Mardi 17 Octobre 2017
(AFP 26/09/17)
L'homme fort de l'est de la Libye, le maréchal Khalifa Haftar, a été reçu mardi à Rome par un ministre italien, renforçant encore davantage la stature internationale de l'opposant numéro un au gouvernement d'entente nationale, basé à Tripoli. Le maréchal Haftar, arrivé dès mercredi soir à Rome selon les médias libyens, a été reçu en fin d'après-midi par la ministre de la Défense italienne Roberta Pinotti, selon des images de la télévision RAI. Rien n'a filtré de cet entretien, qui pourrait être suivi selon certains médias italiens par une rencontre avec le ministre de l'Intérieur Marco Minniti. Ce dernier avait déjà rencontré...
(AFP 26/09/17)
Une session de pourparlers entre parties rivales libyennes s'est ouverte mardi en Tunisie sous l'égide du nouvel émissaire de l'ONU, Ghassan Salamé, moins d'une semaine après qu'il a présenté sa feuille de route aux Nations unies pour tenter de sortir le pays du chaos. Ces nouvelles négociations doivent se poursuivre jusqu'à la fin de la semaine à Gammarth, dans la banlieue de Tunis, où de tels pourparlers ont déjà eu lieu dans un passé récent. Si les participants parviennent "à s'accorder sur les amendements à apporter à l'accord" de Skhirat (Maroc), "cela donnera un signe très fort au reste des Libyens qu'il y a une possibilité de travailler ensemble", a déclaré M. Salamé lors d'une conférence de presse. "Nous allons...
(RFI 25/09/17)
L’armée américaine a mené vendredi 22 septembre six frappes de précision en Libye visant le groupe Etat islamique. Cette intervention est une première pour l’administration Trump. Le président américain a donné son feu vert la semaine dernière, et vendredi des drones ont bombardé un camp de l’EI à 240km environ au sud-est de Syrte, tuant 17 combattants Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet Le commandement américain pour l’Afrique, Africom, a indiqué que le camp servait de base aux jihadistes pour lancer des opérations, en Libye et à l’extérieur, et pour stocker...
(AFP 23/09/17)
L'envoyé spécial de l'ONU pour la Libye, Ghassan Salamé, a estimé vendredi que les partisans de l'ancien régime kadhafiste pouvaient participer au processus politique, et a demandé à tous les pays impliqués dans le dossier d'agir sous le parapluie de l'ONU. "Les élections (parlementaires et présidentielle) qui sont le point d'arrivée du processus doivent être ouvertes à tout le monde", a souligné M. Salamé dans une interview à la chaîne de télévision France 24. "Je veux que l'accord...
(Jeune Afrique 22/09/17)
Ses relations avec le « Guide » et la chute de celui-ci, le rôle de Nicolas Sarkozy, mais aussi sa vie en Afrique du Sud et ses tentatives pour influer sur le sort de son pays. Pour la première fois, Béchir Saleh, ancien directeur de cabinet et ex-patron du fonds souverain libyen, livre une part de sa vérité. Béchir Saleh, 71 ans, est un personnage discret, soigné, courtois et insaisissable. Dans le salon cosy du Saxon Hotel, où Nelson Mandela vécut quelque temps après sa libération, celui qui fut pendant quatre décennies l’un des plus proches collaborateurs de Kadhafi et l’un de ses derniers fidèles reçoit Jeune Afrique avec d’infinies précautions. Nous sommes à Sandton, faubourg huppé de Johannesburg. Le...
(RFI 22/09/17)
Dans son intervention devant le Conseil de sécurité des Nations unies, Fayez al-Sarraj, chef du gouvernement d'union nationale en Libye, a fait le bilan de son gouvernement, demandant plus d'aide et de clarté à la communauté internationale. Fayez al-Sarraj a demandé au secrétaire général des Nations unies et à l'envoyé spécial de l'ONU pour la Libye, de présenter un calendrier avec des dates précises pour les échéances à venir en Libye, surtout pour l'organisation des élections prévues l'année prochaine.
