| Africatime
Mardi 28 Mars 2017
(Jeune Afrique 28/03/17)
Destiné à apaiser les tensions, le statu quo avalisé par les autorités de Tripoli et de Tobrouk a ouvert un espace à d’autres protagonistes. Et fragmenté un peu plus la scène politique locale. Échec et mat il y a cinq ans et demi, Mouammar Kadhafi était passé maître dans l’art d’ordonner les pions du plateau libyen. Le vide qu’il a laissé est devenu depuis 2014 le terrain d’un jeu à pièces multiples et à somme nulle entre l’Est et l’Ouest. Fayez el-Sarraj Dans l’Ouest, bien que paralysé dans le complexe de la primature du centre de Tripoli, Fayez el-Sarraj, chef d’un gouvernement d’union nationale défendu par quelques milices encore à sa solde, se maintient. Une...
(Reuters 27/03/17)
WASHINGTON, (Reuters) - Un lien a été établi d'une manière "indéniable" entre la Russie et les forces du général rebelle libyen Khalifa Haftar, a déclaré vendredi le chef des forces armées américaines en Afrique, confirmant le rôle croissant joué par Moscou en Libye. Reuters a récemment annoncé que l'armée russe avait déployé des forces spéciales sur une base aérienne dans l'ouest de l'Egypte près de la frontière libyenne. La Russie a démenti cette information. "Il y a des Russes sur le terrain dans cette région", a déclaré le général Thomas Malhauser du corps de Marines, ajoutant que les tentatives russes pour influencer la situation en Libye sont inquiétantes. Les Etats-Unis ont observé des opérations des forces spéciales russes ainsi que...
(Xinhua 27/03/17)
TRIPOLI, (Xinhua) -- Le gouvernement d'union nationale libyen, appuyé par l'ONU, a annoncé avoir formé vendredi une force de sécurité composée de 3.000 membres afin de sécuriser la ville de Syrte. "Une force sera formée sous l'égide du ministère de la Défense en vue de préserver la sécurité et la stabilité à Syrte et dans sa banlieue" contre tout acte de terrorisme, a-t-il indiqué dans un communiqué. Située à près de 450km à l'est de la capitale libyenne, Tripoli, Syrte...
(RFI 23/03/17)
Le député européen italien Mario Borghezio a accusé Abderrahmane Souihli, président du Haut conseil de l'Etat libyen, de collaborer avec al-Qaïda en Libye. Il révèle que Souihli avait coordonné avec al-Qaïda et sa branche « les brigades de défense de Benghazi », l'offensive menée le 7 mars contre les champs pétroliers. Dans une lettre adressée au Premier ministre italien Paolo Gentilioni et à la haute représentante de l'Union européenne pour les Affaires étrangères et la Sécurité Federica Mogherini, Mario Borghezio s'étonne de les voir « protéger le gouvernement d'union nationale, malgré les doutes qui existent sur ses rapports avec des organisations proches ou faisant partie d'al-Qaïda ».
(La Voix de l'Amérique 23/03/17)
Selon l'organisation Human Rights Watch (HRW), les forces sous le commandement du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort des autorités de l'est de la Libye, auraient commis de graves violations des droits de l'homme et de "crimes de guerres" à Benghazi. "Les forces de l'armée nationale libyenne (ANL) (autoproclamée par le maréchal Haftar) pourraient avoir commis des crimes de guerres (...) dont des actes de tortures contre des civils et des exécutions sommaires", a indiqué mercredi HRW dans son communiqué. Les...
(AFP 22/03/17)
L'organisation Human Rights Watch (HRW) a évoqué mercredi de graves violations des droits de l'Homme et des "crimes de guerre" commis à Benghazi par les forces sous le commandement du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort des autorités de l'est de la Libye. "Les forces de l'armée nationale libyenne (ANL) (autoproclamée par le maréchal Haftar) pourraient avoir commis des crimes de guerre (...) dont des actes de tortures contre des civils et des exécutions sommaires", a indiqué HRW dans son communiqué. Les forces sous le commandement de Khalifa Haftar "se sont livrées à des tueries et auraient profané...
