Jeudi 25 Mai 2017
(RFI 22/05/17)
Au Mali, 34 Peuls arrêtés le 9 mai dernier dans le centre du Mali ont été libéré samedi 20 mai. Tous dénoncent de mauvais traitements de la part des forces armées maliennes. Aucun des Peuls libérés ne veut s'exprimer au micro par peur de représailles, mais tous acceptent d'exhiber leurs poignets et leurs chevilles, les chairs à vifs, abîmés après des heures ligotés. Le 9 mai dernier, l'armée malienne débarque dans le village de Sofora dans le centre du Mali. Ils raflent alors plus d'une trentaine de personnes qui sont emmenées dans un petit camp militaire dans la ville de Diaba. Là, certains passeront la nuit ligotés et les yeux bandés, avant qu'un garde ne finisse par venir les détacher...
(Jeune Afrique 22/05/17)
Fidèle à sa volonté de créer une Église moins centrée sur l'Europe, le pape François a annoncé l'élévation au rang de cardinal de cinq évêques, dont celui de Bamako, Mgr Jean Zerbo. Le pape vient d’annoncer la création de cinq nouveaux cardinaux. Parmi eux, on compte un Africain, Mgr Jean Zerbo, archevêque de Bamako. Cette qualification permet à ceux qui en sont honorés de participer au conclave, la réunion au cours de laquelle un nouveau pape est désigné. Les récentes nominations répondent à la volonté de l’Argentin Jorge Bergoglio, nommé pape sous le nom de François en avril 2013, de tendre vers une Église moins centrée sur l’Europe et sur l’Italie. Le consistoire, la cérémonie officielle au cours de laquelle...
(RFI 22/05/17)
'Office central des stupéfiants du Mali le qualifie de «baron du trafic de cocaïne» dans la sous-région. Ce ressortissant guinéen arrêté la semaine dernière est désormais inculpé pour «trafic illicite de stupéfiants». L'homme était à la tête d'un réseau de trafiquants dont trois autres membres ont aussi été arrêtés. Il est né en Côte d’Ivoire, mais il a la nationalité guinéenne. L’homme qu’on appelle plus couramment par son surnom Rouzo, brandit souvent sa carte d’identité malienne, une fausse. Faussaire, il est également selon l’Office central des stupéfiants, un grand baron du trafic de drogue dure, comme la cocaïne et l’héroïne. Son réseau serait alimenté à partir de la Guinée et la Guinée-Bissau. Rouzo, 33 ans, travaille avec des mules chargées...
(Autre média 22/05/17)
Aux termes de l’article 8 de la loi n° 97-010 du 11 février 1997 portant loi organique déterminant les règles d’organisation et de fonctionnement de la Cour constitutionnelle ainsi que la procédure suivie devant elle, les membres de la Cour Constitutionnelle ont pour obligation générale « de ne prendre aucune position publique sur les questions ayant fait ou susceptibles de faire l’objet de décision de la part de la Cour, de ne donner aucune consultation sur les questions relevant de la compétence de la Cour Constitutionnelle ». En violation de cette interdiction, le journal de 20 heures de l’ORTM daté du 15 mai 2017 révèle qu’une délégation du ministre de l’Administration Territoriale a été reçue ce même jour en audience...
(Le Republicain (ml) 22/05/17)
Il faut dialoguer avec les extrémistes religieux du Nord-Mali, en l’occurrence Iyad Ag Ghali, dit l’une des recommandations de la Conférence d’entente nationale du 27 mars dernier. Mais le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, l’ignore. Il a étalé (à nouveau) sa méconnaissance des conclusions issues de cette rencontre, le samedi dernier sur les ondes de RFI, en disant : « aucune recommandation de la Conférence d’entente nationale n’a dit cela. La Conférence d’entente nationale n’a pas été actée. Un des participants à la Conférence d’entente nationale a tenu de tels propos. C’est son souhait, sa liberté mais cela n’a pas été acté comme résolution de la Conférence d’entente nationale. Aujourd’hui, vu le rôle que joue le monsieur dont...
(RFI 22/05/17)
Les équipes du Ghana, de la Guinée, du Mali et du Niger représenteront l’Afrique en Coupe du monde des moins de 17 ans, en octobre en Inde. Elles se sont en effet qualifiées pour le Mondial U17 en atteignant les demi-finales de la Coupe d’Afrique des nations cadets, au Gabon. Le Niger va disputer pour la toute première fois la Coupe du monde des moins de 17 ans. Les Nigériens font en effet partie des quatre équipes qui représenteront l’Afrique en octobre prochain en Inde. Comme le Ghana et la Guinée dans le groupe A, et comme le Mali dans le groupe B, le Niger a validé son billet pour le Mondial U17 grâce à sa qualification pour les demi-finales...
