Mercredi 28 Juin 2017
(Le Sphinx 27/06/17)
Dans une interview accordée à nos confrères des radios libres dont Kassim Traoré de Kledu, le Président d’honneur d’ADP-Maliba et non moins promoteur de la mine d’or Wassoul’or, dévoile tout : les raisons de son retrait de la mouvance présidentielle, la tentative d’usurpation de la société par le fils du Président, les confidences de son mentor Bouyé Haïdara… Tout ! Quelle est la situation économique de votre société WASSOUL’OR, au jour d’aujourd’hui ? Dieu merci, WASOUL’OR se porte bien aujourd’hui après les difficultés rencontrées en 2012 lorsqu’on a nous a mis en règlement préventif. On voulait investir 26 milliards pour redémarrer les activités, mais dans les faits, on a dépassé plus de 35 milliards. Avant le règlement préventif, on avait...
(Afrique sur 7 27/06/17)
Le terrorisme en Afrique est une multinationale très engagée vu la teneur avec laquelle les terroristes se déchaînent dans les pays de l’Afrique de l’Ouest. En visite d’une semaine au Burkina-Faso pour mieux comprendre ce fléau, un confrère n’avait sur la bouche que ces mots : « Ces attaques terroristes, ça commence à faire trop». Retour sur des attaques atypiques au Burkina et au Mali. Le terrorisme: la naissance d’une multinationale en Afrique Le terrorisme en Afrique semble irrémédiable au regard de l’acharnement avec lequel les terroristes s’en prennent aux pays de l’Afrique de l’Ouest. « On ne sait pas si elles ont été planifiées et exécutées par le même groupe, mais le Mali et le Burkina ont une fois...
(Info-Matin 27/06/17)
Hier soir aux environs de 22 heures, ils sont 168 migrants maliens, qui ont été rapatriés de Libye où ils étaient allés chercher fortune dans le pays de l’ex-Guide libyen Mouammar Kadhafi. Malheureusement pour eux, leurs rêves se sont brisés en cours de chemin, telles des vagues, sur les côtes libyennes, et l’aventure s’est achevée par un retour volontaire des immigrés au bercail. Un retour à la limite « forcé » qui a été rendu possible grâce au Gouvernement, à travers le ministère des Maliens de l’extérieur et de l’intégration africaine, et à l’appui de l’Organisation internationale de la Migration (OIM), qui a mis les moyens à la disposition de nos compatriotes qui se sont résolus à rentrer au bercail tant la...
(Agence Ecofin 27/06/17)
Medi1 Radio peut désormais émettre depuis le Burkina Faso. En effet, une convention générale portant autorisation d'émission en modulation de fréquence a été signée à Ouagadougou, entre le PDG de la Radio Méditerranée internationale (Medi1), Hassan Khiyar, et la présidente du Conseil supérieur de la communication (CSC) du Burkina Faso, Nathalie Somé. Par cette signature, le CSC autorise Medi1 à exploiter par voie hertzienne un service de radiodiffusion d’informations générales pour une durée de dix ans renouvelable. Avec cette convention, Medi1 Radio poursuit sa stratégie de développement en Afrique. Le 12 juin, la station était également autorisée à émettre au Mali. Selon la présidente du CSC, « La signature de cette convention de concession de radiodiffusion sonore au-delà de l’enrichissement...
(AFP 26/06/17)
Le Tchad "sera dans l'obligation de se retirer" des opérations militaires en Afrique "si rien n'est fait" pour aider financièrement le pays qui traverse une sévère crise économique et sociale, a assuré dimanche le président tchadien Idriss Déby Itno. "Nous n'avons pas du tout été soutenu sur le plan financier, économique. Si rien n'est fait, si ca continue, le Tchad sera dans l'obligation de se retirer" des opérations extérieures sur le continent, a expliqué le président dans un entretien à RFI, TV5 Monde, et le quotidien Le Monde. Au Mali, le Tchad forme le troisième contingent le plus important de la Mission des Nations unies au Mali (Minusma), avec 1.390 hommes. Par ailleurs, 2.000 soldats tchadiens sont engagés dans la...