(RFI 22/03/17)
Une importance capitale est accordée au sud de la Libye par le maréchal Khalifa Haftar qui est en train de mener une bataille pour le pouvoir. Il se place comme l'ennemi des Frères musulmans et de l'islam politique et cherche dans une guerre multiple à montrer qu'il est l'homme « fort » de Libye. Alors que le gouvernement d'Union nationale dirigé par Fayez el-Sarraj perd encore plus du terrain, les forces de Haftar se dirigent vers le sud libyen pour mieux atteindre la capitale. Décryptage. Depuis son opération « éclair écrasant », qui a conduit à la reprise du croissant pétrolier le 7 mars dernier...
(AFP 20/03/17)
Des représentants de l'ONU, de l'Union européenne, de la Ligue arabe et de l'Union africaine, réunis samedi au Caire, ont apporté leur soutien aux efforts du gouvernement d'union libyen pour asseoir son autorité à Tripoli, minée par de combats entre factions rivales. Cette réunion survient au lendemain de tirs contre des manifestants dans la capitale libyenne, qui protestaient contre la présence des milices et appelaient au rétablissement de l'autorité du gouvernement d'union nationale (GNA) après plusieurs jours d'affrontements. Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, les groupes armés...
(AFP 20/03/17)
Un avion de chasse appartenant aux forces armées du maréchal Khalifa Haftar a été abattu samedi à Benghazi, dans l'est de la Libye, où il menait un raid contre des positions jihadistes, a-t-on appris de source militaire. "Un MiG-21 a été abattu par un missile à guidage thermique", a indiqué à l'AFP Mohamad Ghunem, un porte-parole de l'état major de l'armée de l'air des forces du maréchal Haftar. "L'avion, visé par les groupes terroristes, s'est écrasé dans le secteur de Soug el-Hout mais le pilote a survécu", a-t-il indiqué. Selon M. Ghunem, le MiG-21 "effectuait un raid contre le dernier bastion des extrémistes à al-Sabri"...
(AFP 18/03/17)
Des centaines de Libyens ont manifesté vendredi contre la présence des milices dans la capitale libyenne, mais leur rassemblement a été dispersé après des coups de feu tirés par des inconnus, selon des témoins. On ignore qui est à l'origine de ces tirs et si cela a occasionné des blessés. Ces tirs se sont produits alors que quelques centaines de manifestants étaient rassemblés sur la place des Martyrs dans le centre de Tripoli, brandissant des pancartes avec des slogans hostiles à la présence de milices dans la ville et appelant au rétablissement de l'autorité de la police et de l'armée régulières.
(RFI 18/03/17)
En Libye, l'annonce à l'est du pays de la mort dans les combats de certains chefs des Brigades de défense de Benghazi met de nouveau en lumière les liens supposés entre ces brigades et l'organisation Etat islamique. Si certains groupes islamistes de cette coalition hétéroclite sont connus pour être issus d'al-Qaïda, à l'image du Conseil de la Choura des révolutionnaires de Benghazi, les liens avec le groupe EI paraissaient moins évidents. Mais plusieurs déclarations officielles sont venues le confirmer ces derniers jours. Au-delà des déclarations de certains responsables des Brigades des révolutionnaires de Benghazi ...
(Xinhua 18/03/17)
TRIPOLI, (Xinhua) -- Des milliers de Tripolitains sont descendus vendredi dans le centre de la capitale libyenne pour protester contre la présence des milices, ont rapporté samedi des médias locaux. Ils ont notamment réclamé "la primauté du droit" et "le déploiement de soldats et de policiers". Tripoli a récemment été le théâtre d'affrontements entre milices rivales. D'intenses échanges de feu et des explosions ont ainsi été entendus ces derniers temps, tandis que des rues du centre-ville ont été fermées à...
(AFP 17/03/17)
Deux importants groupes armés de la capitale libyenne ont désavoué jeudi un accord de trêve conclu sous l'égide du gouvernement d'union nationale (GNA) à Tripoli, où des combats ont de nouveau brièvement opposé des factions rivales. Cet accord avait été obtenu après quatre jours de combats ayant paralysé la capitale libyenne, sous la coupe de dizaines de milices depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011. Les deux groupes ayant dénoncé l'accord de trêve sont connus pourtant pour leur appui au GNA, le gouvernement reconnu par la communauté internationale...
