Dimanche 20 Août 2017
(RFI 07/06/17)
Les pays voisins de la Libye ont redit leur opposition à une ingérence étrangère et à l'option militaire. Dans une déclaration signé à Alger, les ministres des Affaires étrangères de l'Algérie, de l'Egypte et de la Tunisie plaident pour une solution politique afin de résoudre la crise libyenne. A Alger, les trois ministres des Affaires étrangères des pays voisins de la Libye ont examiné le 5 mai l'évolution de la situation sécuritaire et politique à la lumière des derniers développements. Selon le communiqué diffusé à la fin de cette réunion ministérielle tripartite, les trois pays - Algérie, Libye, Tunisie - soutiennent une...
(Le Quotidien d'oran 07/06/17)
Les ministres des Affaires étrangères de l'Algérie, de la Tunisie et de l'Egypte ont mis l'accent, lundi soir à Alger, sur la nécessité de s'attacher à la préservation de l'intégrité territoriale, la souveraineté, l'unité de la Libye et la cohésion de son peuple et sur la solution politique comme moyen pour résoudre la crise, à travers le dialogue inclusif, le rejet de l'interférence étrangère et de l'option militaire. Lors de la réunion tripartie t,enue à Alger, le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, et ses homologues tunisien et égyptien, Khemaies Jhinaoui et Samah Chokri, ont passé en revue la situation sécuritaire en Libye et les affrontements survenus dans plusieurs villes et régions du pays. Les ministres ont relevé, lors de...
(AFP 06/06/17)
L'Algérie, l'Egypte et la Tunisie ont réitéré mardi à Alger leur rejet de toute "ingérence" et de "l'option militaire" en Libye et réaffirmé leur attachement à une résolution politique du conflit libyen, selon l'agence algérienne APS. A l'issue d'une réunion dans la capitale algérienne, les ministres des Affaires étrangères des trois pays ont adopté "la déclaration ministérielle d'Alger en faveur d'un règlement inclusif en Libye", explique APS. Dans cette déclaration les trois voisins de la Libye ont souligné "l'impératif de rejeter le recours...
(RFI 06/06/17)
Une délégation de l'Union africaine (UA) vient d'achever une mission de quatre jours en Libye. Elle était conduite par le ministre congolais des Affaires étrangères dont le pays préside le Haut comité de l'UA sur la Libye, avec le concours des Nations unies. La délégation a rencontré, séparément, les principaux protagonistes de la crise, Khalifa Haftar et Fayez al-Sarraj, et leur a proposé de se retrouver, prochainement, à Addis Abeba, au siège de l'organisation, pour poursuivre le dialogue et arriver à s’entendre sur une version amendée et plus inclusive de l'accord politique interlibyen de Skhirat de décembre 2015, mais l'amender pour le rendre plus inclusif.
(AFP 04/06/17)
Les forces loyales aux autorités libyennes parallèles, commandées par le maréchal Khalifa Haftar, ont annoncé samedi s'être emparées d'une base aérienne dans le sud du pays, renforçant ainsi leur présence dans le vaste désert libyen. L'armée nationale libyenne (ANL, autoproclamée par Haftar) a pris le contrôle de la base d'al-Joufra, située à 500 km au sud de Tripoli, a indiqué Khalifa al-Abidi, un porte-parole de l'ANL. Cette base était occupée notamment par les Brigade de défense de Benghazi (BDB), une coalition de combattants opposés à Khalifa Haftar, dont des islamistes chassés de la ville de Benghazi (est). Selon M. Abidi, l'ANL s'est également emparée des villes de Houn et Soukna située autour de cette base où des dépôts de munitions...
(AFP 02/06/17)
Une force formée par le Gouvernement libyen d'union nationale (GNA) a annoncé jeudi avoir pris possession de l'aéroport de Tripoli détruit en grande partie en 2014, après le départ de groupes armés rivaux qui contrôlaient les lieux. "C'est le début de la construction de l’État des institutions et de la loi", s'est réjoui le général Najmi al-Nakoua, chef de la jeune Garde présidentielle. L'aéroport de Tripoli, au sud de la capitale, avait été très endommagé par les combats meurtriers de l'été 2014, à l'issue desquels les milices de Fajr Libya s'étaient emparées de la capitale y installant un gouvernement dirigé par Khalifa Ghweil. L'aéroport était ainsi contrôlé par des forces loyales à Khalifa Ghweil, qui avait été écarté en avril...
(Afrique sur 7 02/06/17)
Le mode opératoire en Libye des djihadistes de l’Etat islamique (EI) oscille entre des enlèvements d’individus et les exécutions de ceux-ci, sans aucune forme de procès. Dans la ville de Bani Walid, au Nord de la Libye, l’on vient d’enregistrer une victime des djihadistes de l’EI. La terreur en Libye s’intensifie avec le nouveau mode opératoire des djihadistes de l’Etat islamique (EI), qui s’adonnent à des enlèvements ciblés ou non et à des exécutions des personnes enlevées. Les autorités libyennes multiplient des actions sécuritaires pour protéger les biens et les personnes, mais se trouvent en ce moment très débordées par ces actes terroristes. Récemment dans la ville de Bani Walid, au Nord de la Libye, ces djihadistes ont enlevé un...
