Vendredi 23 Février 2018
(Tourmag.com 13/09/13)
L'Office de Tourisme de Madagascar part en roadshow du 1er au 3 octobre 2013. Ses équipes, accompagnées par des partenaires réceptifs et compagnies aériennes, rencontreront les agents de voyages à Nantes, Bordeaux et Marseille. Du 1er au 3 octobre 2013, l'Office National du Tourisme de Madagascar (ONTM) part sur les routes à la rencontre des agents de voyages de Nantes (1er octobre), de Bordeaux (2 octobre) et Marseille (3 octobre). Les équipes de l'ONTM seront, pour l'occasion, accompagnés d'Air Madagascar, Air France, Cap Mada Voyages, Jacaranda et Jr Tours. L'objectif de cette tournée est de présenter les atouts touristiques de la destination et d'apporter aux professionnels présents des informations pour les former à mieux la vendre.
(Xinhua 12/09/13)
ANTANANARIVO, (Xinhua) -- 7 candidats à l' élection présidentielle prévue le 25 octobre prochain sur les 33 en lice seulement ont signé jeudi matin à Antananarivo, la capitale malgache, la Charte de paix concoctée par le Conseil de réconciliation national malgache (CRN). Le CRN a envoyé une invitation à chacun des candidats à l' élection présidentielle pour venir à la rencontre que le Conseil a organisé en vue de signer cette Charte pour éviter une crise postélectorale. Selon le CRN, cette Charte a pour unique objectif de mettre en place un environnement apaisé avant, pendant et après les élections, pour le respect du Fihavanana Malagasy (réconciliation malgache), afin d'assurer la tenue des élections véritablement transparentes et acceptées par tous. Aucune...
(Xinhua 12/09/13)
ANTANANARIVO, (Xinhua) -- Le nouvel Ambassadeur de la Fédération de Russie à Madagascar, Ahkmedov Stanislav Anvarovich, a présenté officiellement, mercredi ses lettres de créance au président de la transition, Andry Rajoelina, apprend-on du communiqué de la présidence de la transition, jeudi. Plusieurs points ont été évoqués à la presse après la présentation de la lettre de créance dont le volet humanitaire, où l'Ambassadeur a expliqué que son pays attend les propositions malgaches, en vue de raffermir les relations mutuelles et afin de jeter les bases d'un travail sérieux pour faire venir les investisseurs russes à Madagascar. Pour ce qui est de la contribution russe aux prochaines élections à Madagascar, le nouvel Ambassadeur de la Fédération de Russie a affirmé que...
(Xinhua 12/09/13)
ANTANANARIVO, (Xinhua) -- Une mission de l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) est arrivée à Madagascar pour évaluer le processus électoral malgache et la situation politique dans le pays, apprend-on d'une source auprès de la Commission Electorale nationale indépendante pour la transition (CENIT), mercredi. Conduite par le directeur à la paix et démocratie auprès de l' OIF, Christophe Guilhou, la délégation a eu des séances de travail avec cette entité malgache mardi et rencontrera les différents acteurs politiques malgaches dans les jours qui viennent, et ce, toujours dans le cadre du processus de sortie de crise et du processus électoral. C'est à partir de cette mission que l'OIF déterminera la suite de leur engagement au processus électoral malgache, a-t-on mentionné...
(AFP 12/09/13)
ANTANANARIVO, 12 septembre 2013 (AFP) - L'ancien chef d'Etat malgache Didier Ratsiraka a affirmé que la France lui avait demandé son aide pour évincer le président Marc Ravalomanana en 2009, dans une intervention télévisée mercredi soir sur la chaîne privée "TV plus Madagascar". "La France m'a demandé d'aider Andry Rajoelina pour évincer Marc Ravalomana", a-t-il déclaré, en évoquant les événements de début 2009 qui ont conduit au renversement de M. Ravalomanana. "J'ai répondu, je ne suis pas en faveur des coups d'Etat" (....), a-t-il déclaré avant d'expliquer qu'il avait finalement accepté après qu'on lui ait montré qu'il ne s'agissait pas d'un coup d'Etat. "On s'est mis d'accord que Marc Ravalomanana quitterait le pouvoir sans bain de sang. Et après son...
