| Africatime
Jeudi 27 Avril 2017
(Agence Ecofin 10/03/17)
(Agence Ecofin) - Les affrontements en cours dans l’Est de la Libye entre la milice des Brigades de défense de Benghazi et l’armée nationale, avec à sa tête, le maréchal Khalifa Haftar, affectent la production pétrolière dans la région. Celle de Waha Oil Co. dégringole progressivement et pourrait être réduite à zéro. C’est ce qu’a signifié, à Bloomberg, Jadalla Alaokali, un membre du conseil d’administration de la société d’Etat du pétrole (NOC). « La production de Waha Oil Co. continue d'être réduite et pourrait s'arrêter complètement dans les prochaines heures », a alerté le responsable. Waha Oil est une coentreprise entre le NOC, Hess Corp., Marathon Oil Corp. et ConocoPhillips. Il a, par ailleurs, indiqué que les affrontements affectent également...
(Le Point 09/03/17)
Des combats opposent des milices et les forces du maréchal Khalifa Haftar autour d'installations pétrolières. Explications sur le casse-tête libyen. Quels sont les sites visés par les combats et quelle est la situation ? Il s'agit des installations de ce que l'on appelle « le croissant pétrolier », qui comprend quatre sites majeurs : Zoueitina, Brega, Ras Lanouf et Al-Sedra. À lui seul, le croissant pétrolier assure 70 % des exportations de pétrole de la Libye. Tenues depuis par les milices d'Ibrahim Jadhran, qui avait fait alliance avec le GNA (Government of National Accord, gouvernement installé à Tripoli...
(Le Monde 09/03/17)
Le spécialiste du Maghreb Raouf Farrah explique, dans une tribune au « Monde », que le discours triomphaliste de l’armée du général Haftar sonne comme une fausse note pour la population civile de Gandoufa, où se déroule une véritable crise humanitaire. Gandoufa pleure dans un silence de mort. La ville n’existe aujourd’hui que par le gémissement de sa population, isolée du reste de la Libye. Du monde aussi. Cette petite encablure de la banlieue de Benghazi fait partie de ces mille et un lieux abandonnés par les discours médiatiques dont les souffrances et les tourments résonnent comme des cris terrifiants. De jour comme de nuit, Gandoufa vibre sous le bourdonnement des bombes de l’armée du général Haftar [homme fort de...
(Autre média 09/03/17)
A la suite de la prise de contrôle vendredi dernier du croissant pétrolier libyen par les Brigades de Défense de Benghazi (BDB), les forces du maréchal Khalifa Haftar ont perdu de leur superbe aux yeux des puissances internationales, sachant que le controversé chef militaire n’arrive toujours pas à reprendre en main ces sites clés de l’économie libyenne. Cinq jours d’intenses combats n’ont pas suffit à évincer les forces des BDB qui restent à l’heure actuellement solidement implantées dans les sites clés de production de pétrole en Libye. Même si l’Armée Nationale de Libération (ANL) du maréchal Khalifa Haftar assure toujours détenir le terminal pétrolier à partir duquel est exporté l’or noir, sa défaite de vendredi a rebattu les cartes du...
(AFP 08/03/17)
Le Parlement élu libyen, basé dans l'est du pays, a appelé à la tenue d'élections législatives et présidentielle avant février 2018 pour tenter de mettre fin à la profonde crise dans laquelle est plongé le pays. "Au regard des conditions difficiles que traverses le pays et le désordre politique actuel, il vous ai demandé de prendre toutes les mesures nécessaires pour la préparation de la tenue d'élections présidentielle et législatives avant février 2018", a indiqué le président du parlement, Aguila Salah, dans une lettre adressée au président de la Haute commission électorale libyenne (HNEC). Un porte-parole du Parlement issu des élections de 2012, Fathi al-Mrimi...
(AFP 08/03/17)
Une vingtaine de migrants d'Afrique sub-saharienne ont été tués par des passeurs sur une plage en Libye après avoir refusé d'embarquer à bord d'un bateau pour rejoindre l'Europe, a-t-on indiqué mercredi de source sécuritaire. Les migants clandestins, qui s'apprêtaient à tenter la périlleuse traversée de la Méditerranée, ont refusé de monter à bord de l'embarcation en raison du mauvais temps, a indiqué cette source sous couvert de l'anonymat. Le Croissant rouge libyen a confirmé le drame qui a eu lieu le week-end dernier sur la plage de Sabratha, mais il n'était pas en mesure de donner plus de détails.
(Le Monde 08/03/17)
Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (est) a décidé, mardi 7 mars, de retirer son soutien à l’accord de Skhirat, signé en décembre 2015 sous les auspices des Nations unies, pour protester contre l’assaut lancé dans le Croissant pétrolier, arc de terminaux en bordure du golfe de Syrte, par une coalition de forces d’obédience islamiste. Vendredi 3 mars, la Brigade de défense de Benghazi (BDB) avait réussi à déloger du port de Ras Lanouf et de Sidra les forces loyales au maréchal Kahlifa Haftar, l’homme fort de la Cyrénaïque et chef en titre de l’Armée nationale libyenne (ANL).
