| Africatime
Lundi 24 Avril 2017
(RFI 20/04/17)
Plus d'une centaine de migrants burkinabè ont regagné leur pays après avoir vécu dans des conditions très difficiles. Ce retour organisé par l'Organisation internationale pour la migration (OIM) et l'ambassade du Burkina Faso en Libye. Parmi ces migrants, des femmes et des enfants. Deux raisons ont conduit ces jeunes burkinabè en Libye. Certains y étaient pour trouver du travail et d'autres étaient en transit pour l'Europe. Mais une seule raison a motivé leur retour volontaire. « Les conditions étaient vraiment pénibles, se souvient un réfugié. On vous prend et on réclame une somme à vos parents. Et ils sont obligés de se tuer ici pour pouvoir expédier la somme de l’autre côté. » Une femme...
(RFI 18/04/17)
Les forces de Misrata, alliées au gouvernement de Tripoli, ont lancé une opération aux objectifs doubles : combattre les terroristes du groupe EI et reprendre les bases où se terre Mohammed Ben Nayel, ancien proche de Kadhafi, aujourd'hui du général Haftar. En Libye, après sa victoire en mars dernier dans la bataille des champs pétroliers, l'armée nationale libyenne (ANL) dirigée par le maréchal Khalifa Haftar lance l'opération « Sables mouvants ». Cette opération vise à reprendre le Sud-libyen aux forces de Misrata.
(RFI 17/04/17)
L'Organisation internationale pour la migration (OIM) a dénoncé la semaine dernière l'existence de « marchés aux esclaves » en Libye. Un jeune Sénégalais dit avoir été le témoin, dans le Sud libyen, de pratiques qui rappellent l’esclavage. Ce Casamançais a quitté son pays en novembre dans l’espoir de refaire sa vie en Europe. Non seulement il a été « dépouillé » par les passeurs, mais il a aussi vu des Africains de l’Ouest travailler sans salaire pendant des mois dans des plantations libyennes. Appelons-le Mamadou. Il a 34 ans, a longtemps travaillé dans l’hôtellerie et parle plusieurs langues.
(Jeune Afrique 13/04/17)
Le dernier rapport de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), rendu public lundi, met en avant plusieurs témoignages glaçants, selon lesquels un certain nombre de migrants sont vendus, tels des esclaves, sur des marchés au sud de la Libye. Lundi 11 avril, l’Organisation Internationale pour les migrations (OIM) a publié un rapport, qui signale l’existence dans le sud de la Libye de « marchés aux esclaves », où des migrants seraient vendus par des trafiquants d’être humains.
(BBC 12/04/17)
Des migrants africains sont vendus dans ce qui a été décrit comme "un marché moderne d'esclaves". L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a recueilli le témoignage de victimes qui ont été entre les mains de milices ou de contrebandiers en Libye. Ces victimes ont été amenées dans des parkings où elles ont été vendues comme esclaves.Selon l'OIM, elles ont été forcées à travailler par leurs bourreaux qui les retiennent captives.
(RFI 11/04/17)
Au Soudan, les forces de soutien rapide, actives le long de la frontière avec la Libye, sont chargées de garder ces frontières contre l’immigration illégale et des voix s'élèvent pour dénoncer leur possible financement par l'Union européenne (UE). Ces forces sont principalement composées d'anciennes milices janjawids, connues pour les atrocités commises au Darfour. L'Union européenne est de plus en plus critiquée par des ONG sur sa politique migratoire, critiques qui émanent de l'enceinte même...
(RFI 04/04/17)
A Rome, le ministre de l'Intérieur Marco Minniti a confirmé dimanche 2 avril la signature d'un accord de paix entre les tribus de Toubou et d'Ouled Slimane. Cet accord est signé grâce à une médiation italienne. L'Italie cherche par tous les moyens à endiguer les flux de migrants fuyant le Sahel et transitant par la Libye vers l'Europe. Il a fallu 72 heures de négociations pour arriver à cet accord de 12 points qui vise à composer une force pour...
(Jeune Afrique 30/03/17)
Chassés de Syrte au début de décembre 2016 et sérieusement affaiblis après le bombardement, en janvier, de leur principal camp d’entraînement situé au sud de cette ville (bombardement effectué par des B-52 américains basés à Sigonella, en Sicile), les jihadistes de l’État islamique en Libye n’ont pas pour autant été « éradiqués ». Si l’on en croit le général Thomas Waldhauser, patron de l’Africa Command, qui s’exprimait à la mi-mars devant une commission spécialisée du Sénat de Washington, les survivants...
(Le Point 29/03/17)
Avec le soutien des Russes et des Bédouins, le fils de l'ancien dictateur pourrait prétendre au pouvoir dans un pays déchiré par de multiples clans et milices. Cinq ans et demi après l'assassinat de Muammar Kadhafi, son fils Saïf al-Islam vient de réapparaître début mars sur la scène d'une confusion extrême qui est le lot de la Libye, depuis que le Printemps arabe a, là-bas, tourné à un affrontement permanent entre de multiples factions qui se disputent le pouvoir. Prisonnier...
(BBC 29/03/17)
Un tribunal de l'UE a levé des sanctions contre la fille du dictateur libyen. Dans le cadre des sanctions imposées en 2011 à l'encontre de violations des droits humains en Libye, Aisha Muammar Mohamed El-Kadhafi a été inscrite sur une liste de personnes interdites de voyager et leurs actifs financiers gelés. À l'époque, le Tribunal général de l'Union européenne, avait approuvé les sanctions qui étaient fondées sur sa "proximité avec le régime" de son père. Le sultanat d'Oman avait accordé...
