Mercredi 23 Août 2017
(Jeune Afrique 12/07/17)
Guidé par le souci constant de préserver un semblant d’unité et fort de ses bons résultats, le président de la National Oil Corporation (NOC), Mustafa Sanalla est devenu une figure clé du pays. «Sur le papier, c’est un technocrate neutre, un exécutant formellement placé sous l’autorité du Conseil présidentiel et du gouvernement d’union nationale [GUN] dirigé par Fayez al-Sarraj depuis Tripoli », estime un journaliste libyen. « C’est un ingénieur et un manager respecté », ajoute Jalel Harchaoui, chercheur spécialiste de la Libye à l’université Paris-VIII. Mais la situation politique du pays rend la tâche de Mustafa Sanalla, président depuis mai 2014 de la National Oil Corporation (NOC), la compagnie pétrolière nationale, plus délicate. Lire la suite sur : http://www.jeuneafrique.com/mag/453037/politique/crise-libye-national-oi...
(RFI 12/07/17)
Un comité de soutien au fils de Mouammar Kadhafi récemment libéré vient de voir le jour à Niamey, au Niger. Le comité, qui fustige le comportement de la Cour pénale internationale, dénonce ce qu’il appelle le « harcèlement » de la CPI vis-à-vis de Saïf al-Islam Kadhafi, un « espoir », selon eux, pour la renaissance libyenne. Le comité de soutien à Saïf al-Islam Kadhafi est composé de quelques dizaines de Libyens résidant au Niger, de membres de la société civile nigérienne et d'étudiants. « On connaît le vrai tribunal de la guerre en Libye, explique un membre du comité, Mohammed Ahmed, par ailleurs ancien journaliste en Libye. Nous organisons cette manifestation pour déclarer notre soutien au peuple libyen, à...
(Jeune Afrique 12/07/17)
La Libye et le Nigeria pourraient se voir imposer des quotas de production par l'Opep, d'après le "Wall Street Journal" qui cite des délégués du cartel. Ces deux pays membres de l'organisation avaient jusqu'ici été épargnés par de telles limitations, du fait des difficultés qu'ils traversaient. La production croissante de pétrole, en Libye et au Nigeria, inquiète les autres membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) qui envisagent d’imposer des quotas de production à ces deux pays, a révélé le Wall Street Journal vendredi 7 juillet. Les pays membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) avaient convenu, en novembre 2016, de réduire leur production de 1,2 million de barils par jour sur une période de six...
(L'Expression (alg) 12/07/17)
Messahel a rencontré lundi dernier en Italie son homologue Angelino Alfano pour «se féliciter du niveau «élevé» de la coopération bilatérale et de «la qualité du dialogue politique entre les deux pays» ainsi que de «la nécessité de poursuivre leurs efforts en faveur de la paix et de la sécurité dans la région». L'information a été révélée par le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, en marge de l'importante rencontre qui a regroupé à Alger, voici trois jours, des experts de haut niveau et des représentants du Forum Global de lutte contre le terrorisme, les membres du Conseil de sécurité de l`ONU, les pays du Sahel, les Nations unies, l`Union africaine et la Ligue des Etats arabes, l'Organisation de la...
(AFP 11/07/17)
Quatre personnes ont été tuées dont au moins deux civils lors de combats dimanche et lundi entre des groupes rivaux à l'est de Tripoli, selon le ministère libyen de la Santé. Selon un bilan publié dans la nuit de lundi à mardi sur sa page Facebook, le ministère a indiqué que quatre personnes, dont deux travailleurs étrangers avaient été tuées et 21 autres blessées dans des affrontements ayant eu lieu dimanche et lundi à Garabulli, à 60 km à l'est de la capitale. La nationalité des deux étrangers n'a pas été précisée. Ces affrontements ont éclaté dimanche soir à Garabulli entre des forces loyales au gouvernement d'union nationale (GNA) et des groupes rivaux liés à un ancien gouvernement. D'après des...
(AFP 10/07/17)
Des affrontements ont éclaté dimanche soir entre des forces loyales au Gouvernement d'union nationale (GNA) et des groupes rivaux dans la région de Garabulli, à 60 km à l'est de la capitale, selon des témoins. La mission de l'ONU en Libye a exprimé sa "préoccupation". "Menacer la sécurité de la capitale est inacceptable. (La mission de l'ONU) exhorte les parties à s'abstenir d'une nouvelle escalade", a écrit la mission sur son compte Twitter. Des milices fidèles à l'ancien chef d'un gouvernement non reconnu, Khalifa Ghweil, écarté du pouvoir après la formation du GNA, venues notamment...