(La Tribune 08/03/17)
Après cinq années passées dans les geôles libyennes, Seif Al Islam peut revoir la lumière du soleil. Le second fils de Mouammar Kadhafi a été libéré par la milice de Zintane qui l'avait capturé à la chute du régime. L'avenir de cet ancien homme fort du régime se pose avec acuité sous fond de rivalité entre Khalifa Haftar et Sayyed El Sarraj. L'information est presque passée inaperçue dans les médias. Plus de cinq ans après sa capture Seif Al Islam, le second fils de Mouammar Kadhafi, est à nouveau libre. C'est le colonel Ajmi Al-Atiri, chef de la brigade d'Aboubakr Al Seddik -responsable des prisons de la ville libyenne de Zintane- qui a confirmé l'information lors d'une interview à France...
(AFP 07/03/17)
Les forces loyales au maréchal controversé Khalifa Haftar ont annoncé lundi qu'elles préparaient une large contre-offensive pour reprendre d'importants sites pétroliers du nord-est de la Libye, dont se sont emparés vendredi des groupes armés rivaux. "Une très grande mobilisation des forces libyennes armées est en cours pour chasser les bandes terroristes de la région du croissant pétrolier", a indiqué à l'AFP Mohamad Ghanim, un porte-parole de l'Armée nationale libyenne (ANL) auto-proclamée par le maréchal Haftar. Les Brigades de Défense de Benghazi (BDB) s'étaient emparées vendredi du complexe pétrolier de Ras Lanouf, qui comprend surtout un aéroport et un port, ainsi que du port proche d'Al-Sedra. Depuis, l'ANL a mené plusieurs raids aériens sur des positions des BDB, sans parvenir à...
(AFP 04/03/17)
Les gardes-côtes italiens ont annoncé avoir coordonné vendredi les opérations de secours d'environ 900 migrants au large de la Libye, portant à un record de plus de 15.000 le nombre de personnes secourues en ce début d'année. Les migrants, qui se trouvaient sur quatre canots pneumatiques et six embarcations plus petites, ont été secourus par un navire norvégien engagé dans le dispositif européen Frontex et par l'Aquarius, un navire humanitaire affrété par les ONG SOS Méditerranée et Médecins sans frontières. L'Aquarius faisait route vendredi soir vers la Sicile avec plus de 500 personnes, dont sept bébés et douze très jeunes enfants et une soixantaine de mineurs non accompagnés...
(AFP 04/03/17)
Les forces de l'homme fort de l'est libyen, Khalifa Haftar, ont perdu un important site pétrolier pris par des groupes armés rivaux mais les combats pour les en chasser continuent, a indiqué samedi un responsable. Déchirée par des luttes de pouvoir et en proie à une insécurité chronique depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est dirigée par deux autorités rivales: le gouvernement d'union nationale (GNA) à Tripoli...
(AFP 04/03/17)
Cent-quinze migrants ont été secourus vendredi au large de Tripoli alors qu'ils tentaient de rejoindre l'Europe par la mer, mais 25 autres sont portés disparus, a indiqué à l'AFP un porte parole de la Marine libyenne. "Nous avons secourus 115 migrants clandestins, dont six femmes, tous de nationalités africaines sauf un ressortissant du Bangladesh", a affirmé le général Ayoub Qassem. Selon les témoignages des survivants, "il y avait 140 passagers" à bord du bateau pneumatique qui a pris le large dans la nuit d'une plage à Tajoura, une petite ville à 30 kilomètres à l'est de Tripoli, a précisé le porte-parole.
(AFP 03/03/17)
Des groupes armés ont lancé vendredi une nouvelle offensive contre la région pétrolière de Libye pour tenter de reconquérir des installations passées sous le contrôle des autorités parallèles basées dans l'est du pays, selon des sources militaires. L'offensive a été lancée depuis al-Joufra (sud) par une alliance hétéroclite de milices d'orientation islamiste alliées à des des tribus de l'est. "Les Brigades de Défense de Benghazi (BDB) ont avancé vers le Croissant pétrolier (nord-est) et se trouvent à 15 kilomètres au sud de la ville de Nofliya", a indiqué à l'AFP le colonel Moftah...
(AFP 03/03/17)
Le Tchad, qui a fermé début janvier sa frontière terrestre avec la Libye pour des raisons sécuritaires, a décidé de rouvrir un point de passage, a indiqué vendredi le ministre de la Sécurité publique "En raison du nombre croissant de nos ressortissants qui veulent rentrer au pays, et pour des raisons humanitaires, nous avons décidé d'ouvrir un couloir pour leur permettre de traverser la frontière", a indiqué à l'AFP le ministre, Ahmat Bachir. "Ce point de passage est ouvert à Wour", a-t-il précisé, ajoutant que le gouvernement avait pris toutes les "dispositions sécuritaires" pour continuer de sécuriser ses 1.400 km de frontière avec la Libye. Le 5 janvier, le gouvernement avait annoncé la fermeture de sa frontière terrestre avec la...
