Lundi 25 Septembre 2017

Rapport du YLTP: un constat amer !

Rapport du YLTP: un constat amer !
(La Gazette de Madagascar 17/03/17)

Par les temps qui courent, nombre de pays amis viennent à nos chevets, surtout après le passage du « prétendu » cyclone Enawo. Mais ce qui fait défaut, c’est l’absence, le silence de beaucoup de nos élites. Toutefois, des organismes non gouvernementaux, des associations d’intellectuels militent pour promouvoir le pays, notamment sa démocratie. Leurs actions méritent considérations.
Ainsi, YLTP (Yourth Leadership Training Program), sous l’égide de Friedrich Ebert Stiftung, fait tout son possible dans ce sens. Hier, en effet, il a dressé un rapport accablant sur l’état en général de Madagascar (lire ci-dessous). Un rapport qui ne mérite pas d’être commenté au risque de dénaturer les constats qu’YLTP décrit clairement et avec objectivité…

« Les dernières années, les derniers mois et semaines nous rappellent chaque jour que le travail de démocratisation ait besoin de démocrates, de femmes et hommes et surtout de jeunes responsables qui respectent les valeurs comme le dialogue, le pluralisme, la liberté, le respect de la parole donnée, le respect des règles de jeu, ainsi que le respect des autres.
Nous sommes encore habitués à croire et à nous soumettre à des leaders. Le leader de son côté se considère comme un raiamandreny envers son équipe, envers les citoyens ou envers la population. Il pense ainsi détenir toujours la vérité, avoir le dernier mot, et sanctionner… Et les choses se compliquent encore plus lorsque d’autres facteurs comme l’origine ethno-régionale, les tendances religieuses, les castes, les différents rapports socio-économiques et tendances politiques entrent en jeu.
C’est de s’autoréguler, c’est-à-dire être capable d’utiliser différents styles de leadership adaptés à différentes situations : être leader selon les valeurs du YLTP n’est pas toujours et seulement diriger ou donner des « baiko », c’est aussi convaincre, se concerter ou déléguer… selon les situations.

L’autre défi, c’est de résister aux tentations des réseaux clientélistes, centres de corruption, de l’Etat de non-droit et de l’injuste.
Nous, XIIIème promotion du YLTP, sommes animés par la ferme conviction que les jeunes ont un rôle majeur à tenir dans le développement socio-économique de ce pays qui nous est cher. Aussi, nous ne nous défilerons pas face à nos responsabilités… En effet, pour reprendre la citation de Brecht Berthold « Si tu ne participes pas à la lutte, tu participes à la défaite », affirme Marceda Niriniavisoa de la nouvelle promotion 2017. Ulrichia Rabefitiavana de la promotion sortante 2016 confirme dans son discours de passation de fanion : « Il est de notre responsabilité de faire des choix, le choix d’arrêter de nous plaindre et de prendre nos responsabilités, le choix d’arrêter de nous chercher des excuses comme les dirigeants successifs de ce pays… »
Voilà une leçon, voire une raclée, adressée à nos hommes au pouvoir et aux hommes de pouvoir.

Recueillis par Franck Raharison

Commentaires facebook