(AFP 24/06/17)
Fleurs à la main et larmes aux yeux, plus d'une centaine de personnes ont rendu samedi hommage aux victimes de l'attaque du "campement Kangaba", lieu de villégiature proche de Bamako visé par des jihadistes la semaine dernière. Cinq personnes - deux militaires et trois civils, dont un Européen, un Portugais, et un Chinois - ont péri dimanche dernier dans l'attaque revendiquée par la principale alliance jihadiste du Sahel, liée à Al-Qaïda. Une quarantaine de civils ont réchappé de ce premier attentat anti-occidental depuis plus d'un an dans la capitale malienne et qui a touché ce vaste "ecolodge" prisé des expatriés. Son fondateur et propriétaire, le Français Hervé Depardieu, avait pris la tête du rassemblement sur les hauteurs où sont situées...
(AFP 24/06/17)
Le gouvernement et les groupes armés signataires de l'accord d'Alger ont relancé le processus de paix au Mali avec la conclusion d'un nouveau calendrier d'application de l'accord, deux ans après sa signature, a-t-on appris samedi de sources officielles. "La plateforme (groupes armés progouvernementaux), la coordination des mouvements de l'Azawad (CMA, ex-rebellion) et le gouvernement malien ont discuté directement, et ça s'est bien passé", a assuré à l'AFP Mohamed Ould Matali, député de la majorité présidentielle et membre de la plateforme. "Nous avons reconnu que les choses avaient trainé et nous avons fixé un nouveau calendrier pour appliquer l'accord", a-t-il affirmé.
(RFI 24/06/17)
Que s'est-il passé exactement dans le cercle de Koro dans le centre du Mali à la frontière avec le Burkina Faso. Des affrontements meurtriers ont eu lieu entre peuls et dogons et plusieurs dizaines de personnes sont mortes. Une délégation ministérielle malienne s'est rendue sur place. Trois ministres maliens se sont rendus dans le Cercle de Koro et une partie de la délégation y est d’ailleurs restée pour poursuivre les investigations et tenter de comprendre ce qui a mis le feu aux poudres. A priori, un litige foncier qui a dégénéré. C’est récurrent dans cette région et pendant les périodes de transhumance : des hameaux entiers ont été brûlés. Tiéman Coulibaly, ministre de l’Administration territoriale, revient du Cercle de Koro...
(Jeune Afrique 24/06/17)
Pour la première fois depuis sa création, après l'attentat contre le Radisson Blu de Bamako, en novembre 2015, la Force spéciale antiterroriste (Forsat) est intervenue seule lors de l'attaque qui a fait cinq morts le 18 juin au campement Kangaba, en périphérie de la capitale. Sur les 180 éléments d’élite de la police, de la gendarmerie, et de la garde nationale qui composent la Forsat, une équipe est toujours en alerte à Bamako. Ce dimanche 18 juin, il était un peu plus de 16h lorsque lui est parvenue l’information de tirs au campement Kangaba, un lieu de villégiature prisé des Maliens aisés et des Occidentaux en périphérie de la capitale. Rapidement mobilisés, les premiers membres de la Forsat sont arrivés...
(La Tribune 23/06/17)
Le gouvernement malien a finalement décidé de reporter à une date ultérieure, le référendum constitutionnel prévu pour le 9 juillet prochain. Face à l’ampleur prise par la contestation populaire, le président malien fait donc marché arrière, ce qui le place en mauvaise posture pour les prochaines élections présidentielles de 2018 auxquelles il compte bien se présenter pour un second et dernier mandat. La fronde populaire a eu raison du référendum constitutionnel porté par le président malien Ibrahim Boubacar Keita et qui devrait se tenir le 9 juillet prochain. A l'issue d'une session du conseil des ministres qui s'est tenu ce mercredi 21 juin, le gouvernement a décidé de reporter sine die le référendum sur la révision de la constitution. «...
