Vendredi 20 Avril 2018

Mali

(Le Monde 20/03/18)
D’anciens migrants dénoncent la façon dont le voisin maghrébin les a expulsés et confient leurs difficultés à reconstruire leur vie à Bamako. « Si je suis parti, c’était pour tenter de jouer dans un club de football. Ici au Mali, même pour être sur la liste des joueurs convoqués pour un match, l’entraîneur te demande de l’argent. » Cette vérité lâchée, Ahmed observe un long silence, le regard dans le vide, comme flottant dans la chaleur lourde de cet après-midi à Misra, un quartier populaire de Bamako. A 19 ans, ce jeune joueur d’un club de la capitale a été refoulé d’Algérie début février. Après avoir essuyé un échec sur les terrains algérois et turbiné sur des chantiers comme ouvrier,...
(AFP 20/03/18)
La police a annoncé avoir libéré lundi l'épouse du consul honoraire du Mali prise en otage pendant cinq heures par un Malien au consulat du Mali à Barcelone (Espagne). L'agresseur avait demandé qu'on lui laisse quitter le territoire espagnol. Une porte-parole de la police régionale de Catalogne avait précisé auparavant que les policiers avaient été informés dans l'après-midi "qu'une femme était retenue contre son gré au consulat du Mali à Barcelone". Les membres de la police nationale et régionale ont négocié avec l'auteur de la prise d'otage, dont l'identité n'a pas été révélée. "Il voulait que la police lui donne les papiers nécessaires pour lui permettre de quitter l'Espagne", a déclaré un porte-parole de la police nationale. L'homme, qui avait...
(AFP 19/03/18)
Le Canada va déployer pendant un an une force d'appui aérienne avec des hélicoptères et des Casques bleus dans le cadre de la mission de stabilisation des Nations unies au Mali (Minusma), a annoncé lundi le ministre canadien de la Défense, Harjit Sajjan. "La force opérationnelle aérienne comprendra des hélicoptères Chinook pour assurer une capacité urgente de transport et de logistique pour la Minusma, et des hélicoptères Griffon pour assurer une escorte et une protection armées", a indiqué le ministre. En accompagnement de ces hélicoptères sur le terrain, des militaires canadiens seront déployés avec l'objectif d'avoir un contingent à parité entre hommes et femmes. La date du déploiement sera fixée après consultations avec l'ONU, a dit M. Sajjan lors d'une...
(Autre média 19/03/18)
Initialement prévue pour le 19 mars la visite du Premier ministre a été reportée à une date ultérieure. Le report serait dû, à un refus de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) de recevoir le chef du gouvernement. Kidal reste un os à travers de la gorge du gouvernement malien, malgré la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger. Annoncée en grande pompe dans la capitale des Ifoghas pour le 19 mars, la visite du Premier ministre serait reportée à une date ultérieure. Selon des sources proches de la CMA, il y aurait des difficultés à aplanir sur le terrain. Elles rapportent, les responsables de la CMA ne veulent pas recevoir le...
(RFI 19/03/18)
Au Mali, pour tenter d’apaiser le climat toujours tendu dans la région du centre, le Premier ministre malien, Soumeylou Boubèye Maïga, a reçu, samedi 17 mars, à Bamako, les députés locaux de la majorité et de l'opposition. Devant les députés et élus du centre du Mali, le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga a tenu à rassurer : l’Etat prend les dispositions pour que le calme règne à nouveau entre les communautés. Il a également tenu à évoquer la question des armes de guerre aux mains des milices. « Tous les groupes armés signataires ou non signataires de l’accord ont utilisé les communautés du centre pour renforcer leurs effectifs. A un moment donné, les populations elles-mêmes, pour se défendre, ont mis...
(RFI 19/03/18)
L'expert indépendant de l'ONU pour les droits de l'homme a achevé le week-end du 18 mars une mission d'enquête dans le centre du Mali. Souleymane Baldo estime la situation complexe et inquiétante pour les populations civiles, mais veut rester optimiste. Au centre du Mali, les populations civiles sont « sont de plus en plus des victimes collatérales » de la guerre entre jihadistes présumés et forces des armées régulières. C’est le constat de Souleymane Baldo, qui vient d’achever une mission d’enquête sur le terrain. Cet expert indépendant des Nations unies pour les droits de l’homme cite, par exemple, « des engins [qui] explosent lors de passage de bus ». Les limites du tout sécuritaire On parle également de présumés cas...
(Xinhua 19/03/18)
Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé, vendredi, être parvenu à un accord préliminaire entre ses services et les autorités maliennes, sur la conclusion de la huitième revue du programme économique et financier du Mali soutenu par la facilité élargie de crédit (FEC), et sur la consultation de 2018 au titre de l’article IV des statuts de l’institution. Sous réserve d’approbation par la Direction et de Conseil d’administration du FMI, l’achèvement de cette revue permettra un décaissement de 31,65 millions de droits de tirage spéciaux (DTS), soit environ 46 millions $, en faveur du Mali. Pour la mission du FMI, dirigée par Boriana Yontcheva et qui a séjourné à Bamako du 12 au 16 mars 2018, « l’économie malienne a...
(L'Essor 19/03/18)
Une équipe du Fonds monétaire international (FMI) en fin de mission dans notre pays, a animé, vendredi après-midi, une conférence de presse au ministère de l’Économie et des Finances. La mission conduite par Mme Boriana Yontcheva a fait le point de la situation de la huitième revue du Programme économique et financier, appuyée par la Facilité élargie de crédit (FEC) du FMI et des consultations de 2018 au titre de l’article IV. C’était en présence du ministre de l’Économie et des Finances, Dr. Boubou Cissé et du représentant résident du FMI dans notre pays. L’objectif de la présente mission était de procéder à la huitième revue du Programme économique du gouvernement appuyé par le FMI à travers la FEC. Ainsi...
(AFP 17/03/18)
Le Canada a officiellement "notifié" vendredi aux Nations unies son "intérêt" à participer à la mission de maintien de la paix au Mali, et enverra des troupes et des hélicoptères dans ce pays d'ici l'automne, a indiqué une source gouvernementale à l'AFP. Les détails sur les effectifs envoyés par le Canada seront fournis lundi par le ministre de la Défense Harjit Sajjan, a ajouté cette source, sous couvert de l'anonymat. L'engagement du Canada au Mali sera "temporaire", avec l'intention d'être relevé au bout d'un an, et constituera la mise en oeuvre de la stratégie annoncée l'automne dernier par le Premier ministre Justin Trudeau à Vancouver, a indiqué ce responsable canadien. Le Canada a fait part en novembre de son intention...
(Jeune Afrique 17/03/18)
Une manifestation devant l'ambassade algérienne à Bamako a dégénéré lundi 12 mars. De jeunes Maliens se plaignent d'avoir été victimes de mauvais traitements après leur arrestation en Algérie. L’ambassade algérienne à Bamako, sise dans le quartier de Daoudabougou, a été la cible de manifestants, lundi 12 mars. Jets de pierres et départ de petits incendies ont ponctué une manifestation de plusieurs dizaines de Maliens accusant les autorités algériennes de mauvais traitements. Les manifestants assurent avoir été expulsés d’Algérie dans des conditions inappropriées voire illégales. Dans un communiqué publié le 15 mars, Bamako a présenté ses regrets à Alger pour ces actes. Joint au téléphone, l’ambassadeur algérien s’est borné à nous renvoyer audit document des autorités maliennes. La manifestation à Bamako...
(AFP 16/03/18)
L'opération antijihadiste française Barkhane au Sahel, qui mobilise quelque 4.000 hommes, est "une opération de longue durée" même s'il est nécessaire de "faire évoluer notre engagement", a estimé vendredi le chef d'état-major français des armées, le général François Lecointre. "Ce que je pense moi, c'est que l'opération au Sahel est une opération de longue durée pour laquelle nous sommes engagés aujourd'hui dans un appui à la montée en puissance des forces de nos pays partenaires dans la zone", a-t-il déclaré sur la radio Europe 1, en référence au soutien français apporté à la force militaire du G5 Sahel (Mali, Mauritanie, Burkina Faso, Niger et Tchad).
(Agence Ecofin 16/03/18)
En 2018/2019, le Mali ambitionne de produire 750 000 tonnes de coton, a annoncé le Ministère de l’Agriculture. Pour le pays qui est déjà assuré d’occuper le rang de premier producteur africain de coton avec une récolte d’au moins 725 000 tonnes d’or blanc en 2017/2018, ce nouvel objectif sera concrétisé à travers une intensification de la mécanisation et de l’utilisation des intrants ainsi que par le biais d’une progression des superficies emblavées. Celles-ci devraient ainsi croître de 4,6 %, passant de 703 652 hectares à 736 000 hectares, indique Commodafrica. L’ensemble de ces mesures d’amélioration de la production devrait coûter en 2018/2019 près de 111 milliards francs CFA au gouvernement malien qui depuis quelques années à opter pour la...
(AFP 15/03/18)
Les forces armées françaises déployées au Sahel pour l'opération Barkhane ont tué ou capturé en un mois une soixantaine de jihadistes dans la "zone des trois frontières" au confins du Mali, du Niger et du Burkina Faso, a annoncé jeudi l'état-major français. "Depuis le 15 février, une soixantaine de terroristes ont été mis +hors de combat+ (tués ou capturés)" et "des matériels saisis ou détruits: des pickups, des motos, des équipements individuels ou collectifs, du matériel nécessaire à la confection d'engins explosifs improvisés", a détaillé le colonel Patrik Steiger dans un point presse du ministère français des Armées. Du 9 au 12 mars, deux opérations menées au sud de l'axe Ansongo-Menaka...
(RFI 15/03/18)
Les forces françaises maintiennent la pression sur les groupes terroristes au Mali. Ce jeudi, l’état-major français a communiqué le nombre de 60 jihadistes neutralisés, tués ou capturés. La France porte encore un sérieux coup aux groupes armés. Barkhane menait encore, il y a quelques jours, une nouvelle opération du côté de Menaka aux confins des trois frontières : Mali, Niger et Burkina Faso. La zone des trois frontières, entre le Mali, le Niger, et le Burkina Faso, c'est la zone que Barkhane ratisse depuis le mois de novembre 2017. Une action dans la durée de manière à obtenir du renseignement utilisable rapidement pour désorganiser les capacités de l'adversaire. « Ces derniers jours encore, au sud de l’axe Ansongo-Ménaka, Barkhane a...
(AFP 15/03/18)
Deux groupes armés maliens impliqués dans l'accord de paix de 2015 ont annoncé avoir repris au cours de récents combats un véhicule militaire américain capturé par les jihadistes pendant une embuscade meurtrière au Niger voisin le 4 octobre. Interrogé par l'AFP sur les affirmations de ces deux groupes, un porte-parole du Commandement américain pour l'Afrique (Africom) a indiqué jeudi examiner ces informations mais "ne pouvoir à ce stade en vérifier l'authenticité". Dans leur communiqué, publié mercredi, le Groupe d'autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia, pro-gouvernemental) et le Mouvement pour le salut de l'Azawad (MSA, issu de l'ex-rébellion) disent s'être récemment engagées dans des affrontements contre des "bandits armés" près de la frontière avec le Niger. Le dernier "en date du...
