| Africatime
Dimanche 26 Février 2017
(Madagascar Tribune 24/02/17)
À la veille du prochain et très important Conseil des ministres de la Commission de l’océan Indien (COI) programmé le 1er mars 2017 à Saint-Denis de La Réunion, des observations critiques sur une institution trentenaire s’imposent ainsi que des suggestions pour la rendre plus dynamique. Les voici. I.- Les observations critiques Certes, la COI a connu une évolution qui lui a permis d’acquérir une réelle maturité. Après une longue période de tâtonnement, elle est entrée en 2012 dans une phase de consolidation sous l’impulsion de son dynamique Secrétaire général, le Mauricien Jean Claude de l’Estrac. Néanmoins, l’institution régionale qui regroupe cinq États depuis 1986 – représentant 26 millions de personnes réparties sur 595 000 kilomètres...
(Madagascar Tribune 23/02/17)
A part le parti politique au pouvoir, le HVM, quasiment tous les partis politiques qui ont pris part à l’atelier interactif des partis politiques à Madagascar sur le leadership et la contribution à la consolidation de la paix et de la démocratie en vue des élections de 2018 ne cachent pas leurs craintes sur la tenue de ces scrutins dans les conditions actuelles. Initié par le PNUD et le Ministère de l’Intérieur, cet atelier qui en est à sa deuxième édition, a pour objectif « de prévenir justement des troubles pré ou post-électorales » selon certains participants. Or, les participants à part le parti présidentiel, le HVM, craignent des troubles surtout post-électorales si les tenants du pouvoir font le forcing...
(RFI 21/02/17)
Ce lundi, à Antananarivo, avait lieu la signature du projet de « Soutien au cycle électoral de Madagascar » (Sacem), entre le gouvernement malgache, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) et la communauté internationale. Un nouveau projet, le énième d'une longue liste, veut poser les bases et le cadre de l'assistance internationale pour les futures élections et renforcer le rôle de la Céni, organe indépendant de l'Etat. Il s’agit de préparer le terrain que pour que les élections, et de surcroit la présidentielle de 2018, se passent de la manière la plus démocratique qui soit. Quasiment un an jour pour jour...
(Madagascar Tribune 21/02/17)
Il a fallu au Président Rajaonarimampianina 3 mois pour trouver son Premier ministre en la personne de Kolo Roger. Constatant que ce dernier ne fait pas l’affaire, il a aussi pris beaucoup de temps pour l’enlever et ainsi de suite. Cela fait des mois qu’on parle quasiment tous les jours de remaniement ou changement de gouvernement. Au moins le remaniement est indispensable si ce n’est que pour remplacer feu ministre de l’Energie Rodolphe Ramanantsoa décédé il y a 6 mois...
(La Gazette de Madagascar 21/02/17)
«Rompez le contrat avec ZTE ! ». Sentant leur puissance, les syndicats de la Jirama n’en démordent pas et réclament plus que jamais l’annulation du contrat de fournitures de compteurs prépayés avec la société chinoise ZTE. Ils n’ont eu à présenter les principaux arguments à savoir que le contrat accuse un long retard dans son exécution alors que les compteurs livrés pour le test ne correspondent pas du tout aux spécifications édictées dans le cahier des charges. Mais rien n’y...
(La Gazette de Madagascar 18/02/17)
Faut-il attendre que le personnel de la Jirama se mette en grève pour que le président Rajaonarimampianina réagisse ? Après le démantèlement des organes dirigeants et la révélation au grand jour de « l’affaire ZTE », le personnel est de plus en plus en effervescence. « La Banque mondiale et les bailleurs de fonds se disent exigeants sur la bonne gouvernance et voilà qu’ils combinent pour un contrat de rien de tout, mais très important pour la Jirama en cette période critique », déclarent notamment des délégués syndicaux. Cette « affaire ZTE », rappelons-le, est relative à un contrat de fourniture de 6500 compteurs...
