Mardi 25 Juillet 2017
( 24/07/13)
C'est le type de pesticide utilisé par le Centre National Anti-acridien pour mener la lutte contre l'invasion de criquets dans le pays. Ce centre vient d'acquérir 25 000 litres de pesticides fournis par la société FIAVAMA et qui seront utilisés pour la période inter-campagne, d'après les statistiques fournies par le ministère de l'Agriculture. Une partie de ces pesticides sera notamment destinée aux zones acridiennes comme Befandriana-Sud, Ihosy, Sakaraha, Vakinankaratra, Amoron'i Mania et Haute Matsiatra tandis qu'une autre partie sera stockée dans les magasins du CNA à Antananarivo, à Toliara et à Betioky Sud. Formation des essaims. L'inter-campagne de lutte s'achève jusqu'au début du mois de septembre prochain. Parlant de la dernière situation acridienne, les techniciens sont encore à pied d'œuvre...
( 24/07/13)
Le Président de la Transition, Andry Rajoelina, est rentré au pays, hier, à 17 h 15, après avoir rencontré le président en exercice de la Troïka, Jakaya Mrisho Kikwete. Un retour en catimini car ni la date ni l’heure n’ont été données. Et qu’il n’y avait pas eu également de déclaration. Or, lors de son départ, le locataire d’Ambohitsorohitra n’a tenu qu’un point de presse de trois minutes. L’on s’attendait ainsi qu’il parle un peu plus après sa rencontre avec le président en exercice de la Troïka. Ce qui ne fut pas le cas. Mais qu’est-ce qui s’est passé vraiment dans la capitale tanzanienne pour que le Président de la Transition ne fasse pas de déclaration ? Or, le motif...
(L'Express de Madagascar 24/07/13)
L'État rappelle les mauvais étudiants boursiers en Chine mais aussi ceux. en France. L'octroi de bourses d'études reste suspendu jusqu'à nouvel ordre. Le « cyclone » se rapproche des étudiants boursiers de l'État en Chine et en France. Le gouvernement maintient sa décision de rapatrier les redoublants et  ceux qui triplent, ceux dont la filière existe à Madagascar. Selon le secrétaire général du ministère de l'Enseigne­ment supérieur et de la recherche scientifique (Mesupres), Gatien Horace, ces étudiants nécessitent un budget annuel d'environ 11 milliards d'ariary, dont ne dispose plus le gouvernement de la Transition,  depuis un an. Une commission interministérielle est ainsi créée, afin d'évaluer le cas de chaque étudiant. « Tous les étudiants en Chine et en France qui sont peu productifs et qui peuvent continuer leur filière au Pays, sont concernés par ce rapatriement. La commission interministérielle, composée du Mesupres, du ministère des Finances et du budget ainsi que la commission nationale des bourses extérieures (Conabex), est en train de finaliser la liste des étudiants à rapatrier », a indiqué le secrétaire général du Mesupres, Gatien Horace. Le ministère reconnaît le statut de boursier, à deux cent quatre-vingt dix en France et deux cent soixante quatorze étudiants en Chine. Mal rémunérés. Pour ces derniers, les arriérés de frais d'inscription et de loyer atteignent 1,4 milliard d'ariary, plus les bourses d'une année qui est de 1,397 millions d'ariary par étudiant, par mois.  Pour leur part, les étudiants en France ont des arriérés de bourse de douze mois. Contrairement aux étudiants de Chine, ceux de France ne crient pas au scandale. Ils  réclament leurs bourses par le biais des cahiers de doléances remis auprès de l'ambassade malgache à Paris. Toutefois, beaucoup de ces étudiants s'en sortent, grâce aux petits boulots, mal rémunérés. « On ne peut s'attendre à un travail efficient de la part d'un étudiant qui, aussitôt après ses heures de cours normaux, doit aller faire des travaux supplémentaires, souvent mal rémunérés, pour compléter son budget et satisfaire ses besoins de survie, déjà réduits au strict minimum », a conclu Arena, une étudiante en France. Rap­pelons que depuis l'année académique 2012-2013, l'État a suspendu tout octroi de bourses aux étudiants désireux de poursuivre leurs études à l'étranger. Michella Raharisoa
(La Gazette de Madagascar 24/07/13)
La haute saison est là, mais les touristes étrangers se font encore rares pour le moment et beaucoup auraient annulé leurs réservations auprès des établissements tananariviens. Tel est le sombre tableau décrivant le tourisme malgache en cette fin de mois de juillet, d’après un agent de ticketing d’un tour opérateur de la capitale. La crise sociopolitique suscitant un sentiment d’insécurité, le coût élevé de la destination et le manque de campagne de communication sur le plan international, seraient à l’origine de cette situation morose, selon toujours ce professionnel du secteur. L’Etat malgache en est totalement conscient et tente toujours, de son côté, de faire bouger les choses en misant sur les participations malgaches aux divers salons et séminaires internationaux. Dans...
