Vendredi 20 Avril 2018
(Agence Ecofin 22/01/18)
Parti de l’auto-immolation par le feu de Mohamed Bouazizi, marchand de fruit et légumes ambulant dans la ville de Sidi Bouzid en Tunisie, le Printemps arabe a secoué, entre la fin de l’année 2010 et le début de l’année 2011, le Moyen-Orient et le nord de l’Afrique. Si cet ensemble de mouvements a abouti, dans certains cas, à la fin de régimes installés depuis des décennies et à l’implémentation de la démocratie, il a également contribué à faire basculer dans l’instabilité des pays comme la Libye. Sept ans après, quel est l’héritage du printemps arabe? Les causes d’un soulèvement Pour tous les analystes, le Printemps arabe est d’abord la révolution de la jeunesse. Une jeunesse nord-africaine qui se sentait exclue...
(AFP 20/01/18)
Les vols ont repris samedi depuis l'aéroport international de Mitiga, près de la capitale libyenne, après cinq jours d'interruption due à des combats meurtriers ayant causé d'importants dégâts aux appareils stationnés sur la piste. "Nous avons rétabli les vols à l'aéroport international de Mitiga ce matin vers 8h00 avec un vol de la compagnie Buraq Air vers Tobrouk (nord-est) et un autre vol vers Tunis de la compagnie Libyan Airlines", a indiqué à l'AFP Lotfi Khalil, directeur général de l’aéroport. "Nous sommes en train d'enregistrer les passagers pour les vols de Libyan Airlines pour Jeddah (Arabie saoudite) et Alexandrie (Egypte)", a-t-il ajouté.
(RFI 20/01/18)
Le porte-parole de l'armée nationale libyenne, dirigée par le maréchal Khalifa Haftar, a annoncé jeudi soir le début d'une offensive dans le désert libyen. L'opération prénommée « la colère du désert » a lieu au sud-est du pays, près de la frontière égyptienne, et vise des rebelles soudanais du mouvement Justice et égalité, mouvement qui fait du sud-libyen sa base arrière. Cette opération militaire apparait comme une réponse direct à l'assassinat la semaine dernière de six soldats de la brigade 106 de l'armée libyenne. Ils patrouillaient dans le désert, près de l'oasis de Jaghboub, au sud-est du pays, tout près de la frontière égyptienne, quand ils ont été tués. L'armée libyenne accuse le mouvement islamiste soudanais du Darfour, Justice et...
(RFI 19/01/18)
L'envoyé spécial de l'ONU pour la Libye Ghassan Salamé a présenté depuis Tunis mercredi 17 janvier devant le Conseil de sécurité des Nations unies son rapport trimesterielle sur la situation en Libye. Il a exprimé ses craintes concernant la situation sécuritaire qui reste instable malgré une certaine amélioration. Il a mis en garde contre la violence qui risque d'enterrer l'accord politique et qui menace le processus électoral en cours. Des dates précises pour les élections générales prévues cette année en Libye,...
(Xinhua 19/01/18)
Mercredi, le Haut Conseil d'État a appelé l'ensemble des belligérants à se calmer et à éviter l'escalade militaire. "Compte tenu de la situation d'urgence exceptionnelle que connaît le pays, le conseil a continué ses réunions consultatives afin de discuter de l'évolution préoccupante de la situation, à Tripoli", a déclaré le conseil dans un communiqué. "Nous avons réitéré notre engagement à rejeter l'usage de la violence et de la force afin de régler les rivalités politiques ou personnelles", poursuit le communiqué. "Nous appelons toutes les parties à se calmer et à éviter l'escalade militaire, à éliminer les causes des tensions et a ouvrir la voie du dialogue afin de désamorcer les tensions et de protéger la capitale et ses infrastructures contre...
(Xinhua 19/01/18)
Les gardes-côtes libyens sont venus mercredi au secours de 234 clandestins au large des côtes occidentales du pays, a annoncé un porte-parole de la Marine libyenne. "Les gardes-côtes de Tripoli ont secouru 234 immigrants originaires de pays arabes et africains, dont des femmes et des enfants, qui se trouvaient sur deux canots pneumatiques", a déclaré à Xinhua Ayoub Kassem. Il a précisé que les clandestins avaient été secourus lors de deux opérations, la première au nord de la région de Mellita et la seconde au nord de Zouara, une ville située à 120km à l'ouest de Tripoli. Après avoir reçu une aide humanitaire, les clandestins ont été conduits vers la base navale de Tripoli et confiés à l'Autorité au Département...
(AFP 18/01/18)
Un bébé érythréen de trois mois est mort, faute d'évacuation médicale, à bord du navire humanitaire qui l'avait secouru au large de la Libye, alors que le mauvais temps et le manque de bateaux rendent les secours difficiles. Plus de 1.650 migrants ont été secourus depuis mardi au large de la Libye, dont nombre de femmes et d'enfants, mais si certains ont commencé à débarquer jeudi en Sicile, des centaines d'autres sont encore ballottés dans le froid en pleine mer. Le Proactiva Open Arms et le Sea-Watch 3, qui ont recueilli respectivement 315 et plus de 400 migrants, sont trop petits pour affronter avec autant de monde à bord le vent et les vagues sévissant actuellement au sud de la...
