45 milliards de dollars.’’...
(L'Essor 20/03/17)
La sélection nationale a raté sa première sortie contre la Guinée, avant de se racheter face au Cap-Vert, lors de la deuxième journée. Pour le capitaine Mahamadou Kanté et ses coéquipiers, comme pour les autres sélections, la qualification se jouera, cette semaine, au Sénégal. Le suspense reste entier. Après leur défaite face à la Guinée 61-58, dans le match inaugural de la phase aller du Tournoi de la zone 2 qualificatif à l’Afrobasket 2017, les Aigles se sont rachetés, le samedi, en dominant 61-54 le Cap-Vert lors de la deuxième journée. Auparavant, en première heure, la Guinée avait battu le Sénégal 68-55 et signé sa deuxième victoire en autant de sorties. Pour le sélectionneur des Aigles, la victoire était impérative...

Pages