| Africatime
Dimanche 26 Février 2017
(AFP 26/02/17)
Vingt-quatre personnes arrêtées en lien avec des violences meurtrières entre communautés peules et bambaras dans la région de Mopti(centre du Mali), ont été libérées sans charges, a annoncé dimanche à l'AFP leur avocat. "Mes 24 clients accusés injustement d'être des jihadistes ont été libérés samedi. Les enquêtes ont prouvé qu'ils n'étaient que de simples citoyens", a déclaré Me Hassan Barry. Ces personnes avaient été arrêtés au cours d'une opération de l'armée malienne contre une base supposée de fidèles du chef jihadiste peul Amadou Koufa à Dialloubé après des affrontements entre Bambaras, en majorité agriculteurs, et Peuls, traditionnellement éleveurs, dans des localités proches.
(RFI 26/02/17)
Le ministre français de la défense Jean-Yves Le Drian est en visite au Sahel et au Sahara, sans doute la dernière dans la région en tant que ministre de la Défense. Samedi 25 février il était à Gao où il a rencontré des éléments maliens du MOC, le Mécanisme opérationel de Coordination, durement frappé par un attentat en janvier dernier. Jean-Yves Le Drian s'est félicité des dernières avancées sur le terrain puisqu'en fin de semaine une première patrouille mixte (réunissant anciens rebelles, plateforme et forces armées maliennes) a pu avoir lieu dans la ville de Gao.
(AFP 25/02/17)
Des dizaines de jeunes ont saccagé samedi des bars et débits d'alcool à Tombouctou, dans le nord du Mali, en qualifiant ces sites de "lieux de dépravation", ont déclaré des auteurs des raids et d'autres sources. "Les jeunes étaient très organisés. Ils avaient ciblé les endroits à détruire. De nombreuses bouteilles de bière ont été cassées et des sachets contenant de l'alcool détruits", a témoigné anonymement un habitant joint par téléphone dans cette ville située à plus de 900 km...
(AFP 25/02/17)
Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian juge vendredi que le processus de paix est sur le "bon chemin" dans le nord du Mali, après la mise en place de patrouilles mixtes entre soldats maliens et ex-rebelles. "Je trouve que nous sommes sur un bon chemin", a-t-il déclaré après un entretien avec le président malien Ibrahim Boubacar Keïta à Bamako. Après de multiples retards dans la mise en oeuvre de l'accord de paix de 2015, les premières patrouilles mixtes formées de soldats maliens, combattants de groupes pro-gouvernementaux...
(RFI 25/02/17)
Le ministre français de la Défense est arrivé vendredi soir au Mali, pour une tournée d'adieux aux soldats français de la force Barkhane. Une visite qui survient alors que de nouveaux détails sont apparus au sujet d'une opération menée par la force française Barkhane dimanche dernier. Une opération, menée dans l'extrême nord du Mali, dans la région de Kidal, au cours de laquelle deux « terroristes » ont été tués. « Des terroristes », dit la force Barkhane, « des...
(Jeune Afrique 24/02/17)
Le lancement des patrouilles mixtes à Gao, jeudi, suscite déjà de fortes critiques. Alors qu'ils dépendent du ministère de la Défense, les soldats déployés sur le terrain manquent cruellement de moyens. Ils sont pourtant censés être déployés en première ligne contre le terrorisme. Plusieurs fois reportées, les patrouilles mixtes ont finalement démarré jeudi 23 février à Gao. Une cinquantaine d’hommes en tenues et chèches verts foncé ont quitté leur camp du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC), où un attentat à...
(AFP 24/02/17)
Deux Maliens liés à l'attentat jihadiste contre la station balnéaire ivoirienne de Grand-Bassam en mars 2016 ont été arrêtés jeudi à Dakar, a annoncé à l'AFP le porte-parole de la police sénégalaise. Cet attentat, qui a été revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), a fait 19 morts et une vingtaine de blessés. Plus de 10 suspects ont déjà été arrêtés dans l'enquête sur l'attaque, dont plusieurs au Mali, mais l'homme présenté comme le principal cerveau de l'attentat, identifié comme Kounta Dallah, de nationalité malienne, demeurait recherché jeudi.
