Vendredi 26 Mai 2017

Comité Olympique Malagasy – Assemblée générale ordinaire: Fierté déplacée pour Siteny

Comité Olympique Malagasy – Assemblée générale ordinaire: Fierté déplacée pour Siteny
(La Gazette de Madagascar 02/12/14)

27 mois et 20 jours après la cérémonie de clôture des Jeux Olympiques de Londres le 12 août 2012 et à un peu plus d’un mois et demi de la date de fin de mandat, le 18 janvier 2015, de Siteny Thierry Randrianasoloniaiko, le président du Comité Olympique Malagasy (COM), l’instance nationale de l’olympisme a enfin daigné à tenir son Assemblée générale ordinaire (AGO) samedi dernier dans la capitale. Une AGO précédée d’une Assemblée générale extraordinaire (AGE). A noter que selon une source digne de foi, toutes les fédérations membres du COM étaient présentes à la réunion.
Il est à signaler qu’à l’issue de l’AGO, consacrée à la présentation des différents rapports d’activités du COM ainsi que le rapport financier, le président du Comité Olympique, Siteny Thierry Randrianasoloniaiko, a obtenu le « quitus » à 100 %. Très fier de ce résultat, Siteny (pour les intimes) a déclaré samedi, lors d’une interview par les journalistes de deux stations de télévisions privées de la capitale que :
« Toutes les fédérations présentes à la réunion sans exception ont accepté les rapports présentés, sans aucune contestation ».
Pour les observateurs de la vie sportive, cette fierté de Siteny n’est qu’une fierté déplacée. En effet, d’aucuns sont sans savoir les scandales du COM dans la participation aux Jeux de Londres. De plus, le prolongement de mandat de Siteny, à l’origine de l’organisation de l’AGE de samedi pour valider le nouveau statut du COM a déjà fait scandale. Tout ceci, sans parler du très grand retard pris dans l’organisation d’une Assemblée générale après les Jeux. Un très grand retard qui ne respecte pas l’esprit olympique.

Face à tout cela, toutes les fédérations, sans exception, présentes à la réunion n’ont donc trouvé rien à dire et ont accepté tous ces scandales.
Le plus étonnant, de l’avis des observateurs de la vie sportive est de voir des dirigeants sportifs, plutôt connus par leur droiture mais, qui apparemment ont accepté de manger de ce pain là, pour ne citer que le vice-président de la Fédération Malgache de Football (FMF), Arizaka Rabekoto Raoul, une personnalité plutôt respectable, ou autre président de la Fédération Malgache de Basket-Ball (FMBB), Ramaroson Jean Michel. Ce dernier, non moins membre de la FIBA/Afrique, était le candidat malheureux lors de l’élection du président du COM en 2011 et qui avait amené Siteny à la barre du Comité Olympique par une seule voix d’écart. Dans la perspective de la prochaine élection du COM pour le nouveau mandat 2015-2019, Ramaroson Jean Michel, comme en 2011 sera considéré par beaucoup comme une fois de plus, l’adversaire direct de Siteny.

Selon les observateurs, si des personnalités comme la nouvelle présidente de la Fédération Malgache d’Athlétisme (FMA), Mme Norolalao Ramanantsoa, qui semble t-il, est connue par sa versatilité donne le « quitus » à Siteny, eu égard à de tels scandales, ça n’étonne personne mais, des dirigeants sportifs comme ceux cités précédemment, il y a vraiment de quoi à faire réfléchir.
Concernant l’athlétisme justement, selon une source qui veut garder l’anonymat, l’octroi par Siteny d’une bourse olympique pour la préparation des Jeux de 2016 à Rio (Brésil) à Saholinirina Eliane (course de demi-fond), âgée actuellement d’une trentaine d’année, selon notre source, est semble t-il, vu de très mauvais œil par les techniciens malgaches de l’athlétisme. Des techniciens qui auraient préféré voir octroyer cette bourse olympique à des athlètes jeunes, encore pleins d’avenir. Et la question coule de source pour les observateurs. Est-ce que ceci pourrait expliquer cela ?