(Zinfos974 12/09/13)
L'ancien chef d'Etat malgache, Didier Ratsiraka, disqualifié récemment par la Cour électorale spéciale (CES) de son pays de la course à la présidentielle, a tenu à clarifier sa position suite à la décision de la CES, au cours d'une émission télévisée. "L'Amiral rouge" a affirmé que les élections ne sont pas "une fin en soi" mais "une étape" qu'il juge "utile". En revanche, il alerte "le peuple malgache" que ces élections risquent d'entraîner "une crise plus grave". "Que voulez-vous, des élections coûte que coûte qui engendreront une crise plus grave, ou une sortie de crise avec des Malgaches réconciliés ?", a-t-il demandé. Comme le rapporte nos confrères de L'Express de Madagascar, Didier Ratsiraka est partisan d'une réunion extraordinaire en amont...
(RFI 12/09/13)
L’ancien président Didier Ratsiraka est sorti de son silence au soir de mercredi 11 septembre. Sa candidature à la présidentielle a été annulée il y a presque un mois (17 août) par la Cour électorale spéciale car il n’habitait pas à Madagascar depuis six mois comme le prévoit la loi. Depuis, Ratsiraka n’avait pas réagi. Il était l’invité d’une émission sur une radio et télévision privée, soit plus de deux heures d’émission en direct et en public. À 76 ans, l’ancien président reste fidèle à sa réputation d’homme de scène qui s’autorise toutes les digressions. Il interpelle la SADC en anglais, s’adresse à Vladimir Poutine en russe, félicite Barack Obama sur la crise syrienne, ou récite un passage du Cid...
( 12/09/13)
Didier Ratsiraka reste fidèle à lui-même. Ils est contre la tenue des élections. « Cela ne résout rien s’il y a des problèmes latents ». Il se demande par ailleurs pourquoi jusqu’à ce jour rien n’a été encore fait pour expliquer aux gens l’utilisation du bulletin unique. Il ne croit guère que le choix du bulletin unique soit le meilleur. Ce « Dinidinika ambany Tafotrano » ou causerie de famille élargie a permis à Deba de parler du sommet à 4. Une idée qu’il a véhiculée et qui lui tient à cœur. Un sommet placé sous l’égide du FFKM. En outre, il a fait une certaine révélation en disant que la France l’a sollicitée pour aider Andry Rajoelina à destituer...
(La Gazette de Madagascar 12/09/13)
La semaine dernière, à la veille du mini - remaniement, le professeur Albert Zafy est monté au créneau pour désavouer et réclamer la tête d’Omer Beriziky. Le chef de file de la mouvance Zafy a adressé pour cela une lettre au président de la Transition pour réclamer le limogeage du Premier ministre de consensus proposé par l’ex-président de la République.Le Pr. Zafy reproche en effet au chef du gouvernement son penchant en faveur de la tenue des élections présidentielle et législatives à la fin de l’année, alors que la mouvance Zafy prône un référendum constitutionnel et la réconciliation sous l’égide du FFKM. Selon une chaîne privée de la capitale, les deux chefs de l’Exécutif se sont entretenus en privée sur...
(NewsMada 12/09/13)
Lors du conseil des ministres qui s’est tenu hier, le président de la Transition a interpellé les ministres de l’Intérieur et des Affaires étrangères afin qu’ils pressent les instances concernées de la communauté internationale quant aux besoins en appui logistique et humain au processus électoral à Madagascar. Selon le communiqué émanant de ce conseil, la raison est «le constat d’une certaine inertie en la matière ». Ces deux ministres ont jusqu’au prochain conseil pour faire état des actions qu’ils auraient entreprises entre-temps. Par ailleurs, toujours dans le cadre du processus électoral, Rajoelina a invité le ministre de l’Intérieur à présenter au prochain conseil l’état de la réalisation de l’opération « Carte d’identité nationale » ou CIN faisant valoir, notamment, le...
