Dimanche 18 Février 2018
( 28/06/13)
La « fête » du présent 26 juin provoque des commentaires et peut être vue de plusieurs points de vue. Tous les médias en ont parlé, mais, à ce que je sais, n’ont pas toujours vraiment fait le tour de la question. Je ne prétends pas le faire, mais apporter quelques précisions qui, me semble-t-il, ont été oubliées. Pour la majorité des citoyens, la télévision nationale a présenté la même fête que les années précédentes. C’était une fête « normale ». L’armée a défilé, un Président l’a présidée, la tribune était comble et le peuple bien présent. Elle a évité de parler des conditions dans lesquelles elle avait été préparée et que le candidat à l’élection présidentielle s’était lui-même invité...
( 28/06/13)
La session ordinaire du Parlement tire à sa fin sans aucun éclat sauf cette lutte intestine entre nos « honorables conseillers supérieurs de la Transition » qui n’est pas prête de s’achever avec ces limogeages et destitution de membres au sein des groupes parlementaires. Le Congrès de la Transition pour sa part s’est illustré par l’adoption du projet de loi d’un chef d’Etat dont les fonctions et pouvoirs seront collégialement exercés par tous les membres du gouvernement en cas de vacance de la Présidence de la Transition - un projet de loi très contesté par beaucoup de juristes constitutionnalistes et de hauts cadres de partis politiques. En tout cas, des observateurs espèrent vivement que ce projet de loi soit amendé...
( 28/06/13)
Le sommet du Groupe international de contact sur Madagascar (GIC-M) à Addis-Abeba accentue la pression sur les candidats à problèmes en élargissant les menaces de sanctions à leurs entourages et à leurs collaborateurs : interdiction de voyager à l’étranger, gel des avoirs. Mais cela importe peu aux yeux de ces trois candidats « indésirables » qui font appel au « patriotisme » des Malgaches, privés selon leur point de vue, par la communauté internationale, de la liberté de choisir. En tout cas, le Président de la Transition, candidat à la Présidentielle dont la date du scrutin reste encore suspendue, a de nouveau ce 26 juin 2013, exprimé son souhait de voir les législatives se tenir en premier comme il l’avait...
(Le Quotidien du Peuple 27/06/13)
Le président de la transition malgache Andry Rajoelina a insisté mercredi sur l'indépendance de son pays dans la prise de décision, dans un discours prononcé à l'occasion du 53e anniversaire de l'indépendance de Madagascar. Les Malgaches célèbrent mercredi comme chaque année leur fête nationale et le retour de leur indépendance le 26 juin. "Personne ne peut enlever le droit des Malgaches de voter et de choisir la meilleure voie pour sortir le pays de la crise actuelle ", a-t-il indiqué. "Il ne faut plus que les Malgaches supportent les pressions des autres, le défi est que Madagascar ait son indépendance également dans son économie et ne dépendra plus des aides extérieures", a-t- il annoncé. "Pour ce faire, la création de...
(NewsMada 27/06/13)
Écrit par Les nouvelles Jeudi, 27 Juin 2013 06:07 Les partenaires internationaux de la Grande île réunis au sein du Gic-M ont confirmé hier à Addis-Abeba l’intention de celui-ci de sanctionner les trois candidats contestés à l'élection présidentielle. Ils ont également appelé à la restructuration de la CES. L’absence des principaux partenaires techniques et financiers du pays à Mahamasina et à Iavaloha lors de la célébration du 53e anniversaire de l’Indépendance du pays a été un signal fort hier. D’autant qu’ en même temps, le Groupe international de contact pour Madagascar (Gic-M) s’est réuni à Addis-Abeba pour justement examiner le dossier malgache. D’après l’Agence France presse (AFP), rapportant une déclaration de Ramtane Lamamra, commissaire à la paix et à la...
