Lundi 29 Mai 2017

Passage du cyclone Enawo: les enfants doublement sinistrés

Passage du cyclone Enawo: les enfants doublement sinistrés
(Madagascar Tribune 20/03/17)

Le bilan laissé par le cyclone Enawo s’alourdit de jour en jour. Derniers chiffres 81 morts, 18 disparus et près de 425 000 sinistrés, selon le BNGRC (Bureau national de gestion des risques et des catastrophes naturelles). Au moins 700 écoles détruites en totalité ou partiellement, 2 000 salles de classes en attente de réparation et qui laissent pas moins de 60 000 enfants sans cours. Sans oublier les écoles publiques occupées par les sinistrés qui privent les élèves de ces établissements de cours. Les enfants des sinistrés et des déplacés sont déjà privés d’école par la force des choses.

Autant de problèmes qui affectent lourdement les enfants notamment ceux des écoles publiques. Déjà qu’ils ont un faible niveau par rapport aux élèves des écoles confessionnelles ou privés, en plus ils ne peuvent pas jouir de cours pour ces nombreuses raisons, soit ils vont abandonner l’école trop tôt, soit ils vont accumuler leur retard scolaire. L’UNICEF vient de faire parvenir des matériels pour faire face aux urgences. Des tentes pour des écoles temporaires et des kits scolaires seront distribués dans les régions sinistrés en plus des médicaments contre le paludisme et la diarrhée, maladies qui font des ravages actuellement. Par contre, des pompiers réunionnais censés avoir été déployés à Madagascar au lendemain du cyclone Enawo sont rentrés bredouilles.

Selon le quotidien réunionnais Journal.re, ils étaient parmi les premiers à réagir et à proposer leurs expertises. Ils ont débarqué à Madagascar avec 4 tonnes de matériels pour porter secours et venir en aide aux sinistrés dans la zone côtière Nord-est de la Grande île. Les 70 pompiers réunionnais étaient arrivés à l’aéroport d’Ivato à Antananarivo et voulaient rejoindre directement leur région d’intervention mais ils ont été obligés de retourner chez eux avec leurs 4 tonnes de matériels destinés aux sinistrés. En effet, le gouvernement malgache a demandé à ce que les aides soient déposées à Antananarivo et non pas directement sur la zone des sinistres. Les pompiers réunionnais ont attendu une autorisation de la part de leur hiérarchie diplomatique, mais cette dernière s’est tut également car Madagascar n’a pas envoyé une demande officielle. Ils sont donc rentrés bredouilles de cette mission… Deux détachements avaient fait partie de ce groupe : 40 personnes pour aller au plus près des sinistrés et 30 personnes pour le secours médical.

Commentaires facebook