Vendredi 18 Août 2017
(AFP 18/08/17)
Le président de la Croix-Rouge italienne, Francesco Rocca, a vivement dénoncé jeudi à l'ONU la récente interdiction faite aux ONG de patrouiller au large de la Libye pour secourir des migrants, qui contrevient selon lui au droit international. Selon lui, il n'y a plus "d'accès humanitaire dans les eaux internationales" au large de la Libye, du fait d'une création le 10 août par la Marine de ce pays d'une nouvelle zone de recherche et de sauvetage (SAR) sous sa responsabilité directe. Son accès est interdit aux navires étrangers afin d'en éloigner les ONG, accusées par Tripoli de collusion avec les réseaux de passeurs. Francesco Rossa a précisé que cette zone s'étendait sur quelque 100 km...
(AFP 17/08/17)
Les autorités libyennes ont rapatrié jeudi 135 migrants nigérians, dont de nombreuses femmes et enfants en bas âge, qui avaient tenté sans succès de traverser la Méditerranée pour rejoindre l'Europe, selon un responsable de la lutte anti-migration clandestine à Tripoli. "Nous organisons ce jeudi (...) le rapatriement volontaire de 135 migrants clandestins nigérians qui avaient été secourus au large (de la Libye) par les gardes-côtes", a indiqué à l'AFP le lieutenant Housni Abou-Ayanah, chef du bureau de la communication de l'Organe de la lutte contre l'immigration clandestine. Un premier...
(AFP 17/08/17)
En créant une zone de recherche et de sauvetage au large de ses côtes, la Libye n'"interdit pas" mais veut "organiser" le travail des ONG naviguant près de ses eaux pour secourir des migrants, a soutenu mercredi la marine libyenne. Cette dernière avait annoncé jeudi la création au large de la Libye d'une zone dite de recherche et de sauvetage (SAR), qu'elle interdit sauf autorisation aux navires étrangers, en particulier à ceux affrétés par des ONG humanitaires, que Tripoli accuse de collusion avec les réseaux de passeurs. Depuis cette décision, plusieurs ONG renommées dont Médecins sans frontières (MSF), l'Allemande Sea Eye et la Britannique Save the children..
(Le Monde 16/08/17)
L’enfer migratoire de la Libye (1/3). Dès leur entrée en Libye sur la route de l’Europe et avant d’entreprendre la périlleuse traversée de la Méditerranée, les migrants sont victimes de violences systématiques, de travail forcé et d’extorsions. « Pour les Noirs, la Libye, c’est l’esclavage moderne. » C’était au moment de se séparer. La visite du centre de détention pour migrants de Misrata touchait à sa fin. Ernest Ikpotokin souhaitait ajouter quelques mots, ultime confidence. Alors, le jeune Nigérian a...
(AFP 14/08/17)
A bord de l'Aquarius, seul navire d'ONG resté au large de la Libye, secouristes et humanitaires poursuivent leur veille, s'inquiétant surtout de ne plus voir arriver de migrants. Jeudi, la marine libyenne a annoncé la création d'une zone de recherche et de secours (SAR) allant bien au-delà des 12 milles nautiques de ses eaux territoriales, et en a banni les ONG, que Tripoli accuse de collusion avec les passeurs. Quelques jours plus tôt, des gardes-côtes libyens avaient tiré en l'air en face d'un navire humanitaire, promettant de le viser directement la prochaine fois.
(RFI 11/08/17)
Les Libyens cherchent désormais à éloigner les bateaux de sauvetages travaillant à l'ouest de la Méditerranée au-delà de ses eaux territoriales. Dans une conférence de presse jeudi 10 août, la marine libyenne à Tripoli a communiqué un texte émanant des autorités et destiné aux ONG actives sur la route Ouest des migrations provenant de Libye. Les autorités ont précisé les limites des zone de recherche et de secours accessibles aux ONG qui devront désormais avoir des autorisations en bonne et...