(RFI 27/06/13)
A Madagascar, Andry Rajoelina a présidé les cérémonies de la fête nationale ce mercredi 26 juin. Il a notamment procédé à la revue des troupes lors du défilé militaire. Candidat contesté à la présidentielle, il se maintient à la tête de l’Etat malgré les récriminations d’autres candidats et de la communauté internationale. Réunis à Addis Abeba, les représentants de l'Union européenne, les Etats-Unis et l'Union africaine ont prôné des sanctions à l'encontre du président malgache Andry Rajoelina ainsi qu'à Lalao Ravalomanana et Didier Ratsiraka, tous deux candidats à sa succession, s'ils ne renoncent pas à se présenter au scrutin de cet été. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/afrique/20130627-madgascar-une-ceremonie-sous-oeil-cri...
( 27/06/13)
Pendant que les Malgaches ont célébré la Fête nationale, 18 pays et organisations étrangers ont « discuté » du sort de Madagascar à Addis-Abeba. Les sanctions annoncées, le boycott de la majorité du corps diplomatique et l’absence de 3 Chefs d’Institutions indiquent qu’il est plus que jamais nécessaire de mettre un terme à la crise, tant au niveau international qu’au niveau national. Pour la cinquième fois consécutive, Andry Rajoelina a passé en revue les troupes des forces armées malgaches à Mahamasina. Un privilège dont, même certains Présidents démocratiquement élus n’ont pas bénéficié. Ces cinq années ont cependant été payées au cout d’une crise profonde, et Andry Rajoelina lui-même doit reconnaitre que la Transition n’est plus qu’un lambeau de tissu rabiboché...
( 27/06/13)
Pour ceux qui connaissent les 26 juin à Madagascar, l’ambiance est généralement à la fête. Les pétards explosent de partout, les gamins s’amusent avec leur « tsipopoka », les plus petits font la marche des « arendrina » (lampions), on tue non pas le veau gras, mais le « vorontsiloza » (dinde) dans toutes les chaumières, les gens sont de bonne humeur et l’ambiance, comme dit plus haut, est à la fête. Le point d’apothéose étant bien entendu le grand défilé national du 26 juin que l’on se fait un point d’honneur à aller voir en direct, à Mahamasina. C’étaient les temps où l’on était fier de voir nos militaires défiler à la parade, avec à l’époque, de fiers fantassins,...
( 27/06/13)
Les observateurs de la vie politique auront remarqué la reprise de service du germano-gabonais Jean Marc Koumba pour le compte de Lalao Ravalomanana, reprise de service d’ailleurs évoquée ici même sur TNN. Une reprise de service d’ailleurs pas du goût de tout le monde, car à peine remis dans la course, le charismatique Jean-Marc Koumba subit déjà les « affres » des tentatives d’intimidations. A commencer par une convocation en mauvaise et due forme à la gendarmerie de Fiadanana, lundi en début de cette semaine. Convocation en mauvaise et due forme, car normalement, quand vous êtes convoqué, on vous expose les motifs de votre convocation n’est-ce pas ? Et bien en l’occurrence, rien de cela. « Vous êtes convoqué »...
( 27/06/13)
- 26 juin 1960 : Déclaration de l’indépendance de Madagascar. La République française reconnaît la République malgache en tant qu’État souverain. - 14 octobre 1960 : Philibert Tsiranana est élu premier président de la République autonome malgache. – 30 mars 1965 : Philibert Tsiranana est réélu président de Madagascar pour deuxième mandat. – 30 janvier 1972 : Philibert Tsiranana est réélu pour un troisième mandat par 99 % des voix. – Mai 1972 : Les étudiants d’Ankatso contestent le régime depuis quelques semaines. Ils revendiquent la révision de l’accord de coopération et la malgachisation de l’éducation. La répression finit par faire déborder les manifestants qui ont bouclé des militaires dans l’Hôtel de Ville d’Antananarivo avant d’y mettre le feu. -...