(RFI 15/03/18)
Les Peuls du Mali sont en colère. Ils dénoncent les amalgames qui tuent. Rien que la semaine dernière plus de 25 d'entre eux ont été assassinés, soit sans raison, sans parce qu'ils sont accusés de collusion avec les jihadistes. Et lors d’un rassemblement, ce jeudi matin à Bamako, plusieurs centaines de personnes ont manifesté leur ras-le-bol vis-à-vis de cette situation. C'est depuis 2015 que cet amalgame a fait surface au Mali. Depuis l'émergence du Front de libération du Macina, un groupe terroriste composé essentiellement de Peuls, qui agit dans la région du Macina au centre du pays. Une région gangrénée aujourd'hui par l'insécurité. Et si des Peuls sont affiliés aux groupes terroristes, la plupart des Peuls sont aujourd'hui des victimes...
(Afrik.com 15/03/18)
Une attaque a été perpétrée contre l’ambassade d’Algérie, à Bamako, au Mali. Aucune perte en vie humaine n’a été déplorée, mais des dégâts matériels ont été enregistrés. L’ambassade d’Algérie à Bamako, au Mali, a fait l’objet d’une attaque nocturne. les faits ont eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi. Sont incriminés des ressortissants maliens expulsés d’Algérie. C’est du moins ce que rapportent des médias maliens qui précisent que les assaillants ont mis le feu à l’ambassade. Les images diffusées par des sites maliens prouvent que les jeunes en colère se sont attaqués à tout ce qu’ils ont trouvé sur leur passage. « Mis en infériorité numérique, les policiers sur place quittent les lieux pour chercher des renforts. Avant...
(RFI 15/03/18)
L'Algérie expulse depuis le début de l'année des migrants sub-sahariens de son territoire. Jusqu'à présent, les migrants étaient amenés jusqu'à la frontière avec le Niger. Mais la semaine dernière, un groupe de migrants a été expulsé à la frontière malienne. Dans la capitale algérienne, mais aussi à Tamanrasset, au sud du pays, les arrestations sont désormais régulières. De nombreux migrants sub-sahariens sont interpellés sur les chantiers où ils travaillent, puis regroupés avant d'être emmenés jusqu'à la frontière avec le Niger. Mais la semaine dernière, c'est un groupe d'hommes arrêtés à Ghardaia, à 600 kilomètres au sud de la capitale qui a été expulsé à la frontière avec le Mali. Plus de 120 personnes, des Maliens, mais aussi des Guinéens, des...
(Le Republicain (ml) 15/03/18)
Le premier tour de l’élection présidentielle est prévu pour le 29 juillet 2018. A quatre mois du scrutin, les états major des partis politiques affutent leurs armes. L’opposition tout comme la majorité. Si l’objectif de la majorité est de réélire le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) à la magistrature suprême, au sein de l’opposition, le message est clair : « tout sauf IBK ». C’est dans ce cadre que les responsables de l’opposition s’étaient donner rendez-vous le mercredi 7 mars 2018 au grand hôtel de Bamako pour trouver les voies et moyens d’une alternance au régime actuel. Comme beaucoup de tendance se dégagent présentement au sein de l’opposition, l’objectif de cette rencontre des responsables de l’opposition était...
(Studio Tamani 15/03/18)
KIDAL : le premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga est attendu à Kidal le 22 mars prochain. Selon les autorités locales, cette visite s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord pour la paix. Sa sécurité devrait être assurée par les membres de la Coordination des Mouvements de l’Azawad CMA.

Pages

(RFI 02/03/18)
Au Mali, des images de Sophie Pétronin, cette otage française de 72 ans enlevée il y a deux ans dans le nord du pays, ont fait surface. Une vidéo où elle figure a été mise en ligne ce 1er mar sur les réseaux dits « officiels » de l’organisation terroriste Jamaat Nosrat Al-Islam Wal-Mouslimin (JNIM), « le groupe de soutien à l'islam et aux musulmans » en arabe. Une vidéo d’1'30 sans aucun commentaire a été mise en ligne sur les réseaux de l'organisation terroriste Jamaat Nosrat Al-Islam Wal-Mouslimin (JNIM) ce 1er mars. Sur un fond noir apparaissent de grosses lettres dorées SOS pour « Save Old Sophie », « sauvez la vieille Sophie », en anglais, en référence à...
(AFP 01/03/18)
Quatre Casques bleus bangladais ont été tués et quatre autres grièvement blessés mercredi après-midi dans le centre du Mali dans une attaque à l'engin explosif artisanal (IED), a annoncé l'ONU. Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, "condamne fermement l'attentat qui a tué quatre soldats de la paix bangladais" membres de la force de l'ONU au Mali (Minusma), a indiqué son porte-parole, Stéphane Dujarric, dans un communiqué. "Ces actes lâches n'entameront pas la détermination de la Minusma à soutenir les autorités maliennes dans leurs efforts pour protéger les civils et accompagner le peuple malien dans sa quête de paix et stabilité", poursuit le communiqué.
(AFP 01/03/18)
La ville de Gao, dans le nord du Mali, est le théâtre depuis plusieurs jours de tensions entre les populations songhaï (noire) et arabe, les deux communauté s'accusant mutuellement d'être responsable de la mort d'un des leurs, ont indiqué jeudi des sources locales. Gao, situé sur le fleuve Niger, où cohabitent des populations songhaï, sédentaires et vivant principalement de l'agriculture et de l'artisanat, et des commerçants arabes, avait jeudi des "allures de ville morte", selon un habitant joint pour l'AFP. "Toutes les boutiques sont fermées. Des arabes armés ont pris position" sur une place et "tirent des coups de feu en l'air pour que la foule ne vienne pas", selon cette source, qui a précisé que les services publics étaient...
(RFI 01/03/18)
Quatre casques bleus des Nations unies ont été tués et quatre autres grièvement blessés dans l'explosion d'une mine au passage de leur véhicule, dans le centre du Mali, ce 28 février. Ce nouveau drame porte à huit le nombre de casques bleus tués depuis le début de l'année. Comme ce 27 février pour l'armée malienne, un engin explosif non-identifié a provoqué le drame. L'explosion a eu lieu vers 14h alors que le blindé de la Mission de l'Onu au Mali (Minusma) circulait entre les localités de Boni et de Douentza dans la région de Mopti, dans le centre du pays. A bord d'un véhicule blindé, quatre casques bleus ont été tués sur le coup. Il s'agit encore d'un bilan provisoire...
(Xinhua 01/03/18)
Quatre Casques bleus ont trouvé la mort mercredi suite à l'explosion d'une mine ou d'un engin explosif, lors du passage d'un véhicule de la Mission de maintien de la paix de l'ONU au Mali (MINUSMA) dans la région de Mopti, a annoncé la mission onusienne. Quatre autres soldats de la paix ont également été grièvement blessés, selon un communiqué de la MINUSMA, qui n'a pas précisé la nationalité des victimes. Cet incident est survenu au lendemain de la mort, mardi, de six militaires maliens suite au passage de leur véhicule sur une mine à Dioura, au centre du Mali. Dans son communiqué, le chef de la MINUSMA, Mahamat Saleh Annadif, "condamne fermement de tels actes ayant pour but de paralyser...
(RFI 01/03/18)
La principale ville du nord du Mali a été le théâtre de vives tensions mercredi soir, le 28 février. Des pneus ont été brûlés par des jeunes en colère, alors que des coups de feu ont été entendus. Ce mercredi dans la nuit, des coups de feu retentissent à Gao. Très rapidement, on annonce la mort d’un militaire en poste au tribunal de la ville. Une foule en colère, de véritables grappes humaines prennent d’assaut les artères de la ville. Certains crient vengeance. Subitement, deux communautés, les sédentaires et les arabes, qui vivent généralement en bonne entente, s’engagent dans un face à face. Dans le quatrième quartier de la ville, certains sont même prêts à en découdre. La tension monte...
(L'Essor 01/03/18)
La rive droite de Bamako était en ébullition hier. Et pour cause : le Bureau de coordination de l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM) a battu le pavé pour demander aux autorités universitaires de sécuriser les étudiants sur le tronçon qui mène à la cité universitaire de Kabala, à 28 km de Bamako. Rappelons que depuis l’ouverture du campus de Kabala, il y a environ 7 mois, des camions benne ont tué 6 étudiants et un enseignant sur cette route. Ce sinistre bilan interpelle la conscience collective et requiert au moins des mesures conservatoires. Le dernier accident qui a couté la vie à un étudiant date de jeudi dernier sur ce tronçon, désormais dénommé par les étudiants «route...
(Jeune Afrique 01/03/18)
L'ancien ministre de la communication d'IBK lance ce vendredi un mouvement se présentant comme « transpartisan et participatif ». Mahamadou Camara, ex-ministre d’Ibrahim Boubacar Keïta – il fut de en charge de l’Économie numérique, de l’information et de la communication du gouvernement Moussa Mara d’avril 2014 à janvier 2015 – et ex-collaborateur de Jeune Afrique, lancera le 2 mars au mémorial Modibo-Keïta de Bamako son mouvement, Transformons le Mali ! Ce collectif composé d’entrepreneurs, d’experts et d’étudiants entend devenir un incubateur citoyen proposant des solutions innovantes pour faire évoluer l’action publique, le tout dans un esprit « transpartisan et participatif ». « Notre conviction est que le Mali doit renouer avec un nouvel engagement citoyen, pro-actif et entreprenant pour s’élancer vers...
(AFP 28/02/18)
Six militaires et un garde-forestier sont morts mardi dans deux attaques attribuées à des jihadistes dans le centre du Mali, où l'armée est accusée par des familles d'avoir tué sept civils après leur arrestation le 21 février. Un véhicule des forces armées a "sauté (mardi) sur un engin explosif improvisé à environ 7 km à l'est de Dioura", dans la zone de Ségou (centre). Le bilan est de 6 morts", dont un lieutenant, a indiqué mercredi l'armée malienne sur son site d'information. Par ailleurs, dans la nuit de mardi à mercredi, un "terroriste a tué à Douentza (centre) un agent des eaux et forêts avec une arme" à feu, a par ailleurs affirmé à l'AFP une source militaire. Le terme...
(AFP 28/02/18)
Six militaires maliens ont été tués dans le centre du Mali dans l'explosion d'une mine au passage de leur véhicule, a-t-on appris mercredi de sources militaires. "Six militaires maliens ont été tués mardi à l'entrée de la localité de Dioura (centre) lorsque leur véhicule a sauté sur une mine", a déclaré à l'AFP une source militaire malienne. L'armée malienne a confirmé l'information. "Le (mardi) 27 février 2018 aux environs de 18H30 (GMT), un véhicule" des forces armées maliennes a "sauté sur un engin explosif improvisé à environ 7 km à l'est de Dioura" dans la zone de Ségou. Le bilan est de 6 morts" dont un lieutenant, a-t-elle rapporté mercredi sur son site d'information. Par ailleurs, sept civils ont été...