(AFP 10/08/17)
La marine libyenne a annoncé jeudi la création au large du territoire d'une zone de recherche et de sauvetage, qu'elle interdit sauf autorisation aux navires étrangers, en particulier aux ONG patrouillant en eaux libyennes pour secourir des migrants. La Libye a déclaré "officiellement une zone de recherche et de secours", a déclaré en conférence de presse le général Abdelhakim Bouhaliya, commandant de la base navale de Tripoli. "Aucun navire étranger n'a le droit d'y accéder, sauf demande expresse de la part des autorités libyennes". Un porte-parole...
(AFP 06/08/17)
Des pêcheurs se sont rassemblés dimanche dans le port de Zarzis dans le sud-est de la Tunisie pour "dire non" à un éventuel accostage d'un bateau affrété par des militants d'extrême droite pour lutter contre l'immigration clandestine vers l'Europe. "Nous sommes en train de suivre ses mouvements sur internet et à 80% il se dirige vers Zarzis", ville proche de la frontière libyenne, a dit à l'AFP le président de l'Association des marins pêcheurs, Chamseddine Bourassine. S'il s'approche du port, "nous allons fermer le canal qui sert au ravitaillement.
(AFP 04/08/17)
Traumatisés par les combats, leurs parents jihadistes tués ou portés disparus, une trentaine d'enfants retrouvent lentement goût à la vie dans un centre d'hébergement du Croissant-Rouge à Misrata, dans l'ouest de la Libye. Qu'ils sautillent sur des matelas, jouent à même le sol ou debout dans un coin de la cour bétonnée, ces 28 garçons et filles aiment rester proches les uns des autres comme pour se protéger. Les plus grands veillent sur les petits comme dans des fratries. Il...
(AFP 03/08/17)
Le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'est libyen et chef d'une force autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL), a ordonné à ses troupes d'empêcher l'entrée de navires étrangers dans les eaux libyennes, selon un porte-parole. "Le maréchal Khalifa Haftar a donné des ordres à l'état-major de la marine d'empêcher l'entrée de tout navire étranger dans les eaux territoriales libyennes sans autorisation de l'ANL", a indiqué jeudi à l'AFP Khalifa al-Obeidi, porte-parole du commandement général de l'ANL. Le maréchal Haftar, ainsi qu'un exécutif parallèle basé dans l'Est de la Libye, contestent...
(AFP 01/08/17)
Huit corps ont été retrouvés mardi en mer Méditerranée sur des embarcations de migrants en provenance de Libye, ont indiqué à l'AFP les garde-côtes italiens. Environ 500 personnes ont été secourues sur quatre embarcations repérées à la dérive, a-t-on précisé de même source. Selon l'ONG espagnole "Proactiva Open Arms", qui participe aux secours, les morts ont été récupérés par un navire marchand. "Nous sommes ici pour éviter que d'autres personnes se noient, aujourd'hui huit nouveaux morts", a écrit dans un tweet le fondateur de cette ONG, Oscar Camps.
(AFP 31/07/17)
Cinq membres des forces loyales au maréchal Khalifa Haftar ont été tués et quatre autres blessés dans une attaque menée dimanche par des jihadistes dans l'est de la Libye, selon l’agence de presse loyale aux autorités parallèles basées dans cette région. "Les groupes terroristes ont attaqué, dimanche à l'aube, trois sites sous le contrôle des forces" sous le commandement du maréchal Haftar "au sud de la ville" de Derna, a indiqué l'agence qui a fait état de cinq morts et quatre blessés.
(RFI 29/07/17)
Emmanuel Macron a évoqué jeudi 27 juillet le projet d'installer des centres de traitement pour les demandeurs d'asile dans le sud libyen. Une zone quasi désertique et qui n'a jamais véritablement été aux mains de Tripoli, quels que soient les gouvernements qui se sont succédé depuis la révolution. Dans cette région, où les derniers soldats français ne sont partis qu'en 1956, soit cinq ans après l'indépendance officielle du pays, trois groupes dominent : la tribu arabe des Ouled Slimane et les ethnies toubous et touareg. S'allier avec l'un de ces partenaires...
