Samedi 27 Mai 2017

Dans le monde

(AFP)

Les dirigeants du G7 ont reconnu samedi leur incapacité à trouver un terrain d'entente avec les Etats-Unis sur la lutte contre le réchauffement climatique, et en prendront acte dans leur déclaration finale, a indiqué la présidence française.

"Les Etats-Unis sont en train de réévaluer leur politique en matière de climat, les six autres pays du G7 réaffirmeront leur engagement (en faveur des accords de Paris) en prenant acte" de cette position américaine, a affirmé un représentant de la délégation française au G7.

(AFP)

Sept pays parmi les plus riches du monde réunis en Sicile, l'île où s'échouent quotidiennement des centaines de migrants: le symbole est criant. Mais l'Afrique restera reléguée à quelques paragraphes dans le communiqué final du G7.

Pendant que les grands de la planète discutent dans le cadre somptueux de Taormina, les migrants continuent à traverser la Méditerranée. Plus de 1.500 d'entre eux ont ainsi été secourus pour la seule journée de vendredi. Et, sommet du G7 oblige, les débarquements ont été interdits cette semaine en Sicile.

(AFP)

Deux employés de la morgue d'un hôpital de Dar es Salaam en Tanzanie ont avoué à la police avoir ouvert le ventre d'un citoyen Ghanéen décédé pour lui voler la drogue dissimulée dans son estomac, a-t-on appris samedi de source policière.

Les deux employés travaillent à la morgue de l'hôpital de Mwananyamala, dans la capitale économique tanzanienne, où le corps d'un ressortissant Ghanéen avait récemment été transporté après avoir été retrouvé mort dans une chambre d'hôtel de la ville, selon un communiqué d'un responsable de la police locale, Simon Sirro.

(AFP)

Le conservateur de l'exposition Jaroslaw Trybus pointe une vitrine renfermant une poignée de porte ornementale en laiton, apparemment banale, un des objets de la nouvelle exposition du Musée de Varsovie qui rouvre ses portes après quatre ans de travaux.

L'objet du 19ème siècle provient de l'ancien Hôtel de Ville de la capitale polonaise, détruite à 90% par les nazis pendant la Seconde guerre mondiale.

(AFP)

Onze personnes sont en garde à vue au Royaume-Uni et deux en Libye, dans le cadre de l'enquête sur l'attentat-suicide commis à Manchester lundi soir par un Britannique d'origine libyenne, Salman Abedi, et revendiqué par le groupe Etat islamique.

La police britannique a interpellé treize personnes, la plupart dans la région de Manchester: deux ont été relâchées sans poursuites, onze autres sont toujours en détention.

En Libye, un frère et le père de l'auteur de l'attentat ont été interpellés.

Voici le détail des arrestations:

- En Grande-Bretagne

(AFP)

Les forces irakiennes ont lancé une offensive sur plusieurs fronts pour reprendre les derniers quartiers de Mossoul tenus par l'organisation Etat islamique (EI), a annoncé samedi le Commandement conjoint des opérations (JOC), qui coordonne la lutte contre l'EI en Irak.

"Les forces armées ont attaqué le quartier al-Shifaa et l'Hôpital républicain. La police fédérale (a attaqué) le quartier de Zinjili, et les forces du contre-terrorisme (CTS, unité d'élite, ndlr) ont attaqué le quartier al-Saha al-Oula", a détaillé le JOC dans un communiqué.

(AFP)

Le premier déplacement de Donald Trump en Europe devait être l'occasion d'apaiser, de clarifier: le président américain aura, sur le fond comme la forme, à Bruxelles comme en Sicile, plutôt alimenté leur perplexité et leur défiance.

Le discours de jeudi au siège de l'Alliance atlantique a donné le ton: se posant en défenseur intraitable du contribuable américain, le locataire de la Maison Blanche a, dans une allocution prenant parfois des accents de campagne, fait la leçon à des Alliés accusés de devoir "d'énormes sommes d'argent".

(AFP)

L'armée philippine a poursuivi samedi ses frappes aériennes sur Marawi, une ville du sud du pays où elle affronte depuis cinq jours des combattants inspirés par le groupe Etat islamique (EI).

