Littérature Malagasy: Salon du livre à Mahajanga | Africatime
Lundi 24 Avril 2017

Littérature Malagasy: Salon du livre à Mahajanga

Littérature Malagasy: Salon du livre à Mahajanga
(Madagascar Tribune 20/03/17)

Le salon du livre est un événement attendu par les passionnés de littérature à Mahajanga. Cette année, le rendez-vous du 13 au 18 mars 2017 à l’Alliance Française de Mahajanga a vu la participation des libraires, des bibliothécaires, des éditeurs et des auteurs. L’amour du livre, l’amour de la lecture et de la littérature ont été partagé avec les visiteurs et surtout avec les enfants à travers différentes manifestations. Des conférences sur la chaîne du livre par les auteurs et les éditeurs, des séances de « racontation » (contes improvisés par les enfants à partir de dessins choisis au hasard) par la Bibliothèque Municipale de Mahajanga, des rencontres avec les lauréats des concours de romans et de nouvelles organisés lors du XVIème sommet de la Francophonie, ont été au programme de ce salon du livre de Mahajanga.

Lecture sur place, vente et découverte ont marqué les journées. En particulier pour la SYNAEL (Synergie nationale des auteurs, éditeurs et libraires) qui a choisi de visiter les écoles pour une animation auprès des collégiens et des lycéens afin de perpétuer cet amour du livre et pourquoi pas la découverte des écrivains en herbes et des futures auteurs de la région. Le lycée Philibert Tsiranana, le lycée Antanamalandy, le collège français, le collège Charles Renel, le CEG Mahabibo, le CEG Belobaka, l’EPP et le CEG et des Ampitolova ont pu avoir cet honneur. Les Mpikabary, les poètes ainsi que les animateurs de radio ont éveillé la curiosité des enfants et des jeunes sur la littérature et les livres à travers différentes formes d’amusement comme les chants, les contes, les poèmes, les « Ankamantatra » ou devinettes et divers jeux de la culture Malagasy.

« On a encore de l’espoir que les gens puissent s’intéresser aux livres, vu leur engouement et leur curiosité quand ils voyagent à travers les stands. Oui, l’écrit n’a pas encore perdu sa place auprès de la génération actuelle, seulement, il faut préserver et regrouper toutes les forces, de plus que cette génération a un goût particulier. » nous confie un des libraires participants.

Commentaires facebook