(AFP 21/09/17)
Huit migrants sont morts et près de 90 autres sont portés disparus après le naufrage de leur embarcation au large de la Libye, a-t-on appris jeudi auprès de la marine libyenne et d'un responsable local citant des rescapés. Le porte-parole de la marine, le général Ayoub Kacem, avait fait état dans un premier temps de plus de 100 disparus, ajoutant que l'embarcation était partie il y a quelques jours de la ville de Sabratha, située dans l'ouest de la Libye, avec l'espoir de rejoindre l'Europe. La trentaine de rescapés ont réussi à s'agripper aux restes de l'embarcation durant cinq jours avant de s'échouer sur une plage près de Zouara, une ville de l'ouest libyen située à 45 kilomètre de leur...
(AFP 21/09/17)
L'émissaire de l'ONU Ghassan Salamé a présenté mercredi sa feuille de route pour la Libye, plusieurs étapes institutionnelles avant des élections générales pour redonner un "avenir" aux Libyens. "Il y a six ans, les Libyens se sont vus promettre une transition. Aujourd'hui, ils sont fatigués, et ils veulent sortir de l'incertitude", a déclaré M. Salamé à l'ouverture d'une réunion de haut niveau sur la Libye, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU. "Les Libyens ont trop souffert. Ils méritent la paix et de vivre en paix dans la démocratie et la prospérité", avait déclaré avant lui le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres. Autour de la table, se trouvaient une dizaine de dirigeants des pays impliqués directement ou indirectement dans...
(AFP 21/09/17)
Au moins six hommes armés ont été tués en quatre jours de combats entre groupes rivaux à Sabratha, ville libyenne devenue plaque tournante pour les départs de migrants vers l'Europe, selon des bilans communiqués mercredi à l'AFP par les deux camps. Selon les mêmes sources, 48 hommes armés ont également été blessés. Il n'était pas possible dans l'immédiat de vérifier ces bilans de source indépendante. Les affrontements ont débuté dimanche après la mort d'un membre de la milice d'Ahmad Dabbashi...
(RFI 21/09/17)
La Libye était au menu des discussions d'une réunion de haut niveau en marge de l'Assemblée générale de l’ONU mercredi 20 septembre. L'envoyé spécial des Nations unies, Ghassan Salamé, a présenté sa feuille de route pour aboutir à des élections crédibles et à une vraie alternance politique. Cette initiative fait suite à l'accord de La Celle-Saint-Cloud, en juillet dernier, lors duquel les deux hommes forts du pays, Fayez al-Sarraj, à la tête du gouvernement d'entente nationale, et le maréchal Haftar, qui dirige l'Est libyen, s'étaient engagés à respecter le cessez-le-feu et à tenir des élections dès que possible. L'ONU veut maintenant construire sur ce «momentum». A l'opposé des nombreuses crises discutées en marge de cette Assemblée générale, il existe «...
(Jeune Afrique 20/09/17)
La France et l'Union africaine souhaitent organiser une conférence nationale interlibyenne avant fin 2017. Un événement qui aura pour but de définir un plan d'action pour sortir la Libye du "chaos". Selon nos informations, Jean-Yves Le Drian, le ministre français des Affaires étrangères, a téléphoné le 13 septembre au président congolais, Denis Sassou Nguesso, pour lui faire le compte rendu de son voyage en Libye des 4 et 5 septembre.
(AFP 19/09/17)
Un groupe armé a fermé lundi un oléoduc qui approvisionne en essence la capitale libyenne, causant une pénurie de carburant et de longues files d'attente devant les stations-service, a déploré mardi la Compagnie nationale de pétrole (NOC). "Un groupe armé est entré de force dans le complexe pétrolier de Zawiya (50 km à l’ouest de Tripoli) lundi (...) obligeant les opérateurs à suspendre l'approvisionnement en carburant des réservoirs de Tripoli", a indiqué la NOC dans un communiqué...
(Jeune Afrique 19/09/17)
Le Français Jean-Yves Ollivier a organisé une rencontre entre l’ancien directeur de cabinet de Mouammar Kadhafi, Béchir Saleh, et le leader islamiste libyen Abdelhakim Belhadj. Après avoir accordé une interview exclusive à J.A., Béchir Saleh, l’ancien bras droit et confident de Mouammar Kadhafi, a fait sa première apparition publique depuis cinq ans lors du mini-sommet sur la Libye de Kintélé, banlieue de Brazzaville, le 9 septembre. Las : informée...
