Lundi 23 Avril 2018
(AFP 30/03/18)
Le maire de Tripoli a été libéré jeudi soir après plusieurs heures de détention dans des circonstances confuses, a annoncé le Conseil municipal dans un bref communiqué. "Libération du maire de Tripoli Abdelraouf Hassan Beitelmal", a-t-on indiqué sans autre détail. Le Conseil municipal a annoncé dans la matinée que Abdelraouf Hassan Beitelmal, maire de la capitale libyenne depuis août 2015, avait été "enlevé" chez lui dans la nuit de mercredi à jeudi par un groupe armé inconnu. Des hommes armés ont pris d'assaut la maison du maire et l'ont emmené "par la force des armes" vers une destination inconnue, selon ce texte. Le bureau du procureur général a toutefois indiqué plus tard que le maire...
(AFP 29/03/18)
Le maire de Tripoli a été enlevé de sa maison dans la nuit de mercredi à jeudi par un groupe armé inconnu, a annoncé le Conseil municipal dans un communiqué. Des hommes armés ont pris d'assaut la maison d'Abulraouf Hassan Beitelmal, maire de la capitale libyenne depuis août 2015, et l'ont emmené "par les forces des armes" vers une destination inconnue, selon ce texte. Le Conseil municipal a appelé le gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par la communauté internationale et établi à Tripoli, à "prendre immédiatement toutes les mesures nécessaires pour libérer" le maire de la capitale. Le Conseil municipal a par ailleurs annoncé la suspension de toutes ses activités pour protester contre cet enlèvement. La Libye est sous la...
(AFP 29/03/18)
Des rebelles tchadiens basés dans le sud de la Libye ont été bombardés par des avions du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'est libyen, a appris l'AFP jeudi auprès de l'armée du maréchal Haftar. "+L'armée de l’air+ (de Haftar) a mené le week-end dernier des frappes contre un barrage tenu par la rébellion tchadienne (...) à plus de 400 km au sud-est de Sebha (600 km au sud de Tripoli), ainsi que contre d'autres positions des rebelles tchadiens dans...
(AFP 29/03/18)
Des représentants des villes libyennes de Zentan et Misrata, qui comptent les groupes armés les plus puissants de l'ouest du pays, se sont rencontrés mercredi pour la première fois depuis les combats meurtriers qui les ont opposés en 2014 pour le contrôle de la capitale Tripoli. Misrata et Zentan étaient parmi les premières villes à se soulever contre le régime de Mouammar Kadhafi en février 2011. Leurs groupes armés ont pris le contrôle de la capitale durant l'été 2011, signant la fin du régime de l’ex-dictateur, capturé puis tué deux mois plus tard dans sa ville natale de Syrte. En s'installant à Tripoli, ces ex-rebelles se sont partagé le contrôle d’installations stratégiques jusqu'en 2014...
(Jeune Afrique 29/03/18)
Mis en examen le 21 mars, Nicolas Sarkozy nie farouchement avoir bénéficié des largesses du « Guide » libyen. Retour sur une idylle qui a tourné à l’aigre. Nicolas Sarkozy a raison. Quand il dit « c’est la France, c’est la fonction de président de la République qui est en cause », il reconnaît – à son corps défendant – que sa mise en examen peut déclencher le plus gros scandale de la Ve République française. Le candidat Sarkozy a-t-il...
(RFI 28/03/18)
On a beaucoup parlé ces jours-ci de sommes d’argent que l’ex-président Sarkozy aurait reçues du régime Kadhafi pour financer sa campagne électorale en 2007. Il est difficile de savoir ce qu’il en est. Si les faits étaient confirmés, ce serait effectivement très grave. Mais il y a beaucoup plus grave de la part de Sarkozy et curieusement on n’en parle moins : la guerre qu’il a lancée en 2011 contre ce même régime Kadhafi avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni,...
