Jeudi 26 Avril 2018
( 16/09/13)
Alors que Marc Ravalomanana a annoncé samedi le soutien de sa mouvance au candidat Jean-Louis Robinson, le candidat Edgard Razafindravahy a fait le plein le même jour à Mahajanga. La force tranquille a choisi la Ville des Fleurs pour démontrer au monde entier qu’il est en mesure de concurrencer le poulain de l’ancien président en exil. Malgré l’interdiction faite aux maires de la région Boeny d’assister Edgard Razafindravahy, ces élus ont montré leur soutien à ce dernier. Ils étaient 72 à avoir manifesté leur adhésion à la cause de l’ancien PDS d’Antananarivo et contracté un « Dina » avec le candidat officiel du parti fondé par Andry Rajoelina. Lors de son passage à Mahajanga samedi dernier, le candidat Edgard Razafindravahy...
(NewsMada 16/09/13)
Les jeunes de la capitale ont eu l’honneur de rencontrer le président national du Mouvement pour la démocratie à Madagascar (MDM), Pierrot Rajaonarivelo, hier à Antsahamanitra. Une rencontre que ce dernier a saisie pour évoquer son attachement à cette catégorie de la population. Dans une brève allocution, Pierrot Rajaonarivelo a vivement remercié les jeunes qui sont venus à la rencontre initiée par la Coalition des jeunes alliés de « Mon ami Pierrot » dirigée par Andry Razakarivelo. Il a également profité de cette occasion pour évoquer la nécessité de donner du travail aux jeunes. Ces derniers constituent, selon lui, un socle du développement pour la IVe République. « Un vrai travail pour tous, c’est la mobilisation de toutes les forces...
(NewsMada 16/09/13)
A quelques jours de l’ouverture officielle de la campagne électorale, les Malgaches s’intéressent de plus en plus aux candidats à la présidentielle afin de mieux les connaître. Pour la journée d’hier, le président national du parti Mouvement pour la démocratie à Madagascar (MDM) Pierrot Rajaonarivelo a choisi Antsahamanitra pour son meeting dans le cadre de la précampagne. C’est dans un Antsahamanitra plein à craquer que « Tonton Sôla » a déclaré son intention à l’endroit de la jeunesse malgache. En effet, lors de son allocution, Pierrot Rajaonarivelo a mis l’accent sur la nécessité d’aider les jeunes, ces derniers constituant l’avenir du pays. « Ce n’est pas encore l’heure de la campagne électorale alors nous n’allons pas parler de la politique...
( 16/09/13)
Après le « Fihavanana tour », le candidat se lance dans le « Pique-nique Fihavanana ». Le poulain du MTS a inauguré un nouveau style dans le Grand Port en rencontrant autour d’un « nofon-kena mitam-pihavanana » la population venue de tous les Districts de la province de Toamasina qui représente d’ailleurs un véritable vivier de voix pour Roland Ratsiraka qui y a toujours obtenu 60% des suffrages. Une performance électorale qu’il compte renouveler voire améliorer le 25 octobre prochain. Et ce, à en juger par l’affluence monstre qui a envahi la plage des Pangalanes pour ces retrouvailles avec l’ancien maire élu et ex-député de la Ville. Roland Ratsiraka a esquissé quelques pas de danse devant une foule survoltée qui...
(La Gazette de Madagascar 16/09/13)
Après Moramanga, le candidat à la présidentielle du mouvement Hiaraka Isika Camille Vital a poursuivi sa tournée à Vavatenina, Fenerive-Est et Toamasina. L’ancien Premier ministre continue en effet de mobiliser les antennes de son association à la veille de l’ouverture de la campagne électorale. Si les proches d’Andry Rajoelina ont abandonné le candidat Camille Vital, celui-ci peut par contre s’appuyer sur d’anciens ministres comme Eric Razafimandimby (anciens ministre des Travaux publics de la Transition), Jaonina Mamitiana Jocelyno (ex-ministre de l’Agriculture de la Transition) et Fiankinana Rakotondrasoa (ex-ministre de l’Elevage sous Didier Ratsiraka). Les observateurs ont aussi remarqué la présence aux côtés de Camille Vital à Toamasina de l’ancien gouverneur de l’ex-Province de Toamasina Samuel Lahady et du général Randriafeno. Les...
