Vendredi 23 Juin 2017

Médias sociaux: dernier espoir du régime Rajaonarimampianina

Médias sociaux: dernier espoir du régime Rajaonarimampianina
(La Gazette de Madagascar 19/05/17)

Le service communication de la présidence de la République de Madagascar est en train de remuer ciel et terre pour trouver de nouvelles façons d’intéresser le public. Quand les discours en public ne font plus leurs preuves et que la population ne se laisse plus berner par les paroles sans suite composées de promesses vides, il est temps de trouver un angle plus « technologique » afin de cibler certaines catégories de personnes, notamment ceux qui peuvent partager le plus vite une information.

Sur YouTube, ils ont choisi « Fotoam-bita » comme nom pour la chaîne présidentielle. Des vidéos de 5 minutes y sont publiées à chaque fin de semaine pour une « retrouvaille » entre le président et le public. Mais en réalité, cela ne se passe pas comme on le prétend. En effet, les vidéos sont tournées quelques jours ou parfois quelques heures avant le jour de « l’upload » et ce sont les techniciens qui se chargent de les diffuser. Ce n’est qu’une transmission à sens unique où le président dit ce qu’il a à dire devant la caméra avant de laisser le reste du travail aux employés de son service de communication. En principe, les réseaux sociaux ont été créés pour s’échanger et dans ce cas précis, améliorer l’interactivité entre les dirigeants et les « dirigés ». Cependant, il a été remarqué qu’aucun commentaire, la seule option qui permettrait de vraiment parler au Président, n’a eu de réponse. C’est à se demander si le président prend la peine de les lire. Cette tentation de faire croire à une envie d’échanger et de parler est un échec qui se vérifie par le nombre de commentaire négatif et de pouce à l’ envers (qui signifie littéralement : j’aime pas). « Fotoam-bita », ce n’est qu’une version technologique des vieux discours ennuyants où il fallait payer les gens pour y assister.

En dehors de YouTube, la page Facebook de la présidence est également en train de s’enflammer. Les publications quotidiennes sont diffusées sur presque tous les groupes Facebook les plus célèbres, même les groupes de vente en ligne. Les contenus de ses publications sont souvent axés sur des sujets monotones qui n’intéressent plus vraiment le public. Des sujets qu’on voit déjà à longueur de journée sur les chaînes de télévision pro-régime.

A quelques mois des élections présidentielles, on bouge du côté de la communication à Iavoloha. Cependant, à force de trop bousculer les choses, ils ont oublié que le contenu était plus important que le contenant. La qualité des vidéos est certes impeccable, mais parler pour ne rien dire dans une vidéo haute définition de 5 minutes, c’est comme parler dans le vide. Personne ne s’intéresse au visage du président même s’il est filmé en 1080p avec le meilleur des caméras. Ce qui intéresse avant tout, c’est ce qu’il a à dire. Toutes ces tentatives d’approche par les médias sociaux ne sont que pur échec pour l’instant. Le président ne s’est pas lancé trop tôt ni trop tard dans cette nouvelle stratégie, il n’a juste pas les moyens nécessaires pour convaincre. Ceux qui l’ont convaincu de se lancer ont eu une bonne idée mais ont oublié de prendre en compte le facteur « argumentation », élément clé de la réussite des chaînes YouTube les plus célèbres du moment. Avant de se lancer dans ce projet, ils auraient dû penser plus localement en adoptant une stratégie qui cible avant tout la grande majorité de la population avec des moyens qui pourraient vraiment générer un dialogue réel entre les dirigeants et la population. Un moyen qui permettrait à la population de donner son avis et de savoir que le président en personne les écoute et essaye de les répondre. Pour l’instant, il n’y a que 10 milles personnes parmi les 25 millions de malgaches qui regardent ces vidéos.

En tout cas, heureusement qu’il y a toujours la presse écrite pour équilibrer les choses car comme on le sait, l’écrit reste.

T.Berado

Commentaires facebook