(RFI 23/06/17)
Après le feu vert donné par l’ONU mercredi 21 juin, l'engagement des pays de Sahel de fournir les militaires, il ne reste plus que le financement pour mettre en place la force conjointe des pays du G5 Sahel qui aura pour mission de lutter contre le terrorisme et le trafic transfrontaliers. Financement qui est loin d’être réuni pour le moment. Un sommet des chefs d'Etat des G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad) se tiendra à Bamako le 2 juillet prochain en présence du président français Emmanuel Macron pour essayer de récolter des fonds. La tâche paraît difficile. Pour être efficace, il lui faut de l'argent, et le risque d'inefficacité et le manque des moyens minimiseront forcément l'impact de...
(RFI 23/06/17)
Au Mali, le référendum sur le projet de révision de la Constitution n'aura pas lieu le 9 juillet. Face à une opposition et une société civile qui descendent dans la rue, face à une fronde au sein même de la mouvance présidentielle, Ibrahim Boubacar Keïta a tranché. Sans donner un nouveau calendrier. Le projet devait permettre de relancer les accords d'Alger, mais le nord du pays, à ce jour, ne peut participer au référendum. « Ne touche pas à ma Constitution », voilà ce qu'on entend à Mopti, Sikasso, ou encore Bamako. Soumaïla Cissé demande l'annulation pure et simple du projet de révision. Le patron de l'opposition à l'Assemblée nationale affirme qu'IBK met la charrue avant les bœufs : «...
(Le Republicain (ml) 23/06/17)
L’attaque terroriste du dimanche dernier contre un hôtel près de Bamako n’est pas la première du genre, mais elle intervient à un moment critique pour le pouvoir. Une des plus grandes marches de l’histoire du pays se tenait un jour avant ce drame. Le président IBK qui incarne ce pouvoir a dû mesurer qu’il est loin de sa cote de popularité de 2011, l’époque où il déclarait au peuple, dans un stade de la capitale, l’expression gaullienne: « je vous ai compris!» Le report du référendum à une date ultérieure ne rassure pas les organisateurs de la marche du 17 juin. Une nouvelle marche est prévue le samedi 1er pour encore exiger le retrait pur et simple du projet qui...
(Le Monde 23/06/17)
Depuis 2015, les attaques djihadistes se sont étendues au centre et au sud du Mali, et le phénomène gagne les pays voisins, en particulier le Burkina Faso et le Niger. Emmanuel Macron arrivera le 2 juillet à Bamako pour le sommet des chefs d’Etat du « G5 Sahel » – Mauritanie, Niger, Tchad, Mali et Burkina Faso – auréolé d’une timide victoire diplomatique. La France est parvenue à faire voter au Conseil de sécurité de l’ONU et à l’unanimité, mercredi 21 juin, une résolution saluant le déploiement d’une force antiterroriste de 5 000 hommes, composée de contingents de ces cinq pays du Sahel, chargée de protéger les frontières de cette vaste zone sahélo-saharienne en proie à la violence des groupes...
(Le Point 23/06/17)
Ce spécialiste en développement analyse les méfaits d'une aide internationale vouée aux urgences sécuritaires dans ces pays où les fragilités structurelles s'aggravent. Ces cinq pays que sont le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad, regroupés au sein du cadre institutionnel baptisé G5 Sahel dont le but est d'apporter une réponse régionale aux défis sécuritaires, n'ont bien entendu rien de commun sur les plans géographique, historique ou culturel, mais ils partagent depuis une dizaine d'années d'importantes fra­gilités structurelles auxquelles il faut désormais ajouter les incertitudes conjoncturelles. Chiffres et témoignages à l'appui, des experts du Sahel, des économistes en développement et des scientifiques ont lancé un plaidoyer en faveur d'un changement de paradigme dans l'approche du développement...