(Jeune Afrique 17/03/17)
Soucieux de restaurer la grandeur de la Russie et de laver l’affront occidental en Libye, Vladimir Poutine nourrit de grandes ambitions en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, où il est désormais incontournable. Ancien du KGB réputé plus froid que l’acier, le président russe aurait rugi comme un ours blessé devant les images de la longue et brutale mise à mort de Kadhafi, lynché le 20 octobre 2011 par des miliciens révolutionnaires. Un nouveau chapitre de l’histoire de Poutine avec...
(AFP 16/03/17)
Des groupes armés ont signé un accord de cessez-le-feu à Tripoli sous l'égide du gouvernement libyen d'union nationale (GNA), après quatre jours de combats ayant paralysé la capitale, a annoncé jeudi le ministère de la Défense. Selon un communiqué, l'accord prévoit un "cessez-le-feu immédiat" dans la capitale, le départ des groupes armés de Tripoli dans un délai de 30 jours, ainsi que la libération des personnes arrêtées durant les quatre derniers jours. L'accord a été signé par le GNA, les...
(APA 16/03/17)
APA-Tripoli (Libye) - Les forces loyales au gouvernement d’union nationale en Libye ont progressé mercredi dansTripoli en parvenant à chasser des factions armées vers le sud de la ville, a-t-on appris de sources concordantes dans la capitale libyenne. Ces progrès ont été réalisés suite à de violents combats ayant duré plusieurs heures avec l’utilisation d’armes lourdes. Des dizaines de groupes armés se trouvent à Tripoli qui souffre de l’insécurité caractérisée depuis la chute de l’ancien leader libyen Mouammar Kadhafi en2011...
(Agence Ecofin 16/03/17)
(Agence Ecofin) - Mercredi, le parlement libyen de l’Est (Benghazi) a décidé de mettre fin à l’accord signé en juillet 2016 scellant l’unification des deux sociétés publiques qui contrôlaient de façon parallèle le circuit pétrolier. L’une était contrôlée par le conseil présidentiel de Tripoli, à l’ouest et l’autre par le gouvernement de Benghazi, à l’Est. L’accord mettait un terme à deux ans de division de la société d’Etat du pétrole (NOC). Cette fusion a d’ailleurs permis la remontée de la production pétrolière. Celle-ci a plus que doublé entre juillet 2016 et février 2017, passant à 700 000 b/j.
(AFP 16/03/17)
Les forces loyales au gouvernement d'union nationale libyen (GNA) ont gagné du terrain à Tripoli en chassant mercredi des groupes rivaux de leurs fiefs, au prix de violents combats qui ont paralysé la ville. La capitale libyenne, en proie à une insécurité chronique depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, est sous la coupe de dizaines de milices. Le GNA, soutenu par les Nations unies, a obtenu le ralliement de certaines d'entre elles depuis son entrée en fonction en...
(Reuters 16/03/17)
TRIPOLI, (Reuters) - De violents combats ont opposé à Tripoli des milices armées soutenant le gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale et un groupe rival, faisant de nombreux dégâts. Les locaux d'une chaîne de télévision favorable au Premier ministre autoproclamé Khalifa Ghwell ont été incendiés. Les programmes ont été interrompus. Un hôpital a aussi été la cible de tirs. La capitale libyenne, depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en octobre 2011, abrite une multitude de groupes armés dont les allégeances varient au fil du temps. Les membres du Gouvernement d'entente nationale (GEN), reconnu par l'Onu...
(RFI 16/03/17)
Les forces loyales au gouvernement d'union nationale de Tripoli (GNA) ont gagné du terrain mercredi, en chassant des groupes armés rivaux de leurs fiefs au prix de violents combats qui ont paralysé la ville depuis le début de la semaine. Cette situation a contraint le Premier ministre, Fayez al-Sarraj, à annuler sa visite prévue le jour même à Khartoum où il devait rencontrer le président Omar el-Béchir. Ces affrontements entre des milices opposées sont au fond à l’image de la...

Pages