(Xinhua 24/07/13)
LUANDA -- L'Union africaine (UA) a appelé mardi à mettre en place des liaisons aériennes directes entre les capitales des États membres pour réduire les temps de voyage sur le continent. Cet appel a été adressé par le directeur du département des Transports aériens de la Commission de l'UA pour les Infrastructures et l'Énergie, Adiron Alberto, à Luanda, capitale de l'Angola, en marge de la troisième réunion des ministres africains des Transports qui s'est ouverte ici sous la direction du ministre angolais des Transports Augusto da Silva Tomas. M. Alberto a rapporté qu'actuellement, un passager voyageant de Luanda au Gabon était contraint de faire étape par l'Europe ou l'Afrique du Sud, car il n'y a aucun vol direct entre l'Angola...
(AFP 23/07/13)
ANTANANARIVO, 23 juillet 2013 (AFP) - Un candidat à l'élection présidentielle malgache, Laza Razafiarison, a été arrêté mardi au lendemain d'une manifestation pour réclamer la tenue du scrutin reporté deux fois sine die et la fin du régime de transition du président non élu Andry Rajoelina, a indiqué la gendarmerie. "Nous avons arrêté sept autres personnes avec Laza Razafiarison et ils seront probablement transférés au tribunal demain" mercredi, a indiqué à l'AFP le commandant de la circonscription inter-régionale de la gendarmerie d'Antananarivo, le colonel Florens Rakotomahanina. Ces arrestations interviennent à la veille de la date à laquelle le scrutin aurait dû se tenir, après avoir été reporté du 8 mai au 24 juillet, avant que l'enregistrement de trois dossiers de...
( 23/07/13)
Comme promis, le parti « Avotra ho an’ny firenena » a manifesté sur la place publique à Analakely ce lundi matin du 22 juillet 2013 vers 10h 30. Ce parti a appelé la population à exprimer avec lui son indignation face à l’incapacité des dirigeants à tenir des élections. Les forces de l’ordre sont intervenues pour confisquer le matériel de sonorisation mais les manifestants s’y sont opposés, créant ainsi un début de panique. Des jets de gaz lacrymogène ont du être effectués pour disperser la foule et dissuader les manifestants. En tout cas, petits et grands commerces de la place d’Analakely et de Soarano sont perturbés et certains ont dû fermer leurs portes devant le mouvement de foule provoqué par...
(Le Pays 23/07/13)
« Le sommeil de la raison engendre des monstres ». Ce titre d’une gravure du peintre Francisco Goya pourrait bien s’appliquer à ce qui se passe à Madagascar. La raison de l’élite politique de la Grande île semble plongée dans un profond sommeil depuis quelques années déjà, ce qui n’a pas manqué d’enfanter des monstres comme celui de la descente aux enfers de l’économie du pays. En effet, on fait le constat de l’appauvrissement croissant du pays et de ses populations, du fait de la crise politique qui secoue le pays. Chacun des « ténors » de la classe politique malgache se comporte comme si le pouvoir était une fin en soi. En tout cas, au regard de l’attitude des...