(AFP 27/03/18)
Plusieurs figures de l'ancien régime de Mouammar Kadhafi ont fait des déclarations sur un financement présumé par la Libye de la campagne présidentielle victorieuse de Nicolas Sarkozy en 2007. Les accusations ont commencé à fuser après la décision du président Sarkozy d'intervenir contre le régime Kadhafi, confronté à une révolte à partir de février 2011. - "Grave secret" - Juste après la reconnaissance par Paris du Conseil national de l'opposition (CNT) comme représentant du peuple libyen, l'agence officielle libyenne annonce...
(RFI 27/03/18)
En Libye, le chef de la division d'investigation auprès du procureur général, à Tripoli, a confié à RFI avoir communiqué, à la justice française, les dépositions de trois hauts dignitaires libyens emprisonnés et interrogés dans le cadre de l'affaire d'un présumé financement libyen de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy, en 2007. L'ancien président français a été mis en examen la semaine dernière pour « corruption passive », « financement illégal de campagne électorale » et « recel de détournement de fonds publics libyens ». Des faits qu’il a toujours niés. Selon les juges français, ce sont les éléments d'enquête libyens...
(MondAfrique 27/03/18)
Interface en 2005-2007 entre le colonel Kadhafi et la France, Souheil Rached, qui fait partie des neuf personnalités que Nicolas Sarkozy n’a pas le droit de voir compte tenu de son contrôle judiciaire, a renoncé à séjourner régulièrement en France où il n’a toujours pas été entendu par la justice. Ancien photographe de presse au Liban, Souheil Rached aura été surtout dans sa jeunesse un militant courageux et déterminé du FPLP, l’organisation palestinienne de Georges Habache. C’est à ce titre...
(Le Monde 26/03/18)
Un complot de Mouammar Kadhafi et de sa « bande », les élucubrations d’un « menteur doublé d’un fou » (Ziad Takieddine), le combat d’un site d’information (Mediapart) et de « ses comparses » qui « se comportent en militants politiques »… Voilà, résumés en quelques mots, les grands axes de la défense de l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy, qui a été mis en examen, mercredi 21 mars, pour corruption passive, financement illicite de campagne électorale et recel...
(RFI 23/03/18)
Sur RFI, Moftah Missouri, l'ancien interprète personnel de Mouammar Kadhafi, affirme que ce dernier a contribué à la campagne électorale de Sarkozy. Cet homme est l'un des témoins-clés du dossier de présumé financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. L’interprète officiel de Mouammar Kadhafi l’affirme sur notre antenne : le Guide libyen a bien financé la campagne de Nicolas Sarkozy à hauteur de vingt millions de dollars. Moftah Missouri explique que la première rencontre entre les deux hommes à eu lieu en 2005. Sarkozy, ministre de l’Intérieur, y fait part de son intention de se présenter...
(RFI 23/03/18)
« Il n'y a pas le plus petit commencement d'une preuve contre moi », a affirmé hier soir sur TF1 l'ancien président français Nicolas Sarkozy, qui est mis en examen par la justice française pour corruption de la part du régime Kadhafi. Nouveau témoignage ce matin, celui de Moftah Missouri, l'ancien interprète et conseiller du dictateur libyen. L'homme parle très peu. Aujourd'hui, sur RFI, il affirme que le document du site Mediapart est authentique. Surtout, il révèle qu'il existe peut-être...
(Xinhua 23/03/18)
Jeudi, le ministère libyen des Affaires étrangères a démenti les informations selon lesquelles un diplomate égyptien aurait été enlevé dans la capitale, Tripoli. Un communiqué publié par le bureau d'information du ministère a démenti les informations diffusées sur les réseaux sociaux sur l'enlèvement d'un diplomate égyptien, et précise que l'ambassade et le consulat égyptiens à Tripoli n'ont pas encore repris leurs activités. De son côté, le Département général de la sécurité des missions diplomatiques a déclaré que "toutes les informations...
