| Africatime
Lundi 24 Avril 2017
(NewsMada 06/06/13)
La décision publiée hier par la Cour Electorale Spéciale (CES) risque de précipiter les affaires nationales en accélérant les prises de décisions qui doivent s’imposer dorénavant. Ainsi, si la logique est respectée, Andry Rajoelina doit quitter immédiatement son poste de président de la transition puisque cette décision vient de confirmer sa candidature. Selon la loi, les autorités politiques candidats à l’élection doivent déposer leur démission 60 jours avant la date du scrutin ; Andry Rajoelina a avancé des préalables qui ne tiennent plus la route désormais car la liste des candidats n’a subi aucune modification et il demeure candidat. L'opinion publique ne doit plus être dupée par des allusions de report de dates des élections car, jusqu'à présent, la date...
( 06/06/13)
Le Général Richard Ravalomananareste pessimiste quant au processus électoral. « La Communautéinternationale ne reconnaîtra certainement pas l’élection que l’on organisera le 24 juillet », a-t-il soutenu, faisant référence à la décision de la CES qui a maintenu la candidature de Lalao Ravalomanana, Andry Rajoelina et Didier Ratsiraka. D’après les estimations du COMGN, le pays s’enfoncera dans une situation de troubles d’ici deux mois au maximum. Le risque de « sakoroka » n’est donc pas à écarter. Face à cette situation, les Forces de l’ordre ont pris la décision de prendre du recul vis-à-vis de la médiation politique qu’elles ont menée aux côtés du CSC et du FFM. En quelque sorte, l’échec du conclave d’Ivato a incité les chefs militaires à...
(La Gazette de Madagascar 06/06/13)
La sécurité des diplomates en poste à Antananarivo a été l’un des sujets des entretiens qu’a eu Leonardo Simao, émissaire de la communauté des Etats d’Afrique australe (SADC), avec les acteurs de la vie publique malgache. Hier, au cours de son entretien avec la presse, cet ancien ministre mozambicain des Affaires étrangères a pointé du doigt la Présidence de la Transition d’être derrière le mouvement « souverainiste » ayant injurié la représentante résidente des Nations Unies, et des menaces et intimidations envers les diplomates… Notons que le jour de ces manifestations, des membres du corps diplomatique ont reçu des intimidations par sms. Les autorités policières en ont été informées afin que les forces de sécurité mènent des enquêtes visant à...
( 06/06/13)
Coups et blessures volontaires, tentative de viol et attentat à la pudeur, ce sont les charges contre les éléments de la police communale déferrés au Parquet, hier. 4 d’entre eux ont été mis en détention préventive. Les faits Pour rappel, 24 éléments de la police communale ont été arrêtés suite à une plainte déposée par des civils. Ces derniers ont passé une soirée à Mahamasina le 17 mai dernier au marché de grillades. Une note de la Commune ayant été préalablement communiquée pour interdire la vente devant l’ENS, Mahamasina, les éléments de la police communale sont descendus sur les lieux pour chasser les marchands des stands. L’opération a par la suite dégénéré en dispute entre les éléments de la Commune...
( 06/06/13)
La Cour électorale spéciale (CES) n’a même pas examiné au fond les requêtes qui lui ont été soumises car elles sont toutes irrecevables étant donné que les décisions qui ont été prises sont irrévocables. Ainsi les trois demandes, dont celle du Premier ministre en date du 21 mai et celle du Conseil de réconciliation (FFM) et du Comité de suivi et de contrôle de l’application de la feuille de route (CSC) et des forces de l’ordre en date du 24 mai, ont été rejetées au même titre que les demandes et résolutions formulées par le conclave du 4 juin dernier. Dès lors, la liste des candidats à l’élection présidentielle est maintenue telle qu’elle a été publiée avec 41 postulants au...