(AFP 10/07/17)
L'Armée nationale libyenne (ANL), auto-proclamée par l'homme fort de l'est libyen Khalifa Haftar, a indiqué dimanche avoir perdu au moins 23 soldats dans des opérations de "ratissage" des dernières poches jihadistes à Benghazi, depuis l'annonce mercredi de la victoire face aux "terroristes". Selon le porte-parole des forces spéciales de l'ANL, le colonel Miloud al-Zwei, trois soldats ont été tués dimanche par des mines, dans des opérations de ratissage des quartiers de Soug al-Hout et al-Sabri, où sont retranchés les derniers jihadistes. Selon lui, vingt autres soldats ont été tués depuis mercredi "par des terroristes qui étaient cachés dans des maisons". Des combats continuent d'opposer des forces de l'ANL à des jihadistes retranchés dans la zone de Soug al-Jarid, entre Soug...
(AFP 10/07/17)
L'homme fort de l'est libyen, Khalifa Haftar, effectue une visite à Abou Dhabi, quelques jours après avoir annoncé la "libération totale" de Benghazi des combattants jihadistes, a annoncé l'agence officielle des Emirats arabes unis WAM. Le maréchal Haftar a reçu les félicitations de cheikh Mohamed ben Zayed Al-Nahyane, prince héritier d'Abou Dhabi pour ses succès militaires dans la grande ville de l'est libyen, lors de leur rencontre samedi, selon l'agence. Ensemble, ils ont examiné "la coordination entre les deux parties, en collaboration avec des entités régionales et internationales en matière de lutte contre le terrorisme", d'après la WAM. Khalifa Haftar avait annoncé mercredi "la libération totale "de Benghazi, trois ans après avoir lancée une opération militaire pour reprendre ce bastion...
(Jeune Afrique 08/07/17)
En proclamant, mercredi 5 juillet, la libération « totale » de Benghazi, le maréchal Khalifa Haftar s'est imposé comme l'homme fort de la Libye. Pour Hélène Bravin, chercheuse associée à l'Institut Prospective et sécurité en Europe, spécialiste de la Libye, celui qui avait été exclu de l'accord politique de 2015 devient un acteur incontournable, disposant d'une crédibilité propre à lui permettre d'exiger son intégration au sein du gouvernement d'union nationale. Une « libération totale ».
(Le Monde 07/07/17)
L’homme fort de la Cyrénaïque a proclamé la « libération totale » de Benghazi. Le maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de la Cyrénaïque (est), s’impose plus que jamais comme une figure incontournable de la scène politico-militaire libyenne. Mercredi, 5 juillet, il a proclamé la « libération totale » de la ville de Benghazi, où ses troupes de l’Armée nationale libyenne (ANL) combattaient des groupes « révolutionnaires » – composés de djihadistes, mais pas exclusivement – retranchés dans quelques bastions résiduels. Cette bataille de Benghazi avait...
(AFP 06/07/17)
La France s'est félicitée jeudi des "avancées" des forces du général Haftar à Benghazi, après que l'homme fort de l'est libyen a annoncé la "libération totale" de la ville des jihadistes, après plus de trois ans de combats meurtriers. Paris "salue toutes les avancées dans la lutte contre le terrorisme, comme celles actuellement enregistrées par les forces du général Haftar contre les groupes terroristes présents à Benghazi", a déclaré la nouvelle...
(AFP 06/07/17)
Les ministres des Affaires étrangères de pays européens et de pays africains d'origine et de transit réunis jeudi à Rome ont évoqué des pistes pour bloquer le flux des migrants au sud de la Libye, bien avant la Méditerranée. "Pour faire baisser le nombre de ceux qui arrivent chez nous, il faut faire baisser le nombre de ceux qui arrivent en Libye. Ne pas agir seulement au nord ou en mer, mais aussi à la frontière sud", a expliqué à la presse le ministre des Affaires étrangères, Angelino Alfano, à l'issue de la réunion. "Si les contrôles des frontières dans les pays de transit sont efficaces, alors les +billets+ vendus par la plus grande agence de voyage criminelle de l'histoire...
(AFP 06/07/17)
"Je serai enfin en mesure de rentrer chez moi. Je peux mourir tranquille maintenant", lance Saïd al-Mabrouk, 72 ans, délogé depuis trois ans par les jihadistes de sa maison à Benghazi, ville reconquise par les forces loyales à l'homme fort de l'est libyen. Habitant du quartier Al-Sabri, cheikh al-Mabrouk dit toutefois en avoir "payé le prix cher", après avoir perdu un fils dans les combats au sein des forces du maréchal Khalifa Haftar. Comme cet homme, des milliers d'habitants de Benghazi, sont descendus dans la rue dans la nuit de mercredi à jeudi pour fêter la victoire" sur les groupes jihadistes dans la deuxième ville du pays plongé dans le chaos depuis des années. Des centaines de voitures ont défilé,...