(APA 28/02/18)
Six soldats maliens ont trouvé la mort, mardi soir, quand leur véhicule a sauté sur une mine dans le centre du pays, a-t-on appris, mercredi, auprès de l’armée malienne. «Ce soir, le 27 février 2018 aux environs de 18 heures 30 mn, un véhicule de l’Echelon Tactique Interarmes du Groupement Tactique interarmes ‘’SIGUI’’ saute sur un Engin Explosif Improvisé (EEI) à environ 7 km à l’Est de Dioura. Le bilan est de 6 morts, dont le Lieutenant Nouhoum Samaké», renseigne l’Armée malienne dans un communiqué de presse. Même si l’attaque n’a pas encore été revendiquée, il est bon de préciser que la localité de Dioura est située dans la région de Mopti dans le centre du pays, une zone en...
(APA 28/02/18)
Une enquête a été ouverte suite à la mort de civils lors d’une opération de l’armée malienne dans le centre du pays, a appris APA, mardi à Bamako, de source officielle. «Dans le cadre de l’Opération DAMBE, dont l’objectif est l’instauration d’un environnement de stabilité, des éléments des Forces armées maliennes ont mené des missions de reconnaissance et de fouilles dans la Commune de Sokolo (région de Ségou), au cours desquelles des personnes civiles ont malheureusement perdu la vie. Une enquête a été immédiatement ordonnée», informe le Gouvernement malien dans un communiqué de presse. Play Video Selon des informations d’APA, plusieurs civils ont été tués lors de cette opération militaire, même si le gouvernement n’a encore donné aucun chiffre. AD/te/APA
(RFI 28/02/18)
Aujourd’hui, Grand Reportage vous emmène au Mali, plus particulièrement dans le centre du pays, là où se croisent communautés peules, dogons ou encore bambaras. Le berceau de l’ex-empire du Macina, un joyau culturel et historique. Jusque-là épargnée par le conflit qui embrase le nord du Mali, la région centre a sombré peu à peu dans la violence. Plusieurs centaines d’écoles sont fermées, des agents de l’Etat sont menacés, tués ou kidnappés. L’Etat a perdu le contrôle d’une bonne partie de ce territoire. Prêcheurs radicaux, terroristes, djihadistes, bandits armés, toutes ces appellations s’entremêlent. Le gouvernement a lancé un vaste plan de sécurisation tandis que la mission de l’ONU, la Minusma, a déployé 200 soldats d’élite. Cela sera t-il suffisant ? Au...
(AFP 28/02/18)
Les soldats français du 1er régiment de Spahis, enroulés dans leurs burnous traditionnels, ont rendu hommage mardi à "leurs deux frères d'armes" tombés lors d'une attaque au Mali, en présence de la ministre française des Armées. Les deux cercueils recouverts de drapeaux français ont été amenés à dos d'homme sur la place d'armes de la ville de Valence (sud-est) balayée par un vent glacial. "L'ennemi (...) n'était sûrement pas assez courageux pour supporter votre regard, le regard calme et profond de la liberté", a commencé la ministre, Florence Parly, qui prononçait l'éloge funèbre, au lendemain d'un hommage à Paris. "Nous allons faire face devant un ennemi dont l'acte a renforcé notre détermination", a-t-elle assuré. Le sergent-chef Emilien Mougin et le...
(Xinhua 28/02/18)
Une dizaine d'hommes du chef terroriste Adnan Abou Walid ont été tués dimanche et lundi lors d'affrontements avec des éléments du Groupe d'auto-défense Touareg Imghad (GATIA) et du Mouvement pour le Salut de l'Azawad (MSA), ont indiqué mardi ces deux groupes dans un communiqué. Selon le communiqué conjoint, l'une des patrouilles du GATIA et du MSA sillonnant la zone à cheval entre le Mali et le Niger "est tombée sur une base de malfrats affiliés à Adnan Abou Walid". Il s'en est suivi deux affrontements au cours desquels "les malfrats ont été défaits". Et "une course-poursuite a été engagée suite à laquelle un troisième affrontement a eu lieu le 26 février 2018 dans la même zone". "La base de ces...
(L'Essor 27/02/18)
Hier, aux environs de 10 heures, un véhicule blindé de la force suédoise a sauté sur une mine à Soumpi, dans le cercle de Niafunké. Heureusement, il n’y a eu aucune perte en vies humaines. L’engin a été, cependant, endommagé en quelques endroits. Joint au téléphone, le sous préfet de Soumpi a confirmé l’attaque, ajoutant que les militaires suédois étaient en patrouille dans sa commune depuis quelques jours. Une autre source a précisé que le véhicule des soldats suédois a sauté sur une mine vers l’entrée du village de Soumpi et à 1 km au Nord-Est du poste militaire des FAMAs. Des habitants de la localité ont raconté avoir vu un avion survoler le lieu de l’explosion en vue de...
(Agence Ecofin 27/02/18)
La société Energie du Mali (EDM), la compagnie nationale en charge de la fourniture électrique, a demandé aux consommateurs industriels d’éteindre leurs machines entre 18 heures et 2 heures du matin, lors de la prochaine canicule. Celle-ci est annoncée pour s’étendre du 1er mars au 31 juillet 2018. La compagnie espère que cette consigne sera respectée afin de lui permettre de poursuivre la desserte des petits consommateurs tout au long de la période. A défaut de quoi, elle sera obligée de mettre en place des plans de délestage qui toucheront toutes les couches de sa clientèle. Cette mesure a été rendue nécessaire à cause de la sécheresse qui a empêché le remplissage des barrages de Manantali (200 MW) et de...
(RFI 27/02/18)
Il y a trois ans, la déclaration d'Abidjan était adoptée par les 15 Etats membres de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao). Dans cette déclaration, les Etats se sont engagés à mettre fin à l'apatridie d'ici 2024. L'apatridie ou le fait de ne pas avoir de nationalité, empêche les gens d'avoir accès à l'école, aux soins ou à un travail faute de papiers d'identité. C'est la cause de grandes inégalités et de vulnérabilité pour la population. Le HCR a publié ce dimanche 25 février 2018 une note pour faire le point sur les évolutions du phénomène dans la zone. Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés constate que quelques progrès ont été effectués ces derniers temps...
(Le Republicain (ml) 26/02/18)
Après « l’enlèvement » et la « séquestration » de Salif Diarra, Aliou Hassèye et Issa Coulibaly, tous trois journalistes de Maliactu.net, par les autorités maliennes, les journalistes maliens sont inquiets. Le retour de ces méthodes, assimilables à celles de la Gestapo, inquiète aussi la Maison de la presse du Mali qui a interpellé, le samedi dernier, les plus hautes autorités du pays sur « l’utilisation de méthodes illégales de pression envers la presse. » L’inquiétude se lisait sur les visages des journalistes présents à la Maison de la presse le samedi 24 février 2018. Près de la porte d’entrée de ce lieu de retrouvailles entre les journalistes maliens, en entendant l’heure du point de presse des responsables de la...
(France Info 26/02/18)
Au Mali, les soldats maliens ou étrangers ne sont pas les seuls visés par les djihadistes. Ainsi selon l’agence de presse Anadolu, au moins trois civils ont encore été tués par des engins explosifs, le samedi 24 février 2018. Les attaques de civils se multiplient depuis le début de l’année. Est-ce une nouvelle stratégie des terroristes ? Une forme de guerre totale, où personne, militaire ou civil, ne serait à l’abri ? Anadolu Agency, l’agence de presse turque, fait ainsi état de deux explosions distinctes dans le nord et le centre du Mali. Des explosions qui ont touché des civils. La première a eu lieu à Aguel Hoc samedi 24 février, près de Kidal. Les victimes sont deux commerçants de...

Pages

(Journal du Mali 11/01/18)
Du nouveau dans le ciel malien. La compagnie aérienne Corsair vient de lancer sa ligne Bamako-Paris. Une annonce bienvenue pour de nombreux voyageurs maliens, qui auront désormais un éventail de choix plus large. Avion de dernière génération, confort maximal, prix concurrentiel et service de chefs étoilés, la compagnie a mis les petits plats dans les grands pour satisfaire ces potentiels futurs clients. Le premier vol de Corsair se fera le 30 janvier. Les voyageurs ont jusqu’à cette date pour bénéficier d’un tarif promotionnel de 340.000 FCFA TTC sur les billets. « Nous ne sommes pas là pour faire du coût, nous voulons démocratiser le traffic, augmenter le nombre de voyageurs », rassure le PDG de Corsair Pascal de Izaguirre. Déjà...
(Agence Ecofin 11/01/18)
L’Afrique subsaharienne devrait connaître une augmentation de sa croissance en 2018, à hauteur de 3,2% contre 2,4% l’année précédente, indique la banque mondiale dans son rapport sur les perspectives économiques mondiales. Les plus gros contributeurs de cette croissance devraient être le Ghana (8,3%), l’Éthiopie (8,2%), et la Côte d’Ivoire (7,2%). Cette dynamique devrait être impulsée par une multiplication des investissements, surtout dans le secteur des infrastructures. Quant aux économies des principaux exportateurs d’hydrocarbures et de produits miniers de la région, l’institution de Bretton Woods prévoit une timide amélioration. Alors que le Nigéria affichera une croissance estimée à 2,5% (contre 1% en 2017), l’Angola et l’Afrique du Sud observeront des taux respectifs de 1,6% et 1,1%. Les prévisions pour l’Afrique du...
(Jeune Afrique 10/01/18)
Pour le ministre congolais de l'Économie, les États africains doivent s’atteler à bâtir de vraies économies compétitives, plutôt que de se préoccuper de disposer chacun de sa monnaie. Ce qui ne l'empêche pas de suggérer des évolutions dans la politique monétaire de la zone CFA, notamment le passage de la fixité par rapport à l'euro à une flexibilité contrôlée. Depuis plus d’un an, il ne se passe plus un jour sans que les Africains de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cemac) ne parlent du franc CFA. Ils le font sous toutes les coutures : mauvaise monnaie, cause des déconvenues économiques, bonne monnaie, garante de la stabilité macro-financière, monnaie aux relents...
(Agence Ecofin 09/01/18)
Le gouvernement du Mali va fournir un premier lot de tablettes numériques aux étudiants des universités du pays pour l’année universitaire 2017-2018. Le marché confié à la société YATTCO Sarl, porte sur 13 000 appareils, pour un coût total de 3 000 835 650 Fcfa. Il doit être exécuté dans un délai de 45 jours, soit au plus tard à la mi-février 2018. C’est l’Agence de Gestion du Fonds d’Accès universel qui est le commanditaire de ce marché pour le compte de l’Etat. La dotation des étudiants maliens en tablettes traduit la mise en oeuvre du projet « Doniya, un étudiant un ordinateur ». C’est une composante de la stratégie nationale de développement du numérique baptisée « Plan Numérique 2020...
(Agence Ecofin 08/01/18)
La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), à travers un communiqué sur son portail web www.bceao.int , déplore des informations malveillantes sur les réseaux sociaux tendant à faire croire à l’existence « de faux numéros de série sur les billets de 10 000 FCFA et 5 000 FCFA » et de différences sur les dimensions de ces billets. La diffusion de ces messages prend une certaine ampleur et crée déjà un début de psychose au sein des populations. La BCEAO dément formellement être à l’origine de ces informations malveillantes et rassure : « elle n’a apporté aucune modification à la gamme actuelle des billets de banque de son émission en circulation qui demeurent valides ». Pour éviter...