Le président Rodrigo Duterte a décrété la loi martiale dans toute la région de Mindanao, après que les islamistes ont commencé à semer le chaos dans la ville mardi et ont fait au moins 48 morts. Les jihadistes répondent, selon le gouvernement, à un appel lancé par le groupe Etat Islamique pour y fonder une "wilayat" (province) du "califat".

(AFP)

La Macédoine aura la semaine prochaine un gouvernement de coalition entre sociaux-démocrates et partis de la minorité albanaise, après deux ans de blocage politique, s'est dit convaincu le président du Parlement dans un entretien à l'AFP.

"Je m'attends à recevoir dans un jour ou deux le programme de ce cabinet et de convoquer ensuite pour la semaine à venir une réunion du parlement", a déclaré Talal Xhaferi.

(AFP)

Un attentat à la voiture piégée revendiqué par les talibans et visant apparemment une milice financée par la CIA a fait 13 morts civils et militaires samedi à Khost, dans l'est de l'Afghanistan, au premier jour du ramadan.

Plusieurs membres des Forces de Protection de Khost (KPF), réputées pour leurs abus y compris contre la population, figurent parmi les victimes de cette explosion survenue en début de matinée à la gare routière.

(AFP)

Ils défient les forces de l'ordre en jouant du violon, en lançant des pierres ou en grimpant nu sur un véhicule blindé: cinq Vénézuéliens sont devenus les icônes de la vague de manifestations secouant le pays depuis bientôt deux mois.

Démarrées le 1er avril, ces protestations exigeant le départ du président Nicolas Maduro, en plein naufrage économique du Venezuela, ont fait plus d'une cinquantaine de morts.

(AFP)

Un avion de patrouille maritime américain a été intercepté mercredi de manière "non professionnelle et non sûre" par deux avions de combat chinois au-dessus de la mer de Chine méridionale, selon le Pentagone vendredi.

L'incident entre un avion de patrouille maritime P-3 Orion et deux avions J-10 chinois est le deuxième incident aérien américano-chinois rapporté en deux semaines en mer de Chine.

(AFP)

L'ancienne candidate démocrate à la présidence américaine, Hillary Clinton, a fait vendredi un parallèle entre la démission de l'ancien président Richard Nixon et Donald Trump, lors d'un discours devant les diplômés de son ancienne université.

Candidate malheureuse lors de deux campagnes présidentielles, en 2008 et 2016, Hillary Clinton n'a pas prononcé le nom de Donald Trump, mais ses références n'ont pas échappé aux étudiantes du Wellesley College, qui ont donné de la voix.

(AFP)

Des centaines de Palestiniens détenus dans des prisons israéliennes ont mis un terme samedi à 41 jours de grève de la faim après avoir obtenu, selon leurs soutiens, des garanties sur une amélioration de leurs conditions de détention.

Le mouvement a été suspendu, le jour du début du ramadan, à la suite d'un accord conclu entre les représentants des prisonniers et les autorités israéliennes, a indiqué à l'AFP le président du Club des prisonniers Qaddura Farès.

(AFP)

Zbigniew Brzezinski, ancien conseiller à la sécurité nationale du président américain Jimmy Carter, est décédé à l'âge de 89 ans, a annoncé vendredi soir sa famille.

"Mon père est décédé paisiblement ce soir", a écrit sa fille, Mika Brzezinski, sur Instagram.

Zbigniew Brzezinski, l'une des voix influentes de la politique étrangère américaine, est né le 28 mars 1928 à Varsovie d'un père diplomate.

(AFP)

Les dirigeants du G7 ont reconnu samedi à Taormina, en Sicile, leur incapacité à convaincre sur le climat un président américain résolu jusqu'au bout à jouer sa propre partition.

En dépit des pressions répétées des Européens (Allemagne, France, Italie, Grande-Bretagne et Union européenne), du Canada et du Japon, Donald Trump n'a pas cédé.