( 06/06/13)
La CES a décidé de ne plus rien décider par rapport à sa « boulette » du 3 mai 2013. Selon sa sensibilité, chacun s’en désolera ou s’en félicitera, mais il faut bien reconnaître qu’en décidant de rejeter les demandes de réexamen de la liste des candidats aux présidentielles sur la base du fait que les textes stipulent que « les arrêts, avis et décisions de la Cour de céans ne sont susceptibles d’aucune voie de recours », la CES n’a fait que prendre une décision technique, ce qui nous change de la décision hautement politique qu’elle avait prise il y a un mois de cela. L’on ne peut cependant s’empêcher de se demander : la décision aurait-elle été la...
(Le Monde 06/06/13)
La Cour électorale spéciale de Madagascar a confirmé, mercredi 5 juin, trois candidatures controversées à la prochaine élection présidentielle : celle d'Andry Rajoelina, l'actuel homme fort du pays, de Lalao Ravalomanana, épouse de l'ancien président en exil Marc Ravalomanana, et de Didier Ratsiraka, dont la communauté internationale exigeait le retrait. Les "requêtes" demandant le retrait de ces trois candidats "sont déclarées irrecevables", a annnoncé la Cour dans un communiqué, expliquant que ses "arrêts, avis et décisions ne sont susceptibles d'aucune voie de recours". Les trois candidats contestés, notamment par la communauté internationale, n'ont pas respecté le Code électoral : Andry Rajoelina avait promis de ne pas se présenter et a soumis son dossier hors délai. Lalao Ravalomanana et Didier Ratsiraka...
(Le Pays 06/06/13)
Les bruits de bottes se mêle au vacarme autour de la question des candidatures à l’élection présidentielle à Madagascar. Faut-il en rire ou en pleurer ? Un dénouement militaire pour une crise politico-civile ? L’on ne devrait peut-être pas s’en réjouir, mais, déjà, cette nouvelle posture de l’armée malgache apparaît comme le remède au mal dont souffre la nation malgache depuis maintenant quatre ans. Quatre ans ? Cela a donc un rapport avec l’ascension de TGV au pouvoir. De fait, ce disc-jockey, devenu président de la transition, est au centre de tous les problèmes, en ce moment, sur la Grande île d’Afrique. Fils d’ancien militaire, il a été propulsé président avec les bénédictions de la Grande muette de son pays...
( 06/06/13)
On dirait que Madagascar réserve à chaque instant une surprise ; depuis les derniers mois, les nouvelles sur des noms malgaches apparaissent à la une des journaux étrangers et nationaux. Après le violeur de Mons et la fille qui a été assassinée en Suisse, le mariage annoncé de deux homosexuels originaires de Madagascar fait grand bruit actuellement. Quand la loi a dit « oui » au mariage gay en France, les couples de même sexe se sont empressés de célébrer leur union. Les Français Vincent Autin et Bruno Boileau ont été les premiers à officialiser leur relation à Montpellier le 29 mai 2013. Mais les Malgaches entrent aussi dans la scène : Aina et Hervé, deux hommes installés à Strasbourg...
( 06/06/13)
Un système d’accompagnement des entreprises prestataires offshore et de celles de nationalité malgache est actuellement promu par la société Outsourcing Madagascar, fondée et représentée par François Schmitt sous le principe « l’union fait la force ». Outsourcing Madagascar compte soutenir de manière effective le redressement du classement de Madagascar par des mesures d’accompagnement en termes de « référencement de prestataires, conseils en externalisation, lancement de production, implantation à Madagascar, audit ». Cette société veut contribuer à l’amélioration de l’image de la filière TIC de Madagascar. Elle est en étroite collaboration avec Cap Export lequel est un programme rattaché à la Chambre de Commerce et de l’Industrie France-Madagascar ou CCIFM, ainsi qu’avec d’autres entités œuvrant pour la promotion des TIC et...