(Agence Ecofin 05/01/18)
La Banque de Développement du Mali (BDM-SA), dont le marocain BMCE Bank est actionnaire de référence avec 32,38% de participation, a reçu 10 milliards de Francs CFA (18,3 millions $) de la BIDC, la banque d’investissement et de développement de la CEDEAO. Cette ligne de crédit est destinée au financement de Petites et moyennes entreprises (PME) et Petites et moyennes industries (PMI) du Mali. 69,5 % de cette ressource sera affecté aux entreprises du secteur de l’agro-industrie et 30,45 % de crédits seront alloués aux entreprises du secteur des transports, plus précisément aux camions citernes qui transportent du pétrole et de l’essence. Aucune indication n’a été donnée sur le taux d’intérêt auxquels ces crédits seront accordés à leurs destinataires, ni...
(Agence Ecofin 04/01/18)
Depuis quelques jours, les Maliens ont accès à un nouveau réseau de téléphonie mobile. La société Alpha Télécommunications Mali (Atel-SA), opérant sous la marque commerciale « Telecel », a enfin ouvert ses services au public, le 28 décembre 2017, après une mise en activité du réseau, dès le 16 octobre dernier pour tester sa fiabilité. La société télécoms, détentrice de la troisième licence mobile du pays, se donne pour objectif de devenir le premier opérateur du pays en matière de qualité. Elle compte, à cet effet, sur le réseau de haute facture que lui a déployé l’équipementier télécoms Huawei. Il est doté d’une capacité de 3 millions d’abonnés ; une capacité évolutive selon les besoins exprimées au fil du temps...
(RFI 03/01/18)
Un rassemblement s'est tenu hier, mardi 2 janvier, à la Pyramide du souvenir de Bamako pour dénoncer les violences conjugales ; 150 personnes étaient réunies autour du collectif des Amazones pour réclamer des mesures en faveur de la protection des femmes. Des membres de la famille de Fanta Sékou Fofana, standardiste de la présidence, assassinée par son conjoint dans la nuit de jeudi à vendredi, étaient présents pour afficher leur soutien à cette cause. L'émotion est encore forte, et les yeux rougis. Traoré Coumba Bah, cousine de Fanta Sékou Fofana, morte des suites de violences conjugales, rejoint les militantes de la cause féminine. Touchée, elle est venue avec une délégation de sa famille porter un message : « On est...
(Agence Ecofin 03/01/18)
Selon l’Agence régionale d'appui à l'émission et à la gestion des titres publics dans l'UMOA (Agence UMOA-Titres), le volume annuel global provisoire des émissions de titres publics par adjudication au titre de l’année 2018 s’élève à 3026 milliards FCFA (environ 5,5 milliards $). Ce volume global qui regroupe les émissions provisoires de 7 des 8 Etats membres de l’UMOA (le calendrier d’émission du Sénégal n’étant pas encore disponible) se répartit selon les instruments comme suit : 1 212 milliards FCFA (environ 2,2 milliards $) de bons du Trésor ; et 1 814 milliards FCFA (environ 3,3 milliards $) d’obligations du Trésor. Ceci, à raison de 816 milliards FCFA (environ 1,49 milliards $) au cours du premier trimestre 2018. Suivi, au...
(Le Point 02/01/18)
La bourse régionale des valeurs mobilières, institution commune de pays d'Afrique de l'Ouest, a choisi d'enrichir la palette de financement des PME de la sous-région. Une initiative salutaire. Ça bouge du côté des petites et moyennes entreprises en Afrique. Beaucoup de fonds d'investissement, d'agence de développement se tournent désormais directement vers elles pour les financer. Dernièrement on a pu compter : Investisseur et Partenaire (80 millions d'euros), Proparco (750 millions d'euros), Fisea (120 millions d'euros) ou encore le fonds franco-africain BPI et AFD (33 millions). Et pourquoi pas la Bourse ? Si en Europe, le pas est déjà sauté, en Afrique, le mouvement est plus lent. Il faut dire que les PME n'intéressaient pas jusqu'ici les places financières. Pourtant, elles...
(RFI 29/12/17)
Le champion africain du coton est à nouveau le Mali. Avec 1 million 330 balles de fibre blanche, soit 90 000 balles de plus que l'an dernier, le pays dépasse le Burkina Faso, selon les estimations du département américain à l'agriculture, l'USDA. Les champs de coton ont été étendus au Mali. Mais c’est surtout le recul du Burkina Faso, l’ancien champion africain du coton, qui a permis au Mali de le doubler. Le Burkina Faso n’a pas produit plus d’un million 300 balles, 10 000 de moins que l’an dernier et 30 000 de moins que le Mali.
(APA 28/12/17)
Le Mali a obtenu 29,998 milliards FCFA (environ 47,996 millions de dollars) auprès des investisseurs opérant sur le marché financier de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), à l’issue de son émission d’obligations assimilables du trésor à 84 mois, a appris APA mercredi, auprès de l’agence UMOA-Titres basée à Dakar. Sur un montant mis en adjudication de 33 milliards FCFA, le montant global des soumissions des investisseurs s’est élevé à 30,134 milliards FCFA à l’issue de l’opération (1 FCFA équivaut à 0,0016 dollar).
(APA 22/12/17)
Le Qatar et le Mali ont signé un protocole d’accord relatif au soutien à l’éducation à travers le fond qatari de développement d’une enveloppe de 40 millions de dollars américains (soit plus de 22 millions de francs CFA) L’annonce a été faite ce jeudi soir à Bamako par le ministre malien des affaires étrangères Abdoulaye Diop, rendant compte du contenu du communiqué conjoint qui a sanctionné la visite au Mali de l'émir du Quatar, Sheickh Tamin Bin Hamad Al-Thani qui a achevé sa courte visite de 3 heures au Mali. Les deux pays ont également signé un autre accord qui concerne la coopération dans le domaine de l’éducation physique et du sport Dans un autre domaine, ‘’concernant la crise diplomatique...
(Agence Ecofin 22/12/17)
Hummingbird Resources a annoncé jeudi qu’elle a produit son premier lingot d’or à la mine Yanfolila (Mali), le 19 décembre 2017. Elle a précisé que l’atteinte de cette étape est intervenue selon le budget et le calendrier définis. «Produire le premier lingot d’or à Yanfolila est la plus importante réalisation de Hummingbird à ce jour et nous l’avons réussi selon le budget et le calendrier définis.», a déclaré Dan Betts, CEO de la compagnie. La société est désormais focalisée sur comment faire avancer la mine vers la phase de production commerciale, le but étant de produire 130 000 onces d’or durant la première année d’opération. Pour le Mali, l’entrée en production de cette nouvelle mine, attendue depuis plusieurs mois, est...
(APA 21/12/17)
``L’Union Européenne (UE) a accordé un appui budgétaire de 45 milliards de francs CFA au gouvernement malien, a appris APA dans un communiqué diffusé mercredi par la délégation de l’UE à Bamako. ‘’L'Union Européenne continue à soutenir le Mali dans sa politique de réforme et de rétablissement de l'Etat : 71 millions d'euros (46,5 milliards de F CFA) ont été déboursés le 18 décembre 2017 sur le compte du Trésor du Mali, dans le cadre de la tranche 2017 de l'appui budgétaire général UE 2015-2017,’’ note le communiqué de l’UE. La délégation de l’UE à Bamako explique que ce décaissement est fait dans le cadre du programme d'appui à la réforme de l'Etat et à la consolidation de l'Etat de...
(AFP 20/12/17)
La France et le Mali ont mis sur les rails mardi le premier projet financé par Paris dans le cadre de l'Alliance pour le Sahel, projet international lancé à l'initiative de la France visant au développement de cette région pauvre et en proie aux attaques jihadistes. L'Agence française de développement (AFD) s'est engagée à ouvrir une ligne de crédits de 30 millions d'euros (plus de 19 milliards de francs CFA) à la Banque nationale pour le développement agricole du Mali (BNDA) pour l'aider à financer le développement des exploitants agricoles, des PME-PMI, des institutions de microfinance...
(Agence Ecofin 20/12/17)
Le parlement malien a voté la loi de finances 2018, prévue pour un montant total de 2330,778 milliards FCFA (4,2 milliards $), lundi dernier. « Arrêté en recettes à 1 957,625 milliards FCFA en termes de prévisions de recouvrement et à 2 330,778 milliards FCFA en dépenses, le projet de budget 2018 présente un déficit budgétaire global de 373,153 milliards FCFA contre 356,183 milliards FCFA dans le budget rectifié 2017, soit une augmentation de 4,76%. » explique Yacouba Michel Koné, rapporteur de la commission des Finances, de l’Economie, du Plan et de la Promotion du Secteur Privé. Et d’ajouter : « Ce déficit sera financé par les ressources provenant des aides budgétaires extérieures et la mobilisation de l’épargne, à travers...
(Agence Ecofin 19/12/17)
Au Mali, la mine d’or de Yanfolila devrait produire son premier lingot d’or avant la fin du mois de décembre. C’est ce qu’a annoncé en fin de semaine dernière, Hummingbird Resources, compagnie propriétaire du projet, dans une nouvelle mise à jour concernant les progrès réalisés. La compagnie a indiqué que la mise en service de l’usine de traitement a démarré. Elle a commencé par introduire les premiers volumes de minerais stockés dans le broyeur et le circuit de lixiviation. «C’est la dernière étape avant la première production d’or à Yanfolila […]», commente Dan Betts (photo), PDG de la compagnie. Dans sa première année d’opération, la mine Yanfolila devrait livrer 130 000 onces d’or et générer des flux de trésorerie disponible...
(AIP 17/12/17)
Le poste du futur président de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a été confié à la Côte d’Ivoire et le ministre ivoirien de l’Industrie et des Mines, Jean-Claude Brou a été désigné pour l’occuper à compter du 1er mars 2018. La décision a été prise samedi, à Abuja, au Nigeria, par les chefs d’Etat et de gouvernement, lors de la 52è session ordinaire dont la première s’est déroulée à huis clos. Le président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara qui prend part aux travaux de cette session, a salué cette décision, en estimant qu’il s’agit d’une autre marque de confiance fait à son pays et à son compatriote par ses...
(Agence Ecofin 15/12/17)
La Banque africaine de développement (BAD) a libéré un financement de plus de 71 millions € au profit du projet de construction d’une ligne électrique haute tension de 714 km. L’infrastructure reliera les localités de N’Zérékoré, en Guinée, et de Sanankoroba, au Mali. Sa mise en place permettra l’électrification de 201 villages ainsi que l’amélioration de la qualité de service fournie aux autres consommateurs. « En plus du financement qu’elle apporte, la Banque africaine de développement a joué le rôle de chef de file des bailleurs de fonds. Elle a ainsi financé et supervisé des études de faisabilité technico-économiques et d’impact environnemental et social.», a affirmé Marie-Laure Akin-Olugbadé, la directrice générale adjointe de la BAD pour la région de l’Afrique...