(AFP)

La pression monte sur la Maison Blanche, empêtrée dans l'affaire des ingérences russes dans la présidentielle américaine: le gendre de Donald Trump est visé par l'enquête du FBI dont l'ex-directeur limogé par le président doit bientôt témoigner devant le Congrès.

(AFP)

La famille du président turc Recep Tayyip Erdogan, recourant à des sociétés écrans immatriculées à Malte et sur l’île de Man, est propriétaire d’un pétrolier de près de 26,5 millions d'euros, affirment vendredi soir des médias européens.

Ces journaux, dont le français Mediapart, le belge Le Soir, l'espagnol el Mundo et l'italien L’Espresso, sont tous membres du réseau European Investigative Collaborations (EIC).

(AFP)

Un homme "en colère": c'est le souvenir qu'a laissé le kamikaze de Manchester au responsable de la mosquée qu'il fréquentait dans un quartier sud de la ville, connu pour ses gangs et sillonné par la police en quête de complices.

Les policiers en armes ont ainsi investi, dans la nuit de jeudi à vendredi, une maison du quartier de Moss Side (sud) dans le cadre de l'enquête sur l'attentat de lundi, coupant la circulation et hurlant: "mains au sol! A terre!"

(AFP)

Le nombre de victimes civiles des bombardements de la coalition en Irak et Syrie augmente, selon plusieurs organisations non gouvernementales, alimentant les suspicions d'une politique plus brutale de l'administration Trump contre les jihadistes.

En quatre questions, voici ce que l'on sait.

- Quels sont les chiffres disponibles ? -

(AFP)

Depuis des mois ils attendaient l'événement, ils enduraient les désagréments liés aux préparatifs de ce rendez-vous planétaire: les habitants de Taormina, en Sicile, ont accueilli avec soulagement l'ouverture du G7, avec l'espoir de retombées positives pour leur ville.

"Vivement que cela se termine, on en peut plus, d'autant qu'avec des événements pareils il y a toujours des risques", confie à l'AFP Giovanna Corvaia, qui travaille à Taormina comme auxiliaire de vie.

(AFP)

Quelques minutes seulement après l'explosion de Manchester lundi soir, les services britanniques de l'antiterrorisme ont informé leurs homologues américains, conformément à une coopération sécuritaire sans égal. Les fuites, en revanche, ne font pas partie de l'accord.

L'intime coopération en matière de renseignement entre les deux alliés a porté ses fruits à de multiples reprises face à la menace grandissante des attaques de groupes jihadistes contre les pays occidentaux.

(AFP)

Washington exclut d'alléger les sanctions visant la Russie pour son rôle dans la crise ukrainienne, a déclaré vendredi un conseiller du président américain Donald Trump, en marge du sommet du G7 à Taormina, en Italie.

"Nous n'allégeons pas les sanctions. Si nous devions faire quelque chose, nous penserions probablement à être plus durs avec la Russie", a déclaré le conseiller économique de M. Trump, Gary Cohn, qui avait auparavant laissé entendre que les Etats-Unis n'avaient pas arrêté leur position sur le sujet.

(AFP)

Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson s'est rendu vendredi à Londres pour exprimer sa solidarité envers les Britanniques après l'attentat de Manchester, appelant à "supprimer" les extrémistes de la "surface de la Terre".

M. Tillerson a également indiqué que Washington assumait "l'entière responsabilité" des fuites dans la presse américaine concernant l'enquête sur l'attentat, qui ont exaspéré les Britanniques.

(AFP)

Des dizaines de personnes sont mortes et plus de 10.000 migrants ont été secourus en quatre jours en mer Méditerranée, dont 3.400 lors d'opérations délicates vendredi au large de la Libye, selon les gardes-côtes italiens et libyens.

Aucune embarcation en détresse n'a cependant été signalée samedi matin.

(AFP)

Sur les plages ou les places des villages aux abords de Taormina, les organisations anti-G7 s'emploient tant bien que mal à faire entendre leur voix dans le fracas médiatique généré par les grands de ce monde.

Avant la grande manifestation qui doit les réunir samedi dans un unique cortège "NO G7", collectifs et associations opéraient en ordre dispersé vendredi alors que les dirigeants des sept pays les plus riches entamaient leur première journée de travaux.

