Lundi 29 Mai 2017
(L'Express de Madagascar 08/05/17)
Appré­hendé. Le journaliste Fernand Cello de la station radio Jupiter à Ilakaka comparaît devant le Tribunal de première instance d’Ihosy ce jour. Arrêté vendredi dernier par des éléments de la gendarmerie d’Ihosy munis d’une extension de compétence et appuyés par la section de recherches de Fiada­nana, Fernand Cello a été emmené à Ihosy pour audition. Selon la publication de Paolo Emilio Raholi­narivo, conseiller du Premier ministre, sur facebook, l’arrestation de ce journaliste a eu lieu à Anosizato vers 18h30. Une source avisée affirme que ce journaliste est poursuivi pour des délits de droit commun. En effet, les charges qui lui sont reprochées concernent, entre autres, le vol de chéquier, faux et usage de faux, diffamation, dénonciation calomnieuse, atteinte à la...
(La Gazette de Madagascar 06/05/17)
Sourdes et sournoises effervescences du côté de Tsimbazaza, même si aucune formation politique ne revendique pas encore publiquement la paternité d’une motion de censure que quelque part on envisage sérieusement pour faire sauter un Premier ministre accusé de tous les maux. Jusqu’à ce jour, il n’est question encore que de toute une série d’insinuations sur des suspicions à la limite de la malveillance à l’endroit d’un Chef de gouvernement que dans le système on aimerait bien larguer sans ménagement, mais qui, fort d’on ne sait quel soutien dans l’ombre, nargue ses détracteurs et agit encore comme si de rien n’était. Pendant que dans les coulisses du pouvoir on ne donne plus cher pour la peau d’Olivier Mahafaly et qu’on se...
(Madagascar Tribune 06/05/17)
A presque trois mois après l’incendie criminel perpétré par les policiers sur plusieurs villages à Antsakabary qui a aussi provoqué la mort d’une femme malvoyante, rien ne bouge du côté des autorités. A part le limogeage du ministre de la sécurité publique Anandra Norbert. Aussi, la CNIDH commission nationale indépendante des Droits de l’homme a décidé de mettre les parlementaires devant leurs responsabilités et vient de remettre une copie du rapport de son enquête à Antsakabary. La commission demande ainsi aux députés de faire leur travail et de demander des comptes à l’Exécutif qui fait comme si de rien n’était jusqu’ici. Selon la CNIDH, aucune sanction n’a été prononcée à l’encontre des policiers pyromanes jusqu’ici. Ils sont toujours en poste...
(RFI 05/05/17)
A Madagascar, la fourniture d'électricité est au cœur des préoccupations. Alors qu'un nouveau directeur général vient d'être nommé à la tête de la Jirama, une réunion sur la gestion de l'entreprise publique qui fournit l'électricité a été organisée par le Collectif des citoyens et des organisations citoyennes. Depuis plusieurs années, la compagnie est pointée du doigt pour sa gestion catastrophique et la mauvaise qualité de sa distribution d'électricité. Ses pertes s'élèvent à 1 000 milliards d'ariary d'après le ministre malgache de l'Energie. L'entreprise survit donc grâce aux subventions de l'Etat. Jeudi 4 mai, le ras le bol des Malgaches, qui subissent coupures d'électricité au quotidien, était palpable.
(Madagascar Tribune 05/05/17)
Endettée à hauteur de 1000 milliards d’Ariary et ne survit que grâce aux subventions de l’Etat, la Jirama envisage encore d’augmenter le coût de ses services déjà catastrophiques. Les faits et gestes du nouveau directeur général de la Jirama, Aimé Olivier Jaomiary, sont scrutés à la loupe par tout le monde, usagers comme bailleurs de fonds. Et cette déclaration sur la hausse progressive du coût de l’eau et de l’électricité n’est pas du goût de tout le monde. La société civile regroupée au sein du CCOC (Collectif des citoyens et organisations citoyennes) s’est exprimé pour s’opposer à cette décision inappropriée et injuste pour les usagers surtout. Hony Radert du CCOC note que « rien ne justifie la hausse du tarif...