Pages

(Jeune Afrique 04/05/17)
Invité à démissionner après la CAN par Boubacar Baba Diarra, le président de la Fédération malienne de football (Femafoot), Alain Giresse ira finalement au bout de son contrat, qui expire fin novembre. Alain Giresse est arrivé le lundi 1er mai à Bamako. Aux dernières nouvelles, l’ancien milieu de terrain de l’équipe de France et des Girondins de Bordeaux n’a pas eu à subir d’agressions physiques, comme l’avait sous-entendu Boubacar Baba Diarra, le président de la Femafoot il y a quelques mois. Après l’élimination des Aigles au premier tour de la CAN 2017, le dirigeant avait en effet conseillé au sélectionneur de ne pas revenir trop vite au Mali, expliquant qu’il lui « serait difficile d’assurer sa sécurité ». Il lui...
(AFP 30/04/17)
La Fifa a levé samedi la suspension qui frappait la Fédération malienne de football (Femafoot) depuis le 16 mars, après la réinstallation par le pouvoir politique de son comité exécutif. "Le Bureau du Conseil de la Fifa a décidé de lever la suspension de la Femafoot avec effet immédiat. Par conséquent, la Femafoot bénéficie de nouveau de l'ensemble de ses droits de membre conformément à l'article 13 des statuts de la Fifa", a indiqué un communiqué de l'instance mondiale du foot. La Fifa avait suspendu le 16 mars la Fédération malienne de football (Femafoot), estimant que le pouvoir politique a fait preuve d'ingérence en limogeant ses dirigeants le 8 mars. Le ministère des Sports du Mali avait justifié "la dissolution...
(Journal du Mali 28/04/17)
Les deux parties protagonistes dans la crise du football, Boubacar Baba Diarra et Mamadou Dipa Fané, ont signé un protocole d’accord hier soir après plusieurs jours de négociation initiées par Abdoulaye Idrissa Maïga, nouveau chef de gouvernement. L’information est officielle depuis hier soir, Boubacar Baba Diarra et Mamadou Dipa Fané respectivement président de la Fédération malienne de football (Femafoot) et président des ligues et clubs majoritaires (CLCM) ont échangé la poignée de main tant attendue. Un acte qui met donc fin à la plus grande crise du football de l’histoire du Mali. Abdoulaye Idrissa Maïga, nouveau Premier ministre accompagné de quelques membres...
(Africa Top sports 28/04/17)
La sanction de la FIFA sur le football malien va bientôt être levée. Ceci grâce à la décision d’annulation de la dissolution de la Femafoot par Amion Guindo, ministre des Sports. Ce dernier a décidé de faire machine arrière après un protocole d’accord entre les différents protagonistes. Ce jeudi 27 avril, le Comité exécutif de la Femafoot et le Collectif des Clubs et Ligues majoritaires ont signé un protocole d’accord de sortie de crise. Les parties conviennent ainsi de « la levée par le Comité exécutif de la Femafoot des sanctions liées à la crise; de la suspension de toutes les actions et recours judiciaires au plan national qu’international et de la tenue d’une Assemblée générale au plus tard le...
(Info-Matin 27/04/17)
Le Collectif des clubs et ligues majoritaires a marché, hier mardi, de la Bourse du travail à la Primature pour soutenir la décision de dissolution du bureau exécutif de la FEMAFOOT et de la mise en place du Comité de normalisation pour le football (CONOR). En recevant des marcheurs dans ses locaux avec leur déclaration, le Premier ministre, Abdoulaye Idrissa MAIGA, a été, on ne peut plus clair, en déclarant que les différents clans, quant aux intérêts des jeunes, ne font pas l’unanimité. Son objectif, a-t-il indiqué, est de trouver le juste milieu en vue de la levée de la sanction de la FIFA contre notre pays et de permettre aux jeunes de compétir. Etaient à la tête de cette...
(L'Essor 27/04/17)
Le jeune international malien et ses coéquipiers ont créé la sensation en dominant, 2-1, le Benfica Lisbonne, après avoir été menés 1-0 au tableau d’affichage. Le milieu de terrain des Aiglons a joué les 90 minutes de la finale Le Red Bull Salzbourg U19, avec Amadou Haïdara «Doudou», a remporté l’édition 2017 de la Ligue de la jeunesse de l’UEFA, également, appelée UEFA Youth League. En finale, le jeune international malien et ses coéquipiers ont dominé, 2-1, le Benfica Lisbonne, après avoir été menés 1-0 au tableau d’affichage. C’était le 24 avril dernier, à Nyom, en Autriche. Amadou Haïdara «Doudou» a disputé les 90 minutes de la finale et contribué à ce sacre historique de Red Bull Salzbourg. Il devient...
(Le Republicain (ml) 26/04/17)
Sur invitation du Mouvement de soutien au football malien, des centaines de partisans de 6 ligues régionales (Tombouctou, Kayes, Ségou, Kidal, Gao et Bamako), de 30 clubs et 14 associations ainsi que des footballeurs et des supporters, ont battu le pavé hier mardi 25 avril 2017. La marche, encadrée par les forces de l’ordre et qui n’a connu aucun dérapage, a quitté la bourse du travail pour la primature où les dirigeants de la marche conduits par leur président Mamadou Dippa Fané, ont été reçus par le Premier ministre, Abdoulaye Idrissa Maiga. Après leur réception par le PM, les marcheurs ont rebroussé chemin en scandant toujours des slogans de soutien à la décision de l’Etat malien de dissoudre la Femafoot:...
(BBC 21/04/17)
Une manifestation a regroupé jeudi à Bamako des centaines d'amateurs du ballon rond pour exiger du gouvernement l'annulation de la dissolution de la fédération malienne de football, FEMAFOOT. Les manifestants se sont rendu à la primature pour se faire entendre au plus haut niveau. Leur message au nouveau chef du gouvernement consiste en un mot à la levée des sanctions qui frappent le football dans ce pays. Les autorités maliennes avaient pris la décision de dissoudre la FEMAFOOT, le 8 mars dernier. Elle a été remplacée par un comité provisoire. Cette décision a été désapprouvée par la Fédération internationale de football association (FIFA) qui a suspendu les équipes nationales et les clubs de football maliens de toutes les compétitions internationales.
(L'Essor 29/03/17)
Hier matin, les huissiers ont descellé les portes du siège de l’instance dirigeante du football national, avant de procéder à l’inventaire des bureaux. L’opération s’est déroulée sous la surveillance des policiers du 14è arrondissement. Mise sous scellée depuis le 8 mars suite à la dissolution de son Comité directeur par le ministre des Sports, la Fédération malienne de football (FEMAFOOT) a repris du service hier. Tôt le matin, Me Demba Diallo et Me Nouhoum Tamboura du cabinet de Me Boubacar N. Diallo, accompagné du directeur national des sports et de l’éducation physique, Brahima Fomba et de quelques membres du Comité provisoire de normalisation du football (CONOR), sont venus au siège de la FEMAFOOT pour desceller la porte d’entrée principale et...
(L'Essor 20/03/17)
La sélection nationale a raté sa première sortie contre la Guinée, avant de se racheter face au Cap-Vert, lors de la deuxième journée. Pour le capitaine Mahamadou Kanté et ses coéquipiers, comme pour les autres sélections, la qualification se jouera, cette semaine, au Sénégal. Le suspense reste entier. Après leur défaite face à la Guinée 61-58, dans le match inaugural de la phase aller du Tournoi de la zone 2 qualificatif à l’Afrobasket 2017, les Aigles se sont rachetés, le samedi, en dominant 61-54 le Cap-Vert lors de la deuxième journée. Auparavant, en première heure, la Guinée avait battu le Sénégal 68-55 et signé sa deuxième victoire en autant de sorties. Pour le sélectionneur des Aigles, la victoire était impérative...
(RFI 18/03/17)
La Fédération internationale de football (Fifa) suspend le Mali pour ingérence politique. Les problèmes au sein de la Femafoot, la Fédération malienne de football, gangrène le monde du sport. Le ministre des Sports a donc décidé d'y mettre fin en annonçant sa dissolution. Les bureaux de la Fédération malienne de football (Femafoot) sont cadenassés. Il y a quelques jours, c'est la police qui est venue expulser les occupants du bâtiment, après l'annonce de la dissolution du bureau par le ministre des Sports. Une dissolution qui va à l'encontre des règles de la Fifa, qui estime qu'il s'agit d'une ingérence politique. Le Mali est donc exclu de toutes les compétitions internationales à venir. Mais pour certains dirigeants du football malien, comme...
(AFP 17/03/17)
La Fifa a suspendu la Fédération malienne de football (Femafoot), estimant que le pouvoir politique a fait preuve d'ingérence en limogeant ses dirigeants le 8 mars, selon un communiqué de la Fédération internationale jeudi. "La Fifa a été mise au courant des décisions du Ministre des Sports qui dissolvent le Comité Exécutif de la Femafoot (...) Dans ces circonstances, le Bureau du Conseil a décidé de suspendre la Femafoot avec effet immédiat" indique le communiqué dont l'AFP a eu copie. "Par conséquent, la Femafoot perd tous ses droits de membre (...) Cela signifie aussi qu’aucune des équipes représentatives et aucun des clubs affiliés de la Femafoot...
(L'Essor 17/03/17)
Le bureau du comité a été officiellement installé hier jeudi par le ministre des Sports, Housseïni Amion Guindo. La cérémonie de remise de la lettre de mission s’est déroulée au stade Ouezzin Coulibaly et l’équipe de Sidi Diallo a un an pour remettre le football national sur les rails. Le Comité de normalisation (CONOR) du football est donc opérationnel. La nouvelle instance chargée de diriger le football national pendant un an a reçu sa lettre de mission hier des mains du ministre des Sports, Housseïni Amion Guindo. La cérémonie s’est déroulée au stade Ouezzin Coulibaly, en présence d’une belle brochette de personnalités dont le président du CONOR, Sidi Diallo, le premier responsable du Conseil national de la jeunesse du Mali...
(Africa Top sports 16/03/17)
Rebondissement dans la crise au sein de la famille du football malien. Alors qu’on croyait les esprits apaisés suite à l’annulation de la décision de dissolution de la Femafoot par le ministre des Sports, les employés de l’instance ont été priés ce jour de rentrer chez eux par des gendarmes. « Nous avons reçu la visite des policiers avec des huissiers qui nous demandaient de quitter le siège de la Femafoot sur ordre du ministre des Sports. Nous leur avons demandé s’ils avaient une décision de justice. Chose qu’ils n’avaient pas. Après ils nous ont présenté une décision administrative », rapporte le site Footmali qui reprend les propos d’un employé. Quelques heures auparavant, une note de la FIFA adressée au...
(Autre média 13/03/17)
Le ministre malien des Sports a déclaré cette semaine avoir dissous la Fédération malienne de football. La Fifa a dénoncé cette décision en précisant que des sanctions sévères vont être prises. Le Maroc qui doit disputer deux matchs, comptant pour le Mondial 2018, avec le Mali, en août et septembre, pourra-t-il tirer profit de cette situation? Les deux prochaines rencontres des Lions de l'Atlas avec le Mali, auront lieu le 28 août et le 2 septembre, pour le compte des éliminations de la Coupe du monde 2018, groupe C. La mission ne sera pas facile pour les poulains d’Hervé Renard, sauf que le football malien traverse une passe difficile ces derniers temps. Le gouvernement a décidé de sévir contre la...