(Tunisia IT 16/09/13)
Cisco a annoncé la promotion de David Meads au poste de vice-président pour l’Afrique, qui sera responsable des opérations de vente ainsi que de la stratégie novatrice de commercialisation à travers le continent. En outre, Sabrina Dar devient directrice générale de vente pour l’Afrique de l’Est (y compris le Kenya, la Tanzanie, l’Ouganda, le Rwanda et l’Éthiopie), et Dare Ogunlade, directeur général de vente pour le Nigéria le Ghana, le Libéria et la Sierra Leone. Un soutien pour le programme de transformation des gouvernements africains. En tant que vice-président de Cisco pour l’Afrique, Meads se concentre principalement sur la technologie de l’information et son rôle qui peut augmenter la productivité et la compétitivité des organisations et des nations, afin de...
(L'Express de Madagascar 16/09/13)
Le tribunal de première instance de Mahajanga, et particulièrement le bureau du Procureur de la Répu­blique Antoine, a été la proie d'un incendie dans la nuit de samedi, vers minuit. Le feu a dévoré au total cinq bureaux. Les pompiers de la région et ceux de la commune ur­baine de Mahajanga étaient sur place jusqu’à 3h 30 du matin pour circonscrire le feu. Les agents de sécurité de l’hôtel Coco Lodge, à côté, ont découvert l’incendie et ont appelé du secours. « Des étincelles ont été observées, puis des flammes ont jailli à travers les grilles de protection », a rapporté l’un des témoins. D’après le chef de la région Boeny, Saïd Jaffar Ahamad, le Procureur a eu le réflexe heureux de ramener les dossiers importants chez lui. « Des ordinateurs ont été calcinés, mais les disques durs ont pu être sauvés. La police judiciaire et celle scientifique prennent en main l’affaire », a-t-il expliqué à la presse, hier à son domicile. Relent d’essence Sur place, des agents de sécurité privées ont déblayé les débris et les restes des documents détruits par le feu. Le compteur installé dans le bureau du Procureur était également calciné. Une odeur d’essence se dégageait des décombres hier matin. La sécurité serait renforcée, d’après le chef de la région. « J’appelle au calme et à la sérénité. Des mesures ont déjà été prises », a-t-il rassuré. Le même incident s’était également produit à Miari­narivo, hier également. Vero Andrianarisoa
(La Gazette de Madagascar 16/09/13)
Le directeur général de la Secren, Ntsay Abel, vient de relever un des paris qu'il a lancés, celui de mettre en place un Centre de formation technique et professionnelle (CFTP) afin de préparer des ouvriers qualifiés et certifiés en guise de relève et pour que ladite société soit compétitive. Samedi dernier, des membres du gouvernement dont le ministre de l'Enseignement technique et de la formation professionnelle, Ndremanjary Jean André, celui de la Communication, Harry Laurent Rahajason et non moins membre du conseil d'administration de la Secren, celui des Sports, Gérard Botralahy et les autorités civiles et militaires de la localité conduites par le chef de Région Diana, ont honoré de leur présence l'inauguration de cette nouvelle école, situé dans le...
( 16/09/13)
L’arrivée de la haute saison touristique s’est décalée un peu de 15 jours en raison des doutes sur les élections à Madagascar.Tous les acteurs opérant dans le secteur du tourisme commencent actuellement à en tirer profit.La preuve, « le taux de remplissage de nos avions aussi bien pour les vols long courriers que les vols intérieurs affiche complet jusqu’à la fin de ce mois de septembre », a déclaré Hugues Ratsiferana, le directeur général de la compagnie aérienne Air Madagascar à la presse. 57 aérodromes. Parlant des vols intérieurs, la compagnie aérienne nationale exploite 57 aérodromes sur les 132 recensés au niveau de l’Aviation Civile de Madagascar, suite à une évaluation. Dans la même foulée, « Air Madagascar est le...
(Le Potentiel Online 16/09/13)
Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies et Secrétaire exécutif de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), soutient dans la présente réflexion que « l’Afrique peut inventer : brûler les étapes dans des domaines inattendus ». Il suffit d’ouvrir un magazine ou un journal à grand tirage pour en apprendre sur les innovations qui déferlent sur l'Afrique, du M-Pesa, service de transfert d'argent par téléphone mobile inventé au Kenya et qui a révolutionné les pratiques bancaires en Afrique, au Square Kilometer Array, le plus grand et le plus puissant radiotélescope jamais construit au monde, qu’abrite l’Afrique du Sud. On est bien loin d’un sentiment largement répandu! Ces réalisations africaines constituent-elles une surprise? Pas vraiment! L’Afrique a la...