(NewsMada 27/06/13)
La réunion du groupe international de contact qui s’est déroulé dans la capitale éthiopienne, hier, a accouché d’une souris. En effet, aucune décision n’a été prise durant cette rencontre entre les membres du groupe international de contact sur Madagascar. D’après les informations relayées par l’agence Reuters, «L'Union européenne, les Etats-Unis et l'Union africaine ont proposé d’imposer des sanctions telles que l'interdiction de voyage pour le président de Madagascar et deux autres candidats à la présidence à moins qu'ils se retirent de l'élection prévue. De son côté, Ramtane Lamamra, Commissaire pour la paix et la sécurité de l'Union africaine, a déclaré que «Le groupe international de contact a encouragé la communauté internationale à envisager d'appliquer des sanctions ciblées, robustes contre ceux...
(NewsMada 27/06/13)
Annoncée sous le signe de l’austérité, la célébration du 53e anniversaire du retour de l’Indépendance de Madagascar se déroulera finalement à peu près comme chaque année. Et pour cause, lors du traditionnel défilé de Mahamasina, plus de 2 700 éléments de l’Armée, de la Gendarmerie, de la Police nationale, de l’Administration pénitentiaire, des agents forestiers ou encore du corps des sapeurs-pompiers défileront pour l’occasion et ce, sous la houlette du commandant d’ensemble, le général de brigade Samuel Jean Razafimanantsoa. L’actuel président de la Transition, Andry Rajoelina, effectuera également, comme à l’accoutumée depuis le début de la crise, la revue des troupes. L’on s’achemine également vers une absence massive des représentants de la communauté internationale qui, apprend-on, ont bien été conviés...
(NewsMada 27/06/13)
Les festivités s’inscrivant dans le cadre de la célébration du 53e anniversaire du retour de l’Indépendance de Madagascar se sont déroulées hier sous le signe de l’insistance du président de la Transition quant à sa participation aux prochaines élections. « Personne ne peut nous enlever notre droit fondamental qui est la liberté de choisir, de voter et de décider de la voie qu’empruntera notre pays ». C’est ce qu’a déclaré Andry Rajoelina dans son allocution prononcée à Iavoloha à l’occasion de la Fête nationale. D’après lui, les Malgaches doivent défendre ce droit et, pour ce faire, devront se montrer solidaires. « Ne nous laissons pas diviser. Il est temps de montrer que nous pouvons parler d’une même voix. C’est pour...
(L'Express de Madagascar 27/06/13)
Les partenaires techniques et financiers qui se sont réunis à Addis-Abeba hier, ont répondu à l’appel de la SADC. Ils insistent pour sanctionner « tous ceux qui bloquent » le processus de sortie de crise. La communauté internationale veut afficher sa fermeté. Elle renforce et élargit le champ d’application de la pression exercée initialement sur les trois candidats à la présidentielle, dont elle réclame le désistement de la course à la magistrature suprême dans le cadre du processus électoral. « Le Groupe international de contact (GIC) a discuté des sanctions contre tous ceux qui bloquent le processus de sortie de crise dont celui touchant les élections », a indiqué une source diplomatique hier. Celle-ci a fait part de la réunion,...
(La Gazette de Madagascar 27/06/13)
Le Groupe international de contact sur Madagascar (GIC-M) a prôné hier à Addis Abeba des sanctions contre les trois candidats contestés à l'élection présidentielle malgache et leurs proches, qui "minent" le processus électoral, mais n'a toutefois pris aucune décision concrète. La communauté internationale demande depuis deux mois - en vain - le retrait des candidatures d'Andry Rajoelina, au pouvoir depuis qu'il a renversé en 2009 le président Marc Ravalomanana, de l'épouse de ce dernier, Lalao Ravalomanana, et de l'ex-président Didier Ratsiraka, validées début mai par la Cour électorale spéciale (CES) mais non conformes au code électoral. Le Gic-M "encourage la communauté internationale à étudier l'application de sanctions fermes et ciblées contre tous les Malgaches qui minent le déroulement serein du...