(AFP 18/01/18)
L'Europe ne doit pas, même indirectement, prendre le risque de renvoyer des migrants en Libye, où ils sont traités de manière "atroce", martèle le directeur de Human Right Watch, Kenneth Roth, infatigable défenseur des droits de l'Homme depuis plus de 30 ans. Les images chocs de CNN, montrant en novembre une vente d'esclaves africains près de Tripoli, n'ont pas surpris cet Américain de 62 ans, dont l'organisation aussi crainte que respectée s'étend désormais dans quelque 90 pays. "Human Rights Watch le rapportait depuis un certain temps déjà: la manière dont les migrants sont traités en Libye est atroce. Nous recueillons sans cesse des témoignages de travail forcé, d'abus sexuels, de torture"...
(La Tribune 18/01/18)
L'Algérienne Sonatrach et la libyenne National Oil company ont signé un accord-cadre visant à renforcer leur coopération dans la gestion des gisements frontaliers d'hydrocarbures. L'accord devrait permettre d'établir un plan d'exploitation optimum pour les gisements, éviter les malentendus et écarter tout casus belli. L'exploitation des gisements d'hydrocarbure à la frontière entre l'Algérie et la Libye ne sera bientôt plus un problème. Les compagnies pétrolières et gazières algérienne, la Sonatrach et libyenne le National Oil Company (NOC) ont signé ce lundi un accord-cadre portant sur la gestion conjointe de ces gisements. D'après un communiqué de la partie algérienne, l'accord concerne les gisements gaziers d'Alrar et de Wafa, lesquels ont été déjà au centre d'une étude conjointe réalisée en septembre 2006 par...
(Agence Ecofin 18/01/18)
Selon l’édition 2018 du rapport annuel sur les Perspectives économiques en Afrique (PEA) de la Banque africaine de développement (BAD), publié ce mercredi à Abidjan, la croissance du PIB réel global de l’Afrique devrait s’accélérer pour atteindre 4,1 %, en 2018 et 2019, contre respectivement des progressions de l’ordre de 2,2 % et 3,6 %, en 2016 et 2017. En Libye, le PIB devrait connaître une importante hausse estimée à plus de 55 %, tirée par la reprise de la production pétrolière. Le Ghana devrait progresser de 8,5 % en 2018, la Côte d’Ivoire de 7,9 %, le Sénégal de 7 %, Djibouti de 6,9 %, la Tanzanie de 6,7 %, malgré le recul de ses voisins de l’Est. L’Ethiopie...
(Jeune Afrique 17/01/18)
Recherché par Paris dans l’enquête sur le possible financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy, le sulfureux homme d’affaires français, arrêté à Londres, a été libéré sous caution. Jusqu’à son extradition ? Dans l’épilogue d’Avec les compliments du Guide. Sarkozy-Kadhafi, l’histoire secrète (Fayard, 400 pages), les auteurs Fabrice Arfi et Karl Laske avaient laissé Alexandre Djouhri à Alger, « où quelques puissances locales lui offrent le confort et un jet privé pour pouvoir continuer à se déplacer discrètement ». Le 7 janvier, le sulfureux intermédiaire français d’origine algérienne, né en 1959, a été interpellé à l’aéroport de Heathrow, en Grande-Bretagne, en possession de passeports français et algérien. Il était recherché dans le cadre de l’enquête sur le possible financement libyen...
(RFI 17/01/18)
Un calme précaire règne dans Tripoli, après les combats qui ont eu lieu lundi 15 janvier aux alentours de l'aéroport de Mitiga et qui ont fait vingt morts et plus de 60 blessés. Après une situation sécuritaire relativement stable depuis l'été, les nouveaux combats entre milices rivales relancent les préoccupations sécuritaires des citoyens, au moment où la Libye se prépare à des élections générales qui doivent se tenir dans les prochains mois. Les Libyens accordent beaucoup d'espoir aux élections qui auront lieu dans le pays durant l'année. Ils aspirent à sortir de la crise dans laquelle la Libye s'est plongé depuis 2011. Mais les combats de ce début de semaine à Tripoli, secouent ces espoirs et relancent les doutes. Les...
(AFP 16/01/18)
Le trafic aérien était toujours suspendu mardi à l'aéroport de Mitiga, près de Tripoli, au lendemain de combats entre les forces de sécurité et un groupe armé qui ont fait au moins 20 morts, selon la direction de l'aéroport. Tous les vols programmés depuis et vers Tripoli ont été détournés sur Misrata, une ville située à 200 kilomètres à l'est de la capitale, selon cette source. "Tous les vols de mardi seront assurés par Libyan Airlines depuis et vers l'aéroport international de Misrata", a indiqué la direction de l'aéroport de Mitiga sur Facebook. Lundi, un groupe armé a lancé une attaque contre Mitiga, une installation militaire qui est devenue l'unique plateforme aéroportuaire de Tripoli depuis que des combats en 2014...