(Gabon Eco 16/09/13)
Les différents présidents des institutions de lutte contre la corruption du continent africain se réunissent depuis ce lundi 16 septembre au Ghana. Cette rencontre vise à créer une association africaine de lutte contre la corruption dénommée l’Association des Institutions Africaines de lutte contre la Corruption (AAACA en anglais).En juin 2011, le président du Burundi Pierre Nkurunziza, lançait un appel aux Etats africains. Il exhortait ces derniers à « devenir un groupe d’Etats contre la corruption, afin d’assurer une surveillance constante et réciproque entre les Etats membres dans la lutte contre la corruption et les infractions connexes ».« Le caractère international du phénomène de la corruption montre qu’il ne peut y avoir de développement sans efforts conjugués des Etats car l’isolement...
(La Gazette de Madagascar 16/09/13)
En réduisant de 98% la production et l'importation des substances qui appauvrissent la Couche d'Ozone. A cet effet, plusieurs activités sont déployées pour conserver l'humanité et son environnement. En fait, la Couche d'Ozone joue le rôle protecteur de l'Homme et de la Biodiversité contre les rayons Ultra-violets (UV). En effet, la vie sur terre est sauvegardée par une mince couche gazeuse située entre 10 et 40 km au-dessus de la surface de la terre appelée couche d'Ozone qui agit comme un parapluie et protège la terre contre les niveaux élevés de rayons UV nocifs du Soleil. La plupart des rayons UV, absorbés par la Couche d'ozone, n'atteignent pas la surface de la terre. Sans la protection de l'ozone, la vie...
(AFP 15/09/13)
NICE - Les Jeux de la Francophonie s’achevaient dimanche à Nice, après dix jours d’épreuves qui ont attiré un public inégal, plus intéressé par les concours artistiques que par les épreuves sportives qui se déroulaient sur des sites excentrés et sans réelles têtes d’affiche. La ministre déléguée chargée de la Francophonie, Yamina Benguigui a, peu avant la cérémonie officielle de clôture, déploré ce manque d’engouement du public et la faible audience médiatique de cet événement auquel participaient "2.749 compétiteurs" issus de 54 nations, selon les derniers chiffres fournis par les organisateurs. Selon la ministre, "il n’y a que la France", parmi les 77 membres de l’Organisation internationale de la Francophonie, "qui ne prend pas conscience de l’importance de ces grandes...
(AFP 15/09/13)
PARIS, 15 septembre 2013 (AFP) - Le dénouement approche dans la zone Afrique des qualifications pour le Mondial-2014 avec le tirage au sort lundi au Caire des barrages entre les dix dernières équipes encore en lice, qui s'affronteront en matches aller-retour pour décrocher les cinq billets disponibles pour le Brésil. Il y a eu un nouveau rebondissement jeudi avec la sanction frappant le Cap-Vert pour avoir aligné un joueur suspendu. Initialement qualifié pour ces barrages, le Cap-Vert a finalement dû laisser sa place à la Tunisie. Cette dernière se retrouve même tête de série, puisque selon le règlement de la Fifa, les cinq équipes les mieux placées au dernier classement de la fédération internationale sont protégées. Les cinq têtes de...
(L'Express de Madagascar 14/09/13)
La mouvance Ravalomanana est de nouveau à l'épreuve. Sa valse-hésitation sur sa position face aux échéances électorales continue. Cette fois-ci, elle n'a plus le temps de tergiverser. Une décision encore repoussée. L'ancien président Marc Ravalomanana fait machine arrière dans son intention de soutenir le candidat Jean-Louis Robinson à la présidentielle à la suite d'une réaction négative d'une partie des dirigeants de sa mouvance sur la question. « Nous allons discuter et nous ferons part de notre décision le moment opportun », a indiqué Marc Ravalomanana à la presse au téléphone hier à Ampandrana. « L'avis est partagé », a poursuivi l'exilé en Afrique du Sud, pour répondre à la question concernant une participation ou non de la formation politique à la présidentielle. L'ancien Chef de l'État concède à demi-mot l'éventualité d'un soutien au candidat Jean-Louis Robinson à la course à la magistrature suprême. « Il a travaillé avec moi. C'est un docteur et il connaît les maux qui rongent le pays (…) Mais pour l'instant, il n'y a pas encore de décision définitive », tempère-t-il. Selon certaines indiscrétions, Marc Ravalomanana a fait part de son choix à ses partisans quelques minutes avant la conférence de presse. Il a indiqué sa résolution de soutenir Jean-Louis Robinson lors du « sommet », regroupant les dirigeants, mem­bres du gouvernement et parlementaires issus de la mouvance son choix.  