| Africatime
Mardi 25 Avril 2017
(AFP 18/03/17)
Des centaines de Libyens ont manifesté vendredi contre la présence des milices dans la capitale libyenne, mais leur rassemblement a été dispersé après des coups de feu tirés par des inconnus, selon des témoins. On ignore qui est à l'origine de ces tirs et si cela a occasionné des blessés. Ces tirs se sont produits alors que quelques centaines de manifestants étaient rassemblés sur la place des Martyrs dans le centre de Tripoli, brandissant des pancartes avec des slogans hostiles à la présence de milices dans la ville et appelant au rétablissement de l'autorité de la police et de l'armée régulières.
(RFI 18/03/17)
En Libye, l'annonce à l'est du pays de la mort dans les combats de certains chefs des Brigades de défense de Benghazi met de nouveau en lumière les liens supposés entre ces brigades et l'organisation Etat islamique. Si certains groupes islamistes de cette coalition hétéroclite sont connus pour être issus d'al-Qaïda, à l'image du Conseil de la Choura des révolutionnaires de Benghazi, les liens avec le groupe EI paraissaient moins évidents. Mais plusieurs déclarations officielles sont venues le confirmer ces derniers jours. Au-delà des déclarations de certains responsables des Brigades des révolutionnaires de Benghazi ...
(Xinhua 18/03/17)
TRIPOLI, (Xinhua) -- Des milliers de Tripolitains sont descendus vendredi dans le centre de la capitale libyenne pour protester contre la présence des milices, ont rapporté samedi des médias locaux. Ils ont notamment réclamé "la primauté du droit" et "le déploiement de soldats et de policiers". Tripoli a récemment été le théâtre d'affrontements entre milices rivales. D'intenses échanges de feu et des explosions ont ainsi été entendus ces derniers temps, tandis que des rues du centre-ville ont été fermées à la circulation, selon des témoins. Ces affrontements ont opposé des milices rivales, l'une soutenant le gouvernement d'union nationale (GNA), appuyé par l'ONU, et l'autre l'ancien "gouvernement de salut" de l'ex-Premier ministre déchu Khalifa Gweil chassé du pouvoir début 2016 et...
(AFP 17/03/17)
Deux importants groupes armés de la capitale libyenne ont désavoué jeudi un accord de trêve conclu sous l'égide du gouvernement d'union nationale (GNA) à Tripoli, où des combats ont de nouveau brièvement opposé des factions rivales. Cet accord avait été obtenu après quatre jours de combats ayant paralysé la capitale libyenne, sous la coupe de dizaines de milices depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011. Les deux groupes ayant dénoncé l'accord de trêve sont connus pourtant pour leur appui au GNA, le gouvernement reconnu par la communauté internationale...
(Jeune Afrique 17/03/17)
Soucieux de restaurer la grandeur de la Russie et de laver l’affront occidental en Libye, Vladimir Poutine nourrit de grandes ambitions en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, où il est désormais incontournable. Ancien du KGB réputé plus froid que l’acier, le président russe aurait rugi comme un ours blessé devant les images de la longue et brutale mise à mort de Kadhafi, lynché le 20 octobre 2011 par des miliciens révolutionnaires. Un nouveau chapitre de l’histoire de Poutine avec les Arabes avait commencé quelques mois plus tôt, en mars 2011, quand les puissances de l’Otan avaient outrepassé les dispositions de la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU pour faire de la mission de protection de la population...
(AFP 16/03/17)
Sept marins turcs sont portés disparus, alors que six autres ont été secourus à la suite du naufrage jeudi d'un navire marchand au large de la Libye, selon un porte-parole de la Marine libyenne. "Il y a 13 membres d'équipage, tous de nationalité turque. Six d'entre eux ont été secourus alors que sept sont portés disparus", a indiqué à l'AFP le général Ayoub Qassem. Il a expliqué que "l'alerte avait été donnée par radio du port de Misrata sur un navire turc appelant au secours à 2 et 2,5 milles marins au large du port". "Les recherches pour retrouver les sept disparus se poursuivent (...) mais la mer très agitée rend l'opération difficile", a indiqué le général Qassem. Battant pavillon...
(AFP 16/03/17)
Des groupes armés ont signé un accord de cessez-le-feu à Tripoli sous l'égide du gouvernement libyen d'union nationale (GNA), après quatre jours de combats ayant paralysé la capitale, a annoncé jeudi le ministère de la Défense. Selon un communiqué, l'accord prévoit un "cessez-le-feu immédiat" dans la capitale, le départ des groupes armés de Tripoli dans un délai de 30 jours, ainsi que la libération des personnes arrêtées durant les quatre derniers jours. L'accord a été signé par le GNA, les ministères de la Défense et de l'Intérieur et les chefs de groupes armés de Tripoli et Misrata, ville de l'ouest libyen, d'où sont originaires plusieurs groupes armés présents dans la capitale. Des forces loyales au GNA ont été chargées de...