(Afrik.com 23/07/13)
La grogne monte à Madagascar. Plusieurs centaines de personnes sont descendues lundi dans les rues du centre-ville d’Antananarivo, la capitale malgache, pour renverser le régime de transition d’Andry Rajoelina. Une protestation à l’initiative du candidat à la Présidentielle, Laza Razafiarison, secrétaire général du parti "Avotra ho An’ny Firenena". « Nous avançons pour renverser le régime en place. Nous lançons un appel à toute la population malgache qui ne veut plus de ce régime, qui a faim, qui est fatiguée, qui est pauvre. Nous devons unir nos forces, nous devons sauver notre pays. Si nous n’unissons pas nos forces, aucun changement ne se réalisera ici, les gens qui sont morts pour le pays seront morts pour rien ! », a déclaré...
(NewsMada 23/07/13)
Le débat houleux lors du conseil du gouvernement à Mahazoarivo d’hier se poursuivra ce jour. La restructuration de la Cour électorale spéciale (CES) sera toujours au centre des discussions. Le cas de l’actuel président de cette Cour semble pourtant déjà scellé. Jean-Michel Rajaonarivony sur la sellette. Selon certaines indiscrétions, les membres du gouvernement qui se sont réunis hier en conseil spécial ont trouvé un consensus sur le non-cumul des fonctions du futur président d’une Chambre spéciale qui sera mise en place. Celle-ci sera en effet chargée de statuer sur les résultats des élections à venir et de réviser la liste électorale. Plusieurs acteurs politiques, notamment la mouvance de l’ancien président Albert Zafy, avaient réclamé le mise à l’écart du président...
( 23/07/13)
La manifestation dirigée par le candidat à l’élection présidentielle, Laza Razafiarison a provoqué la panique dans le centre-ville. Les riverains d’Analakely et des quartiers environnants ont repris le rythme des « sakoroka » hier. Pour cause, les partisans du parti « Avotra ho an’ny firenena » ont tenu leur engagement d’organiser une manifestation sur la place du 13 mai. Un évènement qui a entraîné la reprise des hostilités dans le centre-ville, notamment du côté d’Analakely, de Behoririka et de Tsaralalàna, et a provoqué la colère des riverains et des marchands qui se trouvent sur l’Avenue de l’Indépendance. Ces derniers ont été contraints de fermer leurs boutiques par peur de se faire piller. En tout cas, l’on a constaté que la...
(La Gazette de Madagascar 23/07/13)
La Haute Cour Constitutionnelle (HCC) a déclaré inconstitutionnelle la loi instaurant la collégialité des 34 ministres pour pallier à la vacance de la Présidence de la Transition. Comment pouvait-il en être autrement ? Ce qui surprend, ce n'est pas le rejet de cette loi. C'est le fait qu'elle ait été présentée devant la HCC. Qui a pu penser, ne serait-ce qu'un instant, qu'une loi aussi absurde puisse être approuvée par la HCC ? Cette loi n'était pas seulement anticonstitutionnelle mais elle était inapplicable dans la pratique. Maintenant que cette loi a été rejetée, comment va-t-on régler cette vacance du pouvoir si Andry Rajoelina maintient sa candidature à l'élection présidentielle ? Va-t-on se référer aux dispositions de la Constitution, à celles...
( 23/07/13)
Quoi qu’on dise, c’est le rapport présenté par Joaquim Chissano, médiateur en chef de la SADC dans la crise malgache, que le GIC-M prend en compte dans sa prise de décision. D’après les diplomates que nous avons pu contacter hier, le président de la Troïka ne peut pas adopter une position autre que celle du GIC-M prise à Addis-Abeba le 26 juin dernier. Il n’y aura pas de surprise lors du déplacement du président de la Transition Andry Rajoelina en Tanzanie où il envisage de rencontrer le président de la Troïka, Jakaya Kikwete. Car en fait, ce dernier, qui assure la présidence tournante d’un Organe au sein de la SADC, ne peut pas se démarquer de la position du Groupe...