(RFI 03/03/17)
La Libye était jeudi 2 mars au cœur des discussions d’Angela Merkel avec le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi. La chancelière est actuellement en déplacement. La Libye, qui est plongée dans le chaos depuis 2011, était aussi discutée en Russie : le chef du gouvernement d’union nationale libyen, Fayez al-Sarraj, était reçu jeudi à Moscou par le ministre russe des Affaires étrangères. Un signe de l’importante implication diplomatique du Kremlin dans le dossier libyen. La Russie « est convaincue que la crise actuelle ne peut être surmontée que par le peuple libyen, par toutes les parties libyennes grâce un dialogue national et inclusif visant un cessez-le-feu ». C’est le message que Sergueï Lavrov a voulu faire passer jeudi. Le ministre...
(Le Monde 03/03/17)
Deux ans et demi après la disparition en Cyrénaïque des reporters Sofiène Chourabi et Nadhir Ktari, les familles se sentent abandonnées par Tunis. Par Frédéric Bobin (Tunis, correspondant) Tunis, février 2016, devant les bureaux du premier ministre. Sonia Rejab, la mère de Nadhir Ktari, fait un sit-in de protestation contre l’inaction des autorités dans l’enquête pour retrouver son fils, caméraman, et Sofiène Chourabi, reporter, disparus en Libye en septembre 2014 Maaouia Chourabi a les traits tirés. La fatigue, il l’avoue, le mine avec toutes ces nuits « aux deux ou trois heures de sommeil seulement ». Le sexagénaire arpente à petits pas les trottoirs de l’avenue Bourguiba, la principale artère de Tunis, aux terrasses de café bondées. Il a accepté...
(AFP 02/03/17)
Stabiliser la Libye et endiguer l'afflux de migrants par la Méditerranée, ces deux thèmes profondément liés et cruciaux pour l'UE doivent dominer la visite de la chancelière allemande Angela Merkel jeudi au Caire et vendredi à Tunis. Il sera aussi question de coopération économique, l'Egypte comme la Tunisie étant en quête d'assistance et d'investissements pour relancer des économies atones minées par le chômage. Mais c'est bien la Libye, située entre ces deux pays, plongée dans le chaos depuis 2011 et tête de pont pour les migrants tentant de rejoindre l'Europe, qui sera au coeur des discussions de la chancelière avec le président égyptien Abdel Fatah al-Sissi et avec le président tunisien Béji Caïd Essebsi. "Sans stabilisation politique de la Libye,...
(Jeune Afrique 02/03/17)
Destiné à comprendre les mutations survenues depuis 2011 dans la région, le rapport d’une mission parlementaire française dresse un diagnostic sans concession. On trouvera à peine trace de la petite phrase qui a tant fait couler d’encre. Le 18 janvier, présentant à l’Assemblée nationale française le rapport d’information sur la coopération européenne avec les pays du Maghreb, le député Jean Glavany avait violé le tabou de l’état de santé des dirigeants tunisien, algérien et marocain, s’inquiétant de « pouvoirs personnels qui sont d’une grande fragilité ». « Je démens l’interprétation qui a été faite de mes propos », déclarera ensuite le député socialiste pour calmer les esprits. Le contenu du rapport lui-même a fait moins de bruit. Conclusion d’une mission...
(RFI 02/03/17)
Le Premier ministre libyen du gouvernement d'union nationale à Tripoli, Fayez El-Sarraj, entame ce jeudi 2 mars une visite à Moscou. Il rencontrera le ministre des Affaires étrangères Lavrov. Le Premier ministre libyen avait demandé la médiation de Moscou pour qu'une rencontre ait lieu entre lui et le maréchal Khalifa Haftar, alors que les deux hommes se disputent le pouvoir. El-Sarraj, plus faible que jamais, cherche pour la première fois l'appui de Moscou à son gouvernement d’union nationale, gouvernement qui est né sous l'égide de l'ONU...
(Xinhua 01/03/17)
N'DJAMENA, (Xinhua) -- Le ministre tchadien de la Sécurité publique, Ahmat Mahamat Bâchir, a annoncé mardi la réouverture de frontière de son pays avec la Libye, à un seul point à Wour, dans la région frontalière du Tibesti, selon la télévision publique. Face au péril qui menace l'intégrité du territoire national, le gouvernement tchadien avait décidé, le 5 janvier 2017, de fermer la frontière terrestre avec la Libye et de déclarer les régions frontalières de la Libye zones d'opération militaire. "Ces décisions sont d'application immédiate", avait déclaré le premier ministre tchadien, Pahimi Padacké Albert qui entendait, par ces deux décisions, parer à toute éventualité susceptible de troubler la quiétude des populations dans ces régions et de menacer la paix à...

Pages