Les scandales des Jeux de Londres

Dans le déplacement à Londres et dans la participation de la délégation malgache aux Jeux Olympiques de 2012, nous avons réussi à nous procurer une partie de la liste cachée de la délégation malgache pour Londres, par le président du COM. Une liste qui soulignons en passant, est entachée de magouilles, de scandales et de népotisme. Mais de plus, nous sommes en mesure de donner plus de détails sur les familles d’accueil de la délégation malgache dans la capitale britannique. Des familles d’accueil qui appartiennent à des sectes et qui confirme aujourd’hui, l’affiliation de Siteny Randrianasoloniaiko, à un groupe de sectes et le service de ce groupe au Comité Olympique Malagasy.

En ce qui concerne une partie de la fameuse liste cachée par Siteny Randrianasoloniaiko, notons que, nombreux sont ceux qui ne feront pas partie du voyage à Londres. Cela pour la simple raison que les personnes concernées ont été refusées de traitement par le COM. Ceci, en termes de visas (empreintes digitales) et en termes d’accréditations. Pour cette raison nous avons volontairement rayées les prénoms de certains qui figurent dans la liste mais ne feront pas le voyage à Londres.
Pour le reste du groupe de la liste que nous avons en notre possession, les heureux élus seront pris en charge par le groupe More Than Gold. Ce dernier regroupe de nombreuses sectes en son sein, à savoir, London city mission, Seven day adventist church, Bible society, The church of england, Youth with a mission, Billy Graham evangelistic association, The Jerusalem trust, Church together in England, The Methodist church, Baptist union of great Britain, The reformed Christian church of god, united Christian broadcaster, Christiansin sport, etc…

Siteny s’est dérobé
Concernant la prise en charge de la délégation, la première question à laquelle le président du C.O.M, Siteny Randrianasoloniaiko, doit répondre sans ambiguïté est celle relative à la participation des deux vice-présidents élus du COM, à savoir, le président de la Fédération malgache de tennis (FMT), Stéphane Rakotondraibe et du président de la Fédération malgache de basket-ball (FMBB), Ramaroson Jean Michel. Ces deux vice-présidents élus du COM ont demandé des explications à Siteny à l’hôtel Colbert, quant à leurs déplacements et leur participation aux Jeux, notamment, en terme d’accréditations et d’empreintes digitales pour les visas, avec leurs propres moyens financiers. Mais, Siteny n’a pas donné satisfaction à ces deux vice-présidents, préférant se dérober dans des sujets qui n’intéressent guère ces deux personnes.

Une partie de la liste de la délégation malgache pour Londres
Andriamisaina Rabeson, Andrianaovonirina Maria, Bina Liliane, Rasanda Serge, Maihavy Nathan, Ramaherison José de son vrai nom, maître Gao, Andrianirina Brice, Razafindrakoto Bruno Charles, Rakotomalala Norosoa, Rambeloson, Razafimandimby Vatosoa C Laudia, Randriamanarivo Harinelina, Relaha Jean Claude, Rasoanaivo Irinah, Rahovelson, Passot Nancia, Neypatraiky, etc…

Siteny, un président défaillant
« Le président du COM est défaillant envers ses tâches et ses attributions, défaillant également par rapport au statut et aux valeurs olympiques ». Cette déclaration est d’un membre du COM qui veut garder l’anonymat. Le pire dans l'histoire a-t-il continué c'est que le COM n'a même pas de programme d'activités. C’était le lendemain des Jeux Olympiques de Londres et au retour de la délégation malgache pour les Jeux.
Tout le monde attendait alors l’organisation par Siteny d’une Assemblée générale ordinaire pour présenter le rapport de la participation du COM aux Jeux Olympiques.
Un débat qui a fait la polémique à l’époque concernait la somme utilisée pour la préparation et le déplacement de la délégation malgache aux JO de Londres. Vient ensuite, le rapport financier du COM pendant les deux premières années de fonction. Enfin, les bourses olympiques des athlètes. Des bourses qui ont fait plaindre nos sportifs.
Par ailleurs, beaucoup se plaignent parmi les membres, de l’absence de communication au sein du COM, en particulier, entre les membres et le bureau exécutif.

