Vendredi 20 Avril 2018
(AFP 26/03/18)
Le Canada compte déployer son contingent de Casques bleus au Mali vers le mois d'août, a indiqué dimanche le ministre de la Défense Harjit Sajjan. Ottawa a annoncé le 19 mars sa décision de déployer pendant un an une force d'appui aérienne avec des hélicoptères et des Casques bleus dans le cadre de la mission de stabilisation des Nations unies au Mali (Minusma). Mais le gouvernement n'avait pas donné de date, indiquant qu'elle serait fixée après consultations avec l'ONU.
(AFP 26/03/18)
Le Premier ministre malien Soumeylou Boubeye Maiga a annoncé samedi à Gao (Nord) des mesures pour la réouverture de plusieurs centaines de salles de classes fermées en raison de la crise et d'autres en faveur de l'emploi des jeunes, a constaté l’AFP. "Pour pallier le manque d’enseignants, j’autorise les maires à engager des bénévoles là où il n’y a pas d’enseignants. Ils seront payés par l'État à 50.000 cfa par mois", a déclaré le Premier ministre malien au cours d’une rencontre avec les populations, chaleureusement accueilli dans sa ville natale. Il a par ailleurs affirmé que les municipalités auront les moyens nécessaires pour que "les enfants aillent à l'école" et il a annoncé la création de cantines colaires. Le Premier...
(RFI 26/03/18)
Le 19 mars dernier, Habib Sylla, le président du Haut Conseil des Maliens de l'extérieur (HCME) qui fédère les associations des Maliens à l'étranger, a apporté son soutien au président Ibrahim Boubacar Keïta en vue de la présidentielle prévue le 29 juillet prochain au Mali. Un positionnement qui a indigné plusieurs associations de la diaspora qui rappellent que le HCME est apolitique. Elles demandent que le mandat du président du HCME soit suspendu le temps de période électorale. Le Haut Conseil des Maliens de l’extérieur est une association à caractère apolitique. Et donc, le président des Maliens de l’extérieur, monsieur Habib Sylla, a fait des déclarations antistatutaires. Il s’est permis de faire des déclarations en sollicitant un second mandat pour...
(Le Monde 26/03/18)
Selon l’avocat Mamadou Ismaïla Konaté, le contexte sécuritaire, social et politique ne permet pas de garantir le bon déroulement du scrutin présidentiel prévu en juillet. Le principal indicateur de la vitalité démocratique d’un pays s’apprécie de nos jours à la tenue de scrutins à la date convenue. En démocratie, c’est l’élection qui fonde le pouvoir. C’est cet indicateur qui détermine les bailleurs de fonds dans leur coopération avec un Etat, même si celle-ci est également conditionnée au respect des équilibres budgétaires. Sur ce plan, les Etats africains présentent le plus souvent des comptes de façade, mirobolants mais maquillés. La République démocratique du Congo (RDC), le Tchad, mais aussi la Mauritanie et plus récemment encore le Congo-Brazzaville ont été pris la...
(TV5 26/03/18)
Primés lors d'un concours international à Washington, de jeunes maliens passionnés de robotique exercent leurs talents au pays dans un nouveau centre flambant neuf. Etudiant à l’Ecole nationale d’ingénieurs, Abdoulaziz expérimente des fragments électroniques dans sa chambre... son premier laboratoire. Tous les jours, il retrouve ses camarades dans un atelier de Bamako, Donilab. Ils souhaitent à l’aide d’une carte magnétique et d’un petit robot permettre aux non-voyants d’utiliser les transports en commun de façon autonome. D’autres applications sont possibles. Youssouf l’a bien compris. Depuis deux ans, il instruit des jeunes et les forme à la robotique. Résultat, le Mali a remporté avec ce robot trieur, la deuxième place du First Global Challenge de Washington en robotique. Aboubacar membre de l’équipe...
(RFI 24/03/18)
Cela faisant quatre ans qu'un chef du gouvernement du Mali ne s'était plus rendu dans la ville du Nord. Soumeylou Boubeye Maïga l'a fait vendredi 23 mars, accompagné de huit de ses ministres. Un déplacement sous très haute surveillance et escortée par l'ancien rébellion, les combattants de la CMA. Une visite qui n'était pas sans risque : la veille, la base de la Minusma a été une fois de plus visée faisant cinq blessés parmi les soldats français. L'hélicoptère atterrit dans la cour de la mission de l'ONU à Kidal, car l'aéroport est impraticable. Le Premier ministre sort tout sourire du ventre de l'appareil. Pour l'accueillir, le représentant spécial de l'ONU au Mali, Mahamat Saleh, un natif qui a tout...
(Apa 24/03/18)
APA-Nouakchott (Mauritanie)- La situation des réfugiés maliens en Mauritanie a été au centre d’une réunion tripartite, vendredi à Nouakchott, entre des représentants des deux pays et du Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), a constaté APA. Cette réunion a pour but de faire le point sur plus de 50.000 réfugiés maliens en Mauritanie et sur l’état d’avancement du processus de leur retour volontaire. Installés dans le camp de M’berra à l’extrême Est de la Mauritanie, lesdits réfugiés avaient fui la guerre civile et les violences qui déchirent le Nord et l’Ouest maliens depuis 2012. Fidèle aux valeurs de fraternité et de bon voisinage, Nouakchott a pris toutes les dispositions pour héberger « les frères maliens » dans de...
