Vendredi 18 Août 2017

La CEDEAO condamne les récentes attaques armées perpétrées au Niger, au Mali et au Burkina Faso

La CEDEAO condamne les récentes attaques armées perpétrées au Niger, au Mali et au Burkina Faso
(Xinhua 22/10/16)

COTONOU, (Xinhua) -- La Commission de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a publié un communiqué pour condamner "avec fermeté" les attaques armées perpétrées au Niger, au Mali et au Burkina Faso, ces derniers temps.

Le 6 octobre dernier, 22 soldats nigériens ont été tués par des djihadistes présumés dans un camp de réfugiés maliens à Tassalit, dans la région de Tahoua, à la frontière ouest avec le Mali.

Par ailleurs, plus de 12 soldats ont été tués le 11 octobre dernier, dans une attaque contre une base de l'armée malienne au centre du pays. Les assaillants ont également blessé au moins 27 personnes en prenant le contrôle de la base militaire de Nampala, près de la frontière mauritanienne.

Un jour après, le 12 octobre 2016, des hommes armés ont pris d'assaut un détachement de l'armée burkinabé à Intangom, dans la province de l'Oudalan, à cinq kilomètres de la frontière malienne, tuant ainsi trois soldats durant l'assaut.

"La Commission de la CEDEAO note également avec consternation la revendication de l'attaque menée au Burkina Faso, par l'État Islamique dans le Grand Sahara (EIGS), une organisation naissante dans le Sahel qui a prêté allégeance à Abu Bakr al Baghdadi, leader de l'organisation Etat Islamique", souligne le communiqué.

La Commission de la CEDEAO présente ses sincères condoléances aux familles des victimes, ainsi qu'aux gouvernements et peuples du Niger, du Mali et du Burkina Faso, et souhaite un prompt rétablissement aux personnes blessées dans ces attaques.

La Commission de la CEDEAO appelle toutes les personnes éprises de justice et de paix à collaborer avec les forces de défense et de sécurité des Etats membres de la CEDEAO, "afin que les auteurs de ces attaques meurtrières et ignobles soient traduits en justice", souligne le communiqué.

Commentaires facebook