Samedi 22 Juillet 2017

Conférence des évêques de l’Eglise catholique de Madagascar: « Crainte d’un génocide silencieux »

Conférence des évêques de l’Eglise catholique de Madagascar: « Crainte d’un génocide silencieux »
(Madagascar Tribune 19/05/17)

« Au ministère de la Santé publique, il est très regrettable, flagrant que les établissements hospitaliers sont en train d’être réduits en mouroirs des patients pauvres incapables de se plier aux insinuations ou propositions/enchères des agents de l’Etat dans ces hôpitaux à payer les services publics qui leur sont dus – pour dire la corruption dans les termes communs de « mametraha kely ».

Les coûts exorbitants des soins et médicaments sont en sus », soulignent les évêques catholiques de Madagascar qui n’ont pas manqué de condamner une fois de plus, les pratiques clandestines très répandues de l’Interruption volontaire de grossesse (IVG) et auxquelles se livrent des personnels de santé. Les évêques catholiques n’ont pas caché leur appréhension quant à une campagne de « génocide silencieux au pays ».

A l’issue de leur réunion les évêques catholiques de l’Eglise catholique romaine de Madagascar (EKAR) ont de nouveau lancé l’alerte générale sur la situation au pays. Dans une déclaration en date du 13 mai, lue par le président de la commission Justice et Paix de la Conférence des évêques (CEM), Mgr Victor Rakotondrajao, les prélats catholiques reconnaissent que des efforts ont certainement été déployés mais la vie publique nationale continue inexorablement de se dégrader dans tous les domaines.

Les déclarations pompeuses des autorités publiques ne suffisent plus et il en est de même des sermons des responsables religieux. Comme recommandations et solutions, la CEM exige des changements rigoureux de mentalité et de comportement sinon une véritable révolution (culturelle ?). Le contexte demande des individus et des responsables témoins et modèles. Des individus intègres, honnêtes compétents professionnellement et responsables socialement comme repères pour reprendre autrement en termes laïcs ce message des évêques qui donnent en exemple le « martyr de Lucien Vatovasoa » à Vohipeno en son temps et qui vient le 2 mai dernier d’être reconnu par Le Vatican. En tout cas, aux chrétiens catholiques de toutes les catégories sociales et professionnelles, la CEM recommande vivement la « neuvaine ».

En fait, presque tous les ministères et compartiments de la vie qui font souffrir la population et nuisent à la bonne gouvernance n’ont pas été épargné par cette déclaration de la CEM. Les départements responsables de la sécurité (Police, Militaire, Gendarme), la Justice, les Mines ont été cités expressément. On ne dit et ne parle que du mal de ces agents de l’Etat qui évoluent dans ces ministères ; et quand bien même relèvent les évêques, des magistrats s’entêtent à respecter leurs serments de juger en toute indépendance et librement, professionnellement en leur âme et conscience, ils sont écartés et on s’acharne à les sanctionner soit en les mutant soit en les affectant ailleurs. Quant aux gendarmes et policiers, ils sont plus connus sur les routes à racquetter les chauffeurs.

Commentaires facebook