Samedi 16 Décembre 2017
(AFP 15/12/17)
"Nous étions trois...", Amara, un Malien de 30 ans, a du mal à étouffer ses sanglots. Il se reprend pour raconter comment ses deux compagnons de route sont morts de faim dans les geôles des trafiquants en Libye qui exigeaient des rançons pour les libérer. Dans l'oasis de Bani Walid, aux portes du désert libyen, un foyer de fortune offre logement et soins aux migrants en détresse. Cette structure, constituée de pièces en briques de ciment entourant une cour centrale, accueille quelque 400 migrants. "Nous avons dit que nous n'avions pas l'argent pour payer, on nous donnait alors à manger un jour sur deux", se rappelle Amara, barbe fournie sur un visage émacié. Il est...
(RFI 15/12/17)
Le groupe de travail spécial qui s'est formé à Abidjan après le scandale des migrants esclaves en Libye s'est réuni ce jeudi 14 décembre à Bruxelles. Il est composé de l'Union européenne, de l'Union africaine, du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) et de l'Organisation internationale des migrations (OIM). L'Union européenne espère pouvoir rapatrier 15 000 migrants africains volontaires vers leur pays d'origine d'ici février prochain. En revanche, aucune solution concrète n'a pour le moment été évoquée en ce qui concerne les cas d'esclavage pointés récemment. Lire sur: http://www.rfi.fr/afrique/20171214-libye-bruxelles-groupe-travail-specia...
(AFP 14/12/17)
L'UE espère pouvoir rapatrier vers leur pays d'origine 15.000 migrants africains volontaires se trouvant actuellement en Libye d'ici février prochain, a annoncé la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini jeudi à Bruxelles. C'est l'objectif que s'est fixé le groupe de travail créé fin novembre lors d'un sommet Union européenne-Union africaine à Abidjan, en réaction à l'indignation provoquée par les images de médias sur des marchés aux esclaves en Libye. Il est composé de l'UE, de l'UA, de l'OIM (Organisation...
(RFI 13/12/17)
En Afrique du Sud, plusieurs organisations de la diaspora ont défilé mardi 12 décembre à Pretoria pour protester contre l'esclavage des migrants en Libye. Les images d'un marché aux esclaves, diffusées par la chaîne CNN, avaient créé une émotion mondiale. La centaine de manifestants a déposé un mémorandum auprès de la présidence et de l'ambassade de Libye, entre autres. Certains avancent les mains entourées de chaînes. Des pancartes « Je ne suis pas à vendre » sont brandies à bout...
(Le Point 13/12/17)
Ils sont un peu plus de 6 000 combattants africains à avoir servi dans les rangs du groupe djihadiste l'État islamique (EI) en Irak et en Syrie et ils pourraient revenir dans leurs pays respectifs sur le continent très prochainement. Des possibilités de retour qui ne rassurent pas du tout. Comme en Europe, les autorités ne sont pas vraiment préparées à cette éventualité. Smail Chergui, le commissaire de l'Union africaine pour la paix et la sécurité, a appelé, lors d'une...
(AFP 12/12/17)
Amnesty International a accusé mardi les gouvernements européens de complicité dans la détention des migrants dans des conditions épouvantables en Libye, leur reprochant notamment leur aide aux garde-côtes libyens impliqués, selon l'organisation, dans le trafic d'êtres humains. "Les gouvernements européens sont sciemment complices de la torture et des abus endurés par des dizaines de milliers de réfugiés et de migrants détenus par les autorités libyennes de l'immigration dans des conditions épouvantables en Libye", a indiqué l’organisation de défense des droits de l'Homme dans un rapport. Amnesty accuse les Européens de soutenir "un système sophistiqué d'abus...
(Le Point 12/12/17)
L'Union africaine souhaite rapatrier quelque 20 000 migrants dans leur pays d'origine et la tâche s'avère plus que difficile. Retour à la case départ. Depuis le début de l'année, plusieurs milliers de migrants stoppés en Libye ont regagné leur pays d'origine. Une situation qui s'intensifie depuis la diffusion de la vidéo de CNN montrant des images de marchés aux esclaves et l'annonce de l'intention de l'Union africaine (UA) de rapatrier 20 000 migrants d'ici à la fin de l'année. Un...
(AFP 11/12/17)
La Sicile accueillait lundi près de 900 migrants secourus ces derniers jours en Méditerranée et soulagés, malgré les conditions météorologiques difficiles, d'avoir échappé aux prisons libyennes. Plus de 330 migrants secourus par des navires des gardes-côtes italiens ou des dispositifs européens Frontex et Sophia ont déjà débarqué dans différents ports siciliens, selon des médias italiens. Une centaine d'autres faisaient route vers Trapani (est) tandis que 450 migrants, dont une femme sur le point d'accoucher, étaient attendus dans la soirée à Augusta (ouest) à bord de l'Aquarius, navire affrété par les ONG SOS Méditerranée et Médecins sans frontières.
(Le Monde 11/12/17)
Entre 400 000 et 700 000 migrants subsahariens seraient bloqués dans le pays d’après l’organisation panafricaine. L’onde de choc était si forte qu’elle a secoué une organisation souvent pointée du doigt pour son immobilisme. L’Union africaine (UA) a annoncé, mercredi 6 décembre, vouloir rapatrier 20 000 migrants de Libye au cours des six prochaines semaines. Il s’agit de personnes se trouvant dans « des centres identifiés de détention contrôlés par le gouvernement » et « qui ont exprimé le souhait...