(RFI 24/02/17)
Après plusieurs reports, les patrouilles militaires mixtes ont démarré leurs opérations jeudi 23 février à Gao, principale ville du Nord du Mali. Composées de l'armée régulière et d'ex combattants de groupes armés, ces patrouilles sont censées préfigurer la nouvelle armée unitaire malienne. Avec notre envoyé spécial à Gao, Malgré le vent, la chaleur, militaires maliens de l’armée régulière et combattants des groupes armés écoutent en silence le commandant en chef par intérim des forces de la Minusma, la mission de l’ONU au Mali, peu avant de se mettre en route.
(L'Essor 24/02/17)
Après l’expérimentation du budget blanc 2017, le Mali basculera définitivement, en 2018, en « budget-programme », un mode de gestion axé sur les résultats. La bonne exécution de cette reforme communautaire nécessite l’implication et l’imprégnation de l’ensemble des acteurs de la chaine de dépenses et de la société civile. C’est dans cette optique que la direction générale du budget a initié un « atelier national de concertation » marquant le lancement du processus budgétaire 2018. Le ministre de l’Economie et...
(Le Republicain (ml) 24/02/17)
« A la CNAS-Faso Hèrè et à l'ADPS, nous sommes conséquents avec nous-mêmes », selon l’ancien Premier ministre Soumana Sako, président d’honneur du parti. Pour l’étayer, la CNAS-Faso Hèrè nous a fait parvenir la réponse qu’il a adressée, en mars 2016 déjà, au Chef de la Minusma qui invitait les responsables du parti à « une rencontre avec la délégation du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur la Conférence d'Entente Nationale prévue par l'Accord d'Alger ». La réponse de...
(AFP 23/02/17)
Les premières patrouilles mixtes formées de soldats maliens, combattants de groupes pro-gouvernementaux et de l'ex-rébellion, censées préfigurer la refonte d'une armée unitaire, ont été lancées jeudi à Gao, plus grande ville du nord du pays, a constaté l'AFP. La cérémonie de lancement s'est déroulée au camp de regroupement de ces mouvements, siège du "Mécanisme opérationnel de coordination" (MOC), chargé d'organiser ces patrouilles en périphérie de Gao. Après un rassemblement protocolaire sur le site du MOC, une centaine de soldats, des combattants de la CMA et de la Plateforme, armes au poing...
(AFP 23/02/17)
L'armée française a tué quatre membres d'un groupe armé qui avait ouvert le feu sur elle dans le nord du Mali près de la frontière algérienne, a annoncé jeudi le porte-parole de l'état-major, le colonel Patrik Steiger. Dans la nuit de dimanche à lundi, la force "Barkhane a neutralisé un groupe armé terroriste dans la région de Bouguessa", lors d'une opération d'interception, a déclaré le colonel lors du point de presse hebdomadaire de la Défense. Le groupe a "ouvert le feu sur les soldats français qui ont riposté," a-t-il ajouté en précisant que quatre "terroristes" avaient été tués.
(RFI 23/02/17)
Le roi du Maroc devait effectuer à compter de mercredi 22 février l'étape malienne de son périple africain. Mais Mohammed VI a annulé sa visite. Aucune raison officielle, mais des éléments d'analyses. Le président malien IBK malade et indisponible pour recevoir le roi du Maroc comme le disent certains ? Faux. Le chef de l'Etat malien a dirigé lui-même mercredi le Conseil des ministres, sans oublier que la veille, il recevait un diplomate américain au palais présidentiel. Alors, problème de...