(Jeune Afrique 05/06/13)
La Cour électorale spéciale (CES) de Madagascar rejette les différentes demandes d'invalidation des trois candidatures controversées de Andry Rajoelina, Lalao Ravalomanana et Didier Ratsiraka. Elle ouvre ainsi la voie au retrait de la communauté internationale du processus électoral. La Cour électorale spéciale (CES) de Madagascar a confirmé mercredi 5 juin les trois candidatures controversées à la prochaine élection présidentielle. Ce sont celles d'Andry Rajoelina, l'actuel homme fort du pays, de Lalao Ravalomanana, épouse de l'ancien président en exil Marc Ravalomanana, et de l'ancien président Didier Ratsiraka, dont la communauté internationale exigeait le retrait. Dans un communiqué, la CES a déclaré irrecevables les requêtes demandant l'invalidation de ces trois candidats. Elle y explique que ses arrêts, avis et décisions ne sont...
(AFP 05/06/13)
ANTANANARIVO, 05 juin 2013 (AFP) - La Cour électorale spéciale de Madagascar a confirmé mercredi les trois candidatures controversées à la prochaine élection présidentielle d'Andry Rajoelina, l'actuel homme fort du pays, de Lalao Ravalomanana et de Didier Ratsiraka, dont la communauté internationale exigeait le retrait. Les "requêtes" demandant le retrait de ces trois candidats "sont déclarées irrecevables", a annnoncé la Cour (CES) dans un communiqué, expliquant que ses "arrêts, avis et décisions ne sont susceptibles d'aucune voie de recours". Les trois candidats controversés, notamment par la communauté internationale, n'ont pas respecté le code électoral malgache car l'actuel président de la Transition Andry Rajoelina, qui avait promis de ne pas se présenter, a soumis son dossier hors délai. Lalao Ravalomanana, épouse...
(NewsMada 05/06/13)
Hormis le maintien du calendrier électoral, les participants au conclave d’Ivato ont donc penché en faveur du retrait des candidatures d’Andry Rajoelina, Didier Ratsiraka et Lalao Ravalomanana. Et, pour y parvenir, ils ont demandé à la Cour électorale spéciale (CES), d’agir sous 48 heures, malgré toutes les réserves émises depuis près d’un mois contre cette structure. La CES a deux jours pour contraindre les trois candidats à se désister de la course à la présidentielle. Et cela, bien que celle-ci ait été depuis plusieurs semaines la cible de toutes les critiques lorsqu’elle a décidé de retenir ces candidatures dont deux visiblement ne répondant pas aux critères d’éligibilité (les concernés n’ayant pas résidé au pays durant les six mois précédant la...
(AgoraVox 05/06/13)
Après le chapitre "La feuille de route", voici le chapitre "Sortie de crise" qui a bien du mal à s’achever à Madagascar. Le processus électoral commence très mal et les citoyens malgaches ne sont pas assurés d’élire leur prochain Président de la République le 24 juillet 2013 comme prévu. La situation politique à Madagascar se délite de jours en jours… Le Président autoproclamé Andry Rajoelina et le Premier Ministre Omer Beriziky ne se parlent plus. Certains candidats à l’élection présidentielle souhaitent se désister. D’autres candidats, réunis en collectif, viennent de refuser ce 1er juin 2013 de reconnaître la légitimité de la Cour électorale spéciale (CES). Un important "conclave" (réunissant certaines autorités du pays) s’est tenu le 3 juin 2013 au...
(NewsMada 05/06/13)
Alors que la date du 24 juillet prévue pour la présidentielle avance à grand pas, le processus de sortie «d’une crise dans la crise» traîne. Les acteurs politiques peinent à trouver une solution concrète. Le candidat à la magistrature suprême, Sylvain Rabetsaroana, estime qu’il est temps de sortir de la personnalisation de la crise pour prendre une décision claire et sans ambiguïté afin de repartir sur de nouvelles bases. «Sans morale, toutes les lois sont vaines», a déclaré hier l’ancien sénateur Sylvain Rabetsaroana, président d’honneur du parti «Plateforme nationale des jeunes» (PNJ-Mazava), et candidat à l’élection présidentielle, lors de sa rencontre avec la presse au quartier général de sa formation politique, à Andrefan’Ambohijanahary. «La seule solution reste la bonne volonté...