( 27/06/13)
Bien malgré le boycott des mouvances politiques de l’opposition et des représentants du Corps diplomatique et consulaire, le président de la Transition, Andry Rajoelina a exprimé sa satisfaction quant à la célébration du 26 juin. Selon ses dires, les différentes festivités qui ont été organisées au niveau des 22 régions se sont déroulées dans le calme et sous le signe de la solidarité. En marge de la cérémonie à Iavoloha, le numéro Un d’Ambohitsorohitra a émis son point de vue concernant le processus de sortie de crise. Andry Rajoelina qui considère les polémiques autour de sa candidature comme un « faux débat ». « Ce n’est plus le moment de chercher à savoir qui peut se porter candidat et qui...
(L'Express de Madagascar 27/06/13)
La communauté internationale et les politiciens de « l'opposition » ont boudé les céré­monies officielles du 26 juin. Un message fort contre le président de la Transition. Le fossé se creuse. Le tourbillon politique n'a pas épargné la célébration de la 53ème année du retour à l'Indépendance de Madagascar. Comme certains d'entre eux l'ont affirmé, la majorité des membres de la communauté internationale et les opposants politiques à Andry Rajoelina, président de la Transition, ont marqué par leur absence les rendez-vous officiels de la journée du 26 juin. « Nous ne prendrons pas part à toutes les cérémonies officielles du 26 juin », avait déclaré Mamy Rakotoarivelo, chef de délégation de la mouvance Ravalomanana, le 24 juin. « La direction...
(La Gazette de Madagascar 27/06/13)
Des rumeurs, des informations non fondées ont fait état, mardi, que la célébration du 26-Juin serait un bide. Qu’à cela ne tienne. Les Malgaches, particulièrement les Tananariviens, ont tenu à célébrer avec dignité la fête nationale. Malgré la crise économique. Des familles entières sont, ainsi, venues nombreuses à Mahamasina pour admirer le défilé militaire. Pourtant, beaucoup de ces gens n’ont rien pris le matin : pas de café, ni de « dité » ni de « mofo gasy »… Mais ils estiment qu’il était de leur devoir d’honorer de leur présence cette parade militaire. Et ce fut aussi le cas lors des feux d’artifice, la veille. Bref, un public, issu des hauts et bas quartiers. C’est, en quelque sorte, l’unité...
(L'Express de Madagascar 27/06/13)
L'État constitue un des plus gros et mauvais clients de la Jirama. Depuis deux années, des sommes d'argent ont été injectées par la direction générale du Trésor pour combler le gap. Considérable. Depuis les deux der­nières an­nées, 361 mil­liards d'ariary auraient été injectés par le Trésor public pour soutenir financièrement la Jirama. Telle a été l'information véhiculée dans le bulletin mensuel « Tahiry » de la direction générale du Trésor pour ce mois de juin. Selon une source proche du sujet, cet appui a surtout été alloué aux paiements des fournisseurs, et que la trésorerie de la Jirama reste précaire. « Les dettes de l'État envers la Jirama s'élèvent à des centaines de milliards d'ariary. Il y eu un calendrier...
( 27/06/13)
Tous les ministres et les parlementaires issus des mouvances Ravalomanana, Ratsiraka et Zafy ont pratiqué la politique des sièges vides. 26 juin 1960 – 26 juin 2013. Le 53e anniversaire de l’Indépendance de Madagascar a été commémoré hier. Une célébration qui s’est déroulée sous le signe de la division. En effet, les différentes manifestations organisées par le régime transitoire dans le cadre de cette commémoration ont été boycottées par les mouvances et formations politiques anti-Rajoelina, mais également, par les représentants du Corps diplomatique et consulaire résidant dans la Grande Ile. Seuls les Chargés d’Affaires des Comores, de l’Iran et de l’Indonésie, ainsi que le Consul honoraire de la Grèce et du Niger ont été présents. L’Île Maurice et la Lybie...

Pages