(Jeune Afrique 23/02/17)
À Kidal, dans le nord du Mali, les patrouilles mixtes prévues par l'Accord de paix tardent à se mettre en place. En attendant, les groupes armés essaient de se présenter comme de parfaits garants de l'ordre et de la sécurité. Ilad Ag Mohamed, porte-parole de la Coordination sécuritaire des Mouvements de l’Azawad à Kidal (CSMAK) a adopté une rhétorique similaire à celle de toutes les polices du monde. Au journaliste curieux, il répond par des chiffres. LA CSMAK, qui regroupe trois groupes armés, le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), le Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA)
(La Tribune 23/02/17)
L’Aéroport International Modibo KEITA-Sénou du Mali s’ouvre à de nouvelles destinations africaines. Au mois de juin prochain, Bamako va inaugurer une nouvelle ligne aérienne le reliant à Kigali. Après CEIBA international c’est autour de la compagnie aérienne Rwandair de desservir le Mali. En 2013 à Durban (Afrique du Sud), un mémorandum d'entente relatif au transport aérien avait été signé entre le Mali et le Rwanda. Ce processus a abouti à la naissance de cette nouvelle ligne aérienne qui va relier...
(Le Monde 23/02/17)
Notre chroniqueur raconte comment le livre saint et la tradition permettent de contre-attaquer et de délégitimer l’idéologie de la secte islamiste Boko Haram. C’est une scène qui s’est souvent répétée ces derniers temps dans plusieurs villages du sud-est du Niger et du nord-est du Nigeria, épicentre des activités de la secte extrémiste nigériane Boko Haram : devant de nombreux témoins, un marabout (érudit musulman) tient un exemplaire du Coran à la main et prononce solennellement la formule d’usage. « Que...
(L'Essor 23/02/17)
Pugilats dans les classes, bagarres généralisées au cours des assemblées générales, agressions contre les professeurs et même de l’assassinat… Nos universités ne sont pas loin de devenir des pétaudières. Les autorités ont décidé d’y mettre de l’ordre avec une batterie de mesures. L’espace scolaire et universitaire est devenu le théâtre de la violence. Le phénomène a pris de l’ampleur au fil des ans et intervient presque à chaque renouvellement du bureau de l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM)...
(RFI 22/02/17)
L'affaire est commentée par plusieurs titres maliens. Le président de l'Assemblée nationale du Mali accusé d'avoir commis « l'adultère dans son bureau » porte plainte pour diffamation contre un journal malien, le Figaro du Mali, dont le directeur de publication a formellement reçu mardi 21 février la plainte. Tout est parti d'un article de l'hebdomadaire Figaro du Mali. Dans son numéro 12, le journal écrit : « Le président de l'Assemblée nationale s'est fait surprendre en flagrant délit d'adultère dans son bureau avec sa secrétaire ». Le Figaro du Mali s'interroge même sur la possibilité de destituer le chef de l'hémicycle
(L'Essor 22/02/17)
La réalisation de ces deux infrastructures améliorera l’offre d’électricité dans la capitale, tout en réduisant le déficit énergétique de notre pays. Dans un délai maximum de huit mois sortiront de terre à Kati et Darsalam (Bamako) deux centrales hybrides d’une puissance de 20 MW chacune. La signature des contrats autorisant la mise en œuvre de ces projets électriques, un partenariat entre l’Énergie du Mali (EDM sa) et la société privée « Amimer Énergie », a eu lieu lundi à Alger...
(Le Republicain (ml) 22/02/17)
Les responsables du Groupe d’Action pour la Réconciliation et le Dialogue (GARD) : Souleymane Dagnon (président) et ancien Maire de la CVI de Bamako, Ahmed Mohamed Ag Hamani (président d’honneur) et ancien premier ministre, le secrétaire général du Gard, Boubacar Ahmadou Touré, ont animé le 20 février 2017, à la Maison de la presse, une conférence de presse. Objectif : renouveler leur détermination à tout mettre en œuvre pour que la paix revienne au Mali. «La paix ne saurait revenir...

Pages