(Libération 01/06/17)
L’UE envisage un accord avec Tripoli, semblable à celui conclu avec la Turquie, pour limiter les flux migratoires. Mais les ONG s’alarment : dans les sites de rétention libyens, les droits élémentaires ne sont pas respectés. C’est la saison des départs. On dit la mer calme. Chaque jour, des centaines d’Africains subsahariens sont entassés dans des bateaux gonflables ou des barques vermoulues et lancés en direction de l’Europe. Les passeurs libyens ne se préoccupent même plus de fournir des pilotes. Un migrant est désigné pour tenir la barre, tout droit, cap au Nord. Les bateaux ne sont pas prévus pour atteindre les côtes italiennes : le but est simplement de sortir des eaux libyennes et de croiser la route d’un...
(Xinhua 01/06/17)
TRIPOLI, (Xinhua) -- Des terroristes de l'Etat islamique (EI) ont abattu un jeune homme dans la ville de Bani Walid, dans le nord de la Libye, selon la presse locale. Les médias ont rapporté que le corps du jeune homme avait été retrouvé près d'un château d'eau des environs peu après son enlèvement. Des affrontements ont éclaté il y a quelques jours entre les forces de sécurité et des combattants affiliés à l'EI à la périphérie de la ville. Quatre terroristes ont été tués dans les combats. Les forces du gouvernement d'union nationale soutenu par l'ONU ont expulsé l'EI de la ville de Syrte l'an dernier, mais les terroristes qui ont réussi à s'échapper sévissent toujours autour de Bani Walid...
(Xinhua 01/06/17)
TRIPOLI, (Xinhua) -- Le Premier ministre libyen soutenu par l'ONU, Fayez Sarraj, a reçu mercredi une délégation du Comité de haut niveau de l'Union africaine (UA) avec qui il a abordé la crise dans son pays et comment la résoudre dans le cadre de l'accord politique. La délégation de l'UA était composée des ministres des Affaires étrangères du Congo, de la Guinée, du Niger, de la Mauritanie et du commissaire à la paix et à la sécurité de l'UA, Ismaïl al-Sharqawi. La délégation a souligné le soutien de l'UA en faveur de l'accord national du gouvernement et a salué les efforts de M. Serraj pour parvenir à une réconciliation nationale entre partis politiques rivaux. Selon la délégation, la réunion a...
(Agence Ecofin 01/06/17)
(Agence Ecofin) - En Libye, les efforts pour relancer la production après les récents affrontements payent. Mercredi, la production devrait monter à 800 000 b/j par rapport au week-end écoulé qui était de 784 000 b/j. « Cela s’explique par la résolution d’une panne technique sur le champ d'Al-Sharara », a indiqué à Reuters Mustafa Sanalla, le CEO de la National Oil Company. Ce développement met de nouveau le marché dans une situation inconfortable. La nouvelle donne en Libye, ajoutée au fait que les réductions actuelles ne suffiront pas à stabiliser l’offre, a fait perdre 1% de sa valeur au pétrole mardi. A 13 H GMT, le baril de Brent a chuté de 76 cents, soit 1,45% pour s’établir à...
(APA 01/06/17)
APA - Khartoum (Soudan) - Le président guinéen, Alpha Condé, également président en exercice de l’Union africaine (UA) s’est insurgé contre toute ingérence dans les affaires intérieures de la Libye. S’adressant à la presse ce mercredi à Khartoum, au terme d’une visite officielle de trois jours, le président Condé a prévenu que toute “intervention dans les affaires intérieures de la Libye conduirait à la +somalisation+ de la crise libyenne”. M. Condé qui s’est dit ‘’impatient’’ de trouver une solution à la crise libyenne, espère ‘’vivement’’ obtenir le soutien du Soudan pour mettre fin à la crise. Alpha Condé qui s’est entretenu de la question libyenne avec son homologue soudanais a aussi déclaré avoir tenu des réunions avec des officiels libyens...
(AFP 31/05/17)
Le Haut commissariat aux réfugiés de l'ONU (HCR) a lancé un appel à l'aide internationale de 75,5 millions de dollars pour faire face aux besoins croissants des populations en Libye, dont les personnes déplacées, les réfugiés et les demandeurs d'asile, selon un communiqué publié mardi à Genève. Les fonds sont destinés notamment à la protection et à la surveillance des interventions, ainsi qu'à l'accès aux services de base, aux procédures d'asile et à la liberté de mouvement, selon ce communiqué. "Nous avons un travail urgent à faire en Libye et nous ne pouvons le faire qu'ensemble"...