( 12/09/13)
Les candidats qui sont dans la course à l’élection présidentielle n’ont pas non seulement les mêmes moyens, mais de plus la plupart d’entre eux sont d’illustres inconnus pour la plupart des Malgaches. Gérer 33 candidats pour leur temps d’antenne dans les médias officiels n’est pas chose facile. Ce sera un casse- tête pour ceux à qui incombent cette responsabilité. Quoi qu’il en soit, la répartition d’antenne à l’élection présidentielle, a été effectuée, hier au siège de la CENI-T, à Alarobia. Avec ce nombre impressionnant de candidats, les gens ne savent plus à quel saint se vouer. En effet, ils vont voir de toutes les couleurs. Ce sera le cas non seulement à la Rnm et à la Tvm, mais les...
(L'Express de Madagascar 12/09/13)
Les conditions d'antenne à la propagande ne font pas l'unanimité des candidats. La situation laisse entrevoir la frustration de certains d'entre eux. Un débat hors délai.Les candidats à la présidentielle ont profité de la cérémonie prévue pour le tirage au sort de la répartition des temps d'antenne dans les médias publics durant la propagande, hier au siège de la Commission électorale nationale indépendante pour la transition (CENIT) à Alarobia, pour exposer leur frustration face aux règles du jeu des élections.Les débats ont été centrés sur la question des spots payants projetés à la télévision et la Radio nationale (TVM/RNM). « Cet agencement ne respecte pas l'égalité des candidats », a tonné Alain Tehindraza­narivelo, candidat à la présidentielle hier. Le programme élaboré conjointement par la CENIT et l'Office de la radio et de la télévision malgache (ORTM) prévoit que chaque prétendant à Ambo­hi­tsorohitra dispose d'une durée de trois minutes et trente secondes gratuite durant la période de propagande, et de trente minutes de débat contradictoire non payant opposant deux candidats durant la première moitié des trente jours de campagne. Les candidats ont également droit à une plage de trente secondes de spot, à raison de trois diffusions par jour durant toute la durée de la campagne, et de quinze minutes dans la seconde quinzaine de propagande, cette fois payantes. Les temps d'antenne payants ont été particulièrement décriés par les présidentiables. « Tous les candidats ne peuvent pas se permettre le luxe de payer des spots à la TVM et RNM », a scandé Roland Dieu Donné Rabea­rison dit Vahömbey, prétendant à Ambohitsorohitra. Patrick Raharimanana, lui aussi candidat, ironise en qualifiant la présidentielle d'« élection des riches ». Frustration Selon Johary Ravoaja­nahary, directeur général (DG) de l'ORTM, les médias publics ne peuvent pas passer outre les retombées financières de la campagne électorale. « Le statut des médias publics prévoit deux types de financement, une partie provient des subventions publiques et une autre de ses recettes propres. La TVM et la RNM vivent en grande partie grâce à cette dernière », a-t-il expliqué.  Jusqu'ici, le tarif des plages horaires payantes n'a pas été défini. « Nous allons essayer de trouver un consensus pour que les tarifs soient accessibles à tous », a tempéré Béatrice Atallah, présidente de la CENIT. Les propos de certains candidats à la présidentielle d'hier semblent refléter une frustration face à la démonstration de force que semblent afficher certains de leurs concurrents en cette période de précampagne. « Aucune loi ne régit la précampagne », aime à rappeler le DG de l'ORTM. Il n'y a pas non plus de texte qui fixe le plafond des fonds de campagne. Le fait que des candidats disposent d'une « avance » dans les médias publics, a particulièrement remonté les candidats. « Il faut réduire les temps d'antenne de ceux qui ont pris de l'avance », a lancé Julien Razafimanazato, prétendant à Ambohitsorohitra. La plupart des candidats à la présidentielle présents hier ont affirmé qu'il n'y a pas d'égalité de traitement au sein des médias nationaux. « En cette précampagne, les actualités concernant les candidats sont des actualités comme les autres. La seule condition est que les candidats invitent des journalistes de la TVM et RNM à couvrir leurs actions », a expliqué Harry Laurent Rahajason, ministre de la Communication. Les débats soulevés par les candidats semblent tardifs. En effet, le code électoral a été voté en 2012. De telles interpellations auraient dû avoir été faites durant l'élaboration et avant l'adoption du texte qui régit les scrutins.  