(AFP 11/03/17)
Le limogeage de dirigeants de la Fédération malienne de football (Femafoot), décidé par le ministère des Sports, a été maintenu malgré la protestation de la Fifa, qui avait dénoncé l'"ingérence" des autorités politiques dans le sportif. "C'est une décision gouvernementale, et le gouvernement ne reviendra pas sur sa décision. Le département des Sports mettra en place très bientôt un Comité provisoire de normalisation qui aura des missions bien déterminées comme réunifier la famille du football, procéder à la refondation du football malien à travers la relecture des textes de la Fémafoot notamment le mode du scrutin qui serait l’origine de cette crise" a déclaré samedi le conseiller juridique du département des sports
(AFP 10/03/17)
Le limogeage de dirigeants de la Fédération malienne de football (Femafoot), décidé par le ministère des Sports, a provoqué la protestation de la Fifa, qui a dénoncé jeudi l'"ingérance" des autorités politiques dans le sportif. "La décision ministérielle du (mercredi) 8 mars va à l'encontre" de l'indépendance des associations membres, rappelle un communiqué de l'instance mondiale, dont l'AFP a eu copie, qui menace de sanctions: "Au cas où la décision ne serait pas annulée à la date de vendredi 10 mars, le cas serait automatiquement soumis au bureau du Conseil de la Fifa pour considération." La Fifa a déjà suspendu des fédérations à cause de l'ingérence gouvernementale dans les affaires sportives, comme le Koweït, toujours bannie. Un communiqué du ministère...
(L'indicateur du Renouveau 09/03/17)
Les obsèques de l’ancienne gloire du football africain Laurent Pokou ont eu lieu la semaine dernière en Côte d’Ivoire. Décédé il y a un mois, les autorités politiques et sportives de la Côte d’Ivoire lui ont organisé des funérailles grandioses. La Fédération malienne de football (Fémafoot) était représentée par le président de la Ligue de football de Koulikoro, Banou Makadji. Au nom de la Fémafoot, M. Makadji a offert une enveloppe de 500 000 F CFA pour accompagner la famille de l’illustre disparu. Selon nos sources, le ministre ivoirien des Sports et le président de la Fédération ivoirienne de football ont beaucoup apprécié ce geste de solidarité dans un moment particulièrement émouvant. “L’Empereur de Baoulé”, autre appellation de feu Laurent...
(AFP 08/03/17)
L'international malien Yves Bissouma a prolongé de deux ans son contrat avec Lille, où le milieu de terrain est désormais engagé jusqu'en 2021, a annoncé mardi le club nordiste. Bissouma, 20 ans, était arrivé au Losc en 2016 en provenance de l'académie Jean-Marc Guillou au Mali. Sa prolongation de contrat fait suite à celle fin février d'un autre jeune milieu du club, Ibrahim Amadou, jusqu'en 2020. rl/cd
(L'Essor 07/03/17)
Les Mandékas ont dominé la compétition de bout en bout, totalisant 20 victoires et 2 nuls en 22 journées de championnat. Le Réal et les Super Lionnes d’Hamdallaye complètent le podium La première édition du championnat national de foot féminin a pris fin le week-end dernier. Au total, 12 clubs dont 5 formations de l’intérieur ont participé à cette première édition du championnat. Les 12 protagonistes ont pour noms : les Amazones de la commune V, Super club, Santoro UFC, l’USFAS, Bandeya de Mopti, les Tigresses de Kayes, Saramaya de Kati, les Tigresses de Bougouni, l’AS Mandé, les Super Lionnes d’Hamdallaye, le Réal et Teriya de San. Les équipes se sont affrontées en aller-retour, soit 22 journées de compétition et...

Pages

(AFP 27/09/16)
La Cour pénale internationale (CPI) doit rendre mardi un jugement historique contre un jihadiste malien ayant reconnu avoir détruit des mausolées protégés à Tombouctou, une décision très attendue par une population ayant soif de justice et par des ONG qui rêvent d'un verdict "dissuasif". Les experts et les Nations unies espèrent en effet que le jugement, qui doit être lu à 11H30 (09H30 GMT), "mettra fin à l'impunité" pour la destruction de biens culturels, alors que de nombreux sites sont régulièrement détruits en Irak ou en Syrie. Le président français François Hollande avait annoncé la semaine dernière à New York la création d'un fonds mondial pour la sauvegarde du patrimoine menacé: "il s'agit de défendre notre histoire commune pour construire...
(Jeune Afrique 25/08/16)
À l’ouverture de son procès devant la CPI, le 22 août dernier, l’ex-jihadiste malien Ahmad al-Mahdi a demandé pardon pour la destruction des mausolées de Tombouctou. Un repentir auquel les responsables des tombeaux sacrés de la Ville au 333 Saints sont sensibles… sans plus. Reportage. « Ahmad al-Faki al-Mahdi est en train de détruire le mausolée de Sidi Mahmoud, lorsque le téléphone de mon père sonne. Au bout du fil, un informateur lui annonce la terrible nouvelle. Le choc était tel que sa tension est montée subitement, et le verre de thé qu’il avait dans sa main est tombé par terre. La moitié de son corps est resté paralysé », témoigne Mohamed El moctar Cisse, le responsable du mausolée de...
(AFP 22/08/16)
Les mausolées de saints musulmans de Tombouctou, perçus par la population comme des protecteurs contre les dangers dans cette ville légendaire du nord du Mali, ont été en grande partie détruits à coups de pioche, houe et burin par des jihadistes en 2012 et reconstruits à l'identique grâce à l'Unesco. Le procès d'un dirigeant du groupe jihadiste touareg malien Ansar Dine, Ahmad Al Faqi Al Mahdi, accusé d'avoir participé à toutes les étapes de la destruction et qui plaide coupable s'ouvre lundi devant la Cour pénale internationale (CPI). - Que sont ces mausolées ? Ce sont des tombeaux de personnalités vénérées, dites "saints" à Tombouctou, ville inscrite par l'Organisation des Nations unies pour l'Education, la Science et la Culture (Unesco)...
(AFP 19/08/16)
Les mausolées de saints musulmans de Tombouctou, perçus par la population comme des protecteurs contre les dangers dans cette ville légendaire du nord du Mali, ont été en grande partie détruits à coups de pioche, houe et burin par des jihadistes en 2012 et reconstruits à l'identique grâce à l'Unesco. Lundi s'ouvre devant la Cour pénale internationale (CPI) le procès d'un dirigeant du groupe jihadiste touareg malien Ansar Dine, Ahmad Al Faqi Al Mahdi, accusé d'avoir participé à toutes les étapes de la destruction et qui plaide coupable. - Que sont ces mausolées ? Ce sont des tombeaux de personnalités vénérées, dites "saints" à Tombouctou, ville inscrite par l'Organisation des Nations unies pour l'Education, la Science et la Culture (Unesco)...
(Jeune Afrique 04/08/16)
Lorsque les jihadistes ont occupé Tombouctou, Abdel Kader Haïdara a sauvé près de 400 000 manuscrits. Un engagement salué dans une enquête passionnante menée par Joshua Hammer. Avec son visage et ses yeux ronds, son tendre sourire et cette drôle de moustache séparée en deux en son centre, Abdel Kader Haïdara ressemble à un personnage de bande dessinée. C’est pourtant d’un étouffant thriller qu’il est le héros. Une enquête signée Joshua Hammer sur les « résistants de Tombouctou » – des hommes et des femmes qui, malgré le danger, ont tout fait « pour sauver les manuscrits les plus précieux du monde » de la furie salafiste en 2012 –, qui se lit comme un roman et qui, à n’en pas...
(Le Point 20/07/16)
Montre et bijoux rutilants, jean déchiré, sweat à capuche et sneakers dernier cri aux pieds : Sidiki Diabaté a bien le look d'un artiste de hip-hop. Mais ce talentueux beatmaker est également un jeune maître de la kora, cette harpe-luth traditionnelle mandingue, instrument de la caste des griots dont il est issu. Artiste de son époque Et c'est naturellement qu'il pose ses arpèges délicats et cristallins sur les rythmes électro des musiques urbaines actuelles. « Mon style, c'est du tradi-moderne. Mais peu m'importe de classer les musiques. Do ré mi fa… restent les mêmes ! Tout est dans la manière de les mixer. » Célèbre pour ses compositions et featurings avec la star du hip-hop malien Iba One et le...
(RFI 15/07/16)
Au Mali, la ville de Djenné vient d'être classée patrimoine en péril par l'Unesco. Djenné a perdu son « grade » de patrimoine classé, notamment en raison de l'insécurité, qui affecte les sites. Le Comité du patrimoine mondial de l'Unesco réuni à Istanbul a exprimé « sa préoccupation » en raison de sa situation « dans une région affectée par l'insécurité ». Il estime que « ce contexte ne permet pas de lutter contre les menaces qui affectent le site, notamment la détérioration des matériaux dans la ville historique, la pression urbaine et l'érosion des sites archéologiques ».
(Jeune Afrique 15/07/16)
Le guitariste du mythique Super Rail Band de Bamako révolutionne la musique traditionnelle. En toute modestie. Coincé sur un côté de la scène du Studio de l’ermitage, à Paris, Djelimady Tounkara s’avance soudain sous les projecteurs. Le visage baissé sur sa guitare électrique, élégant dans son sobre boubou en bazin bleu, il se lance dans une improvisation échevelée. Sa main galope sur le manche de sa six-cordes à une vitesse effarante, imitant le « chant » du n’goni. Quand tout à coup son jeu se tempère, on reconnaît les notes de la comptine française Frère Jacques. On a du mal à croire que le virtuose s’amuse à reprendre une rengaine pour enfants… jusqu’à ce qu’il fasse chanter les paroles au...
(AFP 13/07/16)
Le Comité du patrimoine mondial réuni à Istanbul a inscrit le site des Villes anciennes de Djenné, au Mali, sur la Liste du patrimoine mondial en raison de l'insécurité dans la région qui empêche de le protéger, a annoncé mercredi l'Unesco. Le Comité a exprimé "sa préoccupation concernant ce bien situé dans une région affectée par l'insécurité", alors que le Mali est aux prises avec une insurrection des groupes islamistes radicaux Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et Ansar Dine. Il a estimé que "ce contexte ne permet pas de lutter contre les menaces qui affectent le site notamment la détérioration des matériaux dans la ville historique, la pression urbaine et l'érosion des sites archéologiques". Le site malien avait été inscrit...
(APA 11/07/16)
Les journaux maliens de ce lundi commentent diversement la formation du nouveau gouvernement survenue le jeudi dernier. « Nouveau gouvernement : Encore du bricolage », titre l’Aube. Selon ce bihebdomadaire proche de l’ancien président ATT, le nouveau gouvernement d’IBK ressemble fort à un remake des précédents réaménagements « où l’on conserve la crème de l’équipe sortante (normalement supposée avoir échoué) et l’on amène des médiocres tirés de la raison politicienne ou des petits arrangements d’Etat. Dans le nouvel attelage, le chef de l’Etat fait appel à sept nouvelles têtes qui, à notre avis, ne pourront aider à relever les défis de l’heure et de toujours. Les espoirs du peuple sont encore déçus du fait d’un gouvernement bricolé à la place...
