Mardi 19 Septembre 2017

Au Mali, les éditorialistes se réjouissent de la présidentielle française

Au Mali, les éditorialistes se réjouissent de la présidentielle française
(France Info 21/04/17)
Au Mali, les éditorialistes se réjouissent de la présidentielle française

L'élection présidentielle française intéresse aussi les pays étrangers. Au Mali, deux personnages politiques font par d'eux : François Fillon et... François Hollande, qui pourtant ne se représente pas.

Au Mali, quand il s'agit de parler de la campagne de l'élection présidentielle en France, c'est François Fillon qui fait le plus souvent la une des journaux. Les éditorialistes maliens sont ravis de constater que "le népotisme n'a pas cours que dans [notre] pays", en faisant référence au feuilleton judiciaire qui a entouré la campagne du candidat Les Républicains. Le Mali s'est passionné pour les déboires de la famille Fillon. Quant à la personnalité qui arrive en second position, c'est François Hollande. Le fait qu'il ne soit pas candidat a terriblement étonné voir attristé une partie de la presse malienne qui rappelle avec un brin d'exagération que sans Hollande, le Mali aurait explosé entre les mains des jihadistes.
Un semblant d'intérêt pour les autres candidats

Marine Le Pen est connue ici et très peu appréciée, notamment par rapport à ses positions sur l'immigration. Beaucoup de Maliens craignent que son élection n'aboutisse à un "brexit" à la française, qui aurait des conséquences terribles sur la monnaie d'ici, le franc CFA. C'est en tout cas l'analyse de beaucoup de journaux économiques. Quant à Emmanuel Macron, il a fait son apparition dans les journaux depuis ses propos sur la colonisation française au meeting de Marseille.

Le grand sujet de préoccupation au Mali est évidemment la sécurité et le terrorisme, implicitement liés à l'opération française Barkhane. 3 500 soldats français sont déployés dans la bande sahélo-saharienne. Les politiques maliens estiment que François Fillon reste le candidat le plus sérieux, c'est d'ailleurs le seul a avoir rencontré le président Ibrahim Boubacar Keita. Il l'a fait au détour d'une visite aux forces françaises basées à Gao. Marine Le Pen a aussi rendu visite aux soldats, mais c'était au QG de Barkhane au Tchad. La majorité des candidats à l'élection se sont prononcés au faveur du maintien de Barkhane au Mali et au Sahel, mais aucun autre ne s'est rendu dans la région.
Un peu plus de 8 000 Français résident au Mali

La communauté française qui réside ici est composée essentiellement de personnes qui ont monté une entreprise ou qui travaillent dans de grosses structures, qui étaient là bien avant la crise de 2012 et qui sont restés. Ce sont des résidents de longue durée et l'élection présidentielle ne présente finalement que peu d'enjeu pour eux. Il y a évidemment un intérêt, d'ailleurs des soirées spéciales élections présidentielles doivent être organisés dans certains lieux prisés par la communauté française, comme cela avait été le cas également lors des élections américaines. Mais il n'y a pas un engouement ou une mobilisation extraordinaire autour de cet événement.

Commentaires facebook