| Africatime
Mercredi 26 Avril 2017
(RFI 26/04/17)
La Cour pénale internationale (CPI) basée à La Haye a rendu public lundi 24 avril un mandat d'arrêt contre un responsable de la sécurité intérieure de l'ancien régime libyen. Il s'agit d'Al Touhami Khaled accusé de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre qui auraient été commis entre février et août 2011. Des crimes commis « afin d'écraser par tous les moyens l'opposition politique au régime de Kadhafi », selon le mandat de la Cour. Le mandat est daté de 2013 mais il n'a pourtant été révélé qu'aujourd'hui, comme l'a expliqué à RFI Fadi Al Abdallah, le porte-parole de la CPI.
(APA 26/04/17)
Quelque 253 Nigérians ont été rapatriés de la Libye mardi à bord d'un Airbus A330-200 affrété par Libya Airlines. Les ressortissants nigérians, composés de 102 hommes, 140 femmes, six enfants et cinq nourrissons, ont atterri à l'aéroport international Murtala Muhammed de Lagos à 18h45 (heures locales). Leur retour est le fruit d’une collaboration entre l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et l'ambassade du Nigeria en Libye. Les rapatriés ont été accueillis à leur descente d’avion par les officiels du Service de l'immigration du Nigéria (NIS), de l'Agence nationale de lutte contre le trafic humain (NAPTIP) et de la police nationale. 236 Nigérians avaient été rapatriés de la Libye en mars dernier par l’OIM et les autorités nigérianes.
(AFP 25/04/17)
La Cour pénale internationale (CPI) a rendu public lundi un mandat d'arrêt lancé contre l'ex-chef de la sécurité du défunt leader libyen Mouammar Kadhafi, l'accusant de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité lors du soulèvement contre le régime en 2011. Le mandat, qui date de 2013 mais était scellé, accuse Al-Touhami Khaled de quatre chefs de crimes contre l'humanité (emprisonnement, torture, persécution et autres actes inhumains) et de trois chefs de crimes de guerre (torture, traitements cruels et atteintes à la dignité de la personne) qui auraient été commis entre février et août 2011, "afin d'écraser par tous les moyens
(AFP 20/04/17)
Cent-cinquante-quatre migrants burkinabé sont arrivés mercredi à Ouagadougou, évacués de la Libye par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), a constaté un journaliste de l'AFP. Arrivés à bord d’un vol spécial, ces 147 hommes et 7 femmes ont été accueillis par des responsables du ministère en charge de la Solidarité nationale et celui des Affaires étrangères. Ils ont été ensuite conduits au Centre d’accueil d’urgence de Somgandé, en périphérie nord de la capitale, où ils seront hébergés avant d’être redirigés...
(RFI 20/04/17)
Plus d'une centaine de migrants burkinabè ont regagné leur pays après avoir vécu dans des conditions très difficiles. Ce retour organisé par l'Organisation internationale pour la migration (OIM) et l'ambassade du Burkina Faso en Libye. Parmi ces migrants, des femmes et des enfants. Deux raisons ont conduit ces jeunes burkinabè en Libye. Certains y étaient pour trouver du travail et d'autres étaient en transit pour l'Europe. Mais une seule raison a motivé leur retour volontaire. « Les conditions étaient vraiment...
(24 Heures.ch 20/04/17)
Le SEM note une hausse des arrivées de migrants en Italie qui pourrait se répercuter en Suisse. Les demandes d'asile sont pourtant en baisse. La pression migratoire sur l'Europe et la Suisse ne faiblit pas, avertit jeudi le secrétaire d'Etat aux migrations, Mario Gattiker. «L'Italie a déjà enregistré une hausse de 60% des arrivées par rapport à la même période de l'an dernier», relève-t-il. «On n'en voit pas encore les effets en Suisse (...) mais il n'est pas à exclure...