(L'Essor 23/06/17)
Les fonds servent à financer la 2è phase de la cité universitaire de Kabala et d’autres projets à déterminer. Quant aux vivres, ils sont destinés à nos compatriotes menacés par l’insécurité alimentaire. Deux importants documents ont été signés hier par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop et l’ambassadeur de Chine au Mali, Mme Lu Huiying. Il s’agit d’un accord de coopération économique et technique et de l’échange de lettres relatif à un don humanitaire de riz du gouvernement de la République populaire de Chine au gouvernement malien. La rencontre a eu lieu dans la salle de conférence dudit département. Ces signatures concrétisent des promesses et engagements annoncés, il y a un mois à Bamako...
(Info-Matin 23/06/17)
Après la mise en cause du chronogramme du retour de l’administration à Kidal avant le 20 juin 2017, la Coordination des mouvements armés (CMA) vient de s’illustrer, à nouveau, mardi dernier, par son boycott de la cérémonie de remise au Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA, de la ‘’Charte pour la paix, l’unité et la réconciliation nationale’’. Le Médiateur de la République, Baba Hakib HAIDARA, a procédé à la remise de la ‘’Charte pour la paix, l’unité et la réconciliation nationale’’ au Président de la République, avant-hier mardi. La cérémonie a été boycottée par les responsables de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA). Le document, dont le contenu n’a pas été rendu public, est présenté par le doyen...
(L'Essor 23/06/17)
Sur les 171 saisines formelles ayant fait l’objet de dossiers enregistrés, 106 ont été entièrement traitées et clôturées Le Médiateur de la République, Baba Akhib Haïdara, a présenté hier le Rapport 2016 de son institution au président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita. La cérémonie solennelle s’est déroulée dans la salle des banquets du Palais de Koulouba, en présence du Premier ministre, Abdoulaye Idrissa Maïga et de plusieurs membres du gouvernement. Depuis sa nomination en 2013, Baba Akhib Haïdara remet, pour la quatrième fois, le rapport annuel de sa structure au chef de l’Etat. Celui de 2016, un document de 75 pages, reflète les efforts louables consentis par le Bureau du Médiateur afin de faire face aux attentes légitimes des...
(Le Republicain (ml) 23/06/17)
Au Mali, l’un des enjeux de la résolution adoptée mercredi 21 juin, par le Conseil de sécurité de l’ONU, c’est le retour de la paix dans le centre du pays, là où une partie de la communauté peule est en train de basculer dans le jihadisme. Le médecin Aly Nouhoum Diallo est une grande figure de cette communauté peule. Il a présidé l’Assemblée nationale du Mali pendant dix ans, de 1992 à 2002. De passage à Paris, il témoigne au micro de Christophe Boisbouvier. RFI: Au moins 32 morts depuis vendredi 16 juin, dans le cercle de Koro dans la région de Mopti. Est-ce à dire que malgré tous vos efforts pour réconcilier les communautés, on n’y arrive pas. Aly...
(Agence Ecofin 23/06/17)
Feu vert pour l’opérationnalisation de la force conjointe du G5 Sahel. Le Conseil de sécurité de l’Onu vient d’adopter un texte saluant le déploiement des forces sahéliennes dans la lutte contre les groupes djihadistes dans la région. Toutefois, ce vote ne donne pas un mandat de l’Onu (qui serait synonyme d’un appui matériel et financier) à la force sahélienne. Dans un communiqué dont Niamey et les 2jours a obtenu copie, le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a exprimé son satisfecit : « Je salue l'adoption à l'unanimité par le Conseil de sécurité de la résolution 2359 » qui entérine « le déploiement de la force conjointe du G5-Sahel». Pour M. Le Drian, « le...

Pages