(La Tribune 29/05/17)
La Libye sera-t-elle le repaire de terroristes contre lequel les sept pays les plus industrialisés vont agir ? Difficile en tout cas de ne pas envisager la perspective avec le plaidoyer de Mahamadou Issoufou qui pousse dans le sens d’une intervention des sept pays les plus riches (G7) en Libye et à un soutien accru au G5 Sahel, la force régionale qui veut mener le combat contre le terrorisme. Les connexions libyennes de l'auteur présumé de l'attentat de Manchester, un attentat contre les chrétiens coptes qui a déclenché des frappes chirurgicales de l'armée égyptienne contre des positions jihadistes à Derna, dans l'extrême-est de la Libye.
(BBC 29/05/17)
Pour le chef de l'Etat nigérien, les sept pays les plus industrialisés du monde doivent prendre des mesures pour "éteindre le chaudron libyen". Il a souhaité par ailleurs que les membres du G7 assistent les pays du sahel dans leur projet de création d'une force pour combattre les groupes islamistes. Les dirigeants du Nigeria, de la Tunisie, de l'Ethiopie et du Kenya participent aussi au sommet du G7. En marge des travaux, le président tunisien Béji Caïd Essebsi s'est entretenu avec son homologue français, Emmanuel Macron.
(Le Soir d'Algérie 29/05/17)
Une grande tension règne à nos frontières depuis vendredi. Les raids aériens déclenchés ce jour-là par l’aviation égyptienne contre des positions de Daesh en Libye ont mis les forces de l’ANP en état d’alerte. Un peu plus loin, la Tunisie redouble elle aussi de vigilance pour faire face à une situation qui plonge en fait toute la région dans la tourmente. Tout a commencé cette fin de semaine lorsque Abdelfattah El-Sissi apparaît sur la télévision égyptienne pour informer l’opinion que des avions militaires égyptiens bombardaient au même moment (vendredi soir) des bases terroristes implantées à l’intérieur du territoire libyen. L’opération a été déclenchée en représailles à l’attaque perpétrée quelques heures plus tôt contre un bus transportant des Coptes dans la...
(Xinhua 29/05/17)
KHARTOUM, (Xinhua) -- Le président guinéen, président en exercice de l'Union africaine, Alpha Condé, est arrivé dimanche à Khartoum pour une visite officielle au Soudan, a rapporté l'agence de presse officielle SUNA. Durant cette visite, le président guinéen et son homologue soudanais Omar el-Béchir, discuteront des sujets liés au Soudan du Sud et à la Libye, selon le ministre soudanais des Affaires étrangères Ibrahim Ghandour. Le président soudanais avait accusé le Soudan du Sud et l'Egypte de soutenir les rebelles dans la région ouest du pays. M. Béchir avait affirmé que les rebelles ayant affronté les forces armées soudanaises étaient arrivés au Darfour par le Soudan du Sud et la Libye. Cette accusation intervient alors que les deux anciens ennemis...
(AFP 28/05/17)
Le groupe libyen Ansar Asharia, classé comme organisation terroriste par l’ONU et les Etats-Unis, a annoncé samedi soir sa «dissolution», dans un communiqué publié sur internet. Le groupe lié à al-Qaïda est accusé par Washington d’être derrière l’attaque du 11 septembre 2012 contre le consulat américain de Benghazi (est), qui a coûté la vie à l’ambassadeur Christopher Stevens et à trois autres Américains. Ansar Asharia admet implicitement avoir été «affaibli» Dans son communiqué, Ansar Asharia admet implicitement avoir été «affaibli» par la guerre contre les forces du maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’est libyen. Le groupe avait perdu son chef, Mohamad Azahawi, tué dans les combats contre les forces pro-Haftar fin 2014 à Bengahzi, avant d’être encore affaibli après...
(AFP 27/05/17)
L'aviation loyale au maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'Est libyen, a annoncé samedi avoir participé aux frappes aériennes menées par l'Egypte en Libye en représailles à une attaque contre des coptes en Egypte. Mais le gouvernement d'union nationale (GNA) basé à Tripoli et appuyé par la communauté internationale a dénoncé les raids égyptiens à Derna comme une "atteinte contre la souveraineté" du pays. "Quelque soient les prétextes, nous refusons tout acte qui porte atteinte à la souveraineté de notre pays. Il n'y a pas de justification pour la violation des territoires des autres pays sous n'importe quel qualificatif", a réagi le GNA dans un communiqué. L'aviation égyptienne a frappé en Libye quelques heures après une attaque, revendiquée samedi par...
(AFP 27/05/17)
Les forces loyales au gouvernement d'union nationale (GNA) en Libye ont déploré samedi 52 morts dans leurs rangs dans les violences de la veille à Tripoli, affirmant avoir repoussé une attaque de groupes rivaux. Samedi matin, au premier jour du mois de jeûne du ramadan, la situation était relativement calme dans la capitale libyenne, même si des tirs intermittents étaient entendus dans le sud de la capitale. Hachem Bichr, un responsable de sécurité, a indiqué que les forces pro-GNA avaient repoussé vendredi une attaque de groupes rivaux qui tentaient de...

Pages