| Africatime
Vendredi 30 Septembre 2016
(L'Essor 30/09/16)
Plusieurs secteurs dans lesquels les deux pays peuvent booster leur coopération, ont été déjà identifiés. Nous sommes à l’aéroport international Modibo Kéïta Sénou. Il est 14 h 24 mn précises quand le Boeing 747-400 d’Air India atterrit sur le tarmac. A son bord, une personnalité de marque : le vice-président de l’Inde, Mohammad Hamid Ansari. A la tête d’une imposante délégation d’environ 120 personnes, il effectue une visite de deux jours dans notre pays. Au bas de la passerelle pour l’accueillir, le Premier ministre Modibo Kéïta. Après avoir salué les personnalités présentes à la passerelle, l’illustre hôte a procédé à la revue des troupes lui rendant les honneurs. Le vice-président de la République d’Inde a...
(RFI 30/09/16)
Au Mali, la polémique enfle autour du général Ag Gamou et de ses liens, supposés ou réels, avec le Gatia. Ce général de l'armée malienne aurait revendiqué son appartenance à ce groupe armé du nord du Mali, des propos qui ont été démentis par la suite. Ce qui n'a pas empêché l'ambassadeur des Etats-Unis de demander aux autorités maliennes de rompre leurs relations avec ce groupe armé. Aucune réaction officielle de Bamako pour le moment. C'est uniquement par la voie diplomatique que les autorités maliennes entendent régler leur différend avec l'ambassadeur américain.
(APA 30/09/16)
Le Mali prévoit un taux de croissance du Produit intérieur brut de 5,3% pour 2017 contre 5,4% pour l’année en cours, selon les conclusions de la 6ème revue du programme économique et financier du gouvernement appuyé par le Fonds Monétaire International (FMI). « La croissance du Mali continue d’être solide, l’inflation est assez bien maîtrisé et devrait rester continue à 1% l’année prochaine. Tout porte à croire que les perspectives en moyens termes se présentent sous un jour favorable pour...
(L'Essor 30/09/16)
L’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali avait prévu un chronogramme de mise en en œuvre des engagements auxquels avaient souscrit les parties signataires. Plus d’un an après sa signature, le constat est mitigé quant au respect des délais. Les retards accusés dans la mise en œuvre des engagements sont imputables à des contraintes objectives liées aux réalités du terrain ou à certaines prétentions justifiées ou non des parties. Face à cette situation, un courant de désinformation a...
(La Voix de l'Amérique 30/09/16)
Le Fonds Monétaire Internationale se déclare satisfait des performances macroéconomiques du Mali, dans sa dernière revue sur le pays.
(Le Republicain (ml) 30/09/16)
Tiébilé Dramé, le président du Parti pour la Renaissance Nationale (Parena), était l’invité de la Radio France Internationale (RFI) le mercredi 28 septembre 2016 (journal en bamanakan). L’opposant malien et ancien ministre des affaires étrangères a mis l’accent sur la grave crise que traverse le Mali, l’accord de Ouagadougou, l’accord d’Alger, les prochaines échéances électorales et bien d’autres sujets importants. Selon Tiébilé Dramé, le gouvernement malien doit concerter les forces vives de la nation pour la mise en œuvre de...
(Autre média 30/09/16)
Depuis 2013, le groupe d’investigation de Malilink (Malilink Investigative Reporting Group–MIRG) recense méticuleusement des données sur les voyages du chef de l’Etat. Cet article offre une analyse approfondie de ces données. En 3 ans, IBK aura parcouru 618.927 km dans les airs, plus de 15 fois le tour du monde. IBK a visité 38 pays différents durant ses trois années de pouvoir. De ces 100 voyages, 54 étaient pour des Sommets et Conférences, et seulement 17 pour des visites bilatérales...
(Jeune Afrique 30/09/16)
Performances contrastées pour les pays d'Afrique francophone dont la compétitivité économique est passée au crible par le Forum économique mondial (FES) de Davos tous les ans. La dernière mouture est parue mardi. La Côte d'Ivoire tombe de 8 rangs sur fond d'interrogations en amont des législatives de novembre. Institutions, infrastructures, environnement macroéconomique, santé et éducation, enseignement supérieur, développement du marché financier, innovation… Tous les ans le Forum économique mondial (FES) de Davos passe les compétitivités économiques des pays au crible...
(AFP 29/09/16)
Quatre députés du Rassemblement pour le Mali (RPM, au pouvoir) ont quitté le parti, dénonçant la "mauvaise gouvernance", pour rejoindre jeudi les rangs de l'opposition, a appris l'AFP auprès des intéressés. A la suite de cette défection des quatre députés, qui ont rejoint l'Alliance démocratique pour la paix (ADP), un parti ayant quitté la majorité en août, le RPM ne dispose plus que de 75 sièges sur 147 à l'Assemblée nationale. "Généralement, ce sont les partis de l'opposition qui font...
(Le Monde 29/09/16)
Des trois premières années du quinquennat du président malien Ibrahim Boubacar Keïta, dit « IBK », émerge le sentiment d’une énorme espérance trahie. Deux chiffres suffisent à eux seuls pour bien traduire la crise de gouvernance actuelle au Mali qui a succédé à l’installation en grande pompe, le 19 septembre 2013, d’IBK dans ses fonctions, en présence d’une vingtaine de chefs d’Etat, parmi lesquels le président français François Hollande et le roi Mohammed VI du Maroc. Ancien dirigeant de la Fédération des étudiants d’Afrique noire en France (FEANF), le camarade IBK en est à son troisième premier ministre depuis 2013.