Équilibre fragile L'annonce a provoqué une levée de boucliers parmi l'assistance, d'où la machine arrière de l'ancien Président pour préserver l'équilibre fragile de son camp. Au-delà du choix d'homme, c'est l'idée d'aller aux élections dans les conditions actuelles qui provoque la réaction. « Certains sont déçus de l'annonce car ils s'attendent à une autre décision », confie un des dirigeants au sein de la mouvance.  Il fait référence au maintien de la position de la formation politique de ne soutenir aucun candidat à la présidentielle après l'évic­tion de la candidate Lalao Ravalomanana, afin de garder une cohérence dans le discours de la mouvance. Au pied du mur, la mouvance de l'ancien Président, se trouve dans l'obligation de trancher au plus vite. Elle n'a plus beaucoup de marge de manœuvre après un nouvel échec à la suite du refus sans surprise du Sommet de la Troïka du 11 et du 12 septembre de repousser les élections. « Nous n'avons plus le choix. Il faut aller aux élections car l'alternative offerte par le Conseil œcuménique des églises chrétiennes de Madagascar (FFKM) pour jouer le rôle du médiateur n'est plus fiable », soutient un parlementaire. Mamy Rakotoarivelo, le chef de délégation, tente d'arrondir les angles. « La primeur de la décision sera accordée aux militants lors du rassemblement au Magro », avance le président du Congrès, pour expliquer la volte-face d'hier. « Une nouvelle intervention du président [Marc Ravalomanana] est attendue à Behoririka demain (NDLR. Aujourd'hui). Il va confirmer ou infirmer l'annonce d'aujourd'hui (NDLR. hier) », croit savoir une source au courant du dossier.  Communiqué controversé Confusion sur confusion. Signe de panique ou divergences, un communiqué électronique attribué à Lalao Ravalomanana a été diffusé sur le net au moment de la conférence de presse de son époux. Ce communiqué rapporte son soutien à Jean-Louis Robinson à l'élection présidentielle après son éviction à la course à la magistrature suprême. Or, Marc Ravalomanana vient de faire part de l'absence de décision de sa mouvance sur la question. Henri Roger Ranaivoson, un des responsables du Comité de soutien à Lalao Ravalomanana (KMNR), réfute l'authenticité du document. Guy Rivo Randrianarisoa, porte-parole de la mouvance, confirme la déclaration de l'ancien chief of staff à la Présidence et décline toute responsabilité dans l'affaire...
( 14/09/13)
La mouvance Ravalomanana n’a pas encore décidé de participer ou non à l’élection présidentielle de ce 25 octobre 2013. Les avis au sein de la mouvance demeurent encore partagés et des pourparlers sont encore en cours. La réunion des composantes de la mouvance Ravalomanana de ce vendredi 13 septembre 2013 n’a pas porté les fruits escomptés par les militants et partisans de la mouvance. Intervenant en direct au téléphone lors de cette réunion qui s’est tenue au siège de la mouvance à Bel Air, Marc Ravalomanana n’a pas donné de directives claires relatives à un soutien ou non à un candidat à la présidentielle. Jusqu’à aujourd’hui, la mouvance est plutôt contre l’organisation d’élection car son candidat a été écarté par...
( 14/09/13)
Le KMF/Cnoe admet qu’aucun texte de loi ne régit aujourd’hui la période de précampagne électorale, aussi il est important qu’après les élections de cette année 2013, on puisse accoucher un texte à ce sujet. En attendant, les candidats qui disposent de gros moyens et leur staff se livrent à des meeting-spectacles et des discours, dans lesquels pourtant beaucoup s’empêchent de revendiquer expressément les votes de citoyens. Pour l’instant non plus, ils s’interdisent de distribuer quoi que ce soit à l’assistance sauf aux quelques membres des groupes de soutien dans les localités visitées. Car ils ne sont pas rares à effectuer des tournées dans les régions et districts ; on citera les plus médiatiques tels, Hajo Andrianainarivelo et son groupe ou...