(AFP 16/01/18)
Au moins 20 personnes ont été tuées lundi lors de combats entre forces de sécurité et un groupe armé qui a lancé une attaque contre l'aéroport international de Mitiga, près de la capitale Tripoli, ont indiqué les autorités. Les assaillants, qui n'ont pas été identifiés, cherchaient à libérer "des terroristes appartenant aux organisations Etat islamique (EI), Al-Qaïda et à d'autres groupes", détenus dans une prison sur le site de l'aéroport, a affirmé le gouvernement d'union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj, dans un communiqué. Malgré une amélioration de la sécurité à Tripoli ces derniers mois, des combats éclatent sporadiquement dans le secteur de l'aéroport de Mitiga...
(AFP 16/01/18)
Le Nigeria, un des poids lourds du Championnat d'Afrique des Nations 2018, a été tenu en échec par le Rwanda (0-0) pour son entrée dans la compétition, lundi, pendant que la Libye a facilement dominé la Guinée équatoriale (3-0). Saeid a réussi un doublé rapide pour libérer les Libyens (12e, 17e), qui ont corsé l'addition en toute fin de partie par Alharash (87e). Le Nigeria n'a quant à lui pas réussi à trouver le chemin des filets malgré une intense domination. Les Nigérians n'ont pas été vernis et ont touché les poteaux à trois reprises, mais au moins il n'a pas subi la même désillusion que la Côte d'Ivoire, autre favori de la compétition, battue dimanche par la Namibie. Mardi,...
(APA 16/01/18)
APA-Tanger (Maroc) - L’équipe libyenne de football a battu son homologue de la Guinée Equatoriale sur le score sans appel de trois buts à zéro, lundi à Tanger, pour le compte de la 1ère journée du Groupe B du Championnat d’Afrique des Nations Total 2018 qui se déroule sur terre marocaine. Les réalisations de la Libye ont été l’oeuvre de Saleh Taher Said qui a réussi un doublé (12è, 17è) et Zakaria Mohamed Mabrouk (87′). L’autre rencontre dans ce groupe qui a opposé le Nigeria au Rwanda s’est soldé par un nul blanc.
(AFP 15/01/18)
Le trafic à l'aéroport de Tripoli a été interrompu lundi à la suite d'une attaque par un groupe armé qui a entraîné de violents combats, a-t-on appris de sources aéroportuaire et sécuritaire libyennes. Dans un communiqué sur sa page facebook, la direction de l'aéroport international de Mitiga, le seul de la capitale opérationnel, a annoncé "la suspension du trafic aérien (...) du fait des combats qui ont éclaté ce matin", lundi. Un groupe armé a lancé "une attaque" sur le site de l'aéroport, "qui compte une prison où sont détenues plus de 2.500 personnes pour des affaires diverses", a indiqué sur sa page Facebook la force al-Radaa (dissuasion), chargée de sécuriser la plateforme. Selon cette force, la milice à l'origine...
(RFI 13/01/18)
En Libye, les sympathisants de l'ancien régime reviennent sur la scène politique. Des élections générales sont prévues en mars prochain sous l'égide de l'ONU. Les pro-Kadhafi se préparent activement à participer à ces élections. Ils s'organisent et font des réunions. Le mot d'ordre est donné : s'inscrire massivement sur les listes électorales. Près de deux millions d'électeurs sont déjà inscrits sur les listes électorales. L'enregistrement est possible jusqu'au 5 février. Cette date pourra être prolongée si l'affluence reste élevée, signale le Haut comité chargé d'organiser ces élections municipales et présidentielles en ...
(Jeune Afrique 13/01/18)
Considérer que le temps est divisible en tranches identiques appelées années, relève de sa conception discrète (c'est à dire non continue). 2018 est donc la nouvelle tranche qui, non seulement évince 2017, mais aussi la pousse à élire domicile dans nos souvenirs et nos archives calendaires. Cependant, autant une année chasse l’autre, autant certains évènements font le pont d’une année à l’autre et deviennent structurants. Aussi, en guise d’une bonne année panafricaine, revenons-nous analytiquement sur le débat sur le FCFA, le marché aux esclaves en Lybie, l’éviction de Mugabe et la Françafrique au travers de la visite de Macron en Afrique. Ce que tout cela démontre de façon robuste, c’est la forte présence du colonial dans le postcolonial Ce sont...
(AFP 12/01/18)
Un haut responsable de l'ONU s'est rendu jeudi dans l'Est libyen pour discuter d'une sortie de crise dans ce pays où des autorités rivales ainsi que de nombreuses milices se disputent le pouvoir, selon une source parlementaire Le secrétaire général adjoint de l'ONU pour les Affaires politiques, Jeffrey Feltman, a visité al-Qobba, située à 1260 kilomètres à l'est de Tripoli, où siège le Parlement élu, pour y rencontrer son président, Aguila Salah. "L'entretien, auquel a assisté l'émissaire de l'ONU pour la Libye, Ghassan Salamé (...), a porté sur les élections prévues au courant de cette année et qui devraient répondre aux attentes du peuple (libyen) et apaiser les différents acteurs politiques", a indiqué à l'AFP Abdallah Bleheq...

Pages