Lundi 24 Juillet 2017

Madagascar: après le passage du cyclone Enawo, l'Unicef au secours des enfants

Madagascar: après le passage du cyclone Enawo, l'Unicef au secours des enfants
(RFI 18/03/17)
Un avion de l'Unicef a atterri le 17 mars sur le tarmac de l'aéroport d'Ivato, au nord d'Antananarivo, avec à son bord près de 80 tonnes d'aide humanitaire. © Laetitia Bezain/RFI

A Madagascar, 700 écoles à reconstruire après le passage du cyclone Enawo. Et des milliers d'élèves privés d'école. Dans le même temps, le bilan du passage du cyclone continue de s'alourdir : 81 morts, 18 disparus et près de 425 000 sinistrés, d'après les derniers chiffres du BNGRC, le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes naturelles. Les enfants subissent de plein fouet les conséquences du cyclone.

Plus d’une semaine après le passage d'Enawo, impossible de reprendre le chemin de l'école pour près de 60 000 élèves de la Grande Île. Inondées, endommagées ou totalement détruites, 2 000 salles de classes sont en attente de restauration indique le ministère de l'Education.

Mercredi, le gouvernement a fait officiellement une déclaration de sinistre national. Une déclaration qui permet de débloquer les fonds des partenaires internationaux.

Vendredi matin, c'est un avion de l'Unicef, avec à son bord près de 80 tonnes de ravitaillement humanitaire qui a atterri sur le tarmac de l'aéroport international d'Ivato, au nord de la capitale, Antananarivo. Une aide surtout destinée aux enfants.

Ce sont eux les premières victimes du cyclone explique Matthew Conway, porte-parole de l'Unicef à Madagascar. « Ce sont les enfants qui sont les plus vulnérables et qui ont le moins de moyens de faire face aux urgences. Des centaines d’écoles ont été soit endommagées, soit détruites complètement. Alors, voilà, nous avons des tentes pour des écoles temporaires et des kits scolaires. Ce qui nous inquiète le plus c’est le risque de transmission de maladie, alors il y a des médicaments, surtout contre le paludisme et la diarrhée. »

Une aide distribuée dans les prochains jours par les équipes du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes naturelles dans le nord-est du pays et surtout dans la région de Sava, où 330 écoles ont été détruites.

Commentaires facebook