(RFI 18/04/17)
Les forces de Misrata, alliées au gouvernement de Tripoli, ont lancé une opération aux objectifs doubles : combattre les terroristes du groupe EI et reprendre les bases où se terre Mohammed Ben Nayel, ancien proche de Kadhafi, aujourd'hui du général Haftar. En Libye, après sa victoire en mars dernier dans la bataille des champs pétroliers, l'armée nationale libyenne (ANL) dirigée par le maréchal Khalifa Haftar lance l'opération « Sables mouvants ». Cette opération vise à reprendre le Sud-libyen aux forces de Misrata.
(RFI 17/04/17)
L'Organisation internationale pour la migration (OIM) a dénoncé la semaine dernière l'existence de « marchés aux esclaves » en Libye. Un jeune Sénégalais dit avoir été le témoin, dans le Sud libyen, de pratiques qui rappellent l’esclavage. Ce Casamançais a quitté son pays en novembre dans l’espoir de refaire sa vie en Europe. Non seulement il a été « dépouillé » par les passeurs, mais il a aussi vu des Africains de l’Ouest travailler sans salaire pendant des mois dans des plantations libyennes. Appelons-le Mamadou. Il a 34 ans, a longtemps travaillé dans l’hôtellerie et parle plusieurs langues.
(AFP 14/04/17)
Le Trésor américain a annoncé jeudi qu'il sanctionnait deux ressortissants libyens et un Algérien pour leur soutien à l'organisation Etat islamique (EI). Les deux Libyens, Ali Ahmidah al-Safrani et Abd al Hadi Zarquoun, sont visés pour des activités "terroristes". Les actions de l'Algérien Hamma Hamani menacent la stabilité et la sécurité de la Libye, y compris par le biais de livraisons d'armes, a indiqué le Trésor dans un communiqué. Al-Safrani est l'un des principaux dirigeants de l'EI en Libye et...
(AFP 13/04/17)
Au moins 97 migrants sont portés disparus, dont quinze femmes et cinq enfants, après le naufrage de leur embarcation jeudi au large de la capitale libyenne, a indiqué à l'AFP le porte-parole de la marine libyenne. Le général Ayoub Kacem a indiqué que ce chiffre avait été donné par 23 rescapés de différentes nationalités africaines, secourus par les garde-côtes libyens à un peu moins de 10 km au large de Tripoli. La coque de l'embarcation était complètement détruite. Les 23 migrants...
(Jeune Afrique 13/04/17)
Le dernier rapport de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), rendu public lundi, met en avant plusieurs témoignages glaçants, selon lesquels un certain nombre de migrants sont vendus, tels des esclaves, sur des marchés au sud de la Libye. Lundi 11 avril, l’Organisation Internationale pour les migrations (OIM) a publié un rapport, qui signale l’existence dans le sud de la Libye de « marchés aux esclaves », où des migrants seraient vendus par des trafiquants d’être humains.
(BBC 12/04/17)
Des migrants africains sont vendus dans ce qui a été décrit comme "un marché moderne d'esclaves". L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a recueilli le témoignage de victimes qui ont été entre les mains de milices ou de contrebandiers en Libye. Ces victimes ont été amenées dans des parkings où elles ont été vendues comme esclaves.Selon l'OIM, elles ont été forcées à travailler par leurs bourreaux qui les retiennent captives.
(AFP 11/04/17)
L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a dénoncé mardi l'existence de véritables "marchés d'esclaves" en Libye, où les migrants sont vendus entre 200 et 500 dollars. "Vous allez au marché, et vous pouvez payer entre 200 et 500 dollars pour avoir un migrant" et l'utiliser pour "vos travaux", a déclaré aux médias le chef de la mission de l'OIM en Libye, Othman Belbeisi, de passage à Genève. "Après l'avoir achetée, vous devenez responsable de cette personne. (...) Certaines d'entre elles...
