Madagascar: les «karanas» cibles privilégiées des kidnappeurs | Africatime
Samedi 29 Avril 2017

Madagascar: les «karanas» cibles privilégiées des kidnappeurs

Madagascar: les «karanas» cibles privilégiées des kidnappeurs
(RFI 19/04/17)

A Madagascar, l'enlèvement d'un jeune Français d'origine indienne, mardi 11 avril 2017 dans la matinée, a suscité l'indignation. Un rassemblement de soutien à la famille de l'adolescent de 16 ans s'est déroulé le jeudi 13 avril. Une première dans le pays. Pourtant, les enlèvements de Français d'origine indienne sont y courants. Ces personnes d'origine indo-pakistanaise, appelées Karanas à Madagascar, n'ont généralement pas la nationalité malgache, bien que résidant dans le pays depuis plusieurs générations. Beaucoup d'entre eux ont en fait la nationalité française. Dans un communiqué, le Collectif des Français d'origine indienne de Madagascar (CFOIM) a dénoncé « la violence croissante » visant leur communauté. Depuis 2010, 90 d'entre eux ont été enlevés.

Propriétaires de quincailleries, de bijouteries ou encore chefs d'entreprises dans l'import-export, les Karanas sont très actifs dans l'économie du pays. Leur réussite suscite la convoitise, notamment celle de gangs criminels qui ont fait des enlèvements de membres de la communauté indienne leur gagne-pain.

La communauté karanas manque de soutien, comme l'explique une professionnelle du milieu médical qui souhaite rester anonyme. Elle voit défiler dans son cabinet ces victimes d'enlèvement et constate « une vraie souffrance psychologique. Il y a des actes de violence physique, des humiliations. A titre d’exemple, la dernière personne que j’ai reçue, les kidnappeurs lui disaient que c’était bien fait pour lui parce qu’il était riche ».

Commentaires facebook