(Jeune Afrique 29/09/16)
La majorité présidentielle est en train de s'effriter petit à petit. Apres le départ de l’ADP-Maliba de la majorité présidentielle il y a quelques semaines, voilà que quatre députés ont annoncé lundi leur départ du RPM, le parti du président Ibrahim Boubacar Keïta. « Nous avions rejoint le Rassemblement pour le Mali (RPM) dans l’espoir de changer le quotidien de nos compatriotes et de leur proposer un projet clair et cohérent qui permettrait d’assurer un développement socio-économique durable à notre...
(RFI 29/09/16)
Au Mali, la polémique enfle autour du général Ag Gamou et de ses liens, supposés ou réels, avec le Gatia. Ce général de l'armée malienne aurait revendiqué son appartenance à ce groupe armé du nord du Mali, des propos qui ont été démentis par la suite. Ce qui n'a pas empêché l'ambassadeur des Etats-Unis de demander aux autorités maliennes de rompre leurs relations avec ce groupe armé. Aucune réaction officielle de Bamako pour le moment. C'est uniquement par la voie...
(RFI 29/09/16)
C’est plutôt rare pour être souligné, quatre députés du parti au pouvoir, le Rassemblement pour le Mali (RPM), ont claqué la porte pour gagner les rangs d’un regroupement de partis d’opposition. Les démissionnaires ont rendu publique une lettre. L’ambiance était devenue intenable au sein du RPM, le parti au pouvoir, expliquent les quatre députés démissionnaires dans leur missive. Ils donnent des détails : le débat interne n’existe plus et les querelles intestines ont progressivement miné l’action du parti présidentiel, disent-ils...
(MondAfrique 29/09/16)
Au beau milieu de l’imbroglio malien, le message a le mérite de la clarté. En dénonçant la collusion entre les autorités de Bamako et la milice touarègue du “Gatia” qui combat les mouvements rebelles de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) dans le nord du pays, l’ambassadeur américain au Mali Paul Flombsee a dit tout haut ce que tout le monde murmure depuis longtemps. «Le gouvernement malien doit mettre fin à tous liens à la fois publics et privés avec le Gatia (…) qui ne contribue pas à ramener la paix dans le nord du Mali»
(AFP 29/09/16)
Un groupe armé malien pro-gouvernemental, le Gatia, a accusé mercredi l'ambassadeur américain de partialité, pour avoir pressé Bamako de rompre tout lien avec le Gatia, engagé depuis plusieurs mois dans des combats meurtriers avec l'ex-rébellion, et nié être une "milice" supplétive. Le Gatia (Groupe d'autodéfense touareg Imghad et alliés) "regrette profondément les propos tenus par l'ambassadeur", Paul Folmsbee, mardi, et "dénonce son attitude partisane au profit de la CMA" (Coordination des mouvements de l'Azawad (ex-rébellion), selon un communiqué diffusé sur le compte twitter de son secrétaire général, Fahad Ag Almahmoud.
(L'Essor 29/09/16)
Au terme de la 6ème revue de leur mission, les experts du FMI se disent satisfaits des acquis de la situation macroéconomique de notre pays malgré les effets de la crise. « L’économie du Mali continue de croitre à un rythme soutenu, avec une prévision de croissance du Produit intérieur brut (PIB) de 5,4% au titre de l’année 2016. L’activité économique est tirée aussi bien par des dépenses publiques d’investissement que par la politique accommodante de la Banque centrale (BCEAO)...
(Le Republicain (ml) 29/09/16)
Malgré des bons points engrangés sur le plan macro économique, le Fond monétaire international (FMI) reste prudent face au grand déficit de bonne gouvernance dans lequel le Mali patauge toujours. Les perspectives sont positives, la croissance macroéconomique prometteuse, mais la mise en œuvre des reformes en matière de bonne gouvernance se fait à un rythme de caméléon. Hier, mercredi 28 septembre 2016, le ministre de l’économie et des finances, Boubou Cissé et le chef de mission du Fond monétaire international...
(Le Republicain (ml) 29/09/16)
Dans leur lettre de démission datée du 26 septembre passé, les quatre députés qui ont claqué la porte du RPM, Mamadou Doumbia, élu en commune II du district de Bamako, Kalilou Ouattara, élu en commune III du district de Bamako, Bakary Diarra, élu à Sikasso et Soiba Coulibaly, élu à Kati, motivent leur départ par l’échec du parti au pouvoir, malgré sa majorité parlementaire confortable, à s’imposer sur l’échiquier politique nationale de sorte à corriger les tares de la gouvernance...
(Le Prétoire 29/09/16)
En manque de sensation, le diplomate américain, Paul Folmsbee, a fait une sortie médiatique aussi hasardeuse que détestable en début de semaine. En effet, le mardi 27 septembre, il a voulu donner des ordres à notre chère patrie qui n’est pourtant pas un Département américain. Confronté à une crise multidimensionnelle, le Mali a sollicité le soutien de la communauté internationale. Plusieurs puissances mondiales ont ainsi répondu à cet appel. Et la France s’était distinguée en 2013 par la promptitude de...
(L'Essor 29/09/16)
Le paysage bancaire malien est en pleine mutation. Dans une interview accordée à notre Rédaction, le Directeur national de la Banque centrale, Konzo Traoré, explique les relations de son institution avec les banques primaires et fait un large tour d’horizon des questions liées au fonctionnement de notre système bancaire. Entre autres, il fait le point de la mise en oeuvre du Bureau d’information sur le crédit (BIC), évoque le dispositif de soutien au financement des petites et moyennes entreprises. L’Essor...

Pages