| Africatime
Samedi 25 Octobre 2014
(AFP 25/10/14)
Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a assuré que son pays, où une fillette de deux ans, premier cas d'Ebola identifié, est décédée vendredi, était déterminé à tout faire pour "éviter la psychose". "Nous ferons tout pour éviter la psychose, la panique", a déclaré le chef de l'Etat malien dans une interview accordée à RFI et au journal Le Monde avant l'annonce du décès de la fillette et publiée samedi. "Depuis le déclenchement de cette épidémie, nous avons pris au Mali toutes les mesures pour que nous soyons à l’abri, mais nous ne sommes jamais hermétiquement fermés à ce mal-là, la preuve. La Guinée est un pays voisin du Mali, nous avons une frontière commune...
(AFP 25/10/14)
Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a estimé que la recrudescence des attaques des jihadistes dans le nord du Mali depuis trois mois était liée à la montée en force du groupe Etat islamique en Irak et en Syrie. Interrogé par le quotidien Le Monde et RFI, dans une interview publiée samedi, sur la recrudescence de la violence dans le nord de son pays, il a répondu: "Il y a aussi l’encouragement qu’offre aujourd’hui l’existence de ce fameux Etat islamique. On a vu par chez nous certains leaders, dont on n’avait pas eu de nouvelles depuis longtemps, qui sortent subitement...
(AFP 25/10/14)
Le président du Mali a promis samedi de tout faire pour éviter une propagation d'Ebola dans son pays avec la découverte un premier cas, une fillette venue de Guinée, un des principaux foyers de l'épidémie, et décédée après avoir été en contact avec de nombreuses personnes au cours d'un long périple en car. La maladie continue de progresser en Afrique de l'Ouest et ailleurs dans le monde avec un total de 10.141 cas enregistrés dans huit pays, dont 4.922 mortels,...
(AFP 25/10/14)
Le premier cas d'Ebola identifié au Mali, une fillette de deux ans récemment revenue de Guinée, est morte vendredi, a annoncé le gouvernement. "Elle est malheureusement morte aujourd'hui entre 16H00 et 17H00 (locales et GMT). L'information m'a été confirmée par le gouverneur de la région de Kayes", dans l'ouest du Mali, où elle était hospitalisée, a indiqué à l'AFP une source au cabinet du Premier ministre. "Pourtant son état était stationnaire. Elle avait même demandé à manger avant son décès",...
(RFI 25/10/14)
Le ministère malien de la Santé a confirmé le décès de la première malade du virus Ebola dans le pays. Le cas de cette petite fille de deux ans avait été décelé jeudi, à Kayes, dans l’ouest du pays, puis confirmé hier, vendredi. « Malgré les efforts considérables déployés par les services de santé, l’enfant malade a finalement succombé ». Ce sont les termes employés par les autorités maliennes. Selon le directeur de l’hôpital de Kayes, sa température avait pourtant...
(Reuters 25/10/14)
La fillette de deux ans qui était atteinte de la fièvre Ebola au Mali - le premier cas confirmé dans ce pays - est décédée vendredi, et l'OMS a averti qu'elle avait circulé en autobus avec les symptômes, alors qu'elle était contagieuse, et que bon nombre de voyageurs pouvaient avoir de ce fait été exposés au virus. Tombée malade le 20 octobre dans la ville de Kayes, dans l'ouest du Mali, alors qu'elle était arrivée depuis peu de Guinée avec...
(Le Monde 25/10/14)
Le Mali se retrouve confronté à deux problèmes majeurs : une recrudescence des attaques djihadistes dans le nord du pays, et désormais le virus Ebola. Un premier cas a été confirmé à Kayes, dans le sud-ouest du Mali. La fillette de deux ans atteinte par le virus est morte vendredi 24 octobre. Au sortir d’une rencontre avec Jean-Yves Le Drian, le ministre français de la défense, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta évoque la situation dans son pays à l’occasion...
(BBC 25/10/14)
Le gouvernement français a annoncé vendredi qu'il va renforcer ses effectifs dans le nord du Mali face à la recrudescence des attaques terroristes. Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian , en visite à Dakar, a estimé qu'il ne fallait pas laisser "le mal" revenir. "Nous avons commencé à prendre des dispositions pour nous renforcer dans cette région", a-t-il affirmé. Lors d'une conférence de presse tenue dans la capitale sénégalaise, Jean-Yves Le Drian a déclaré que l'ensemble de...
(AFP 24/10/14)
La France a commencé à renforcer son action dans le nord du Mali pour contrer la résurgence des groupes jihadistes qui en avaient été chassés, a annoncé vendredi le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian, en visite à Dakar. M. Le Drian a attribué la recrudescence des attaques des jihadistes dans le nord du Mali à une volonté de ces groupes de revenir sur la défaite que les forces françaises leur ont infligée", en référence à l'opération Serval,...
(AFP 24/10/14)
Quelque 43 personnes sont sous surveillance au Mali, après le premier cas de fièvre Ebola détecté sur une fillette, a indiqué vendredi à Genève une porte-parole de l'OMS. Le ministère malien de la Santé a annoncé jeudi avoir enregistré son premier cas Ebola confirmé, qui concerne une fillette de 2 ans venue de Guinée voisine avec sa grand-mère. Le ministère avait indiqué que toutes les personnes ayant été en contact avec l'enfant avaient été placées sous surveillance, sans donner de...