(APA 16/03/17)
APA-Tripoli (Libye) - Les forces loyales au gouvernement d’union nationale en Libye ont progressé mercredi dansTripoli en parvenant à chasser des factions armées vers le sud de la ville, a-t-on appris de sources concordantes dans la capitale libyenne. Ces progrès ont été réalisés suite à de violents combats ayant duré plusieurs heures avec l’utilisation d’armes lourdes. Des dizaines de groupes armés se trouvent à Tripoli qui souffre de l’insécurité caractérisée depuis la chute de l’ancien leader libyen Mouammar Kadhafi en2011. Reconnu par l’ONU et appuyé par l’Occident, le gouvernement d’union nationale a réussi à obtenir l’allégeance de certaines factions depuis son installation au pouvoir en mars 2016, mais bien des zones dans la capitale continuent d’échapper à son contrôle. La...
(Agence Ecofin 16/03/17)
(Agence Ecofin) - Mercredi, le parlement libyen de l’Est (Benghazi) a décidé de mettre fin à l’accord signé en juillet 2016 scellant l’unification des deux sociétés publiques qui contrôlaient de façon parallèle le circuit pétrolier. L’une était contrôlée par le conseil présidentiel de Tripoli, à l’ouest et l’autre par le gouvernement de Benghazi, à l’Est. L’accord mettait un terme à deux ans de division de la société d’Etat du pétrole (NOC). Cette fusion a d’ailleurs permis la remontée de la production pétrolière. Celle-ci a plus que doublé entre juillet 2016 et février 2017, passant à 700 000 b/j.
(AFP 16/03/17)
Les forces loyales au gouvernement d'union nationale libyen (GNA) ont gagné du terrain à Tripoli en chassant mercredi des groupes rivaux de leurs fiefs, au prix de violents combats qui ont paralysé la ville. La capitale libyenne, en proie à une insécurité chronique depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, est sous la coupe de dizaines de milices. Le GNA, soutenu par les Nations unies, a obtenu le ralliement de certaines d'entre elles depuis son entrée en fonction en mars 2016, mais plusieurs secteurs de Tripoli sont toujours hors de son contrôle. Mercredi, des forces loyales au gouvernement d'union ont pu chasser des groupes armés de leur quartier général, au sud du centre-ville, après des heures de violents combats,...
(Reuters 16/03/17)
TRIPOLI, (Reuters) - De violents combats ont opposé à Tripoli des milices armées soutenant le gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale et un groupe rival, faisant de nombreux dégâts. Les locaux d'une chaîne de télévision favorable au Premier ministre autoproclamé Khalifa Ghwell ont été incendiés. Les programmes ont été interrompus. Un hôpital a aussi été la cible de tirs. La capitale libyenne, depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en octobre 2011, abrite une multitude de groupes armés dont les allégeances varient au fil du temps. Les membres du Gouvernement d'entente nationale (GEN), reconnu par l'Onu...
(RFI 16/03/17)
Les forces loyales au gouvernement d'union nationale de Tripoli (GNA) ont gagné du terrain mercredi, en chassant des groupes armés rivaux de leurs fiefs au prix de violents combats qui ont paralysé la ville depuis le début de la semaine. Cette situation a contraint le Premier ministre, Fayez al-Sarraj, à annuler sa visite prévue le jour même à Khartoum où il devait rencontrer le président Omar el-Béchir. Ces affrontements entre des milices opposées sont au fond à l’image de la lutte au pouvoir engagée partout en Libye. Cette nouvelle bataille qui fait rage à Tripoli depuis le début de la semaine est en effet la matérialisation de cette lutte au pouvoir qui déchire la Libye depuis 2011. Cette bataille de...
(Xinhua 16/03/17)
CONAKRY, (Xinhua) -- Quelque 98 jeunes Guinéens rapatriés de Libye ont été accueillis mercredi par les autorités et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), a-t-on appris auprès du ministère de l'Administration du territoire et de la Décentralisation. Sur les plus de 100 jeunes Guinéens impliqués dans l'immigration clandestine vers l'Europe, l'OIM n'a pu en rapatrier que 98, ayant entre 18 et 25 ans. Depuis plusieurs années, l'OIM et le gouvernement guinéen facilitent le retour volontaire des Guinéens vivant dans des conditions précaires dans certaines régions africaines ou européennes. De 2005 à 2016, plus de 2.000 jeunes Guinéens sont retournés de façon volontaire dans leur pays, profitant des mesures d'accompagnement et de réinsertion socioprofessionnelle. Arrivés à l'aéroport international de Conakry Gbéssia,...
(AFP 15/03/17)
Les forces loyales au gouvernement libyen d'union nationale (GNA) ont gagné du terrain à Tripoli en chassant mercredi des groupes rivaux de leurs fiefs, au prix de violents combats qui ont paralysé la ville. La capitale libyenne, en proie à une insécurité chronique depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, est sous la coupe de dizaines de milices. Le GNA, soutenu par les Nations unies, a gagné le ralliement de certaines d'entre elles depuis son entrée en fonction en mars 2016 mais plusieurs secteurs de Tripoli sont toujours hors de son contrôle. Mercredi, des forces loyales au gouvernement d'union ont pu chasser des groupes armés de leur quartier général, au sud du centre-ville, après des heures de violents combats,...