(AFP 23/03/18)
Le Premier ministre malien Soumeylou Boubeye Maïga a effectué vendredi une visite de quelques heures à Kidal, une première depuis près de quatre ans dans ce bastion de l'ex-rébellion dans le nord du Mali, où une attaque jihadiste la veille a blessé cinq militaires français. Arrivé en hélicoptère sur la base de la Mission de l'ONU (Minusma), M. Maïga a été accueilli par le chef de la Minusma, Mahamat Saleh Annadif. Dans la ville, la sécurité autour de la délégation était assurée par les combattants de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA, ex-rébellion à dominante touareg), a constaté un correspondant de l'AFP.
(RFI 23/03/18)
Le Premier ministre malien est en tournée dans le nord du pays. La première étape a été effectuée ce jeudi 22 mars à Tessalit où il a rencontré les populations locales. L'étape de Kidal qui devait commencer jeudi commencera finalement ce vendredi, en raison d'une météo capricieuse. C'est non sans maestria, étant donné le terrible vent de sable qui soufflait alors, que le pilote de l’avion de commandement du Premier ministre s'est posé sur l’aéroport de Tessalit. En revanche, l’engin du représentant spécial de l’ONU au Mali n’a pas pu effectuer la manoeuvre. Pour ne pas prendre trop de risque, il a rebroussé chemin, direction Sévaré (centre). Une fois à Tessalit, le Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga n’a pas chômé...
(La Libre 23/03/18)
Les problèmes sécuritaires au Mali ne peuvent pas être réglés « en moins de 10 à 15 ans », a estimé le chef d’état-major des armées françaises lors d’une récente audition parlementaire, tout en rejetant l’idée d’un d »enlisement » des forces françaises au Sahel. « Je ne pense pas qu’il soit possible de régler le problème au Mali en moins de 10 à 15 ans, si tant est que nous le puissions », a déclaré le général François Lecointre fin février devant la commission défense de l’Assemblée nationale, dont le compte-rendu était disponible en ligne jeudi. « Cette durée fut celle de notre engagement dans les Balkans, en Côte d’Ivoire ou en Afghanistan », rappelle-t-il. Quelque 4.000 soldats français...
(Jeune Afrique 23/03/18)
La France devrait accueillir une rencontre entre les parlementaires des pays membres du G5 Sahel et les bailleurs de fonds. L'événement, prévu fin 2018, se tiendra sous l'égide de la Commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale française. Jacques Maire, député LREM, vice-président de la Commission des Affaires étrangères et président du groupe d’amitié France-Niger à l’Assemblée nationale, organise une rencontre interparlementaire entre les membres du G5 Sahel et les bailleurs de fonds de la région afin d’identifier les besoins de ces pays en matière de développement. La rencontre devrait se dérouler fin 2018 à Paris, sous l’égide de François de Rugy, le président de l’Assemblée nationale. Fin février, l’Union européenne a annoncé apporter une enveloppe globale de 100 millions...
(Le Monde 22/03/18)
Cinq soldats français ont été légèrement blessés jeudi 22 mars par des tirs contre la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) et de l’armée française, à Kidal, dans le nord du Mali, où le premier ministre malien, Soumeylou Boubèye Maïga, était attendu dans la journée, a annoncé l’état-major français. « Cinq à six coups ont été entendus, vraisemblablement venant de tirs de mortier déclenchés à distance », a précisé le porte-parole de l’état-major. La force « Barkhane » est aussitôt intervenue et a interpellé au moins quatre personnes « en lien plus que probable avec ces tirs », a-t-il ajouté. L’attaque a fait d’importants « dégâts matériels », a précisé de son côté la...
(AFP 22/03/18)
Le Premier ministre malien Soumeylou Boubeye Maïga a entamé jeudi une visite dans le nord et le centre du pays qui doit le mener à Kidal, sous contrôle de l'ex-rébellion, une première depuis 2014. M. Maïga est arrivé en milieu de matinée avec sa délégation comprenant huit ministres à Tessalit (nord-est), près de la frontière algérienne, a constaté un correspondant de l'AFP. Il était ensuite attendu à Kidal, où une attaque jeudi matin contre le camp de la Mission de l'ONU (Minusma) et de la force française Barkhane a fait cinq blessés légers parmi les militaires français, selon l'état-major des armées à Paris, ainsi que des dégâts matériels.
(L'Essor 22/03/18)
La Région de Kidal que le Premier ministre visite aujourd’hui, plus de 3 ans après l’expérience malheureuse de Moussa Mara (alors à la tête du gouvernement), est au cœur des enjeux du défi sécuritaire au Sahel. Malgré cet antagonisme récurrent que renvoie Kidal au reste du pays, Soumeylou Boubèye Maiga s’évertue à y aller en messager de paix du président de la République. Le chef du gouvernement, accompagné d’une forte délégation (dont une dizaine de ministres), s’imprégnera de la situation sécuritaire dans la perspective de l’organisation de l’élection présidentielle prochaine.