(AFP 24/10/14)
Bamako et les représentants des groupes armés maliens ont accepté "comme une base solide" un document de négociation comportant des éléments d’un accord de paix, a indiqué jeudi le ministère algérien des Affaires étrangères. Un troisième round de négociations s’est ouvert mardi à Alger avec l’objectif d’amener la paix dans le nord du Mali, toujours instable malgré une intervention militaire internationale lancée en 2013 contre les islamistes. Le gouvernement malien et six mouvements armés du Nord ont signé en juillet...
(RFI 24/10/14)
La troisième phase des négociations maliennes avait commencé, lundi, à Alger. Ce jeudi 23 octobre au soir, les autorités de Bamako devaient regagner le Mali. Les représentants de la communauté internationale doivent quitter Alger vendredi. L’objectif de cette session était de présenter un projet d’accord aux deux parties. Il s'intitule « Eléments pour un accord pour la paix et la réconciliation au Mali ». RFI a pu le consulter. C’est un document de travail de quatorze pages, écrit par les médiateurs à partir des propositions des mouvements armés et des autorités de Bamako. Il est divisé en huit parties, à savoir...
(RFI 24/10/14)
Le Mali a enregistré son premier cas confirmé d'Ebola, une fillette venue de la Guinée voisine qui a été placée en quarantaine à Kayes, dans l'ouest du pays, a annoncé jeudi soir le ministère malien de la Santé dans un communiqué. La petite fille, âgée de deux ans, est originaire de Kayes, dans l’ouest du pays. Elle revenait de Guinée. Après avoir perçu les premiers symptômes, fièvre, saignements de nez, sa famille a d’abord consulté un voisin infirmier qui a immédiatement indiqué le chemin de l’hôpital où l’alerte a été donnée. La cellule d’urgence nationale une fois jointe, une équipe s’est mise en route pour la...
(Xinhua 24/10/14)
Le Premier ministre malien Moussa Mara a annoncé la tenue "dans les semaines à venir" de plusieurs procès, dans le cadre de la lutte contre la corruption, indique un communiqué publié jeudi par son cabinet. "Plusieurs procès sont annoncés dans les semaines à venir pour matérialiser la détermination des autorités publiques", a affirmé le Premier ministre malien en présidant ce jeudi à Bamako une table ronde sur "la bonne gouvernance, la transparence et le développement". Il a clairement fait noter...
(Europe 1 24/10/14)
L'épidémie menace de s'étendre dans deux nouveaux pays en Afrique de l'Ouest. Bamako a enregistré son premier cas jeudi. Le Sénégal et le Nigeria sont enfin débarrassés de la maladie. Mais désormais, c'est dans deux nouveaux pays que le virus Ebola menace. Jeudi, le Mali a enregistré son premier cas. La Côte d'Ivoire, de son côté, est à la recherche d'un aide-soignant guinéen potentiellement infecté. Une enfant de deux ans. Au Mali, une fillette de deux ans a été testée...
(Le Figaro 24/10/14)
À Kidal, point de tension majeur qui échappe à l'autorité de Bamako, la Minusma va installer un état-major de secteur et renforcer sa présence de quelques centaines d'hommes. La forte dégradation sécuritaire au Nord-Mali conduit la France à réagir, pour soutenir ses partenaires dans la lutte antidjihadiste, en premier lieu la Mission des Nations unies au Mali (Minusma) et l'armée malienne. Celle-ci, battue à plate couture à Kidal, dans l'est, en mai dernier, a déserté la zone. La Minusma est...
(Xinhua 24/10/14)
Un cas suspect de fièvre hémorragique à virus Ebola a été détecté à Kayes, ville de l’ouest du Mali, à 495 km de Bamako, a appris Xinhua de sources médicales. D’après des habitants de cette ville, il s’agit d’une petite fille qui a récemment quitté la Guinée-Conakry avec sa tante pour rentrer au Mali. Joint par Xinhua, un médecin de l’hôpital régional de Kayes a confirmé l’existence de ce cas suspect, précisant qu’une équipe médicale de Bamako est déjà arrivée...
(L'indicateur Renouveau 24/10/14)
La polémique s’enfle et des révélations ont été faites ces dernières semaines sur de possibles malversations ayant entouré certains marchés publics, notamment l’achat d’un nouvel avion présidentiel. Ces révélations pourraient avoir des conséquences judiciaires et une première démarche a été faite en ce sens par la justice malienne. L’achat d’un nouvel avion présidentiel et le contrat d’équipements militaires continuent d’alimenter la polémique depuis l’audit du Vérificateur général et celui de la Section des Comptes de la Cour suprême. En effet,...
(L'Essor 24/10/14)
Le but de la rencontre était d’organiser des échanges entre les sommités internationales dans la lutte contre ce fléau et les autorités, afin d’identifier les voies et moyens de renforcer la transparence et la gouvernance dans notre pays. La Fondation Forum de Bamako de l’Institut des hautes études en management (IHEM) a organisé hier au CICB une table robe sur le thème : «bonne gouvernance-transparence-développement», en partenariat la Fondation Friedrich Ebert, le gouvernement et la Transparency international. L’événement s’inscrit dans...
(Le Point 24/10/14)
L'un des think tanks les plus influents au Pentagone salue la capacité d'adaptation de notre armée, efficace avec des moyens limités. Explications. Au Pentagone, on évoque plus souvent l'armée française pour en rire que pour en chanter les louanges. La dernière blague à la mode ? "Pourquoi avons-nous besoin des Français dans la guerre contre les terroristes ? Pour leur apprendre à se rendre." Facile. Mais le dernier rapport de la Rand Corporation (PDF) pourrait bien renverser les esprits les...

Pages