(AFP 22/03/18)
L'envoyé spécial des Nations unies pour la Libye va lancer un nouvel et dernier effort pour rallier les leaders rivaux libyens à l'accord de 2015 qui avait mis en place un gouvernement d'union nationale, a-t-il annoncé mercredi au Conseil de sécurité. Ghassan Salamé a estimé qu'il y avait "très peu d'espoir" en vue d'une entente pour amender l'accord parrainé par l'ONU qui établit un gouvernement, basé à Tripoli et dirigé par Fayez al-Sarraj. "En revanche, à partir de demain, je vais entreprendre une nouvelle et dernière tentative pour mettre en place les amendements" a-t-il indiqué..
(Jeune Afrique 22/03/18)
Si l'ONU incite fortement à la tenue, cette année, d’un référendum constitutionnel et d’élections présidentielle et législatives en Libye, cette perspective pourrait ne pas être la solution. L’ONU ne semble en effet pas avoir retenu les leçons de ses errements répétés. Tribune. An 2031. Sujet d’examen de droit international : « Pourquoi parle-t‑on de fiasco de la diplomatie internationale en Libye après la révolution de 2011 ? Vous avez quatre heures. » C’était le thème redouté par tous les étudiants. Pas la...
(AFP 22/03/18)
L'ancien président français Nicolas Sarkozy, a été inculpé mercredi soir dans le cadre de l'enquête sur des soupçons de financement libyen de sa campagne électorale pour la présidentielle de 2007, a-t-on appris de source judiciaire. M. Sarkozy, qui nie les faits qui lui sont reprochés, a été mis en examen (inculpé) pour "corruption passive", "financement illégal de campagne électorale" et "recel de fonds publics libyens" et placé sous contrôle judiciaire, a précisé cette source. "C'est un coup de tonnerre après...
(AFP 22/03/18)
Un intermédiaire qui accuse, des témoins-clés en mauvaise santé ou morts: l'enquête sur des soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle victorieuse de l'ancien président français Nicolas Sarkozy en 2007 met en scène des protagonistes aux versions contradictoires. . L'intermédiaire bavard - Ziad Takieddine : ce sulfureux homme d'affaires franco-libanais, soupçonné d'avoir été un intermédiaire, a évoqué dès 2012 un financement libyen. En novembre 2016, il affirme avoir remis entre fin 2006 et début 2007 cinq millions d'euros à...
(La Tribune 22/03/18)
L’ombre de Mouammar Kadhafi continue-t-elle de planer sur la carrière politique de Nicolas Sarkozy ? Dans un scénario digne de «House of Cards», l’ancien président français est placé depuis ce 20 mars en garde à vue au sein des locaux de la police judiciaire de Nanterre, en région parisienne. Mais il avait pu regagner son domicile vers minuit. Ce mercredi sa garde à vue a été prolongée. Pour la première fois, Nicolas Sarkozy est entendu dans le cadre de l'enquête...
(Le Monde 22/03/18)
C’est une affaire aux personnages multiples, où les indices d’un financement d’une campagne présidentielle française par un agent de l’étranger s’accumulent, faute pour l’heure de preuves formelles. Et pas n’importe quel étranger : l’homme accusé d’avoir fait sauter le vol Pan Am de Lockerbie – 270 morts en 1988 –, le dictateur excentrique qui a financé la plupart des mouvements terroristes dans le monde, Mouammar Kadhafi. Il y a six ans, le site d’information Mediapart révélait le scandale, dans une...
(AFP 22/03/18)
L'ex-président français Nicolas Sarkozy, 63 ans, inculpé mercredi dans le cadre de l'enquête sur les soupçons de financement libyen de sa campagne pour la présidentielle de 2007, est un boulimique de la politique resté incontournable à droite malgré défaites politiques et épreuves judiciaires. "Il prépare son retour, c'est évident", glissait encore la semaine dernière une source au sein de son parti, Les Républicains (LR, droite). A droite, chaque déclaration de l'ancien chef de l'Etat est scrutée et les conjectures ont...

Pages