(RFI 21/05/17)
Lors de sa visite éclair à Gao vendredi 19 mai au cours de laquelle il a rencontré le président Ibrahim Boubacar Keïta et les forces françaises Barkhane, Emmanuel Macron a réaffirmé l'engagement de la France dans la lutte antiterroriste. Mais le président français a également pressé le président malien et l’Algérie, médiatrice dans la crise malienne, d'accélérer la mise en œuvre de l'accord de paix et de s'engager pleinement dans la lutte antiterroriste. Une déclaration qui pourrait tout à fait être interprétée comme une première maladresse diplomatique à l’endroit des Algériens. En visite à Gao vendredi 19 mai, Emmanuel Macron a décidé de mettre les pieds dans le plat. « J'aurais une exigence renforcée à l'égard des Etats du Sahel...
(RFI 20/05/17)
Emmanuel Macron, pour son premier voyage présidentiel en Afrique, a passé la journée du vendredi 20 mai 2017 sur la base militaire de Gao, dans le nord du Mali. Il est allé à la rencontre des militaires français postés sur place dans le cadre de l'opération Barkhane. Bien sûr, il a aussi été reçu par son homologue malien Ibrahim Boubakar Keïta, avec lequel il s'est entretenu. Envoyé spécial sur ce déplacement à l'étranger pour RFI : Christophe Boisbouvier. Le président malien lui a accordé un entretien après sa rencontre avec le chef de l'Etat français. RFI: Monsieur le président, c’est votre premier entretien avec le nouveau président français, Emmanuel Macron. Comment ça s’est passé ? Quelle est la différence avec...
(Le Monde 20/05/17)
En visite à Gao, le président a dit vouloir « poursuivre et accroître » l’investissement français dans l’opération « Barkhane ». Il a serré des mains sans compter. Le soldat : « Mes respects, monsieur le président. » Lui, souriant aux uns et aux autres, un peu mécanique dans son habit de chef des armées : « Enchanté. » « Bien. » « Parfait. » « Vous venez d’où ? » Il n’a pas manqué les selfies, dans une forêt dense de treillis. Il a porté son plateau-repas dans le mess mal climatisé, dans une scénographie millimétrée. Emmanuel Macron est venu comme promis, vendredi 19 mai à Gao, au Mali, rendre hommage aux militaires de l’opération « Barkhane » pendant plus de six heures...
(BFM TV 20/05/17)
Pour son premier déplacement hors d'Europe, Emmanuel Macron se rend vendredi sur la base de Gao au Mali, pour donner une nouvelle dimension à l'engagement de la France, présente sur place depuis quatre ans pour lutter contre les jihadistes. Moins d'une semaine après son entrée en fonction, le chef de l'Etat se rend en visite officielle au Mali afin non seulement de marquer sa "détermination" à poursuivre l'engagement au Sahel mais aussi pour l'inscrire dans une coopération renforcée avec l'Allemagne. A son arrivée, Emmanuel Macron a été accueilli par le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, avec qui il aura un entretien sur la lutte contre le terrorisme, le dossier sahélien, le volet politique du dossier et la difficile mise en...
(Le Figaro 20/05/17)
Le président Macron s'est rendu hier au Mali pour visiter les troupes françaises. Mali signifie en langue mandingue «là où le roi vit». Il n'y a pas de roi au Mali, mais il y eut, pour quelques heures, le président de la République française. Dans l'actualité internationale, le nom évoque spontanément le mot mal, et celui dont cet infortuné pays est frappé depuis plusieurs années s'appelle la guerre. La présence française s'effectue dans un cadre d'un mandat appelé «Minusma», acronyme qui signifie «Mission des Nations unies pour la stabilisation du Mali» et suggère assez clairement que l'assistance portée au Mali n'est pas suffisante. «Minusma»? C'est un peu obscur, il eût peut-être été plus exact de dire: minimal. Le président français,...
(AFP 19/05/17)
Sous un soleil de plomb, le président français Emmanuel Macron a passé la journée de vendredi sur la base de Gao, au Mali, assurant son homologue malien de la "détermination" militaire de la France avant de partager de longs moments avec les soldats. Il a également exprimé sa fermeté face aux lenteurs de l'application de l'accord de paix de mai-juin 2015, devant le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, dit IBK. Par ce voyage, il tenait sa promesse de consacrer aux troupes françaises à l'extérieur son premier déplacement, hors sa visite à la chancelière allemande Angela Merkel lundi, signe de l'importance qu'il attache à son rôle de chef des armées. D'où son choix du Mali, principal théâtre des interventions militaires françaises...
(AFP 19/05/17)
Le président français Emmanuel Macron a appelé vendredi au Mali devant son homologue Ibrahim Boubacar Keïta à une "accélération" du processus de paix, lors d'une visite à la base militaire française de Gao, dans le nord du pays. Deux ans après la signature à Bamako d'un accord de paix négocié pendant de longs mois à Alger, la communauté internationale, et notamment la France, exprime régulièrement son impatience face aux retards accumulés dans son application, y compris envers le gouvernement malien. "Mon souhait, c'est que nous accélérions", a déclaré M. Macron au sujet de cet accord signé en mai-jun 2015 entre le gouvernement malien, les groupes armés...