(NewsMada 23/07/13)
A une journée de ce qui aurait dû être le début du processus de sortie crise qu’est le premier tour de l’élection présidentielle, l’un des candidats à la course à la magistrature suprême, en la personne de Camille Vital, renforce sa position : l’élection comme seule issue à la crise qui perdure… Ainsi, comme tout le monde, le candidat Camille Vital attend avec impatience le projet de loi qui devrait régir la restructuration de la Cour électorale spéciale (CES), après recommandation du Groupe international de contact pour Madagascar (Gic-M). En attendant l’issue du conseil du gouvernement aujourd’hui sur ce sujet, qu’il espère être positif, le candidat de l’association «Hiaraka isika» a une fois de plus raffermi sa position quant à...
(La Gazette de Madagascar 23/07/13)
«Je suis le Président de la Transition ». Andry Rajoelina l’a encore rappelé hier au cas où on l’oublie. Il l’a signifié en noir et blanc dans la lettre envoyée à Ramtane Lamamra dans laquelle il répond d’ores et déjà aux exigences du GIC-M (groupe international de contact sur Madagascar). Mais comme le Président n’a pas à discuter avec les petits ambassadeurs que sont les membres de la récente délégation du GIC-M, Andry Rajoelina est parti hier voir un grand comme lui, le président tanzanien qui assure également la présidence de la troïka de la SADC. Le Président de la Transition exprimera notamment au chef d’Etat tanzanien son refus catégorique aux conditions de la communauté internationale. Dans sa lettre du...
(L'Express de Madagascar 23/07/13)
Un autre conseil est prévu ce jour. En dernier ressort. Comme prévu, la loi portant « réforme et restructuration de la Cour électorale spéciale (CES) » a fait l'objet d'un débat animé lors du conseil de gouvernement spécial, au palais d'État de Mahazoarivo, hier. Cette réforme a été recommandée par le Groupe international de contact pour Madagascar (GIC-M) dans son plan en sept points pour sortir le processus électoral de l'impasse, « Nous n'avons pas pu prendre une décision sur le projet de texte concernant la refonte de la CES. Le conseil reprendra demain (aujourd'hui) à huit heures », a résumé Elia Ravelo­manantsoa, ministre de la Culture et du patrimoine et porte-parole du gouvernement, jointe au téléphone. Selon les explications de ce membre du gouvernement, « le non-cumul des fonctions de chef d'institution » a été le seul point de consensus trouvé, en prenant l'exemple de l'interdiction de cumuler à la fois le titre de président de la CES et de la Haute cour constitutionnelle (HCC). D'après une autre source gouvernementale, deux projets de texte ont été principalement débattus à Maha­zo­arivo. Le premier, élaboré par le ministère de la Justice, tient compte des recommandations de la Primature et du ministère des Relations avec les institutions. Et le second est la proposition de loi faite par les signataires de la Feuille de route, sous la houlette du Comité de soutien et de contrôle de la Feuille de route. Une synthèse des projets du ministère de la Justice, des Relations avec les institutions et de la Primature. D’après cette source gouvernementale, « le principe de base qui a été décidé aujourd'hui, est qu'on allait faire une recomposition et non une restructuration, ni une refonte totale de la CES ». Une option qui est défendue par Christine Razanamahasoa, ministre de la Justice, si l'on se réfère au projet de loi qu'elle a présenté durant le conseil de gouvernement du 16 juillet. Mis à l'écart. L'ajout d'assesseurs représentant les signataires de la Feuille de route, « aux huit membres actuels », dont la dénomination reste à déterminer, et le fait que le président de la CES soit élu par les membres, font également partie des principes sur lesquelles les ministres de la Transition se sont accordés, d'après notre source. La Garde des Sceaux semble anticiper l'éventuelle opposition du corps des magistrats, dans la remise en cause de leur choix, huit des neuf membres actuels de la CES étant des juges de premier degré élus par leurs pairs. Ihanta Randria­mandrato, ministre de l'Élevage issue de la mouvance Ravalomanana, a, elle aussi, mis un bémol sur une éventuelle éviction des membres élus de l'actuelle CES. « Comme ils ont été élus