(RFI 29/07/17)
Des questions subsistent encore après les annonces d'Emmanuel Macron sur sa politique migratoire. Dans un discours prononcé jeudi, le président français a clairement distingué les réfugiés politiques et les migrants économiques. Il veut examiner les demandes d'asile «en amont», directement sur le terrain dans ce qu'on appelle des «hotspots», des centres d'examen. L'Elysée dit avoir identifié des zones dans le sud libyen, le nord-est du Niger, et le nord du Tchad pour installer des centres de l'OFPRA, l’Office français de protection des réfugiés et apatrides.
(AFP 27/07/17)
La France compte "créer dès cet été en Libye des hotspots", des centres d'examen pour les candidats à l'asile, a annoncé jeudi le président Emmanuel Macron. "L'idée est de créer en Libye des hotspots afin d'éviter aux gens de prendre des risques fous alors qu'ils ne sont pas tous éligibles à l'asile. Les gens, on va aller les chercher. Je compte le faire dès cet été", avec ou sans l'Europe, a-t-il ajouté, en marge d'une visite d'un centre d'hébergement de réfugiés...
(AFP 26/07/17)
Le chef du gouvernement italien Paolo Gentiloni a déclaré mercredi que son homologue de Tripoli, Fayez al-Sarraj, lui avait demandé l'aide de navires italiens dans les eaux territoriales libyennes pour lutter contre les trafiquants d'êtres humains. M. Sarraj "m'a envoyé une lettre pour demander au gouvernement italien un soutien technique avec des unités navales italiennes dans la lutte commune dans les eaux libyennes contre les trafiquants d'êtres humains", a déclaré M. Gentiloni à la presse à l'issue d'une rencontre à Rome avec le chef du gouvernement...
(Le Monde 25/07/17)
Faïez Sarraj, le chef du gouvernement, et le maréchal Haftar, maître de la Cyrénaïque, sont prêts à signer une déclaration commune à La Celle-Saint-Cloud. A Tripoli, les rues sont embouteillées la journée et les restaurants emplis de familles le soir. Chacun a pourtant conscience que l’accalmie est « fragile », selon le mot d’un haut fonctionnaire. La réunion, mardi 25 juillet à La Celle-Saint-Cloud, près de Paris, sous les auspices d’Emmanuel Macron, entre Faïez Sarraj, le chef du gouvernement d’«...
(AFP 24/07/17)
Au moins 278 migrants qui tentaient de rejoindre l'Europe par la mer ont été secourus lundi au large des côtes ouest de la Libye et ramenés à terre, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la marine. Une des deux opérations de sauvetage a eu lieu au large de Sabrata, à 70 km à l'ouest de la capitale Tripoli. 150 migrants ont été sauvés.
(AFP 22/07/17)
Avoir passé des années dans les geôles libyennes et encaissé deux condamnations à mort n'a pas brisé l'infirmière bulgare Valentina Siropolou. Elle savoure sa liberté retrouvée il y a dix ans, au terme d'une rocambolesque saga diplomatico-judiciaire. "Mon quotidien actif m'a fait oublier les sévices. J'ai appris à mieux apprécier la santé, la liberté, la famille", dit cette brune délicate de 58 ans au regard juvénile. Elle a repris son métier à l'hôpital de Pazardjik, une petite ville du sud...
(AFP 17/07/17)
Les pays de l'UE se sont dotés lundi de nouvelles règles pour pouvoir empêcher l'export vers la Libye de canots gonflables et moteurs hors-bord utilisés par les migrants cherchant à rejoindre l'Europe par la Méditerranée. La décision a été prise lundi lors d'une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de l'UE à Bruxelles, en partie consacrée à la Libye, où embarquent la quasi-totalité des migrants arrivant de manière ininterrompue sur les côtes italiennes. Le Conseil de l'UE, qui regroupe les pays membres, "a introduit des restrictions sur l'exportation...

Pages