Appel au boycott Certains candidats à la présidentielle appellent au boycott de l'initiative du Conseil de réconciliation malagasy (CRM), qui appelle à la signature d'une convention de réconciliation pour l'apaisement. La signature de cette convention est prévue se dérouler aujourd'hui au Centre de conférence international d'Ivato (CCI). Elle dispose des « engagements, des droits et obligations des candidats à la présidentielle avant, durant et après la présidentielle ». Patrick Rajaonary, candidat à la présidentielle s'est insurgé contre cette initiative. « Ce n'est pas à nous, candidat, de signer des engagements pour assurer le bon déroulement des élections. C'est à l'État, à la CENIT et la Cour électorale spéciale (CES) de signer une convention en ce sens. Si les scrutins ne se déroulent pas comme il se doit, ce sera à ces entités, conjointement, qu'incombent la responsabilité et non aux candidats », a-t-il tonné. Roland Dieu Donné Rabearison dit Vahömbey lui aussi est monté au créneau pour s'insurger contre l'initiative du CRM. « Je ne signerai pas de document pour fermer les yeux sur l'issue d'une élection qui, dès le départ, est boîteuse », a-t-il lancé à l'assistance à Alarobia hier, en ajoutant que « je n'assisterai pas à la cérémonie et appelle les  autres candidats à en faire de même ».  Kolorindra Garry Fabrice Ranaivoson
(Xinhua 12/09/13)
ANTANANARIVO, (Xinhua) -- 34 motos ont été octroyées par l'ambassade de Chine à Madagascar pour la Commission Electorale nationale indépendante pour la transition (CENIT), mercredi après-midi, dans le cadre de la réalisation de la mission électorale menée par cette entité. « A la demande de la présidente de la CENIT, Béatrice Atallah, et répondant à l'appel du Groupe International de contact pour Madagascar (GIC-M), nous essayons de faire tous nos efforts et tout notre possible pour aider la CENIT à bien organiser les élections », a indiqué l'ambassadeur chinois à Madagascar, Yang Min lors de la remise de ces dons. « Il y a quelques mois, mon prédécesseur a déjà offert à la CENIT 50 ordinateurs et aujourd'hui, nous allons...
( 12/09/13)
La République populaire de Chine a octroyé 19 vélomoteurs et 15 motocross à la CENI-T. L’ambassadeur de Chine, Yang Min a remis ces moyens de transport au président de la CENI-T , Atallah Béatrice, hier, à Alarobia. Une dotation qui rentre dans le cadre d’appui au processus électoral. Ces deux roues sont destinées notamment au déploiement des matériels de vote et surtout la collecte des résultats dans les zones enclavées. Recueillis par Dominique R.
(La Gazette de Madagascar 12/09/13)
Avant-dernière réunion des grands responsables de la Gendarmerie nationale pour le compte de cette année, hier et aujourd’hui encore au Toby Ratsimandrava (Andrefan’Ambohijanahary). Vouée entre autres objectifs majeurs à la recherche de moyens adaptés pour sécuriser le processus électoral de sortie de crise, en cours dans le pays. Mais également, compte tenu du phénomène de l’insécurité qui sévit sous plusieurs formes ces temps-ci, à la détermination de nouveaux dispositifs plus appropriés en matière de maintien de l’ordre et de la sécurité publique…« Ce qui est sûr, il est du devoir des forces de l’ordre dont la Gendarmerie de participer pleinement au processus de sécurisation de toutes les élections organisées jusqu’ici dans le pays. Aussi, pour celui en cours de mise...