(La Gazette de Madagascar 17/02/17)
On voit bien que la Jirama est un caillou dans la chaussure du régime qui ne fait que bricoler. Après avoir limogé le DG de la Jirama qui avait déclaré que la capitale souffrirait d’une pénurie d’eau, le Premier ministre devrait démissionner à son tour. En effet, Olivier Mahafaly avait annoncé la fin prochaine des délestages. Cependant, ils ont redoublé d’intensité. Il a récemment appelé ses compatriotes à faire des sacrifices. Pourtant, la population est fatiguée de se serrer la...
(RFI 17/02/17)
Alors que la fin du mandat présidentiel Hery Rajaonarimampianina approche, l'idée de repousser l'élection dans le courant de l'année 2019 fait son chemin. La Commission électorale nationale indépendante (Céni) se prépare déjà pour cette échéance. Lors d'un point presse sur la mise à jour des listes électorales, le président de la Céni a rappelé qu'il n'y a pas de matière à débat, cette élection doit se tenir en 2018. Pour l'opposition, un report de l'élection pourrait mener à une nouvelle...
(La Gazette de Madagascar 16/02/17)
Le régime envisagerait de former un gouvernement d’ouverture. L’initiative est intéressante pour deux raisons. Premièrement, le régime a la lucidité et l’humilité de reconnaître qu’il vaut mieux partager le pouvoir plutôt que le perdre. Acculé au mur, il a trouvé la solution politique à ses insuffisances. Ce n’est pas la meilleure mais la moins pire. Deuxièmement, la manœuvre est habile car, en tendant la main à Andry Rajoelina, Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Albert Zafy, le Chef de l’Etat actuel...
(RFI 15/02/17)
Le sénateur et ex-chef de la milice paramilitaire du régime de transition d'Andry Raojeolina a été condamné à un an de prison ferme avec mandat d'arrêt par le tribunal correctionnel d'Antananarivo mardi 14 février. En cavale depuis près de huit mois, René Lylison a été jugé par contumace. Il ne s'était pas présenté à l'audience mardi dernier. « Un jugement à sens unique ». Voilà comment l'avocat du colonel René Lilyson qualifie le verdict rendu par la cour mardi. Le...
(Madagascar Tribune 15/02/17)
Le sénateur en cavale Lylison René de Roland vient d’être condamné par contumace à un an de prison ferme. Son chef d’accusation porte sur le trouble d’ordre public et atteinte à la sûreté de l’Etat. Ceci suite à son appel pour une ville morte l’année dernière. Reste à savoir si le sénateur à travers son avocat va faire appel de ce verdict. Une chose est sûre, il va devoir rester encore en cachette pendant une durée indéterminée. Evidemment, le MAPAR,...
(Madagascar Tribune 14/02/17)
Le président du parti MMM (Malagasy Miara-miainga) réclame toujours la chaire de Chef de l’opposition à l’Assemblée nationale. Il a tenu ce 13 février une conférence de presse pour exprimer cette détermination à occuper le 7è siège de vice-président de l’Assemblée nationale au nom de l’opposition. C’est un dernier avertissement qu’il a lancé à l’endroit du pouvoir qui, d’après l’intonation et les propos, fait le mort à ce sujet. Cela fait plus d’un mois que la Haute cour constitutionnelle (HCC)...
(L'Express de Madagascar 14/02/17)
Réflexion . Un mot que Hery Rajao­narimampianina, prési- dent de la République, a utilisé, au sujet de l’éventualité d’un « remaniement » du gouvernement. C’était au cours d’une interview qu’il a accordée aux journalistes ayant fait partie de sa suite, à Addis-Abeba, en Éthiopie, le 31 janvier. Dans le cadre de ses « réflexions », le chef de l’État, en coulisse, « multiplie les consultations de ministrables », confie une source avisée. Des « entretiens d’embauche » que le locataire...