( 05/06/13)
D’après les quelques informations que les organisateurs du conclave d’Ivato du lundi 3 juin dernier, ont bien voulu partager aux contribuables-électeurs, le problème demeure car apparemment rien de nouveau n’était venu changer la donne par rapport aux contenus des lettres qui ont été écrites à l’attention de la Cour électorale spéciale (CES) et qui sont restées sans suite (lettre du gouvernement et lettre des entités organisateurs du conclave). L’essentiel des résolutions du conclave se résument de la manière suivante : la date du 24 juillet pour le premier tour de l’élection présidentielle est maintenue – ce qui signifie donc qu’il n’y aurait plus de cas de force majeure pouvant justifier un report et une modification du calendrier électoral ; en...
(La Gazette de Madagascar 05/06/13)
Point de presse donné par un rassemblement de parlementaires, hier au siège du Congrès de la Transition (Tsimbazaza). Issus de toutes les tendances politiques du moment, ces parlementaires – ils étaient environ une trentaine à assister au rendez-vous d’hier – affirment avoir leurs mots à dire face à la tournure prise dernièrement par le processus de sortie de crise dans le pays. « Nous, parlementaires de la Transition, (…) soutenons les décisions qui ont été prises par le CES (Cour Electorale Spéciale), et qui constituent des conditions sine qua non d’une élection libre, démocratique et acceptée par tous ». Plus concrètement, ces parlementaires, face notamment aux résolutions du dernier conclave d’Ivato, s’opposent à tous projets visant à faire revenir la...
(L'Express de Madagascar 05/06/13)
Si les volailles sont les plus commercialisées par les éleveurs, les zébus figurent, par contre, en bas de la liste des produits commercialisés par les paysans. Le Réseau des observatoires ruraux (ROR) du Plan d’action pour le développement rural (PADR) le constate. La vente de zébus est seulement décidée en cas de grande difficulté économique ou à l’occasion d’un éventuel renouvellement du cheptel. Mais avec la montée de l’insécurité qui gagne tout autant les villes que les campagnes, tout un cheptel peut disparaître d’une nuit à l’autre. Or, un zébu se vend actuellement à 1 million Ar. Si un éleveur a donc un cheptel de 10 têtes, il perd en un clin d’œil la valeur de 50 millions Ar. Un...
( 05/06/13)
Pour Mamy Rakotoarivelo, l’ex-Première Dame remplit les conditions requises pour être candidat à la Présidentielle. La mouvance Ravalomanana a justifié hier sa décision de ne pas cautionner les résolutions prises au cours du conclave qui s’est tenu lundi dernier au Centre de Conférences Internationales d’Ivato. En effet, cette entité politique estime que « les résolutions prises à Ivato sont contraires à l’esprit de la Feuille de route, par ailleurs, elles ne sont pas conformes aux principes de la consensualité ». Dans ses explications, le président du Congrès de la Transition et non moins chef de délégation de ladite mouvance, Mamy Rakotoarivelo a soutenu que « cette initiative est contraire à la loi en vigueur, en outre, elle tend à faire...
(RFI 05/06/13)
À Madagascar, c’est ce mercredi 5 juin que la Cour électorale spéciale doit rendre sa décision. Elle doit disqualifier ou non les trois candidats controversés à la présidentielle, Andry Rajoelina, Lalao Ravalomanana et Didier Ratsiraka. Une révision de la liste des candidats, demandée lundi par les organisateurs du conclave, mais rejetée par les principales mouvances politiques. Selon de bonnes sources, ce sont en réalité les militaires qui ont imposé leur « solution ». Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/afrique/20130604-presidentielle-madagascar-militaires-...

Pages