Prolongation de mandat remis en cause
Dans son interview au retour de Londres, Siteny Randrianasoloniaiko a laissé entendre d’ores et déjà sa probable candidature à sa propre succession en 2015. Une véritable insulte vis-à-vis du sport malgache.
Parlant de ce mandat de 2015 qui dit-on a reçu l’aval du CIO, cette prolongation de mandat devrait être remise en cause par l’Assemblée générale du COM. En effet, avec l’accord passé avec le président sortant du Comité Olympique, Mamy Rakotoarivelo, un accord qui a conduit à la passation de service en catimini aux sous gradins de Mahamasina (siège du COM), cette prolongation de mandat ne tient plus.
Pour rappel, il est à noter que trois mois seulement après son élection à la tête du COM, le 18 janvier 2011, Siteny Thierry Randrianasoloniaiko a organisé une Assemblée générale extraordinaire le 30 avril 2011, pour voter la prolongation de son mandat jusqu’en 2015. Et le CIO, après présentation du rapport de Siteny Randrianasoloniaiko a approuvé le vote effectué le 16 mai 2011.
Le motif de cette prolongation du mandat à l’époque étant de pouvoir mener à bien et de régler les différentes affaires judiciaires en cours, notamment, le soupçon de détournement des fonds du COM d’un montant de soixante cinq mille dollars (65 000 USD) par le président sortant, Mamy Rakotoarivelo et son Secrétaire général, Andrianavomanana Solofo Barijaona. Ainsi que d'autres déblocages de fonds douteux qui avaient fait l'objet d'une enquête.

Promesse électorale
Il est à signaler que le traitement des dossiers judiciaires de ce soupçon de détournement était une promesse électorale de Siteny Randrianasoloniaiko. Un président fraîchement élu qui avait promis de faire la lumière sur les déblocages douteux des fonds du COM. Une promesse qui lui a conduit à révéler par voie de presse l’existence d’une malversation financière dans la gestion du Comité olympique durant le mandat de l’ancien président du COM, Mamy Rakotoarivelo.
Selon le journal La VERITE du lundi 4 avril 2012, Mamy Rakotoarivelo aura à répondre devant la justice, de trois faits pénaux, à savoir, obscure utilisation de 17 chèques du COM, d’un montant de 1,4 milliards de fmg, faux et usage de faux sur le spécimen de signature de Herimamy Rabarisoa (le président de la Fédération malgache de boxe) et surtout, la destination réelles des 1,4 milliard de fmg, abusivement et illégalement tirés du compte bancaire du COM.
Pour avoir une idée précise du déblocage de cette faramineuse somme de 1,4 milliard de fmg, à noter en guise d’exemple que, rien qu’en l’espace de 48 heures (les 3 et 4 mars 2010), Mamy Rakotoarivelo (président du COM) et Solofonirina Barijaona Andrianavomanana (SG du COM) ont illégalement et abusivement, retiré des sommes faramineuses.

Passation en catimini
Mais aussi étrange que cela puisse paraître, alors que tous les férus du sport attendaient encore l’aboutissement de la plainte déposée par le nouveau président du C.O.M, pour cette obscure utilisation de chèques de 1,4 milliard de fmg, Siteny Thierry Randrianasoloniaiko a fait un virage à 180°. Il semblerait que pour pouvoir bénéficier des subventions par millions de dollars du CIO (Comité International Olympique), Siteny Randrianasoloniaiko qui notons en passant, depuis son accession à la tête du COM a pris goût à l’argent à gogo du comité olympique a décidé de faire un revirement à 180 °. Ainsi, le vendredi 10 février dernier, au stade municipal de Mahamasina, le président sortant du COM, Mamy Rakotoarivelo et le président entrant, Siteny Thierry Randrianasoloniaiko, ont décidé de s’asseoir sur la même table pour faire la passation de service entre les deux président du COM (entrant et sortant). La cérémonie de passation s’est déroulée au siège du COM sous les gradins de Mahamasina. Une cérémonie qui contrairement à l’accoutumée a été tenue à l’abri de la presse. L’organisation de cette cérémonie aurait été le « deal » proposé par Mamy Rakotoarivelo. Un ancien président du COM, soupçonné de malversations financières mais qui finalement s’en est sorti part la grande porte.
F.A.R

Commentaires facebook