(AFP 15/03/17)
Les combats faisaient rage mercredi dans la capitale libyenne entre les forces loyales au gouvernement d'union nationale (GNA) et des combattants rivaux, tandis qu'une télévision privée a été attaquée et sa diffusion interrompue. Les combats à l'arme lourde se poursuivaient en matinée autour des "Palais des Hôtes", qui servent de quartier général à des groupes armés fidèles à l'ancien chef d'un gouvernement non reconnu, Khalifa Ghweil, écarté du pouvoir à Tripoli en avril après la formation du GNA. Des forces pro-GNA avaient lancé mardi l'assaut sur ce complexe d'une dizaine de villas luxueuses situé au sud du centre-ville, selon des témoins. Khalifa Ghweil, qui a multiplié les gestes de défiance à l'encontre du GNA....
(Le Monde 15/03/17)
Après avoir perdu, début de mars, Ras Lanouf et Sidra, deux des principaux ports d’exportation du brut libyen, l’homme fort de la Cyrénaïque a repris l’avantage. Les combats se sont intensifiés, mardi 14 mars, au cœur du Croissant pétrolier, poumon économique de la Libye, où les forces loyales au maréchal Haftar, l’homme fort de l’Est libyen et chef en titre de l’Armée nationale libyenne (ANL), ont repris l’avantage face aux assaillants qui les avaient délogés de la zone dix jours plus tôt. Selon des officiels de l’ANL, cités par diverses agences de presse, les forces de M. Haftar ont rétabli leur contrôle sur Ras Lanouf et Sidra, deux des ports de cet arc de terminaux pétrolier situé en bordure du...
(AFP 15/03/17)
Des soldats de forces spéciales russes se trouvent actuellement dans une base militaire dans l'ouest de l'Egypte, près de la Libye où la Russie cherche à jouer un rôle accru, selon un responsable américain. Ce déploiement a été démenti par le ministère de la Défense russe. Selon le responsable américain, des soldats des forces spéciales russes se trouvent sur la base aérienne de Sid Barrani, à environ 100 kilomètres de la frontière libyenne. L'administration américaine surveille "de près" l'évolution de la situation, a ajouté ce responsable. Un diplomate occidental a également indiqué, sous couvert de l'anonymat, que des forces russes se trouvaient sur un "site" de l'armée égyptienne dans l'ouest du pays. Mais selon le ministère russe de la Défense,...
(APA 15/03/17)
APA-Tripoli (Libye) - Les forces du maréchal libyen controversé Khalifa Haftar ont lancé mardi une offensive pour la reprise du terminal pétrolier de Raslanov, l’un des deux sites qu’elles avaient perdus au début du mois courant, a-t-on appris de sources concordantes à Tripoli. Les terminaux de Raslanov et et Sedr se trouvent dans le croissant pétrolier libyen, une zone côtière située au sud-ouest de Benghazi. Initialement entre les mains des forces de Haftar, Ils avaient été conquis lors d’une offensive lancée le 3 mars courant par une faction dénommée « Brigades de défense de Benghazi ». Depuis lors, la production pétrolière du pays est tombée de 700.000 à 615.000 barils par jour. Cette quantité représente pratiquement la production des deux...
(AFP 15/03/17)
La Russie a-t-elle déployé des forces spéciales en Egypte, à la frontière avec la Libye, et y a-t-il des mercenaires russes en Libye ? C'est ce qu'affirme l'agence Reuters, citant des sources américaines et égyptiennes. La Russie a démenti, tout en reconnaissant suivre de près la situation en Libye, où des combats ont repris à Tripoli. Le vice-ministre des Affaires étrangères chargé de l'Afrique et du Moyen-Orient, Mikhaïl Bogdanov, a reçu mardi 14 mars, Abdel Basset al-Badri, l'émissaire du général Haftar. Et le chef des députés libyens Akim Saleh Issa a demandé à la Russie une aide en formation et en équipement militaire. D'après le porte-parole du Kremlin, la Russie est « intéressée à ce que la Libye ait un...
(AFP 14/03/17)
Les forces loyales au maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'est libyen, ont annoncé mardi la reprise de deux sites pétroliers dont s'étaient emparés des groupes armés rivaux. "Les forces armées ont libéré la totalité du croissant pétrolier", une région du nord-est du pays, a déclaré Khalifa al-Abidi, un porte-parole des forces pro-Haftar, ajoutant que "l'armée traquait le reste des groupes terroristes effondrés". Le chef des gardes des installations pétrolières, le général Meftah al-Megaryef, a confirmé la reprise des sites de Ras Lanouf et d'al-Sedra. Plongée dans le chaos, la Libye est dirigée par deux autorités rivales: le gouvernement d'union nationale (GNA) à Tripoli, reconnu par la communauté internationale, et un gouvernement basé dans l'est du pays lié au maréchal...

Pages