Jeudi 23 Novembre 2017
(AFP 03/10/17)
La Libye subit de lourdes pertes à cause des fermetures répétées des gisements et terminaux pétroliers, a déploré lundi le président de la Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC). "La fermeture du champ (al-Sharara) de la mi-août jusqu'en septembre a coûté à la Libye 308 millions de dollars", a indiqué Moustafa Sanalla, lors d'une conférence de presse lundi à Tripoli. Dimanche, la production pétrolière a de nouveau été suspendue dans ce champ d'al-Sharara, l'un des plus importants de l’ouest du pays, après sa fermeture par une milice armée. La ...
(RFI 03/10/17)
Après trois ans de fermeture, le port de Benghazi est prêt à accueillir les navires commerciaux. En 2014, la mainmise des islamistes extrémistes sur la ville a conduit à la fermeture de ce port, le plus grand, en son espace, en Libye. Destiné au trafic commercial, il va soulager les habitants de Benghazi et fera baisser les prix du gaz et d'autres produits. Les autorités accordent d'ailleurs une exonération temporaire des droits de douane sur l'importation afin de stimuler l'activité commerciale de ce port. En raison de combats entre les forces du maréchal Khalifa Haftar et les islamistes extrémistes durant de longs mois à Benghazi, le port de la ville tout comme son aéroport ont été fermés. Mais dès la...
(La Tribune 03/10/17)
En Libye, dans la zone est, le port de Benghazi a rouvert ce dimanche 1er octobre 2017, après être resté fermé depuis 2014. Les autorités de l'est du pays ont estimé que le moment était venu de relancer les activités de cet important comptoir, après avoir mené une guerre victorieuse de trois ans contre les diverses factions armées dans la ville. Le port de Benghazi est de nouveau ouvert. Après être resté fermé durant trois ans de 2014 à ce jour, le plus grand port du pays, centre névralgique du commerce et des échanges avec les pays européens riverains de la Méditerranée, va reprendre ses activités dans la région. « Le port de Benghazi a été officiellement rouvert par Abdullah...
(Xinhua 03/10/17)
Lundi, la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (MANUL) a publié un rapport indiquant qu'en septembre, 12 civils ont été tués et 23 autres blessés, y compris des femmes et des enfants, dans les violences en Libye. "Les personnes tuées comprennent sept hommes, trois femmes et deux enfants", a indiqué le rapport. "La majorité des victimes civiles ont été tuées par des explosifs et des coups de feu", selon le même rapport. "La MANUL n'a pas été en mesure de déterminer avec certitude quelles parties aux conflits avaient provoqué des pertes civiles en septembre", a-t-elle déclaré. La Mission a demandé à toutes les parties impliquées dans les conflits en Libye d'arrêter l'utilisation des mortiers, d'autres armes indirectes ainsi que...
(Jeune Afrique 03/10/17)
Réunis à Tunis depuis une semaine sous l'égide de Ghassan Salamé, l'émissaire de l'ONU pour la Libye, des représentants du maréchal Khalifa Haftar et de Fayez el-Sarraj - qui se disputent le pouvoir - sont parvenus à « des consensus sur un nombre de points importants qui doivent être amendés » dans l'accord de 2015. Des représentants des rivaux libyens étaient réunis depuis le 26 septembre en Tunisie sous l’égide du nouveau représentant de l’ONU pour la Libye, Ghassan Salamé,...
(Xinhua 03/10/17)
Le déficit de la Libye a atteint quatre milliards de dollars à l'issue des neuf premiers mois de l'année, a annoncé lundi la banque centrale du pays. "Les recettes ont été de 13,8 milliards de dinars (8,6 milliards de dollars), alors que les prévisions budgétaires tablaient sur 20,3 milliards de dinars (12,69 milliards de dollars)", a annoncé la Banque centrale de Libye (CBL), attribuant ce déficit à la baisse des revenus issus du pétrole, des impôts et des taxes douanières. D'après elle, la rente pétrolière a été de 12,1 milliards de dinars (7,5 milliards de dollars), inférieure aux estimations de 16,3 milliards de dinars (10,1 milliards de dollars). Par ailleurs, les recettes de l'impôt ont été de 493 milliards de...
(AFP 02/10/17)
Des représentants des autorités libyennes se disputant le pouvoir ont progressé pour amender un accord sur la transition politique dans ce pays soumis au chaos depuis la chute du dictateur Mouammar Kadhafi, selon l'émissaire de l'ONU pour la Libye. Des représentants des rivaux libyens étaient réunis depuis mardi en Tunisie sous l'égide du nouveau représentant de l'ONU pour la Libye, Ghassen Salamé, afin de s'accorder sur les amendements à apporter à l'accord de Skhirat signé fin 2015 au Maroc pour mettre fin à la crise politique en Libye. "Après une semaine de travail commun (...), nous sommes arrivés à des consensus sur un nombre de points importants qui doivent être amendés pour que cet accord (de Skhirat) corresponde aux développements...
