Vendredi 18 Août 2017

Affaire Claudine Razaimamonjy: l’étau se resserre sur le Premier ministre et les ministres concernés

Affaire Claudine Razaimamonjy: l’étau se resserre sur le Premier ministre et les ministres concernés
(Madagascar Tribune 20/04/17)
Olivier Mahafaly, le Premier ministre malgache.

L’affaire Claudine Razaimamonjy continue de secouer le monde politique et socio-économique à Madagascar. Du moins dans la capitale. Les révélations continuent sur les affaires douteuses qui impliquent la milliardaire, conseillère spéciale auprès de la Présidence. Les subventions exceptionnelles sont parmi les plus retentissantes de ces magouilles. Subventions exceptionnelles octroyées par le ministre de l’intérieur non moins Premier ministre Mahafaly Olivier et qui se chiffrent à plusieurs milliards d’Ariary. Les voix s’élèvent pour réclamer la démission et la poursuite en justice de tous les concernés par ces magouilles à commencer par le chef du gouvernement et non moins ministre de l’intérieur Mahafaly Olivier Solonandrasana. La confédération des syndicats des agents de l’Etat qui regroupe 47 syndicats réclame la tête du Chef du gouvernement qu’elle accuse ou du moins qu’elle estime aussi chef des magouilleurs au vu de la situation. Andriafeno Hery, membre de cette confédération exige des explications de la part du président de la République : « si ce régime nous explique que désormais les assassinats dont les vindictes populaires, les vols dont ceux perpétrés le Premier ministre et les ministres, les destructions des biens publics dont celle commise par le sénateur Riana Andriamandavy sont autorisés maintenant, nous nous tairons. Dans le cas contraire, que le président de la République les limoge et les traduit devant la justice comme tous les justiciables de ce pays ».

Le syndicat des pénitenciers aussi réclame la tête de son ministre de tutelle, Charles Andriamiseza. « Alors que l’affaire était encore au sein du Bianco (Bureau Indépendant Anti-Corruption), le ministre s’est permis de donner des ordres, alors que le Bianco n’est même pas sous sa tutelle. Alors on imagine bien qu’il donne des ordres aux juges qui sont sous sa tutelle » estime Rasolonandrasana, président du syndicat des pénitenciers. Le syndicat des magistrats (SMM) pour sa part va tenir une assemblée générale ce 21 avril et invite tous les magistrats à venir défendre l’indépendance de la justice. L’affaire Claudine Razaimamonjy sera parmi les sujets à débattre selon le SMM.

Commentaires facebook