(La Gazette de Madagascar 05/05/17)
Coupure technique ou délestage ? En tout cas, la panne d’électricité survenue samedi soir a été diversement interprétée mais pour la majorité des citoyens c’aurait été un message fort envoyé par les techniciens de la Jirama à qui de droit pour dire qu’il ne suffit pas de nommer un sortant des grandes écoles à la tête de la compagnie nationale pour régler le délestage. Et pourtant, le nouveau DG de la Jirama qui s’appelle Aimé Olivier Jaomiary est un cadre bien dans son corps. Sortant de l’Inscae qui est la principale grande école du pays, le nouveau promu a complété sa formation à l’Essec de Paris et le London Business School avant d’embrasser sa carrière professionnelle au cours de laquelle...
(La Gazette de Madagascar 05/05/17)
Pas de solution vraiment concrète de la part du chef de gouvernement face aux prix inabordables qui s’affichent sur les marchés. Et pourtant, les denrées alimentaires ont connu des hausses de prix de plus en plus élevés depuis le début de cette nouvelle année, voire même avant. Le riz est principalement touché par cette inflation. Leur prix vacille entre 2 400 et 2 300 ar le kilo, sans jamais redescendre à un coût que la majorité de la population puisse aborder. Farine, sucre, huile de cuisson et les autres produits courants suivent également ce rythme. Même certains produits industriels considérés comme minimes connaissent une hausse des prix. Pour beaucoup, il s’agit de l’une des pires périodes de soudure. Face à...
(La Gazette de Madagascar 05/05/17)
Le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) a tenu une manifestation devant la cour suprême Anosy hier demandant l’instauration de l’Etat de droit à Madagascar. Notons que d’autres manifestations se tiennent en parallèle dans les autres régions. Les cas de violation de loi sont tels que l’ordre public et l’Etat de droit se trouvent fortement atteinte. Les magistrats issus des différentes provinces du pays se sont réunis hier pour montrer leur solidarité dans la lutte contre l’impunité. Notons que le SMM a déjà envoyé une lettre d’interpellation à l’endroit du président de la république en tant que président du conseil supérieur de la magistrature. Fanirisoa Ernaivo, président du syndicat de la magistrature avait stipulé que la loi a été maintes...
(L'Express de Madagascar 05/05/17)
Réaffirma­tion. À l’issue de sa ses­sion du 26, 27 et 28 avril, le Conseil supérieur de magistrature (CSM), a publié une note à l’endroit des magistrats. Un acte dans lequel, l’organe de sauvegarde, de gestion de carrière et de sanction des magistrats, selon la loi organique le concernant datant, de 2014, « réaffirme son attachement ferme au respect de l’indépendance du magistrat et de la Justice, principe à valeur constitutionnelle ». Dans ce sens, la note publiée par le CSM soutient l’entité, « accordera sa protection, dans la mesure de ses pouvoirs légaux, aux magistrats qui refusent, dans le respect de la loi, les atteintes à l’indépendance du magistrat, d’où qu’elles viennent ». La missive adressée par le Conseil supérieur,...
(La Gazette de Madagascar 05/05/17)
Devant la hausse du prix à la pompe au début de ce mois de mai, tous les transporteurs grognent. Le prix d’essence est passé de 3 840 ariary à 3 870 ariary le litre, soit une hausse de 30 ariary. Pour le gasoil, le prix du litre est passé de 3 260 ariary à 3 300 ariary, soit une hausse de 40 ariary par litre. Quant au pétrole, son prix n’a pas changé et reste à 2 370 ariary le litre. Les conducteurs de taxi particulièrement estiment que cette hausse va les conduire à la perte. Ils ne peuvent pas augmenter le tarif de transport vu le faible pouvoir d’achat de la population malgache actuellement. Une fois que le tarif...