(AFP 02/10/17)
Le port commercial de Benghazi a rouvert dimanche après trois ans d'inactivité due aux combats qui se sont déroulés dans la grande ville de l'est libyen, berceau de la révolte populaire ayant entraîné la chute de Mouammar Kadhafi en 2011. L'activité portuaire avait dû cesser en 2014 lorsque des groupes armés islamistes, dont des jihadistes de l'organisation Etat islamique (EI), avaient occupé la ville. Ils en ont finalement été chassés en juillet par les forces du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'est libyen, après près de trois ans d'affrontements. Deux autorités se disputent actuellement le pouvoir en Libye, pays plongé dans le chaos et miné par l'insécurité: un gouvernement d'union nationale (GNA) soutenu par l'ONU et basé à Tripoli...
(RFI 02/10/17)
Ce lundi, comparaît aux Etats-Unis un Libyen accusé d'avoir dirigé l'attaque contre le consulat américain de Benghazi, en 2012. Quatre personnes avaient été tuées, dont l'ambassadeur des Etats-Unis. Le suspect présumé Ahmed Abou Khattala a ensuite été capturé par un commando américain à Benghazi et il est désormais poursuivi devant un tribunal fédéral à Washington. Le Libyen Ahmed Abou Khattala comparaît, devant un tribunal fédéral à Washington, pour meurtre et soutien au terrorisme, et doit répondre de 18 chefs d'accusation. Il est accusé d'avoir mené une attaque à Benghazi, contre le complexe diplomatique américain, le jour du onzième anniversaire des attentats du 11-Septembre. Selon l'accusation, il commandait alors le groupe extrémiste proche d'al-Qaïda présent dans l'est libyen, Ansar al-Charia. Lors...
(Xinhua 02/10/17)
Le port de Benghazi, dans l'est de la Libye, a rouvert dimanche après être resté fermé pendant trois ans en raison des opérations militaires qui opposaient l'armée à divers groupes armés. "Le port de Benghazi a été officiellement rouvert par Abdullah Thanni, Premier ministre du gouvernement d'intérim libyen nommé par la Chambre orientale des Représentants, et par un certain nombre de responsables militaires et d'ingénieurs de l'Autorité des ports et des transports maritimes. Cette réouverture intervient après une fermeture de trois ans, imposée par les opérations militaires de l'armée contre les groupes rebelles", a déclaré à Xinhua une source au sein des forces armées. "Le port est prêt à recevoir des navires commerciaux. Le général Abdarrazzag al-Nadori, chef d'état-major de...
(Xinhua 02/10/17)
La Chambre des représentants de Libye et le Haut Conseil d'Etat ont convenu de relancer le Conseil présidentiel du gouvernement d'union nationale, une instance exécutive créée sous l'égide de l'ONU en décembre 2015, a annoncé dimanche le député Mohamed Lino. Il a précisé que les représentants des deux organes ont convenu de faire un distinguo entre le Conseil présidentiel et le gouvernement d'union nationale (GNA), réduisant la composition de ce conseil à seulement un président et deux vice-présidents. Selon M. Lino, l'accord "ne sera définitif qu'après avoir été officiellement approuvé par le Parlement" basé à Tobrouk (est). Il a également ajouté que deux points restent désormais à régler : nommer les membres du Conseil présidentiel et déterminer qui sera le...
(RFI 02/10/17)
La condition féminine est l’un des marqueurs du pays depuis 1956. Une manière de promouvoir une nation au bord de la banqueroute auprès des bailleurs de fonds internationaux. Le site d'information indépendant Mediapart a démarré vendredi 29 septembre la publication d'une série d'articles sur les pratiques de l'ancien procureur de la Cour pénale internationale, l'Argentin Luis Moreno Ocampo. Parmi les révélations du site, un épisode libyen impliquant l'ancien premier magistrat de la CPI : un bref contrat de lobbying, signé quatre ans après l'insurrection qui a fait tomber Mouammar Kadhafi, au profit d'un homme d'affaires proche du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de la Cyrénaïque entré en conflit ouvert avec les autorités de Tripoli reconnues par la communauté internationale. La...
(AFP 30/09/17)
Des combats qui font rage entre groupes rivaux depuis près de deux semaines à Sabratha, dans l'ouest de la Libye, ont fait 26 morts et 170 blessés, a indiqué vendredi le ministère de la Santé. "Le chef de la commission chargée par le ministre de la Santé du suivi des événements à Sabratha (...) a confirmé que les combats avaient fait 26 morts et 170 blessés", a indiqué sur sa page Facebook ce ministère lié au gouvernement libyen d'union nationale (GNA). Il s'agit du premier bilan officiel depuis le début des violences dans cette ville côtière, située à environ 70 kilomètres à l'ouest de Tripoli et qui est le principal point de départ des migrants clandestins vers les côtes européennes...