(AFP)

Vingt jours après son élection, le président français Emmanuel Macron rejoint le club très fermé des dirigeants du G7, en première ligne face à Donald Trump lors d'un sommet compliqué qui lui donne l'occasion de se forger une stature internationale.

(AFP)

Pour sa première visite à l'Otan, Donald Trump a infligé une sérieuse déconvenue à ses alliés en refusant de s'engager explicitement en faveur de leur défense collective, accordant ainsi une apparente victoire à Vladimir Poutine, selon des analystes.

La petite histoire retiendra deux moments symbolisant le passage au siège de l'Alliance, à Bruxelles, du versatile président américain.

(AFP)

La pression monte sur la Maison Blanche empêtrée dans l'affaire des ingérences russes dans la présidentielle américaine: le gendre de Donald Trump est visé par l'enquête du FBI et son ancien directeur limogé par le président doit bientôt témoigner devant le Congrès.

Jared Kushner, mari d'Ivanka Trump, la fille préférée du président, est dorénavant sur l'écran radar du FBI, mais sans que cet influent conseiller soit pour autant "la cible" de l'enquête de la police fédérale, rapportaient vendredi des médias américains.

(AFP)

La police brésilienne a interpellé vendredi un ex-dirigeant de Petrobras soupçonné de malversations dans le cadre de l'acquisition de puits de pétrole au Bénin, énième rebondissement du méga-scandale de corruption qui secoue le Brésil.

"L'enquête porte sur des opérations complexes au sujet de l'acquisition par Petrobras de droits d'exploration de pétrole au Bénin (...) ayant donné lieu à des versements indus à un ex-dirigeant de l'entreprise", identifié comme Pedro Augusto Cortes Xavier Bastos, a indiqué la police fédérale dans un communiqué.

(AFP)

La bombe utilisée dans l'attentat de Manchester était un engin artisanal puissant équipé d'un détonateur sophistiqué que le jeune kamikaze Salman Abedi n'a très vraisemblablement pas conçue tout seul, selon des experts.

La bombe a explosé lundi vers 22h30 (21h30 GMT) au niveau d'une des sorties d'une salle de concert où venait de se produire la chanteuse américaine Ariana Grande, faisant 22 morts et 75 blessés.

(AFP)

Une commission parlementaire turque chargée d'enquêter sur le putsch avorté du 15 juillet a rendu public vendredi son rapport, imputant sans surprise le coup aux réseaux gulénistes mais pointant aussi des défaillances des services de renseignement.

(AFP)

Dans son salon de tatouage de Manchester, Paul n'arrive à rien, interrompu sans arrêt par le téléphone. Quatre jours après l'attentat meurtrier, des centaines veulent graver sur leur peau une petite abeille, symbole de résilience dans cette ville endeuillée.

Naomi Johnson, robe d'été, lèvres rose bonbon et lunettes de soleil relevées sur le front, a eu de la chance. Elle est arrivée tôt vendredi chez Tattitude, avant le tourbillon, ils l'ont prise tout de suite.

(AFP)

Les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) ont perdu, dans un raid de la coalition internationale en Syrie, des dizaines de membres de leur famille, au moment où l'ONU exhortait les belligérants à faire la distinction entre cibles civiles et militaires.

Cette frappe survient alors que l'organisation ultraradicale vient de subir une défaite militaire avec son éviction d'un large territoire dans le désert syrien, l'isolant encore un peu plus dans ses dernières places fortes du nord et de l'est du pays.

(AFP)

Les talibans multiplient les assauts meurtriers contre les positions de l'armée et de la police afghanes depuis le début de leur offensive de printemps, notamment cette semaine à Kandahar, témoignant de la vulnérabilité des forces régulières.

Une soixantaine d'hommes environ, fauchés sur leurs barrages ou dans l'enceinte même des bases militaires, ont été tués depuis lundi dans la seule province de Kandahar (sud), dans des attaques coordonnées conduites par des groupes d'insurgés comptant parfois plusieurs centaines de combattants.