(L'Express de Madagascar 10/02/17)
A l’occasion de la célébration de la fête nationale iranienne, l’ambassade conduite par le diplomate Moniri Nik Mohammad a donné une réception hier, à l’hôtel Carlton à Anosy. C’était une occasion d’affirmer les bonnes relations entre les deux pays et de renforcer la coopération. « Madagascar et l’Iran ont toujours entretenu d’excellentes relations d’amitié et de coopération depuis l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays en 1982. Cette coopération d’échanges et de partage n’a jamais faibli malgré le temps », déclare la chef de la diplomatie malgache. La visite du directeur Afrique du ministère des Affaires étrangères iranien dans la Grande île en 2016, a été mise en exergue durant les prises...
(La Gazette de Madagascar 09/02/17)
Il ne reste plus que deux ans de pouvoir pour Hery Rajaonarimampianina. L’action de développement qu’ils ont menée s’étant révélée stérile, les gros bonnets du régime se tournent vers la propagande pour s’assurer un autre mandat. Ils s’attachent maintenant à arrimer l’administration au parti HVM, et y mettent le paquet. Même si la Constitution indique que l’Etat garantit la neutralité de l’administration, les ministres ignorent volontairement cette disposition pour parvenir à leurs fins. Ainsi, la semaine dernière à Fénérive-Est, le...
(L'Express de Madagascar 09/02/17)
Tout au long de sa trajectoire monarchique, coloniale et républicaine, la Nation malgache a bien connu d’illustres personnalités pourvues d’un sens aigu de l’État que le peuple reconnaissant n’a toutefois auréolé que postérieure­ment. Ce fut notamment le cas de Rainilaiarivony, Ralaimongo, Tsiranana. Mais depuis plus d’un quart de siècle, le peuple de cette même Nation se désole de l’extinction de cette dynastie de grands commis de l’État, vecteurs et grandes références en matière d’éthique de la servitude. Ainsi se console-t-elle...
(La Gazette de Madagascar 07/02/17)
2017 vient de débuter et la population ne voit aucune amélioration dans son quotidien. Bien au contraire, tous les clignotants sont au rouge et aucun signe positif ne pointe à l’horizon. Il faut se rendre à l’évidence que la « force nouvelle » du HVM a été une force de régression plutôt qu’une force de progrès. Les malgaches aspirent au changement mais devront-ils pour cela attendre l’élection présidentielle de 2019 ? Ils n’ont pas d’autre choix que d’attendre la fin...
(RFI 04/02/17)
Les ambitions de la CENI, la Commission électorale nationale indépendante à Madagascar en 2016, ont été un peu trop ambitieuses. A savoir la mise en place des structures opérationnelles au niveau national et régional. Mais de l’aveu même de la CENI, « la multiplicité des besoins rendait difficile les priorisations ». Après l'élection présentielle de 2013, les observateurs internationaux avaient décelé de nombreuses insuffisances et incohérences dans le droit électoral malgache, montrant la nécessité d'améliorer le cadre juridique des élections...
(Madagascar Tribune 04/02/17)
Au cas où on aurait oublié, le sénateur élu sous la couleur du MAPAR Lylison René de Rolland Urbain est un fugitif depuis plusieurs mois et se cache ainsi à l’intérieur ou à l’extérieur, on l’ignore. En tant que fugitif, il n’a plus assisté aux séances de la Chambre haute depuis. Aussi, en date du 31 janvier 2017 le président du Sénat, Honoré Rakotomanana, vient d’introduire une demande d’avis sur le cas du sénateur Lylison René de Rolland Urbain, en...
(Madagascar Tribune 04/02/17)
La Constitution reposant sur l’Etat unitaire ne semble plus convaincre nombre de politiciens et d’observateurs de la vie nationale. Dernier en date, le « fédéralisme sahaza » du parti Antoka sy Dinan’ny Nosy (ADN) qui prône la refondation elle aussi. En tout cas, l’esprit fédéraliste sinon la refondation gagne du terrain. Et récemment encore, Max Fabien Andrianirina, coordonnateur national du Rassemblement des fédéralistes de Madagascar (RFM) et le général Ferdinand Razakarimanana, ancien président du faritany d’Antananarivo, sont intervenus dans les...

Pages