| Africatime
Jeudi 30 Mars 2017
(RFI 30/03/17)
Au Mali, la conférence d'entente nationale entre dans son quatrième jour et mercredi, les débats ont véritablement commencé autour de trois thèmes : unité, paix et réconciliation. Aucun sujet n'a été interdit mais l'un d'entre eux est revenu dans toutes les salles, peu importe le thème : l'Azawad. Du nom du territoire au nord du Mali revendiqués un temps par les ex-rebelles et que certains persistent à vouloir autonome. Un homme s'emporte dans les couloirs en hurlant « Azawad ! », plus loin la séance est même suspendue après un débat tellement houleux qu'il a fallu évacuer les personnes de la salle. Le palais de la culture a pris d'étranges airs d'agora grecque. Abdoul Karim...
(BBC 30/03/17)
L'attaque qui s'est produite à Boulkessi, dans le centre du Mali, non loin de la frontière avec le Burkina Faso, a couté la vie à deux gendarmes et un civil. Un autre gendarme est porté disparu. Selon l'armée, des assaillants à motos ont ouvert le feu sur le poste de contrôle de Boulkessi tenu par la Gendarmerie. Cette nouvelle attaque intervient au moment où se tient la conférence d'entente nationale à Bamako. Les questions sécuritaires sont largement abordées dans les débats. Cette conférence est censée contribuer à la paix au Mali. L'insécurité est préoccupante dans le centre du Mali. Soulignons qu'en l'espace d'un mois, l'attaque de Boulkessi, est la deuxième. Le 5 mars dernier, 11 soldats sont morts et 4...
(L'indicateur Renouveau 30/03/17)
Face à l’annonce faite par des cadres du PDES concernant son éventuelle candidature à l’élection présidentielle de l’année prochaine, l’ancien président de la République, Amadou Toumani Touré a vite réagi. Par la voix de Fatoumata Sako très proche de lui, ATT précise que “l’idée ne lui a jamais traversé l’esprit de briguer un quelconque mandat”. Nous nous proposons en intégralité le communiqué publié par celle qu’on appelle “Djina”. Dans sa parution du 28 mars 2017, le très sérieux quotidien L’Indépendant...
(Le Republicain (ml) 30/03/17)
La troisième journée de l’affaire opposant l’Assemblée nationale au journal Le Figaro du Mali était en cours hier, mercredi 29 mars 2017, au tribunal de grande instance de la commune I du district de Bamako. Cette troisième journée qui devrait voir la comparution du témoin de la défense, Tacko Niambélé, ancienne chef de cabinet du président de l’Assemblée nationale pour apporter la preuve « du délit d’adultère », n’a finalement pas pu faire le déplacement. Cette absence du témoin a...
(Agence Ecofin 30/03/17)
C’est ce jour, 30 mars 2017, qu’entre en vigueur l’abolition des frais d’appel en roaming entre le Sénégal, Togo, Sierra Léone, Côte d’ivoire, Mali, Guinée et Burkina Faso, tous membres de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao). L’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) a annoncé qu’elle procédera en effet au lancement officiel du projet de « Free Roaming » ce jeudi à 16 heures à l’hôtel King Fahd Palace. Les sept pays ont tenu...
(AFP 29/03/17)
Deux militaires maliens et un civil ont été tués dans la nuit de mardi à mercredi dans la localité de Boulikessi, frontalière du Burkina Faso, lors d'une attaque menée par des hommes armés, selon des sources de sécurité maliennes. Onze militaires maliens avaient déjà été tués le 5 mars dans la même localité, lors d'une attaque revendiquée par le "Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans", une nouvelle formation jihadiste issue de la fusion entre plusieurs groupes du Sahel, notamment ceux du Malien Iyad Ag Ghaly et de l'Algérien Mokhtar Belmokhtar.
(RFI 29/03/17)
Ce mardi 28 mars, c’était le deuxième jour de la Conférence d'entente nationale qui a été marquée par la participation de l'ex-rébellion aux travaux. Mais, venus de Bamako comme de l'intérieur, les Maliens en général n'ont pas été avares en propos pour donner leur ressenti par rapport à la crise malienne. Mamadou Kouyaté vient de la localité de Ségou, 240 kilomètres au nord de Bamako. Selon lui pour réussir cette rencontre, il faut cultiver le vivre ensemble : « Ça ne sert à rien qu’on ne se retrouve pas et que le Nord soit au Sud, que le Sud soit au Nord.
(Jeune Afrique 29/03/17)
Contrairement à la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), l’opposition malienne n’a pas pris part à la conférence d’entente nationale qui s'est ouverte le 27 mars. L’opposition malienne multiplie les réunions pour décider d’une stratégie à adopter durant la durée de la conférence d’entente nationale, prévue du 27 mars au 2 avril à Bamako, à laquelle elle ne participe pas faute d’avoir vu ses propositions prises en compte. C’est dans cette atmosphère que nous avons rencontré l’opposant Tiébilé Dramé, président...
(L'Essor 29/03/17)
Lors de la cérémonie d’ouverture de la Conférence d’entente nationale, le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, a lancé ceci : «Cette Conférence d’entente nationale est un train qui démarre. Et ceux qui ne l’auront pas pris dans cette gare peuvent toujours le rattraper à une autre gare, à une autre station. L’essentiel est qu’à l’arrivée, toute la famille soit réunie. Et la dernière gare, le terminus de ce voyage porte le nom : Entente nationale». Cet appel du...
(L'indicateur Renouveau 29/03/17)
Par la voix de Nouhoum Togo, conseiller technique chargé de la communication au cabinet du chef de file, l’opposition a décidé de rompre avec le silence et surtout réagir aux propos tenus par le président de la République lors de l ’ouverture de la Conférence d’entente nationale qui a traité les absents d’être ” indignes pour la garde de vielle mère qu’ est le Mali”. Pour M .Togo, IBK ” est mal placé pour juger la démarche de l’opposition “...