(Jeune Afrique 28/03/17)
Destiné à apaiser les tensions, le statu quo avalisé par les autorités de Tripoli et de Tobrouk a ouvert un espace à d’autres protagonistes. Et fragmenté un peu plus la scène politique locale. Échec et mat il y a cinq ans et demi, Mouammar Kadhafi était passé maître dans l’art d’ordonner les pions du plateau libyen. Le vide qu’il a laissé est devenu depuis 2014 le terrain d’un jeu à pièces multiples et à somme nulle entre l’Est et l’Ouest...
(La Voix de l'Amérique 27/03/17)
Un millier de migrants ont été secourus dans la nuit de samedi à dimanche au large de la Libye, parmi lesquels une femme a été déclarée morte, annoncent les associations SOS Méditerranée et Médecins sans Frontières (MSF). Quelque 645 "réfugiés ont été secourus sur des canots pneumatiques et des embarcations en bois", au cours de six heures d'opération, par le navire Aquarius associé à d'autres bateaux présents dans la zone de secours et de sauvetage (SAR), indique SOS Méditerranée sur...
(RFI 23/03/17)
Le député européen italien Mario Borghezio a accusé Abderrahmane Souihli, président du Haut conseil de l'Etat libyen, de collaborer avec al-Qaïda en Libye. Il révèle que Souihli avait coordonné avec al-Qaïda et sa branche « les brigades de défense de Benghazi », l'offensive menée le 7 mars contre les champs pétroliers. Dans une lettre adressée au Premier ministre italien Paolo Gentilioni et à la haute représentante de l'Union européenne pour les Affaires étrangères et la Sécurité Federica Mogherini, Mario Borghezio s'étonne de les voir « protéger le gouvernement d'union nationale, malgré les doutes qui existent sur ses rapports avec des organisations proches ou faisant partie d'al-Qaïda ».
(La Voix de l'Amérique 23/03/17)
Selon l'organisation Human Rights Watch (HRW), les forces sous le commandement du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort des autorités de l'est de la Libye, auraient commis de graves violations des droits de l'homme et de "crimes de guerres" à Benghazi. "Les forces de l'armée nationale libyenne (ANL) (autoproclamée par le maréchal Haftar) pourraient avoir commis des crimes de guerres (...) dont des actes de tortures contre des civils et des exécutions sommaires", a indiqué mercredi HRW dans son communiqué. Les...
(RFI 22/03/17)
Une importance capitale est accordée au sud de la Libye par le maréchal Khalifa Haftar qui est en train de mener une bataille pour le pouvoir. Il se place comme l'ennemi des Frères musulmans et de l'islam politique et cherche dans une guerre multiple à montrer qu'il est l'homme « fort » de Libye. Alors que le gouvernement d'Union nationale dirigé par Fayez el-Sarraj perd encore plus du terrain, les forces de Haftar se dirigent vers le sud libyen pour mieux atteindre la capitale. Décryptage. Depuis son opération « éclair écrasant », qui a conduit à la reprise du croissant pétrolier le 7 mars dernier...
(RFI 18/03/17)
En Libye, l'annonce à l'est du pays de la mort dans les combats de certains chefs des Brigades de défense de Benghazi met de nouveau en lumière les liens supposés entre ces brigades et l'organisation Etat islamique. Si certains groupes islamistes de cette coalition hétéroclite sont connus pour être issus d'al-Qaïda, à l'image du Conseil de la Choura des révolutionnaires de Benghazi, les liens avec le groupe EI paraissaient moins évidents. Mais plusieurs déclarations officielles sont venues le confirmer ces derniers jours. Au-delà des déclarations de certains responsables des Brigades des révolutionnaires de Benghazi ...
(Jeune Afrique 17/03/17)
Soucieux de restaurer la grandeur de la Russie et de laver l’affront occidental en Libye, Vladimir Poutine nourrit de grandes ambitions en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, où il est désormais incontournable. Ancien du KGB réputé plus froid que l’acier, le président russe aurait rugi comme un ours blessé devant les images de la longue et brutale mise à mort de Kadhafi, lynché le 20 octobre 2011 par des miliciens révolutionnaires. Un nouveau chapitre de l’histoire de Poutine avec...
(RFI 16/03/17)
Les forces loyales au gouvernement d'union nationale de Tripoli (GNA) ont gagné du terrain mercredi, en chassant des groupes armés rivaux de leurs fiefs au prix de violents combats qui ont paralysé la ville depuis le début de la semaine. Cette situation a contraint le Premier ministre, Fayez al-Sarraj, à annuler sa visite prévue le jour même à Khartoum où il devait rencontrer le président Omar el-Béchir. Ces affrontements entre des milices opposées sont au fond à l’image de la...
(Le Monde 15/03/17)
Après avoir perdu, début de mars, Ras Lanouf et Sidra, deux des principaux ports d’exportation du brut libyen, l’homme fort de la Cyrénaïque a repris l’avantage. Les combats se sont intensifiés, mardi 14 mars, au cœur du Croissant pétrolier, poumon économique de la Libye, où les forces loyales au maréchal Haftar, l’homme fort de l’Est libyen et chef en titre de l’Armée nationale libyenne (ANL), ont repris l’avantage face aux assaillants qui les avaient délogés de la zone dix jours...
(RFI 14/03/17)
L’armée libyenne annonce le lancement ce mardi 14 mars au matin d’une opération pour reprendre les deux champs pétroliers qui sont aux mains de la milice extrémiste «les brigades de défense de Benghazi», depuis le 4 mars dernier. Situés à 600 km de Benghazi, les deux ports pétroliers al-Sedra et Ras Lanouf sont parmi les plus importants dans le pays. C'est à l'aube, ce mardi 14 mars, que l'opération « éclair écrasant » a été lancée, afin de déloger ces...

Pages