(AFP 11/04/17)
Le Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj reproche à l'Union européenne de ne pas l'aider comme promis à lutter contre l'intense trafic de migrants à partir de ses côtes, dans un entretien publié mardi par le journal allemand Bild. "Malheureusement, l'Europe ne nous a pas aidés. Elle a juste fait des promesses en l'air", a accusé M. al-Sarraj à propos des échanges en cours avec l'UE sur l'aide matérielle dont ont besoin les garde-côtes libyens. "Nous avons d'urgence besoin de plus...
(RFI 11/04/17)
Au Soudan, les forces de soutien rapide, actives le long de la frontière avec la Libye, sont chargées de garder ces frontières contre l’immigration illégale et des voix s'élèvent pour dénoncer leur possible financement par l'Union européenne (UE). Ces forces sont principalement composées d'anciennes milices janjawids, connues pour les atrocités commises au Darfour. L'Union européenne est de plus en plus critiquée par des ONG sur sa politique migratoire, critiques qui émanent de l'enceinte même...
(AFP 09/04/17)
Le gouvernement d'union nationale libyen (GNA), reconnu par la communauté internationale, a annoncé avoir déclaré la guerre à la contrebande des hydrocarbures, un fléau qui mine l'économie de ce pays pétrolier en proie à l'insécurité et au chaos, a indiqué dimanche un responsable. A moins d'un euro les 20 litres à la pompe, le carburant, fortement subventionné par l'Etat, coûte moins cher en Libye que l'eau minérale, faisant de la contrebande vers des pays voisins un trafic très lucratif. Il est acheminé par les trafiquants en camion-citernes vers les pays frontaliers comme la Tunisie à l'ouest ou vers le Niger...
(AFP 06/04/17)
Quatre passeurs présumés ont été tués jeudi dans un échange de tirs avec les garde-côtes libyens au large de Zawiya (ouest) et un autre est porté disparu, a indiqué la marine libyenne. Les passeurs étaient sur un bateau qui escortait une embarcation de migrants clandestins tentant de traverser la Méditerranée pour rallier l'Europe, a expliqué à l'AFP le général Ayoub Kacem, porte-parole de la marine. "Les garde-côtes ont essayé d'éviter l'affrontement et demandé au groupe armé d'obtempérer aux ordres, en...
(AFP 04/04/17)
Le photographe de l'Agence France-Presse dans la ville libyenne de Benghazi, Abdallah Douma, a été remis en liberté lundi par le service de police qui l’avait arrêté il y a deux jours, mais ses papiers d'identité ont été confisqués et sa situation restait très incertaine, a-t-il indiqué. La ville de Benghazi est contrôlée par l'Armée nationale libyenne (ANL) auto-proclamée par le maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'est du pays qui conteste la légitimité du gouvernement d'union nationale (GNA), installé à Tripoli et seul reconnu par la communauté internationale.
(AFP 03/04/17)
Les camps de détention de migrants d'Afrique sub-saharienne en Libye "sont essentiellement des hangars à humains", a jugé lundi à Rome Arjan Hehenkamp, directeur général de Médecins sans frontières (MSF) Pays-Bas, de retour de mission, appelant à les "sortir de là". Sous l'égide de son antenne néerlandaise, l'ONG fournit une assistance médicale dans des centres placés sous le contrôle du gouvernement d'union à Tripoli, mais de facto aux mains de milices avec lesquelles il faut sans cesse négocier les conditions d'accès. "Ces centres sont essentiellement des hangars à humains", où les migrants sont entassés par...
(AFP 03/04/17)
Plus de 150 migrants ont été secourus par les garde-côtes libyens pendant le weekend alors qu'ils tentaient de traverser la Méditerranée clandestinement pour rejoindre l'Europe, a indiqué lundi à l'AFP le porte-parole de la marine. Les deux opérations qui se sont déroulées samedi et dimanche près de Zawia (45 km à l'ouest de Tripoli) et Sabratah (70 km à l'ouest de la capitale) ont permis de sauver 157 personnes, a indiqué à l'AFP le général Ayoub Qassem, porte-parole de la...

Pages