Bailleurs de fonds: adulés hier, critiqués aujourd’hui | Africatime
Samedi 29 Avril 2017

Bailleurs de fonds: adulés hier, critiqués aujourd’hui

Bailleurs de fonds: adulés hier, critiqués aujourd’hui
(La Gazette de Madagascar 20/04/17)

On ne sait au juste qui est cette communauté internationale mais au début de l'année, le Président de la République était tout content et se félicitait du fait que la communauté internationale ou les partenaires techniques et financiers l'aient félicité pour les deux sommets (SADC et francophonie) organisés à Madagasar en 2016. Le même président n'écoutait pas et n'entendait pas les reproches de ses compatriotes par rapport au fait qu'il faille dépenser des milliers et des milliers pour ces sommets alors que bon nombre de Malgaches mourraient de faim, et qu'en plus les autorités ont procédé à des solutions cache misères en faisant en sorte à ce qu'il n'y ait aucune personne indigente qui dorme dans les rues.

À cette époque et pour se gargariser de ce qu'il a fait, le président avançait sans cesse que la communauté internationale l'a félicité et au fond il a fait comprendre aux Malgaches que c'était l'avis de cette fameuse communauté qui lui importait le plus. Et les Malgaches ont intégré cela, l'avis de la communauté internationale - on ne sait au juste ce que c'est mais on suppose que ce sont les ambassadeurs qui représentent leur pays et avec eux les partenaires techniques et financiers -est ce qu'il y a de plus important.

Aujourd'hui les Malgaches sont contents car la communauté internationale est derrière le Bianco, appuie fortement les efforts du Bianco dans la lutte contre la corruption. On imagine sans peine que le silence assourdissant du président sur l'affaire Claudine signifie qu'il n'approuve pas ce travail fait par le Bianco, ce travail pour lequel le Bianco existe, ce travail fait sur la base de la stratégie nationale de lutte contre la corruption que le président a signé! On imagine sans peine que le président aurait préféré que la communauté internationale se taise comme lui dans l'affaire Claudine. Que nenni!

Les ambassadeurs sont venus en masse au Bianco et les Malgaches se sont mis à dire " voilà quelque chose de très bien appuyée par les personnes importantes aux yeux du président -la communauté internationale - et qui correspond aux souhaits des Malgaches : l'effectivité de la lutte contre la corruption!". L'appui des partenaires techniques et financiers au Bianco dans cette affaire Claudine gêne évidemment le président mais en même temps, on ne peut pas passer son temps à vouloir l'argent des gens, à s'autocongratuler avec les promesses d'aide et penser un seul instant que ces gens là fermeront les yeux sur une corruption de haute voltige d'un proche du président, que ces gens là vont se taire alors que c'est auprès d'eux que le président quémande. Cest eux qui donnent l'argent...il est évident qu'ils ne peuvent pas fermer les yeux sur des détournements de deniers publics et cette fois-ci, il ne s'agit pas de rumeurs. Ils ont vu la conference nocturne du ministre de la justice, ils ont appris la sortie au petit matin de l'hôpital d'une malade imaginaire.

C'est faire preuve de si peu de perspicacité que de penser que tout cela passera facilement et c'est trop simple de crier à l'ingérence. Alors à quand le prochain autosatisfaction du président parce que la communauté internationale ou les partenaires techniques et financiers seront contents du travail fait? Pour l'heure, tout comme bon nombre de malagasy, c'est le Bianco et tous ceux qui luttent contre la corruption en passant de la parole aux actes qui ont les félicitations des malgaches et les honneurs des ambassadeurs...que ça plaise ou non au président.

D.R

Commentaires facebook