| Africatime
(AFP 02/03/15)
Le gouvernement malien et les groupes armés qui le soutiennent ont paraphé dimanche à Alger un "accord de paix et de réconciliation" pour mettre fin aux violences du nord du pays, la rébellion réclamant un délai pour consulter sa base. Cet accord, arraché après huit mois de laborieuses négociations, "a valeur d’une boussole crédible et efficace vers la paix", a observé le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, chef de file de la médiation internationale dans ce dossier. Il "sera signé par toutes les parties", a-t-il insisté. Le document paraphé en milieu de matinée dans un palace algérois...
(L'Indépendant (ml) 02/03/15)
Fruit d’âpres négociations menées huit mois durant par une médiation internationale dirigée par l’Algérie, » un accord de paix et de réconciliation au Mali » a été paraphé hier entre le gouvernement de Bamako et les groupes politico-militaires du nord dits de la Plateforme, qui se battent depuis plusieurs semaines sur le terrain pour préserver l’unité et l’intégrité territoriale du Mali. En revanche, les séparatistes ramenés aux seuls deux groupes kidalois (le MNLA et le HCUA) après le lâchage récent de leur allié arabe de Tombouctou (MAA-dissident) ont refusé d’apposer leurs initiales au bas du document. Ce faisant, ils apportent une démonstration supplémentaire à ce que tous les observateurs un tant soit peu avertis de la crise au nord du...
(RFI 02/03/15)
Le projet d'accord de paix au Mali n'a pas été validé par une partie des mouvements armés du nord du pays. La Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) a en effet demandé un temps de réflexion avant de faire connaître sa position. De son côté, le gouvernement de Bamako et des mouvements pro-Mali ont paraphé le texte préparé par la médiation. La cérémonie de signature est prévue d'ici la fin du mois à Bamako, des semaines qui vont être déterminantes. Selon les informations obtenues par RFI, la CMA devrait rendre sa décision le 10 mars.
(Le Republicain (ml) 02/03/15)
Le Premier ministre Modibo Kéita a convoqué ce dimanche matin, les partis politiques et la société civile pour leur annoncer ce qu’ils savaient déjà : le paraphe du projet d’accord par le gouvernement et les groupes armés pro-gouvernementaux. « Le Gouvernement demeure profondément attaché au respect de la constitution aussi longtemps qu’elle n’aura pas été révisée par le Peuple souverain du Mali, il demeure attaché au caractère unitaire de l’Etat, à son indivisibilité, au respect de l’intégrité territoriale, aux valeurs...
(RFI 02/03/15)
Ce n'est pas encore la paix dans le nord du Mali, mais c'est une nouvelle étape. Dimanche, le gouvernement malien et les groupes armés favorables à Bamako ont accepté de parapher le texte d'accord proposé par la médiation. La Coordination des mouvements de l'Azawad, qui regroupe plusieurs mouvements armés, demandent néanmoins un délai supplémentaire pour consulter sa base. La nouvelle étape qui s'engage partage les populations. Devant des membres de la classe politique et des représentants de la société civile,...
(20minutes 02/03/15)
Après huit mois de négociations orchestrées par l’Algérie, le gouvernement malien et une partie des groupes armés rebelles ont signé un accord de paix, dimanche, à Alger. Mais ce traité n’a pas remporté l’adhésion de tous. La Coordination des mouvements de l’Azawad (appellation du nord du Mali par les rebelles), dont fait partie le MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad), a refusé de le parapher, demandant un délai pour soumettre le texte à l’approbation du peuple. Marc Lavergne, directeur...
(Africa24 02/03/15)
 
00:00
Fruit d’âpres négociations menées huit mois durant par une médiation internationale dirigée par l’Algérie, » un accord de paix et de réconciliation au Mali » a été paraphé hier entre le gouvernement de Bamako et les groupes politico-militaires du nord dits de la Plateforme, qui se battent depuis plusieurs semaines sur le terrain pour préserver l’unité et l’intégrité territoriale du Mali.
(Xinhua 02/03/15)
Le retour de l’ ancien président malien Amadou Toumani Touré dit ATT, installé à Dakar au Sénégal depuis sa chute en 2012, a été réclamé samedi à Bamako par ses partisans, a appris un correspondant de Xinhua lors d’ une conférence de presse à Bamako. "Nous, associations citoyennes, mouvements de soutien, clubs de soutien et sympathisants, soucieux de l’unité, de la paix et de la cohésion nationales, réclamons de manière officielle le retour de l’ancien président Amadou Toumani Touré et...
(L'Essor 02/03/15)
Le Mali tient sa première coupe d’Afrique des nations. Hier, les Aiglonnets ont offert à notre pays le premier trophée de son histoire en battant 2-0 l’Afrique du Sud en finale de la 11è édition de la CAN des cadets, Niger 2015. Les deux buts de la sélection nationale cadette ont été marqués par Siaka Bagayoko, suite à un corner (67è min) et Aly Mallé d’une belle frappe enroulée à l’entrée de la surface de la réparation (79è min). La...
(AFP 01/03/15)
Le gouvernement malien a signé dimanche à Alger avec une partie des groupes armés du nord du pays un "accord de paix et de réconciliation" pour mettre fin aux violences, a constaté une journaliste de l'AFP. L'accord n'a toutefois pas été signé par la Coordination des mouvements de l'Azawad, qui regroupe plusieurs groupes rebelles comme le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), qui a demandé un "délai raisonnable" en vue de consulter les populations qu'elle représente. Cet accord est...
