Vendredi 22 Septembre 2017

Conjoncture : Le SECES interpelle l’État

Conjoncture : Le SECES interpelle l’État
(Madagascar TV 12/09/17)

L’insécurité grandissante, les litiges fonciers… autant de préoccupations généralement dénoncées par les organismes et entités de tout-bords. Le SECES, lui aussi, sort du silence pour exprimer sa propre inquiétude.

Force est de constater que Madagascar se trouve de jour en jour dans une situation délicate et déloyale. Le Syndicat des enseignants chercheurs et chercheurs enseignants (SECES) ne cache pas son inquiétude quant à l’insécurité grandissante. La population ne se fie plus aux Forces de l’ordre et la majorité vit dans l’extrême pauvreté. Le Syndicat dénonce également la non-transparence de la gouvernance.
Dans un communiqué, le SECES indique qu’il est primordial que tous les premiers responsables concernés prennent des dispositions efficaces. Ainsi, le SECES tient-il à interpeler l’Etat sur la conjoncture socio-économique actuelle. L’obligation de l’Etat, d’après lui, est de faire respecter le droit et la liberté d’expression de chaque citoyen, ainsi que la sécurité nationale tant dans les milieux urbains que ruraux, et d’appliquer la loi pour tous.

Le SECES réclame, par ailleurs, le rapatriement de ceux qui se sont exilés pour des affaires judiciaires, ou incriminés dans des détournements des fonds publics. Il réclame, enfin, la poursuite des auteurs de trafics des richesses nationales.
En abordant le cas des litiges fonciers, le SECES a mis l’accent sur la révision de la loi sur la propriété foncière et le code minier, afin de lutter contre les mauvaises pratiques. Il a évoqué les litiges fonciers qui se sont produits dans plusieurs localités de Madagascar, telles qu’à Soamahamanina, à Marolambo… Les lois sur l’exploitation minière et le droit de propriété foncière devront être connues du public.
Sur le plan politique, le SECES réclame un conseil de concertation national sur la révision de la Constitution et le code électoral en vue d’élections crédibles, fiables et acceptées par tous.

Jemima

Commentaires facebook