par leurs pairs, les  évincer pourrait poser problème vis-à-vis de leurs électeurs », a-t-elle indiqué, jointe au téléphone dimanche, malgré le fait qu'elle n'écarte pas la nécessité d'une telle mesure. À en croire Elia Ravelo­manantsoa et notre source gouvernementale, le consensus trouvé par les ministres jusqu'ici concerne la mise à l'écart de la nouvelle Cour électorale de Jean Michel Rajaonarivony, président de la HCC et de la CES. Notre source au sein du gouvernement a également indiqué que la proposition d'ordonnance faite par le Collectif des candidats a été mise sur la touche, lors du conseil d'hier. Le projet de texte du collectif des candidats prévoit, en effet, une refonte totale de la CES, mais surtout de donner à la nouvelle CES le « mandat urgent et prioritaire de réexaminer, en  statuant au plus tard sept jours après validation en conseil des ministres, la décision du 3 mai » sur les candidats à la présidentielle.  Kolorindra Garry Fabrice Ranaivoson
(Xinhua 23/07/13)
ANTANANARIVO,-- La mouvance de l'ancien président Ravalomanana s'oppose au nouveau plan de 7 points pour la sortie du processus électoral malgache proposé récemment par le Groupe international de contact pour Madagascar (GIC-M). La mouvance Ravalomanana a déclaré lundi qu'elle "reste sur sa position et ne recule devant les menaces de sanctions du GIC-M et des autres membres de la communauté internationale. Le nouveau plan, proposé à l'issue de la consultation du GIC- M de la semaine dernière, recommande entre autres la restructuration de la Cour Electorale Spéciale (CES) qui a publié et approuvé la liste des 41 candidats à l'élection présidentielle . Le plan du GIC-M insiste également sur le retrait des trois candidats controversés, à savoir le président de...
(Xinhua 23/07/13)
ANTANANARIVO -- Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA) insiste sur le retrait des trois candidats controversés à la prochaine élection présidentielle de Madagascar, apprend-on lundi de source officielle malgache. Informé de l'impasse politique persistante à Madagascar et des dernières interactions entre le Groupe de contact international sur Madagascar (GIC-M), lors d'une réunion vendredi dernier, le CPS "exhorte les acteurs politiques malgaches à régler rapidement leurs différends et l'absence de consensus entravant le processus électoral". "Le Conseil entérine les conclusions de la réunion du GIC-M, tenue le 26 juin 2013, à Addis-Abéba, en Ethiopie, et exprime son appui à son appel unanime lancé aux trois candidats aux élections présidentielles – Andry Rajoelina, Mme Lalao Ravalomanana...
( 23/07/13)
La proposition du collectif des candidats sur la restructuration de la Cour Electorale spéciale a été remise en main propre, avant-hier, à la Primature, au ministère de l’Intérieur et au ministère de la Justice, selon Voninahitsy Jean Eugène. Toujours d’après ce membre du Congrès de la Transition, le collectif estime que la décision qui sera prise par le conseil de gouvernement spécial va adopter une ordonnance au lieu d’un projet de loi. Sinon cela va prendre du temps, a-t-il souligné. Faut-il rappeler que le collectif des candidats a proposé que la Cour Electorale Spéciale soit composée de 11 membres dont six magistrats, trois administrateurs civils et deux professeurs de droit. Et que par ailleurs, le président de cette juridiction soit...
(La Gazette de Madagascar 23/07/13)
Formations gratuites dispensées par l’association « Hiaraka Isika » ouvertes à toutes les classes sociales et d’âge. Destinées plus particulièrement aux jeunes qui forment une cible intéressante en vue des élections les plus proches, car portant sur le passage obligatoire à l’ère des nouvelles technologies notamment de l’information et de la communication (NTIC). Le coup d’envoi a été donné par le candidat Camille Vital, hier au QG de l’association susmentionnée. A mettre à l’actif toujours croissant de cette dernière, ces formations spécialisées sont initialement à vocation citoyenne autrement dit, censées apporter des réponses sérieuses aux principaux problèmes des jeunes (chômage, manque de qualifications et/ou d’expériences, repères perdus ou en passe de l’être dans presque tous les secteurs d’activités). Comprendre que...

Pages