(Jeune Afrique 09/12/17)
Cette journaliste soudanaise de CNN a créé l’émoi international avec sa vidéo de la vente aux enchères de migrants africains en Libye. « Douze Nigérians ont été vendus devant nous. Cela s’est passé très vite… Je ne sais pas quoi dire. C’est sans doute la chose la plus incroyable que j’aie jamais vue. » Dans la nuit libyenne, éclairé à la seule lumière de sa caméra, le visage de Nima Elbagir apparaît. Dos à un mur, elle chuchote. « 700,...
(AFP 07/12/17)
L'organisation Human Rights Watch (HRW) a dénoncé jeudi les attaques commises, dans l'impunité la plus totale, contre les lieux sacrés du soufisme en Libye et l'incapacité des dirigeants à les protéger. "Les sites religieux du soufisme sont attaqués en Libye où deux mosquées à Tripoli ont été considérablement détériorées par des inconnus au cours des deux derniers mois", a dénoncé HRW dans un communiqué. Les intégristes s'opposent à ces sanctuaires érigés à la mémoire de saints car ces derniers font...
(AFP 07/12/17)
Des travaux forcés en Libye à un emploi dans une start-up de mode italienne, Bassirou, Burkinabé de 26 ans, a fait du chemin en deux ans, grâce à son talent et à une formation à la fabrication de sacs à main en cuir. Après 15 mois d'apprentissage, il a été le premier embauché dans le cadre de ce projet destiné à des demandeurs d'asile et voué à terme à devenir une véritable entreprise. "C'est une grande opportunité pour moi", explique-t-il...
(RFI 07/12/17)
Le continent africain accueille 30% de l'ensemble des populations relevant de la compétence du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Un chiffre alarmant et en constante augmentation depuis 2011. Car il ne faut pas l'oublier : avant d'être un lieu de départ pour une partie de la jeunesse qui cherche à rejoindre l'Europe par les routes les plus dangereuses, l'Afrique est avant tout un immense lieu d'accueil pour les fugitifs et les déplacés du Sud. Le point sur la...
(La Tribune 06/12/17)
A l’initiative de l’UA, une réunion préparatoire s’est tenue ce lundi 4 décembre à Addis Abeba afin d’élaborer un plan d’urgence pour évacuer les migrants en situation de détresse en Libye. A court terme, entre 4 000 et 15 000 migrants seront concernés d’ici à la fin d’année, mais les défis s’annoncent difficiles, notamment en matière de logistique. Certains pays comme le Maroc ou le Rwanda ont fait part de leur contribution et plusieurs pays s’activent à rapatrier leurs citoyens...
(RFI 04/12/17)
L’Union africaine réunit ce lundi 4 décembre à Addis Abeba ses partenaires, UE, HCR et Organisation internationale pour les migrations (OIM) pour évoquer la question des évacuations des migrants bloqués en Libye. Cette réunion fait suite à l’électrochoc provoqué par un reportage de CNN sur une vente aux enchères de migrants qui a entraîné une cascade de réactions politiques et diplomatiques. L’Union africaine, comme d’autres organisations, affiche depuis sa volonté de se mobiliser pour secourir les migrants qui croupissent dans des centres de détention libyens.
(AFP 04/12/17)
"Rapatrier tous les migrants de Libye": l'objectif fixé au sommet Europe-Afrique est des plus complexes dans un pays en proie à l'anarchie, face à des réseaux organisés de trafiquants d'être humains et alors que les migrants sont difficiles à recenser. Quelque 3.800 personnes vont être rapatriées d’urgence dans les prochains jours, a annoncé Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l'Union africaine (UA), soulignant qu'il s'agissait là des seuls migrants se trouvant dans un camp près de Tripoli,...
(AFP 30/11/17)
Le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) a annoncé mercredi la mise en place prochaine par les autorités libyenne à Tripoli d'un "centre de transit et de départ" des réfugiés les plus vulnérables vers des pays tiers. Plaque tournante pour les migrants tentant de rejoindre l'Europe par la mer en recherche d'une vie meilleure, la Libye est particulièrement sous le feu des critiques depuis quelques semaines, après la diffusion d'un documentaire de CNN montrant des migrants africains vendus comme...
(RFI 30/11/17)
C’était la grande annonce du premier jour de sommet Union africaine – Union européenne, ce mercredi 29 novembre : la mise en place rapide d’une « task force », une action conjointe. Les partenaires engagés dans cette rencontre Afrique – Europe en ont dessiné plus précisément les contours et le périmètre d'action, ce jeudi, mais déjà l'idée d'une intervention militaire est écartée par l'UA et l'UE. Avec notre envoyée spéciale à Abidjan, Ce jeudi matin, les débats ont réouvert à...
(AFP 29/11/17)
Les autorités libyennes basées à Tripoli, en coordination avec l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), ont organisé mardi le rapatriement par avion de 140 migrants nigérians, ont constaté des journalistes de l'AFP. Plaque tournante pour les migrants tentant de rejoindre l'Europe par la mer en recherche d'une vie meilleure, la Libye est particulièrement sous le feu des critiques depuis quelques semaines, après la diffusion d'un documentaire montrant des migrants africains vendus comme esclaves près de Tripoli. Mardi, l'OIM et le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) ont évoqué "une catastrophe humanitaire colossale" en cours pour les migrants placés dans des centres de rétention en Libye.
(Le Monde 29/11/17)
Paris plaide pour la saisine de la Cour pénale internationale contre les crimes esclavagistes. Face à l’onde de choc mondiale provoquée par la révélation de l’existence d’un marché aux esclaves en Libye, le Conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni, mardi 28 novembre, à la demande de la France, afin d’étudier les options pour mettre un terme à ce trafic. Paris plaide pour des sanctions ciblées contre les responsables de ces crimes et la saisine de la Cour pénale internationale...

Pages