(Jeune Afrique 04/07/16)
L'artiste malien Dolo Amahiguéré accuse le Catalan Miquel Barceló de s'attribuer à tort la paternité de plusieurs de ses œuvres. À 60 ans, Dolo Amahiguéré, l’un des plus célèbres artistes-plasticiens maliens, est marqué par les ans. Sous des cheveux grisonnants, le rictus d’amertume qui plisse son beau visage prouve qu’on peut être exposé en 2004 au jardin des tuileries, à paris, avoir vendu une œuvre à l’ancien président Jacques Chirac et sombrer dans l’oubli, ou presque. Installé à Ségou, au bord du fleuve Niger, il ressasse son histoire. C’est à Gao, en 1988, que ce diplômé des beaux-arts de Bamako, originaire du pays Dogon, rencontre un jeune artiste en pleine ascension : le Catalan Miquel Barceló, proche ami de Miró...
(L'Essor 04/07/16)
Ce chef-d’oeuvre artistique, réalisé par l’une de nos compatriotes, symbolise le partenariat fort entre l’Afrique et la France Notre pays accueillera, les 13 et 14 janvier 2017, le 27è Sommet Afrique-France qui a pour thème « Paix et Sécurité ». À 7 mois de ce grand rendez-vous franco-africain, le Comité d’organisation, co-présidé par notre compatriote Abdoullah Coulibaly et le Français Frédéric Clavier, est à pied d’œuvre pour que tout soit fin prêt avant le jour J. C’est dans ce cadre que le comité a présenté, vendredi dernier, le logo officiel de l’événement, au cours d’une cérémonie présidée par le chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keita. C’était dans la salle des banquets du palais de Koulouba. On notait la présence du...
(La Dépêche 25/06/16)
La chanteuse sera en concert au cloître de Moissac ce samedi soir. Elle interprètera son dernier album, et dira encore une fois, en chansons, ses combats et ses espoirs. Après vingt ans de carrière, l'artiste malienne qui est aussi ambassadrice de bonne volonté auprès de l'Onu sort son nouveau disque «Né so». Des compositions inspirées par son pays, chargées de douleurs et de couleurs, jamais désenchantées. Chez elle. Né so se traduit par «chez soi». On a voulu savoir où c'est chez elle. Un peu partout et à la fois nulle part ailleurs qu'au Mali. «L'album a été conçu à Bamako où je suis retournée vivre il y a trois ans. J'ai voulu dire la liberté de choisir qui on...
(RFI 15/06/16)
Au Mali, une enquête a permis de retrouver des objets volés il y a huit ans, lorsqu’une tombe a été profanée et des biens culturels emportés, dans une des falaises de la localité Bandiagara, au cœur du pays Dogon. La justice vient de remettre 18 objets à la mission culturelle de Bandiagara. Seydou Ouattara travaille dans la structure de l’Etat malien qui a récupéré les objets culturels volés il y a huit ans. « Cette remise est très importante, parce que les objets sont de grande valeur, dit-il. L’appui-nuque avait été proposé à trois millions à Bamako. L’histoire de cet objet remonte très loin, au IIIe siècle. » A l’époque, en pays Dogon, pour enterrer un chef traditionnel vénéré dans...
(Procès-Verbal 01/06/16)
La diva de la musique malienne et africaine, Oumou Sangaré, traverse ces derniers temps de dures épreuves. Un procès l’oppose à certains de ses anciens employés qui ont été licenciés du service de l’hôtel « Wassoulou », un établissement appartenant à la chanteuse. Le procès a même conduit à la saisie de la voiture personnelle d’Oumou Sangaré, une luxueuse voiture de marque américaine »Escalade ». Les faits et la procédure Courant septembre 2014, Oumou Sangaré met fin au contrat de travail qui la lie à une dizaine d’employés pour des motifs économiques. 7 des travailleurs licenciés décident de porter l’affaire en justice. Devant le tribunal de travail de Bamako, les travailleurs ont gain de cause; l’avocat d’Oumou fait appel de...
(Le Point 20/05/16)
Né au tout début du XXe siècle, l'écrivain humaniste disparaissait à Abidjan le 15 mai 1991, laissant derrière lui une œuvre immense plus que d'actualité. Ce que l'on retient de son parcours Amadou Hampâté Bâ est né en 1901 à Bandiagara dans la région de Mopti, au Mali, et meurt à Abidjan. Le penseur considérait la Côte d'Ivoire comme sa seconde patrie ; ami du président Houphouët-Boigny, il fut le tout premier ambassadeur du Mali dans ce pays. C'est donc tout naturellement que les autorités ivoiriennes ont contribué à la mise en place d'une fondation éponyme. Aujourd'hui, l'œuvre qu'a laissée le grand écrivain est prolifique : contes, romans initiatiques, poésie, de nombreux proverbes dits africains lui sont attribués, sans compter...
(RFI 17/05/16)
Comme chaque dimanche, La Semaine de… Denise Epoté, de TV5 Monde, en ligne d’Essaouira, au Maroc, avec Sonia Ghezali. Les sujets de la semaine : - la dix-neuvième édition du festival Gnaoua et Musiques du monde à Essaouira, au Maroc ; - la crise au sein du Parti démocratique gabonais (PDG), au Gabon ; - un hommage au penseur et écrivain malien Amadou Hampâté Bâ, décédé à Abidjan il y a 25 ans.
(RFI 12/05/16)
Il y a 25 ans, Amadou Hampâté Bâ mourrait à Abidjan. Ce conteur, écrivain ethnologue est une figure majeure de la culture africaine. Et pour célébrer son œuvre en cette date anniversaire, plusieurs manifestations ont lieu à Abidjan avec notamment ce mercredi une journée de sensibilisation auprès des jeunes élèves de différents lycée et collège de la capitale économique ivoirienne. Devant la fondation Amadou Hampâté Bâ, les petits Ivoiriens du lycée Lamartine ou du collège d'Abengourou sont heureux. Heureux de savoir et de pouvoir dire qui est ce Malien mort il y a 25 ans à Abidjan. Cet homme qui a imprimé de son verbe et de sa plume l'une des pages majeures de la culture africaine. Marielle Tagbé, professeur...
(Le Monde 12/05/16)
Trois cents photos du plus célèbre portraitiste malien, disparu il y a quinze ans, sont présentés. Dans les années 1950, à Bamako, toute la bonne société venait se faire photographier chez Seydou Keïta (1921-2001). Posant avec des objets symboles de la réussite sociale – moto, poste de radio, voiture –, souvent prêtés par le photographe, jeunes et vieux voulaient donner la meilleure image d’eux-mêmes. Et le ­photographe, en un seul cliché, savait résumer la profondeur des regards, capturer l’éclat et la dignité des modèles. ­Certaines de ses images ne sont pas sans rappeler les portraits d’August Sander, l’Allemand qui avait tenté, dans les années 1930, de mettre en boîte toute la société allemande. En 300 images, le Grand Palais rend...
(Le Point 06/05/16)
Djélimady Tounkara est un cacique de la musique malienne. Sa vie s'est (presque) confondue avec le Rail Band, l'orchestre du buffet de la gare de Bamako, fondé par le trop méconnu saxophoniste Tidiani Koné en 1970. À tel point que ce n'est qu'en 2001, avec Sigui, que le guitar hero malien entame sa carrière solo. Djély blues, son dernier album, est un petit bijou instrumental. C'est l'initiative de Christian Mousset, fondateur du festival Musiques métisses d'Angoulême, connu pour avoir accompagné les débuts de la diva Rokia Traoré : « Je connais Djélimady depuis vingt ans », raconte-t-il, attendri « C'est un personnage, avec une tronche extraordinaire. Physiquement, c'est un géant. En concert, il est hallucinant. C'est un des guitaristes les...

Pages

(Jeune Afrique 06/03/18)
À quelques mois de l’élection présidentielle du 29 juillet au Mali, les 64 partis politiques de la Convention de la majorité présidentielle (CMP) commencent à mobiliser leurs militants. Mais sur le terrain, c'est une unité à deux vitesses qu'on observe, entre ceux qui soutiennent déjà la candidature du président sortant IBK, et les autres... Fin février, Bokary Tréta, président du Rassemblement pour le Mali (RPM), le parti du président Ibrahim Boubacar Keita, véritable colonne vertébrale de la majorité présidentielle, rentre à Bamako après un passage de quelques jours au Sénégal. « J’étais au festival Soninké, à Dakar, pour rencontrer les Soninkés maliens. Demain, je vais à Mopti, dans le centre, pour le festival des Dogons, afin de les rencontrer eux-aussi...
(Jeune Afrique 06/03/18)
Abou Walid al-Sahraoui, le chef de l’État islamique au Grand Sahara (EIGS), a réussi à échapper à une offensive menée le 22 février par des soldats français de la force Barkhane, des combattants du Mouvement pour le salut de l’Azawad (MSA) et du Groupe d’autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia), dans le sud-ouest de Ménaka. Abou Walid al-Sahraoui, le chef de l’État islamique au Grand Sahara (EIGS), a échappé de peu, le 22 février dernier, à une opération conjointe des soldats français de la force Barkhane, des combattants du Mouvement pour le salut de l’Azawad (MSA) et du Groupe d’autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia) dans la forêt d’Ikadagotane, à une soixantaine de kilomètres au sud-ouest de Ménaka. Quelques heures...
(Jeune Afrique 06/03/18)
Les leaders de l’opposition le répètent haut et fort : tout ce qui compte est de battre le président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) à la présidentielle du 29 juillet, afin d’obtenir l’alternance et « sauver le Mali ». Conscients qu’ils devront unir leurs forces, ils travaillent à un projet d’alliance. Certains espèrent même aboutir à une candidature unique. Reste à trouver celui qui pourrait faire consensus – et surtout obtenir des autres qu’ils retirent leur candidature à son profit –, et là rien n’est gagné… Cissé, Dramé, Sidibé, Mara… Parmi les principaux opposants figurent Soumaïla Cissé, président de l’Union pour la république et la démocratie (URD) et challenger malheureux d’IBK en 2013 ; Tiébilé Dramé, président du Parti pour la renaissance nationale...
(Jeune Afrique 06/03/18)
À l'approche de la présidentielle prévue le 29 juillet, le gouvernement dispose de cinq mois pour organiser des élections crédibles sur ce vaste territoire, dont certaines zones maîtrisées par des groupes jihadistes échappent au contrôle de l’État. Sécurité, logistique, financement, réclamations de l’opposition… Les défis à relever sont nombreux. Tout Bamako bruissait de rumeurs ces derniers mois. Certains redoutaient un report de la présidentielle. D’autres évoquaient la mise sur pied d’un gouvernement d’union nationale, voire d’un régime de transition. Face à la multiplication des attaques, de Mopti à Kidal en passant par Tombouctou, beaucoup de Maliens s’interrogeaient : pourront-ils se rendre aux urnes, en juillet prochain, pour élire leur président ? Réponse leur a été donnée à la mi-février par Soumeylou Boubèye...
(Jeune Afrique 06/03/18)
Alors que la présidentielle malienne aura lieu le 29 juillet prochain, de nombreux défis doivent encore être relevés par l’État, notamment la question de la sécurisation de cet immense espace, dont certaines zones sont encore maîtrisées par des groupes jihadistes. Mohamed Ag Erlaf, le ministre de l’Administration territoriale du Mali, précise à Jeune Afrique la stratégie envisagée par le gouvernement. Jeune Afrique : Quelles mesures comptez-vous prendre pour assurer le bon déroulement de la présidentielle ? Mohamed Ag Erlaf : Le président et le gouvernement ont élaboré une stratégie pour que les élections soient crédibles, transparentes, et qu’elles se tiennent dans un climat apaisé. Il y a trois semaines, nous avons par exemple mis en place un cadre de concertation...