(L'Express de Madagascar 14/09/13)
Les textes en vigueur sont incomplets pour contrôler le financement de la cam­pagne électorale. Les candidats ne jouent pas le jeu de la transparence. Pour une meil­leure transpa­rence électorale. L'Obser­vatoire de la vie publique (Sefafi) réclame la mise sur pied d'une structure pour scruter à la loupe le financement de la campagne électorale des candidats à la course à la magistrature suprême. « La création d’une commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques semble plus urgente que jamais », réclame l'Observatoire dans le communiqué publié hier. « Malgré les multiples demandes du Sefafi, pas une seule réforme concrète du  financement des partis n’a vu le jour », a-t-il déploré. L'Observatoire ne croit pas à l'annonce « à grand renfort de publicité » faite par le Service de renseignement financier (Samifin). Il considère la promesse de passer à la loupe les finances des candidats à la présidentielle comme étant destinée à « jeter de la poudre aux yeux des citoyens ». « La loi ne prévoit ni plafond au financement, ni sanction contre les transgresseurs », fustige-t-il. Le code électoral indique que les « règles applicables au financement des campagnes électorales et à l’utilisation des dépenses y afférentes sont fixées par la loi sur les partis politiques ». Or, cette loi reste muette sur le sujet. Elle affirme seulement que « des contrôles périodiques seront effectués sur les comptes de gestion des partis et ce, par le biais des juridictions financières », sans autres précisions. Elle soutient que « les modalités d’application du présent article seront précisées par voie règlementaire. » Ce qui n'est pourtant pas le cas.  Refus de transparence  Le Contact et actions pour l'effectivité de l'État de droit (CAEED), regroupant des jeunes juristes, avait soulevé la nécessité de la mise en place d'un compte bancaire unique pour les partis, pour mieux contrôler leur mouvement financier. Il avait insisté sur l'utilité de la publication des actes réglementaires pour mieux appliquer les textes en vigueur au mois de mars. Mais le ministère de l'Intérieur s'est contenté de faire part de l'adoption par vagues des textes et le projet de convention avec le Samifin. Un projet de convention qui n'est pas encore signé jusqu'à maintenant. Les candidats à l'élection présidentielle refusent de jouer le jeu de la transparence. Hery Rajaonari­mam­pianina affirme par exemple qu'il est encore à la recherche de fonds, tandis que Hajo Andrianainarivelo évoque une participation familiale dans le financement de sa campagne. Le candidat Patrick Raha­ri­manana joue sur ce registre pour se faire entendre. « Nous revendiquons la transpa­rence dans le financement de la campagne électorale et nous serons vigilants sur le dossier. Nous n'acceptons pas qu'on brade le pays », avertit-il sans préciser les moyens mis en œuvre pour y arriver. Pour ce qui est de la gestion de la période précédant la campagne, le sujet reste également sur la table sans qu'il y ait de solution pour la baliser. Selon certaines indiscrétions, la question a été posée au cours de la réunion du Comité de pilotage du Projet d'appui au cycle électoral à Madagascar (Pacem), entre les responsables électoraux, le gouvernement et les partenaires techniques et financiers. Norbert Ratsiraho­nana, conseiller spécial de Andry Rajoelina, président de la Transition, aurait expliqué que le flou sur le texte est fait d'une intentionnelle,  selon une source présente à Alarobia.  Iloniaina Alain
(La Gazette de Madagascar 14/09/13)
Les observateurs de la vie politique sont restés bouche bée en lisant dans les journaux d'hier une interview d'Erick Rabeharisoa, membre du bureau national de coordination du Leader Fanilo, affirmant que " cinq ou six candidats nous ont sollicité. Notre choix s'est porté sur Hery Rajaonarimampianina". Cela étonne puisque le conseil national du parti Leader Fanilo du début du mois de mai a choisi de soutenir la candidature de Camille Vital… En effet, à défaut d'un congrès national, le parti présidé par Jean-Max Rakotomamonjy a choisi de tenir un conseil national pour discuter de la position à tenir face aux élections. Aussi, à l'issue de la réunion, le bureau national de coordination du Leader Fanilo a-t-il annoncé que le parti...
(La Gazette de Madagascar 14/09/13)
La conquête du pouvoir doit toujours passer par la conquête de l’électorat. Pour ce faire, chaque candidat à la présidentielle devrait mobiliser ses partisans pour qu’ils travaillent au bénéfice du mouvement. C’est en effet la stratégie qu’ont adopté quelques candidats dont fait partie Camille Vital. Après avoir sillonné le Nord – Ouest pour mobiliser ses troupes, pour cette semaine, le candidat du Hiaraka Isika Camille Vital a mis le cap sur la côte Est de la Grande Ile… Après avoir visité Manjankandriana, l’ex-Premier ministre Camille Vital a inauguré son quartier général à Moramanga à l’hôtel Bezanozano. Après s’y être entretenu avec les membres de l’association Hiaraka Isika, le candidat Camille Vital a rejoint le stade foot où une foule immense...

Pages