(AFP 19/05/17)
Le président français Emmanuel Macron est arrivé vendredi sur la base de Gao dans le nord du Mali, pour son premier déplacement hors d'Europe, afin de donner une nouvelle dimension à l'engagement militaire de la France, présente depuis quatre ans pour lutter contre les jihadistes. Moins d'une semaine après son entrée en fonctions, le chef de l'Etat veut non seulement marquer sa "détermination" à poursuivre l'engagement au Sahel mais aussi l'inscrire dans une coopération renforcée avec l'Allemagne.
(AFP 19/05/17)
Le président français Emmanuel Macron est arrivé vendredi à la base militaire française de Gao, dans le nord du Mali, a constaté une journaliste de l'AFP. Il a été accueilli par son homologue malien Ibrahim Boubacar Keïta, au début de ce premier déplacement hors d'Europe depuis sa prise de fonction dimanche, pour lequel il a choisi Gao, pivot de l'opération française Barkhane contre les jihadistes au Sahel, qui mobilise 4.000 soldats dans cinq pays. Les deux chefs d'Etat ont ensuite passé en revue les troupes présentes.
(AFP 19/05/17)
Pour son premier déplacement hors d'Europe, le président Emmanuel Macron se rend vendredi sur la base de Gao au Mali, pour donner une nouvelle dimension à l'engagement militaire de la France, présente depuis quatre ans pour lutter contre les jihadistes. Moins d'une semaine après son entrée en fonctions, le chef de l'Etat veut non seulement marquer sa "détermination" à poursuivre l'engagement au Sahel mais aussi l'inscrire dans une coopération renforcée avec l'Allemagne. Il entend encore compléter l'action militaire par une stratégie d'aide au développement, a indiqué son entourage, comme le réclament d'ailleurs des organisations humanitaires.
(Reuters 19/05/17)
GAO, Mali (Reuters) - Emmanuel Macron est attendu ce vendredi au Mali pour une visite auprès des troupes françaises déployées à Gao, son premier déplacement sur un théâtre militaire depuis son investiture, dans un contexte de regain de tensions quatre ans après l'intervention Serval. Le chef de l'Etat, qui sera accueilli à son arrivée dans la matinée par son homologue malien Ibrahim Boubacar Keïta, sera accompagné de la ministre des Armées Sylvie Goulard, de Jean-Yves Le Drian, passé de la Défense aux Affaires étrangères, et du directeur général de l'Agence française de développement (AFD), Rémy Rioux. Au programme de cette visite de 6h30 dans une base où 1.600 soldats français sont déployés dans la cadre de l'opération Barkhane : deux...
(RFI 19/05/17)
C'était une promesse d'Emmanuel Macron. Le chef des armées françaises se rend ce vendredi 19 mai au Mali auprès des militaires de la force Barkhane. Il rencontrera notamment les forces spéciales, le service de santé des armées et les forces armées maliennes, qui travaillent avec la force déployée par Paris tous les jours. C’est le premier déplacement hors d’Europe du nouveau chef de l'Etat. Avant son élection à la présidence de la République, Emmanuel Macron avait promis qu’en cas de victoire, il se rendrait immédiatement auprès des forces françaises sur le terrain. Il s'exécute ce vendredi à Gao
(AFP 19/05/17)
La politique française en Afrique, et particulièrement au Mali où se rend vendredi le président Emmanuel Macron, est trop "purement militaire", et doit prendre en compte le besoin de changement démocratique qui s'exprime sur le continent, estime Florent Geel, de la FIDH. La Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH) a publié récemment un rapport alarmant sur le Mali, qui connaît "un niveau d'insécurité sans précédent" près de deux ans après la signature d'un accord de paix. Q- Quelle est la situation au Mali ? R- La situation empire, puisque la violence s'est étendue au centre du pays, ainsi qu'aux frontières avec le nord du Burkina et le Niger. C'est conforme à la stratégie des groupes armés qui...
(Le Parisien 19/05/17)
Dix jours après son élection, Emmanuel Macron est attendu au Mali pour une visite aux militaires français présents depuis quatre ans pour lutter contre les djihadistes. Dix jours après son élection à la tête de la République française, Emmanuel Macron se rend à Gao, dans le nord du Mali, pour une visite aux militaires français et pour donner une nouvelle dimension à l'engagement militaire de la France, Il va y passer près de 7 heures. Deux entretiens, en début et fin de journée, sont prévus entre Emmanuel Macron et le président malien Ibrahim Boubacar Keïta qui va faire le déplacement à Gao pour accueillir le président français. «Envoyer un message fort aux forces armée» « Le choix de cette ville...

Pages