(La Gazette de Madagascar 05/05/17)
Le prix du riz a connu une hausse de 21% à 27% en cinq mois, passant de 1.900 Ariary en janvier à 2.300 et 2.500 Ariary, à l’heure actuelle. Tenons compte que le taux d’inflation prévu de cette année selon le budget 2017 est de 7%. Pourtant, avec la hausse des prix généralisée, celle-ci pourrait avoisiner les 20% à la fin de l’année. Le prix du riz ne fait qu’augmenter malgré les actions entreprises par les autorités. Actuellement, le prix du riz varie de 2.000 à 3.000 Ariary, selon sa qualité, ses locaux de vente. Cependant, les autorités estiment que le prix du kilo de riz devait baisser vers le début de ce mois de mai. Alors que nous sommes...
(La Gazette de Madagascar 05/05/17)
Selon des sources publiées sur des sites de nombreux quotidiens réunionnais, cette île voisine aurait exporté vers Madagascar, après l’avoir vendu, deux vieilles turbines estimées à 132 milliards d’ariary. Là où le bât blesse, c’est que ces turbines contiennent une forte teneur en amiante. Or, cela fait vingt ans que la vente et l’exportation des matériels contenant de l’amiante est strictement interdit. Ci-dessous, tous les détails. Deux turbines d'EDF Réunion ont été envoyées à Madagascar en mai 2016. Selon un membre du CHSCT d'EDF, elles contiennent de l'amiante, dont l'exportation est illégale depuis 20 ans. Deux des trois turbines provenant du démantèlement de l'ancienne usine thermique du Port Ouest ont été vendues au groupe belge Semlex, connu pour avoir vendu...
(La Gazette de Madagascar 05/05/17)
8 à 12% de la population malgache sont asthmatiques. 3 à 8% des patients sont des enfants et 67% des malades sont des hommes d’une moyenne d’âge de 30 à 40 ans. La majorité des asthmatiques se trouve dans les régions côtières en raison du climat équatorial humide favorisant le déclenchement de cette maladie héréditaire. Le coût du traitement de l’asthme atteint 20.000 Ariary par jour. Un montant n’est pas à la portée de toute la population malgache. L’asthme est une maladie qui peut être évité en pratiquant du sport, selon l’association des médecins de l’asthme. Les causes de l'asthme restent à ce jour relativement floues, mais les recherches ont permis d'identifier des facteurs génétiques et environnementaux pouvant jouer un...
(L'Express de Madagascar 05/05/17)
La mort brutale d’un jeune homme a provoqué un tollé à Mangarivotra Mampikony avant-hier en début de soirée. Celui-ci a été abattu par des gendarmes du poste fixe de Mangarivotra. «Le drame est survenu le jour du marché où les bistrots sont bondés. Une dispute a mis le feu aux poudres. Mon frère se trouvait dans un bar avec les deux gendarmes incriminés dans cet homicide lorsqu’un incident est survenu. L’incartade a continué à l’extérieur et mon frère a été abattu à l’endroit où les gendarmes en question effectuent des contrôles routiers », précise Florentin Rahari­malala, proche du défunt. «Je concède que mon frère souffre de trouble mental mais ce n’est pas quelqu’un de bien dangereux. Ce qui s’est passé...
(Madagascar Tribune 04/05/17)
Le parti de Marc Ravalomanana vient finalement se déclarer officiellement opposant et effectuer les démarches nécessaires auprès du ministère de l’Intérieur comme l’ont fait d’autres opposants comme le Malagasy Miara Miainga (MMM). En tout cas l’ancien Chef de l’Etat, Marc Ravalomanana, vient de déclarer que le « régime a poussé le parti Tiako i Madagasikara (TIM) à se ranger dans l’opposition et à rompre toute collaboration avec l’Etat ». Déclaration faite surtout après l’éviction récente de son ministre, Roland Ravatomanga du gouvernement. Ce dernier explique que son limogeage n’a rien à voir avec ses bilans techniques mais pour des raisons politiques.