(Le Monde 30/09/17)
L’accord secret entre Rome et un parrain local destiné à stopper le flux de migrants a précipité les affrontements entre milices dans la cité côtière de Tripolitaine. L’ancienne « capitale » libyenne des passeurs était censée devenir une vitrine. Sabratha, cité côtière située à 80 km à l’ouest de Tripoli, était jusqu’à l’été la principale plate-forme de départs de migrants vers l’Italie. Elle a cessé de l’être à la suite d’un accord, démenti par les parties mais confirmé par des sources indépendantes, entre Rome et le principal « parrain » du trafic de migrants à Sabratha, un certain Ahmed Dabbashi, dit Al-Ammu (« l’Oncle »). Le nombre de départs de canots pneumatiques chargés de migrants a de fait spectaculairement chuté,...
(AFP 30/09/17)
Deux dignitaires d'un des plus importants clans libyens ont été tués vendredi dans le centre du pays, où ils étaient en mission de bons offices, selon des sources tribales locales. Le conseil social des tribus des Werfalla a annoncé sur sa page Facebook l'assassinat du "cheikh Abdallah Nattat, chef du comité de réconciliation, du cheikh Khamis Isbaga et de leur deux accompagnateurs". Les quatre hommes rentraient dans leur ville de Bani Walid, à environ 180 km au sud-est de Tripoli, après avoir effectué une mission de réconciliation entre des tribus à Mizda, à environ 180 km au sud de Tripoli. Selon la presse libyenne, leur véhicule a été criblé de balles par l'arrière. Le gouvernement libyen d'union nationale (GNA) a...
(RFI 30/09/17)
Le site d'information indépendant Mediapart a démarré vendredi 29 septembre la publication d'une série d'articles sur les pratiques de l'ancien procureur de la Cour pénale internationale, l'Argentin Luis Moreno Ocampo. Parmi les révélations du site, un épisode libyen impliquant l'ancien premier magistrat de la CPI : un bref contrat de lobbying, signé quatre ans après l'insurrection qui a fait tomber Mouammar Kadhafi, au profit d'un homme d'affaires proche du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de la Cyrénaïque...
(Le Point 29/09/17)
Le président du Haut Conseil des tribus et des villes élargit le champ de vision sur la crise libyenne et inclut l'Union africaine (UA) comme acteur dans la solution à envisager. Et si l'Union africaine reprenait la main dans la résolution de la crise libyenne ? Cette hypothèse a trouvé depuis ce 9 septembre un début de réalité après que le Comité de haut niveau sur la Libye, présidé par Denis Sassou Nguesso et composé de cinq pays (Afrique du Sud, Éthiopie, Niger, Mauritanie et Congo-Brazzaville), se soit réuni à Brazzaville avec plusieurs protagonistes de la crise. Pour rappel, ce comité avait tenté sans succès une médiation auprès de Khadafi en 2011. Après avoir été contourné par les uns et...
(Le Monde 29/09/17)
L’ancien conseiller du colonel Kadhafi est un personnage central de l’enquête sur le financement de la campagne électorale 2007 de Nicolas Sarkozy. Aujourd’hui installé en Afrique du Sud, il rêve d’un retour sur le devant de la scène politique à Tripoli. C’est l’homme que tout le monde veut faire parler, au grand dam de certains amis de Nicolas Sarkozy. Un septuagénaire frêle et élégant, à la peau foncée, aux yeux rieurs, aux cheveux teints en noir. Un banal père de famille ou un jeune retraité qui passe presque inaperçu, ce dont il ne se plaint pas. Bechir Saleh, ancien directeur de cabinet du leader libyen Mouammar Kadhafi, a la sagesse de penser que pour rester en vie, il n’a d’autre...
(AFP 28/09/17)
L'armée de l'air égyptienne a annoncé jeudi avoir détruit dans l'ouest du pays dix véhicules tout terrain soupçonnés de transporter des armes de contrebande depuis la Libye voisine. "Dix véhicules 4X4 transportant des armes et des munitions ont été détruits (...) à la suite d'informations obtenues sur le rassemblement d'éléments criminels qui s’apprêtaient à s'infiltrer", en Egypte depuis la Libye, a indiqué le porte-parole de l'armée, le colonel Tamer el-Refaï, dans le communiqué.
(AFP 28/09/17)
L'homme fort de l'est de la Libye, le maréchal Khalifa Haftar, sera jeudi à Paris pour rencontrer le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian, après avoir été reçu la veille à Rome par les autorités italiennes, a-t-on appris de source diplomatique. Le maréchal Haftar, opposant au gouvernement d'entente nationale (GNA) basé à Tripoli, renforce depuis plusieurs semaines son statut d'interlocuteur indispensable pour résoudre le casse-tête libyen, source d'inquiétudes...

Pages