(AFP 28/02/15)
La diplomatie algérienne a annoncé samedi avoir arraché, à l'issue de huit mois de négociations, un accord de paix entre le gouvernement malien et des groupes armés du nord du Mali qui doit être paraphé dimanche par les différentes parties. Le texte sera paraphé dans la capitale algérienne mais devrait encore être signé à Bamako par les acteurs du conflit, à une date qui n'a pas été fixée. "Les parties maliennes signeront sous les auspices de l'Algérie un accord de...
(APA 28/02/15)
L’équipe mandatée par l’ONU pour faire la lumière sur la violente manifestation qui a fait trois morts et 18 blessés, le 27 janvier à Gao, dans le nord du Mali, a annoncé jeudi la fin de ses investigations de terrain, après huit jours de présence au Mali. L’équipe a indiqué avoir, au cours de ces huit jours, rencontré les autorités, les dirigeants de la Mission onusienne au Mali (MINUSMA), les associations à l’origine de la manifestation, le personnel médical qui...
(Studio Tamani 28/02/15)
Le document final proposé par la médiation à Alger comporte 67 articles et 3 annexes relatives à la période intérimaire, à la défense et à la sécurité, et aux actions et projets de développement du nord. Dans sa synthèse, la médiation a abordé toutes les questions faisant débat notamment sur l'appellation des régions du nord, le statut politique et les questions de sécurité. La médiation en actant l'appellation « Azawad » pour le nord reconnaît aussi le droit des autres...
(Afrik.com 28/02/15)
La médiation algérienne a rédigé un texte pour un accord de paix au Mali qui a été proposé aux deux parties : le gouvernement malien et la coordination rebelle du nord du pays. Ce texte devrait conclure ces négociations débutées en juillet dernier et qui, pour l’Algérie, n’ont que trop duré. Au terme de près de huit mois de négociations, la médiation internationale à Alger conduite par le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a finalisé un texte pour...
(AFP 27/02/15)
La médiation algérienne aux pourparlers de paix entre gouvernement malien et groupes armés du nord du pays a remis aux parties un nouveau projet d'accord, selon le document consulté vendredi par l'AFP. Intitulé "Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d'Alger", ce texte de 30 pages, comprenant trois annexes, est daté du 25 février au soir. Dans un manifeste souci d'équilibre entre la volonté de souveraineté du gouvernement et les aspirations autonomistes, voire indépendantistes des groupes à dominante touareg, il appelle à "reconstruire...
(RFI 27/02/15)
A Alger, on entre dans la dernière ligne droite pour la recherche d'un accord de paix au Mali. La médiation algérienne a rédigé un dernier et ultime texte d'accord de paix. Les deux parties - groupes armés du Nord et autorités de Bamako - remettront leurs observations au médiateur ce vendredi 27 février. Alger souhaite pouvoir boucler, dès ce week-end, ces négociations qui durent depuis juillet dernier. A Alger, tout le monde avoue qu’il est temps que ces négociations s'achèvent...
(El Watan 27/02/15)
Dans la nuit de mercredi à jeudi, la médiation internationale conduite par Ramtane Lamamra a remis aux mouvements armés du Nord et au gouvernement de Mali : Ce que dit l’accord de paixBamako un texte final d’accord pour la paix et la réconciliation au Mali. Si des amendements peuvent encore être faits, c’est l’aboutissement de sept mois de négociations. - Un partage des richesses La proposition d’accord de la Coordination incluait la compétence des régions du Nord sur l’exploitation des...
(Le Republicain (ml) 27/02/15)
En réaction aux velléités indépendantistes qu’on l’attribuait, le tout nouveau amenokal de la tribu des ifoghas, non moins député à l’Assemblée nationale, rompt le silence et réaffirme, très haut, sa « malienneté ». Est-ce à croire que le chef traditionnel des Touaregs est devenu le nouveau pèlerin de la paix au Nord du Mali ? Tout d’un coup, la frustration des Maliens est tombée. Il y a eu plus de peur que de mal finalement. Contrairement à ce qui était...
(Le Republicain (ml) 27/02/15)
67 articles, 20 chapitres, des sections détaillées sur les questions de développement, de réformes institutionnelles, de sécurité, de défense : c’est cela le projet d’accord du 25 février qui devrait être signé à Bamako. S’il est accepté par les parties. Le cas échéant, force est de reconnaître que la diplomatie algérienne qui n’avait jamais été aussi proche du flop aura réussi un coup de maître. Le projet d’accord proposé hier par le médiateur algérien au gouvernement malien, à la plateforme...
(RFI 27/02/15)
Au Mali, les Nations unies veulent faire la lumière sur ce qui s'est passé le 27 janvier dernier à Gao. Une manifestation contre la Minusma, la mission onusienne dans le pays, avait dégénéré et trois personnes avaient été tuées. Une équipe d'experts indépendants, mandatés par les Nations unies, vient de passer une semaine au Mali pour mener son enquête. Lorsque les manifestants tentent de pénétrer dans le siège de la Minusma à Gao, le 27 janvier dernier, les casques bleus...

Pages