(Le Republicain (ml) 29/03/17)
Les défauts de gouvernance du pays et les faiblesses de l’Etat central ont été largement évoqués par les participants, hier mardi 28 mars, lors de la deuxième journée de la Conférence d’entente nationale. Il s’agissait surtout pour les représentants des régions de livrer les conclusions des concertations régionales où la question de l’Azawad a été débattue. « Il ne faut pas avoir peur de la CMA, nous sommes aussi une force de proposition…Nous devons nous dire la vérité sans ambages,...
(L'Essor 29/03/17)
Les travaux d’hier en plénière ont porté sur le rappel des préoccupations exprimées lors des rencontres préparatoires. Après la cérémonie d’ouverture lundi, les travaux de la Conférence d’entente nationale (CEN) se sont poursuivis hier au Palais de la culture Amadou Hampâté Ba, sous la direction du Pr Baba Akhib Haïdara, président de la commission d’organisation de l’événement. C’est par la validation du bureau et du règlement intérieur de la conférence que la séance plénière a commencé hier. C’était en présence...
(L'indicateur Renouveau 29/03/17)
Malgré les efforts de restauration de la paix dans le Nord du Mali, certaines villes demeurent dans une situation sécuritaire précaire. A l’image de la ville de Kidal, fief des groupes armés touarègues, dans la région de l’Adrar des Ifoghas contrôlée par les ex-rebelles de la CMA, la Coordination des mouvements de l’Azawad. Les dissensions entre la CMA et l’Alliance des groupes armés opposés, regroupés au sein de la Plateforme, semblent notamment être à l’origine des tensions malgré l’installation de...
(L'Essor 29/03/17)
L’ancien «commissaire islamique» du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO), Aliou Mahamane Touré, qui semait la terreur à Gao au moment de l’occupation, vient d’être renvoyé aux assises par la chambre d’accusation de la Cour d’appel de Bamako. L’information a été donnée par l’Association malienne des droits de l’homme (AMDH). Elle suit de très près cette affaire depuis l’arrestation du prévenu. Originaire de la région, Aliou Mahamane Touré faisait partie des fous de Dieu qui...
(L'Essor 29/03/17)
Hier matin, les huissiers ont descellé les portes du siège de l’instance dirigeante du football national, avant de procéder à l’inventaire des bureaux. L’opération s’est déroulée sous la surveillance des policiers du 14è arrondissement. Mise sous scellée depuis le 8 mars suite à la dissolution de son Comité directeur par le ministre des Sports, la Fédération malienne de football (FEMAFOOT) a repris du service hier. Tôt le matin, Me Demba Diallo et Me Nouhoum Tamboura du cabinet de Me Boubacar...
(AFP 28/03/17)
Les ex-rebelles maliens, qui boycottaient la "Conférence d'entente nationale" ouverte lundi à Bamako ont rejoint mardi les participants aux travaux après avoir obtenu des assurances sur la poursuite des discussions au-delà de la date fixée pour cette réunion. La Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA, ex-rébellion à dominante touareg du Nord) et l'opposition avaient pratiqué lundi la politique de la chaise vide, après avoir annoncé qu'elles boycotteraient cette rencontre programmée sur sept jours, la jugeant trop limitée dans le temps ou ses objectifs. La conférence d'entente nationale, prévue par l'accord de paix de mai-juin 2015...
(AfricaNews 28/03/17)
Malgré les efforts de restauration de la paix dans le nord du Mali, certaines villes demeurent dans une situation sécuritaire précaire. À l’image de la ville de Kidal, fief des groupes armés touarègues, dans la région de l’Adrar des ifoghas contrôlée par les ex-rebelles de la CMA, la coordination des mouvements de l’Azawad. Les dissensions entre la CMA et l’Alliance des groupes armés opposés, regroupés au sein de la plateforme, semblent notamment être à l’origine des tensions malgré l’installation de...
(RFI 28/03/17)
Revirement vespéral à Bamako. Lundi soir, à la fin du premier jour de la Conférence d'entente nationale, la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) a finalement annoncé sa participation ce mardi 28 mars à cette rencontre qui doit favoriser la réconciliation nationale. C'est d'abord un communiqué du haut représentant du président malien qui a annoncé la nouvelle : la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), l’ex-rébellion, s'engage à prendre part aux travaux de la Conférence d'entente nationale à compter de ce mardi. Pourquoi ce revirement ?
(RFI 28/03/17)
Au Mali, la Conférence d'entente nationale qui doit favoriser la réconciliation nationale s'est ouverte lundi 27 mars en présence du président Ibrahim Boubacar Keïta, mais sans les ex-rebelles de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et l'opposition, qui ont boycotté la conférence comme ils l'avaient annoncé. Dans son discours d'ouverture, le chef de l'Etat malien s'est montré véhément face aux absents, même s'il leur laisse la possibilité de revenir sur leur décision. Ibrahim Boubacar Keïta emploie pendant son discours...
(L'Essor 28/03/17)
A l’ouverture des travaux de la Conférence d’entente nationale, le président Ibrahim Boubacar Kéïta a déclaré qu’une fois en main les recommandations de la Conférence, il décidera du cadre, des modalités et de l’agenda de leur élaboration définitive ainsi que de leur appropriation par l’ensemble des composantes de la Nation. Le temps brumeux qui enveloppait, hier, Bamako n’a, en rien, entamé la ferveur de grands jours que dégageait le Palais de la culture Amadou Hampâté Ba. C’est en effet ce...

Pages