(RFI 22/03/18)
Le dépôt des candidatures aux primaires pour porter les couleurs de l’Alliance pour la démocratie au Mali (Adema) à la présidentielle de juillet prochain s'est clôturé ce mercredi 21 mars. Surprise, sur les cinq candidatures déposées au secrétariat du principal allié du pouvoir au sein de la majorité, celle de Dioncounda Traoré, ancien président de la transition et ancien président de l’Assemblée nationale. Sur les réseaux sociaux, ce message perfide : « Dioncounda Traoré a fait déposer nuitamment sa candidature à l’heure du crime ». Il est vrai que c’est une surprise générale, l’ancien président de l’Assemblée nationale, 76 ans, ayant jusque-là toujours déclaré qu’il n’était pas candidat à la candidature.
(Le Republicain (ml) 22/03/18)
Kalfa Sanogo, Moustapha Dicko et Dramane Dembelé ont décidé de suspendre leur participation au processus de désignation du candidat de l’Adema à l’élection présidentielle de 2018. La raison de leur colère: la tentative de désignation de l’ancien président Dioncounda Traoré comme candidat du parti. Selon eux, l’ancien président de la République du Mali par intérim n’aurait pas encore fini de payer envers IBK sa dette morale et politique. « Le grand frère Dioncounda n’est donc pas partant ; il l’a réaffirmé à plus d’un camarade. La stratégie est claire : le désigner coûte que coûte pour constater plus tard qu’il n’a pas accédé à la demande expresse de la majorité des membres des sections ou qu’il s’est désisté, en faveur...
(22 Septembre 22/03/18)
Le Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, entame à partir de ce jeudi 22 mars, une visite officielle dans la région de Kidal. Sur les réseaux sociaux, on raconte que des conditions drastiques ont été posées par la CMA pour accepter l’arrivée du Premier ministre dans la région des Ifoghas. Sur WhatsApp, ce sont des tracts qui circulent, avec des monstruosités. Malheureusement, sans chercher à recouper ces ragots, une certaine presse en fait ses choux gras. Nous avons donc joint le président de la CMA, Alghabass Ag Intallah pour recouper ce qui semble être l’information. Il nous a répondu en ces termes : « il y’a des gens qui veulent toujours enflammer la situation. Nous ne sommes pas dans cette disposition...
(22 Septembre 22/03/18)
Primaires ADEMA : Six candidatures retenues : la commission de dépouillement est présidée par l’ancien ministre Marimathia Diarra. Le processus de désignation du candidat ADEMA à la présidentielle prochaine suit son cours normal. Le délai de réception des candidatures, fixé le 20 mars, est arrivé à terme. Six candidatures ont été enregistrées : Dioncounda Traoré de Nara, Abdoulaye Pona de la commune IV, Dramané Dembelé de Ségou, Kalfa Sanogo de Sikasso, Moustapha Dicko de Douentza, un illustre inconnu de la commune V dont nous n’avons pu trouver le nom. Une commission de dépouillement a été mise en place lundi par le Comité exécutif de l’ADEMA. Elle est composée de sept personnes. Présidée par l’ancien ministre, Marimanthia Diarra, elle a 15...
(Xinhua 22/03/18)
Trois civils ont été tués lundi par l'explosion d'une mine au passage de leur charrette à Mondoro, dans la région de Mopti au centre du Mali, ont annoncé mardi les Forces armées maliennes (FAMA). "Non loin de là, une seconde mine a été découverte, puis neutralisée par les FAMa", a ajouté l'armée sur son site en précisant par ailleurs qu'une autre mine a été neutralisée entre Hombori et Gossi (centre-nord). On précisait de même source que les FAMa avaient détruit une base qui abritait des "terroristes" lors d'une mission dans le village de Saberè. Celui-ci, situé à 25 km de Koro dans la même région de Mopti, a été brûlé et détruit dimanche dernier suite à des "violences intercommunautaires". Mais,...
(Le Republicain (ml) 22/03/18)
Selon la cellule de communication de Koulouba, à l’issue de son 14ème Conseil d'administration tenu à Bamako les 16 et 17 mars 2018 et en marge de l'inauguration le 15 mars 2018 par IBK de la Maison des Maliens de l'extérieur, les dirigeants du Haut Conseil Malien de l’Extérieur ont été reçu en audience dans l’après-midi du lundi 19 mars 2018, sous la tente de la Résidence des hôtes du Mali, ex-Base B. Au cours de cette rencontre, les présidents des Conseils de base du Haut Conseil des Maliens de l'extérieur (HCME) « ont solennellement réaffirmé à IBK leur soutien total et l'ont invité à se porter sans tarder candidat à l’élection présidentielle du 29 juillet 2018, l’assurant de leur...

Pages