(AFP 06/07/17)
Le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'est libyen, a annoncé mercredi soir la "libération totale" de la ville de Benghazi des jihadistes, après plus de trois ans de combats meurtriers. "Après une lutte continue contre le terrorisme et ses agents, qui a duré plus de trois ans (...) nous vous annonçons la libération de Benghazi du terrorisme. Une libération totale...", a déclaré le maréchal Haftar dans un discours à la télévision. La Libye est livrée au chaos depuis la chute de l'ex-dictateur Mouammar...
(RFI 06/07/17)
Le maréchal Khalifa Haftar, bras armé du gouvernement de Baïda, à l'est de la Libye, a annoncé mercredi 5 juillet dans la soirée la libération de Benghazi des groupes islamistes et jihadistes. L'opération Dignité, lancée au printemps 2014, n'aurait dû durer que quelques semaines, elle s'est prolongée plus de trois ans durant lesquels environ 5200 combattants sont morts du côté de l’autoproclamée Armée nationale libyenne. Une victoire longue et difficile, mais qui permet à Haftar de se poser comme l'homme fort du pays. A minuit, mercredi, les familles de Benghazi étaient toujours à célébrer la libération de leur ville. Pour un jeune de Benghazi, le 5 juillet 2017 restera une date clé dans l'histoire de la Libye, au même titre...
(Bladi 06/07/17)
Le Maroc figure parmi les 22 pays exportateurs de migrants vers Libye, indique un rapport publié par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Le rapport explique que 80% des réfugiés et immigrés sont des hommes dont l’âge ne dépasse pas 22 ans et que 72% d’entre eux voyagent sans accompagnateur. Les mineurs, quant à eux, représentent 14% de l’ensemble des migrants vers l’Italie. Et pour ce qui est du niveau d’instruction, 16% d’entre eux ont reçu une formation professionnelle. Le même rapport indique également que ces Marocains subissent des violations, des maltraitances et sont victimes de réseaux de trafic d’êtres humains. Par ailleurs, un rapport du ministère de l’intérieur italien affirme que le nombre d’arrivées de migrants...
(AFP 05/07/17)
Le trafic aérien à l'aéroport de Meitiga à Tripoli a été perturbé mardi soir et mercredi en raison de violences entre des groupes armés qui contrôlent cet aéroport, a-t-on appris de sources aéroportuaires. Les vols ont été suspendus mercredi matin avant que l'aéroport n'annonce la reprise du trafic en début d'après-midi, selon la même source. Selon des témoins, des affrontements ont opposé des groupes armés qui contrôlent cette base aérienne militaire, transformée en aéroport civil après la fermeture de l'aéroport international de Tripoli, détruit par les violences durant...
(AFP 05/07/17)
Une roquette tirée par des inconnus s'est abattue mardi sur une plage à Tripoli, tuant cinq personnes, dont au moins un enfant, selon un bilan du ministère libyen de la Santé. Au moins 25 autres personnes ont été blessées dans l'explosion qui s'était produite sur la plage, en face de l’aéroport de Meitiga, dans l'est de la capitale libyenne, a ajouté le ministère dans un communiqué. Selon une source du ministère de l'Intérieur, des affrontements ont opposés mardi les services de sécurité à un groupe "hors la loi", dans le périmètre de l'aéroport. Cette source qui s'exprimait sous couvert de l'anonymat a indiqué toutefois qu'elle ignorait si cette attaque contre les civils était préméditée ou s'était produite par erreur. La...
(AFP 03/07/17)
Quarante-quatre soldats des forces loyales au maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'est libyen, ont été tués en un mois de combats contre des groupes jihadistes à Benghazi, selon une source médicale de cette ville. Les soldats ont été tués dans les quartiers d'al-Sabri et Soug al-Hout, derniers bastions des jihadistes à Benghazi, a précisé à l'AFP Hani al-Aribi, porte-parole du ministère de la Santé des autorités parallèles de l'est du pays. Deux autorités se disputent le pouvoir en Libye: un gouvernement d'union nationale basé à Tripoli et reconnu par la communauté internationale et une autorité non reconnue dans l'Est du pays à laquelle est lié le maréchal Haftar. Un porte-parole de l'Armée nationale libyenne (ANL) autoproclamée par Khalifa Haftar,...
(RFI 03/07/17)
Comment éviter la partition de la Libye—? C’est l’enjeu de la réunion de haut niveau qui aura lieu ce dimanche après-midi à Addis-Abeba en présence du Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj et du chef du comité de l’Union africaine sur la Libye, le président du Congo-Brazzaville Denis Sassou Nguesso. Jean-Claude Gakosso est le ministre des Affaires étrangères du Congo-Brazzaville. De retour d’une mission de l’UA à Tripoli et à Benghazi, il témoigne à Addis Abeba au micro de Victor Uhl et de Christophe Boisbouvier. Il y a une réunion importante ce dimanche sur la Libye. Que peut-on attendre de l’Union africaine sur ce pays ? Jean-Claude Gakosso : La Libye, c’est vraiment la grande gangrène sur le continent africain. Il...

Pages