Mardi 21 Novembre 2017

Justice: Mamy Ravatomanga dans la tourmente

Justice: Mamy Ravatomanga dans la tourmente
(Madagascar Tribune 10/08/17)
Le milliardaire Mamy Ravatomanga.

Le milliardaire Mamy Ravatomanga semble se trouver dans le collimateur de la justice française et malgache. Une perquisition a eu lieu au siège du Groupe Sodiat du milliardaire Mamy Ravatomanga en raison notamment de soupçons de blanchiment d’argent. Ses résidences à l’extérieur, plus particulièrement en France, auraient également fait l’objet de perquisition. Le SAMIFIN (bureau chargé de la lutte contre le blanchiment d’argent) se trouve en première ligne dans cette affaire. Selon des sources auprès du dossier, le régime en place aurait décidé de lancer ou de faire lancer des audits internationaux contre ce milliardaire et l’ancien leader de la Transition Andry Rajoelina. L’objectif pourrait être de les empêcher de se présenter en position de force à la prochaine élection présidentielle. Notons que le milliardaire est le principal soutien financier de l’ancien homme fort de la Transition.

Or, d’après les déclarations d’Andry Rajoelina, c’était le milliardaire qui lui aurait présenté Hery Rajaonarimampianina et l’aurait (presque) imposé à le nommer au poste clé de ministre des finances. Depuis, ce dernier est devenu Chef de l’État mais reste à savoir si un audit international neutre ne pourrait pas aboutir jusqu’aux actuels tenants du pouvoir.

Notons également que l’autre milliardaire Claudine Razaimamonjy, proche du parti au pouvoir HVM, lors de son entretien téléphonique musclé avec un agent du BIANCO (Bureau indépendant anti-corruption) avait martelé que Mamy Ravatomanga serait derrière tout cela et qu’il fallait aussi s’en prendre à lui.

Quant au rôle de la justice française dans cette affaire, il s’expliquerait par le fait que le milliardaire disposerait de biens dans l’hexagone et détiendrait également des comptes offshores. Mamy Ravatomanga a figuré dans la liste des « Panama Papers » en tant qu’actionnaire de la société « Essential Time Group limited » enregistrée aux Iles Vierges britanniques. On se souvient également que son nom avait été cité comme impliqué dans des trafics de bois de rose par un certain Patrick Zakariasy qui avait toutefois par la suite écopé de mois de prison pour diffamation et accusation sans fondement.

Commentaires facebook