(La Gazette de Madagascar 04/05/17)
Les prix des carburants à la pompe ont observé une hausse ce 2 mai. Le prix du litre d'essence est actuellement de 3470 ariary contre 3440 ariary auparavant et le litre du gazole est devenu 3300 ariary contre 3270 ariary auparavant. Il faut noter que le prix du carburant n’a cessé d’augmenter à chaque début de mois ces derniers temps, et pourtant la raison de la hausse de prix n’est pas du tout clair. Les transporteurs se plaignent vis-à-vis de cela. Notamment les conducteurs de taxi, ils ne peuvent rien y faire devant cette hausse démesurée du prix du carburant. On n’arrive pas à avoir des clientèles si on augmente le tarif de transport, déplore un chauffeur de taxi. Etant...
(La Gazette de Madagascar 04/05/17)
Il est flagrant de constater que le régime Hery ne maîtrise plus le social de la population. Le pouvoir d’achat est fortement touché par l’inflation, les prix des PPN (produits de première nécessité) ne cessent de connaître des hausses. Récemment, le prix à la pompe a aussi une hausse. Rectification : depuis le début de l’année, presque chaque mois, ce prix augmente. Et on sait ce que cela engendre : on craint de nouveau la hausse des frais de transport. Et par la suite, la hausse des prix affichés alors que les salaires ne changent guère. Et si cela arrive, la hausse ne correspond pas à l’inflation. Et si année par année, on constate un taux d’inflation, ce n’est pas...
(La Gazette de Madagascar 04/05/17)
Devant ses pairs, le sénateur Riana Randriamandavy VII a eu l’indélicatesse de réclamer haut et fort le limogeage du Directeur Général du Bianco lorsque ce dernier a ouvert une enquête contre Claudine Razaimamonjy. Avec le même manque de savoir-vivre, le même sénateur a insulté les forces de l’ordre qui s’opposaient à son accès aux locaux au Bianco lors de l’audition de Claudine Razaimamonjy. Le même sénateur persiste dans l’erreur puisqu’il n’a eu aucun scrupule à barrer la route à un substitut du Procureur de la République qui souhaitait vérifier la présence effective de Claudine Razaimamonjy dans une chambre de l’hôpital HJRA. Voilà donc les faits d’armes de Riana Randriamandavy VII que rien ni personne n’arrête et qui ne fait pas...
(La Gazette de Madagascar 04/05/17)
A notre connaissance, toute réunion, tout regroupement de plusieurs personnes qui souhaitent exprimer leur avis était formellement interdit sur tout le territoire nationale malgache. D’ailleurs, les mesures de représailles sont très sévères à l’égard des récalcitrants. D’Ankatso à Ambohijatovo, en passant par Vontovorona, des mesures militaires répressives ont été adoptées contre toute forme de manifestations. C’est dans ce contexte limitant toute forme de liberté d’expression que vit actuellement la majeure partie de la population malgache. Il ne s’agit en effet que d’une grande partie car, c’est avec un étonnement à peine voilé que nous avons constaté qu’il était en fait possible pour un petit nombre d’individus de s’exprimer. En effet, un groupe de personnes n’a fait face à aucunes représailles...
(La Gazette de Madagascar 04/05/17)
Le Mouvement pour la Liberté d’Expression (MLE) se bat constamment contre toute forme d’obstruction contre la liberté de presse. Dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de la liberté de presse, le MLE salue l’idée de l’Ordre des journalistes de Madagascar (OJM) d’offrir une « tribune libre » à l’intention des journalistes pour qu’ils puissent s’exprimer sans restriction. Les membres de la profession ont plus que jamais besoin de cette opportunité vis-à-vis des conditions exécrables dans laquelle est plongée la profession. Le MLE soutient donc à 100 % l’initiative de l’OJM branche Antananarivo sous l’égide de son vice-président Didi Ratsimbazafy et de son conseiller Zoelson Randrianantenaina pour l’organisation d’une journée de solidarité et de rassemblement pour les...

Pages