(Jeune Afrique 06/03/18)
Après plusieurs semaines d’incertitude, l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (Adema-PASJ) a tranché : elle présentera bien un candidat à la présidentielle du 29 juillet. Le parti de l’abeille, principal allié du Rassemblement pour le Mali (RPM), la formation d’Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), en a décidé ainsi à l’issue d’un comité exécutif houleux le 14 février, à Bamako. Les partisans d’une candidature interne l’ont donc emporté, au grand dam de ceux qui, comme son président, le professeur Tiémoko Sangaré, souhaitaient que le parti se range derrière IBK. IBK devra choisir Plusieurs candidats internes se sont déjà déclarés pour porter les couleurs – le rouge et le blanc – du parti : Kalfa Sanogo, le maire...
(Mediapart 06/03/18)
Le calendrier électoral de 2018 affiche désormais les élections des conseillers des collectivités territoriales -initialement prévues le 17 décembre 2017- reportées au mois d’avril, soit moins de cinq (5) mois avant l’élection présidentielle du 29 juillet. Un défi énorme au regard des dispositifs organisationnels, techniques et financiers que ces deux scrutins nécessiteront. Le calendrier électoral de 2018 affiche désormais les élections des conseillers des collectivités territoriales -initialement prévues le 17 décembre 2017- reportées au mois d’avril, soit moins de cinq (5) mois avant l’élection présidentielle du 29 juillet. Un défi énorme, au-delà des dispositifs organisationnels, techniques et financiers que ces deux scrutins nécessiteront, car, plus les poches d’insécurité se multiplient, plus des territoires échappent au contrôle de ce qui reste...
(RFI 05/03/18)
La double attaque terroriste contre Ouagadougou a été revendiquée samedi 3 mars par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM). Dans un communiqué, la coalition jihadiste dirigée par Iyad Ag Ghali affirme notamment avoir voulu répondre au raid français mené le 14 février dernier dans le nord du Mali. Parmi les combattants tués lors de ce raid, figurait un certain Hassan al-Ansari. Hassan al-Ansari, de son vrai nom, Mohamed Ould Nouini, était originaire du nord du Mali. « C’est un gros calibre », explique ...
(Jeune Afrique 05/03/18)
L’Ocde vient de rendre un rapport sur les flux illicites dans la région. Trafics de drogue, de pétrole, d’or, ou encore pêche illégale coûteraient 40 milliards d’euros par an au continent. Une fois refermé le rapport sur « L’Économie du commerce illicite en Afrique de l’Ouest », publié le 20 février par l’Ocde, on ne peut qu’être sidéré par l’emprise de cet argent « noir » et par les dégâts qu’il inflige aux pays de la Cedeao. Fruit de l’actualisation d’études antérieures conduites avec l’aide de la Commission économique pour l’Afrique des Nations unies, de la BAD, de la Banque mondiale, du Nepad et du Groupe intergouvernemental d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest, ce rapport passe en...
(France Info 02/03/18)
Dans une courte vidéo diffusée jeudi, l'humanitaire française de 72 ans, Sophie Pétronin, enlevée à Gao au Mali fin 2016, apparaît visiblement affaiblie. L'otage française Sophie Pétronin, enlevée à Gao au Mali le 24 décembre 2016 par un groupe lié à Al-Qaïda, apparaît dans une courte vidéo diffusée, jeudi 1er mars, par ses ravisseurs, rapporte France Inter vendredi 2 mars.
(RFI 02/03/18)
Au Mali, des images de Sophie Pétronin, cette otage française de 72 ans enlevée il y a deux ans dans le nord du pays, ont fait surface. Une vidéo où elle figure a été mise en ligne ce 1er mar sur les réseaux dits « officiels » de l’organisation terroriste Jamaat Nosrat Al-Islam Wal-Mouslimin (JNIM), « le groupe de soutien à l'islam et aux musulmans » en arabe. Une vidéo d’1'30 sans aucun commentaire a été mise en ligne sur les réseaux de l'organisation terroriste Jamaat Nosrat Al-Islam Wal-Mouslimin (JNIM) ce 1er mars. Sur un fond noir apparaissent de grosses lettres dorées SOS pour « Save Old Sophie », « sauvez la vieille Sophie », en anglais, en référence à...
(RFI 02/03/18)
Depuis sa visite explosive à Kidal, le 17 mai 2014, c’est l’un des hommes politiques maliens les plus controversés. Aujourd’hui, Moussa Mara s’explique. A l’époque, il était Premier ministre. Aujourd’hui, à l’âge de 43 ans, il prépare la présidentielle du 29 juillet prochain et publie aux Editions universitaires européennes Le Mali entre vents et marées. De passage à Paris, il répond aux questions de Christophe Boisbouvier. Lire sur: http://www.rfi.fr/emission/20180302-mali-urgent-attaquer-corruption-elit...
(RFI 01/03/18)
Quatre casques bleus des Nations unies ont été tués et quatre autres grièvement blessés dans l'explosion d'une mine au passage de leur véhicule, dans le centre du Mali, ce 28 février. Ce nouveau drame porte à huit le nombre de casques bleus tués depuis le début de l'année. Comme ce 27 février pour l'armée malienne, un engin explosif non-identifié a provoqué le drame. L'explosion a eu lieu vers 14h alors que le blindé de la Mission de l'Onu au Mali (Minusma) circulait entre les localités de Boni et de Douentza dans la région de Mopti, dans le centre du pays. A bord d'un véhicule blindé, quatre casques bleus ont été tués sur le coup. Il s'agit encore d'un bilan provisoire...
(Jeune Afrique 01/03/18)
Après Alger et Nouakchott, le président turc Recep Tayyip Erdogan devrait arriver ce mercredi soir à Dakar, dans le cadre de sa tournée africaine, prévue du 26 février au 2 mars. Fermeture des écoles Gülen, diplomatie économique… Focus sur les enjeux de cette tournée africaine. Il s’est rendu dans plus de 30 pays d’Afrique, d’abord en tant que Premier ministre (2005-2014), puis en tant que président de la République. Cette fois, Recep Tayyip Erdogan a choisi quatre pays du continent – l’Algérie, le Sénégal, la Mauritanie et le Mali – pour sa première grande tournée diplomatique de l’année 2018. Il connaît déjà bien l’Algérie, principal partenaire commercial de la Turquie en Afrique, et entretient de cordiales relations avec Abdelaziz Bouteflika,...
(RFI 01/03/18)
La principale ville du nord du Mali a été le théâtre de vives tensions mercredi soir, le 28 février. Des pneus ont été brûlés par des jeunes en colère, alors que des coups de feu ont été entendus. Ce mercredi dans la nuit, des coups de feu retentissent à Gao. Très rapidement, on annonce la mort d’un militaire en poste au tribunal de la ville. Une foule en colère, de véritables grappes humaines prennent d’assaut les artères de la ville. Certains crient vengeance. Subitement, deux communautés, les sédentaires et les arabes, qui vivent généralement en bonne entente, s’engagent dans un face à face. Dans le quatrième quartier de la ville, certains sont même prêts à en découdre. La tension monte...
(TV5 01/03/18)
Présidentielle 2018, situation sécuritaire, bilan de son action gouvernementale... l'ancien Premier ministre malien Moussa Mara, président du parti Yelema, nous répond sans détour. Interrogé sur la capacité de l'Etat malien d'organiser l'élection présidentielle prévue le 29 juillet 2018, Moussa Mara tempère : "La question que l'on doit se poser c'est comment organiser ces élections le moins imparfaitement possible. Il n'y a pas d'alternative à l'organisation de ce scrutin. (...) La situation sécuritaire est certes préoccupante en 2018, mais il faut que ces élections aient lieu." Le président du parti Yelema ajoute : "Il faut que nous puissions nous mobiliser, que les autorités s'impliquent fortement, que nous fassions intervenir nos partenaires et que l'ensemble de la communauté nationale se mobilise pour...
(Jeune Afrique 01/03/18)
L'ancien ministre de la communication d'IBK lance ce vendredi un mouvement se présentant comme « transpartisan et participatif ». Mahamadou Camara, ex-ministre d’Ibrahim Boubacar Keïta – il fut de en charge de l’Économie numérique, de l’information et de la communication du gouvernement Moussa Mara d’avril 2014 à janvier 2015 – et ex-collaborateur de Jeune Afrique, lancera le 2 mars au mémorial Modibo-Keïta de Bamako son mouvement, Transformons le Mali ! Ce collectif composé d’entrepreneurs, d’experts et d’étudiants entend devenir un incubateur citoyen proposant des solutions innovantes pour faire évoluer l’action publique, le tout dans un esprit « transpartisan et participatif ». « Notre conviction est que le Mali doit renouer avec un nouvel engagement citoyen, pro-actif et entreprenant pour s’élancer vers...
(RFI 28/02/18)
Aujourd’hui, Grand Reportage vous emmène au Mali, plus particulièrement dans le centre du pays, là où se croisent communautés peules, dogons ou encore bambaras. Le berceau de l’ex-empire du Macina, un joyau culturel et historique. Jusque-là épargnée par le conflit qui embrase le nord du Mali, la région centre a sombré peu à peu dans la violence. Plusieurs centaines d’écoles sont fermées, des agents de l’Etat sont menacés, tués ou kidnappés. L’Etat a perdu le contrôle d’une bonne partie de ce territoire. Prêcheurs radicaux, terroristes, djihadistes, bandits armés, toutes ces appellations s’entremêlent. Le gouvernement a lancé un vaste plan de sécurisation tandis que la mission de l’ONU, la Minusma, a déployé 200 soldats d’élite. Cela sera t-il suffisant ? Au...
(RFI 27/02/18)
L’interprofession malienne du coton était présente au Salon de l’agriculture à Paris et se réjouit de la production de coton-graine prévue cette année. Cette dernière s’élève à plus de 700 000 tonnes, ce qui permet au Mali de redevenir le premier producteur africain de coton. L'interprofession malienne du coton peut être fière, au salon parisien de l'agriculture. Si les prévisions de la Compagnie malienne pour le développement des textiles se confirment, le Mali devrait produire 725 000 tonnes de coton-graine et redevenir le champion...
(La Tribune 27/02/18)
Le président turque a entamé ce lundi une nouvelle tournée en Afrique qui va le conduire au Maghreb et en Afrique de l’Ouest. Du 26 février au 2 mars, Recep Tayyip Erdogan qui est accompagné d’une importante délégation d’hommes d’affaires turcs, se rendra ainsi en Algérie, en Mauritanie, au Sénégal et au Mali. Au menu, le renforcement des partenariats économiques dans la droite ligne de l’ambition de la Turquie de se positionner en acteur majeur sur le continent, une stratégie qui tient à cœur au chef de l’Etat turque sous la houlette de qui, la Turquie est devenue un partenaire stratégique de l’Afrique. Le président turc est de retour en Afrique pour une nouvelle tournée de cinq jours, du 26...

Pages