( 12/09/13)
Les problèmes politiques et techniques s’intercalent pour s’accumuler sur le processus électoral. Après avoir surmonté les blocages liés aux candidatures compromettantes et à l’impression du bulletin unique, les parties prenantes sont confrontées aux soucis de confiance et à l’indignation de la plupart des candidats en course. La CENI-T se penche sur les préparatifs de la campagne électorale, tandis que le FFM essaye d’établir l’apaisement politique avant, pendant et après les scrutins. Les deux Institutions ont cependant fait l’objet de vives critiques des prétendants au siège de la Magistrature suprême depuis hier. Pour sa part, la CENI-T est pointée du doigt pour son inertie face aux infractions ouvertes du candidat Hery Rajaonarimampianina au Code électoral. Outre la diffusion de toute sa...
(Linfo.re 12/09/13)
Les préparatifs relatifs à l’organisation des élections vont bon train à Madagascar. Tout est fin prêt ou presque, à un mois du jour J, selon la presse locale, qui récuse tout risque de retard. A Madagascar, la préparation des élections se fait « lentement mais sûrement », révèle Les Nouvelles, soulignant que le plus gros du travail a d’ores et déjà été achevé. L’impression du bulletin unique bientôt bouclée, la liste électorale en cours de finalisation, les accessoires électoraux déjà fin prêts pour être acheminés vers les régions de l’île, la sécurisation des élections entre de bonne mains…Bref, la Cénit (commission électorale nationale indépendante pour la transition) se dit être prête à 90%, à un mois de la date fatidique...
( 12/09/13)
Le candidat de « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » a poursuivi hier à Imerintsiatosika sa campagne de sensibilisation à l’endroit des citoyens. L’ancien Grand Argentier continue sa tournée sur les hautes terres. Il était à Imerintsiatosika hier, jour de marché. Allant ainsi à la rencontre de la population car il se considère comme « le candidat de tous les Malgaches ». Y compris ceux issus du monde rural qui fait partie de ses priorités puisque l’agriculture constitue un volet important de son programme. D’où cette tournée au ras-du-sol qui a été marquée hier par une descente au marché. « Un lieu d’échanges, de commerce, de contact et de rencontre idéale entre les gens de tous les villages environnants »,...
( 12/09/13)
Après les régions de l’Itasy et du Bongolava, le candidat de l’association « Hiaraka Isika » est allé à la rencontre des membres de l’association du deuxième arrondissement, hier dans l’après-midi. Premier candidat à investir le lieu, la grande salle de l’Espace Kalimba s’est avérée exigüe pour contenir les riverains des 24 fokontany, venus lui présenter son soutien. Le candidat a été accompagné, à cette occasion par son directeur de campagne, Mamy Ratovomalala qui a d’ailleurs ouvert la série de discours. « Quatre points vitaux sont à retenir dès lors que vous évoquez le candidat de l’association ‘Hiaraka isika’. Tout d’abord, Albert Camille Vital est l’ancien Premier Ministre du gouvernement, connaissant donc les arcanes du système. Ensuite, il est connu...
( 12/09/13)
Le Pr Alain Tehindrazanarivelo, une des 109 personnalités sanctionnées pour avoir perpétré le putsch de 2009 ou pour en avoir tiré profit se voit en médecin pour guérir Madagascar. Ce candidat reconnait que la crise a miné le pays du plan économique au politique, en passant par le social. Alain Tehindrazanarivelo est convaincu de détenir la crise à travers les prochaines élections dans lesquelles il compte s’imposer. C’est d’ailleurs, en partie pour accroitre ses chances que ce candidat a été le premier à s’être dressé pour dénoncer les candidatures compromettantes à la Présidentielle. Il affirme qu’il dévoilera prochainement le projet de son parti Enina qui constitue la voie vers le développement tant espéré. Pour en donner un avant-gout, Alain Tehindrazanarivelo...

Pages