(AFP 18/09/17)
L'homme fort de l'est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, a effectué lundi une visite inédite à Tunis, où il a été reçu par le président Béji Caïd Essebsi, qui s'est dit prêt à œuvrer à la réconciliation entre parties rivales libyennes. "La stabilité de la Libye est une condition nécessaire pour la stabilité de la Tunisie", a réaffirmé M. Essebsi, appelant les parties libyennes à "dépasser leurs différences" et à "œuvrer pour la construction d'un Etat". Tout en soulignant le "rejet de la Tunisie de s'ingérer dans les affaires internes en Libye", il a insisté sur sa volonté de "faciliter...
(AFP 18/09/17)
L'Italie a accueilli dimanche 87 nouveaux garde-côtes libyens pour un programme de formation visant à améliorer la lutte contre le trafic de migrants en Méditerranée, a annoncé lundi l'opération navale de l'UE Sophia. La formation qui s'adresse à des officiers de la marine et des garde-côtes, en première ligne contre les passeurs qui opèrent depuis les côtes libyennes, se déroule sur une base de la marine italienne à Taranto (sud) et durera jusqu'à la mi-novembre, a indiqué l'opération EU NavforMed Sophia dans un communiqué. Elle vise à "accroître la sécurité des eaux territoriales libyennes" en "renforçant leurs capacités et compétences de base en sécurité maritime, y compris dans les activités de recherche et de secours pour sauver des vies et...
(AFP 18/09/17)
Le chef d'un cabinet parallèle basé dans l'est de la Libye a appelé dimanche la communauté internationale à reconnaître de nouveau son gouvernement, arguant qu'il contrôlait la majorité du pays, au contraire du gouvernement d'union nationale (GNA) issu de l'accord parrainé par l'ONU. "Le gouvernement provisoire est constitutionnellement issu du Parlement élu et puise sa légitimité (...) des urnes", a déclaré par téléphone à l'AFP Abdallah al-Theni, dont le cabinet est basé à al-Baïda, à 1.200 km de la capitale Tripoli. "Nous contrôlons, avec notre vaillante armée, plus de 90% du pays", a poursuivi M. al-Theni, en allusion à l'homme fort de l’est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, et à la force autoproclamée "Armée nationale libyenne (ANL)" qu'il commande. Il...
(AFP 18/09/17)
De violents combats ont éclaté dimanche entre une force de sécurité et une milice d'un ex-trafiquant présumé de migrants, dans la ville de Sabratha, plate-forme libyenne de l'immigration clandestine vers l'Europe, selon un responsable local de la sécurité. Ces affrontements ont débuté après la mort d'un membre de la milice d'Ahmad Dabbashi, dit Al-Ammou (l'Oncle), connu pour avoir été l'un des barons locaux du trafic de migrants et qui contrôle près de la moitié de cette ville située à environ 70 kilomètres à l'ouest de Tripoli. L'incident mortel a eu lieu à un barrage tenu par une force de sécurité formée initialement par le gouvernement d'union nationale (GNA) pour chasser les jihadistes du groupe État islamique (EI), qui avaient occupé...
(AFP 18/09/17)
Plus de 3.000 migrants ont été ramenés à terre par les gardes-côtes libyens en une semaine, tandis qu'environ 2.000 autres ont débarqué en Italie, selon un bilan établi dimanche à partir de plusieurs sources officielles et un média italien. Ces chiffres indiquent que la route migratoire entre la Libye et l'Italie, le pays européen le plus proche, n'est donc pas totalement fermée malgré la chute spectaculaire du flux des migrants entre ces deux pays. L'Italie a enregistré 6.500 arrivées depuis la mi-juillet, soit à peine 15% de la moyenne enregistrée sur cette période entre 2014 et 2016...
(RFI 18/09/17)
Le maréchal Khalifa Haftar a reçu une invitation pour effectuer une visite officielle en Tunisie depuis plusieurs mois. Ce sera finalement une réalité ce lundi 18 septembre, à son retour du Congo-Brazzaville, et juste avant son départ pour l’Italie, où il est également convié. Il doit rencontrer ce matin le président tunisien. Pour des raisons de sécurité, la venue de Khalifa Haftar à Tunis a été préparée en toute discrétion. Au cours de sa visite, il doit rencontrer le président tunisien Beji Caïd Essebsi et évoquer avec lui l’accord politique entre les parties libyennes, le combat contre le terrorisme et les relations entre les deux pays. La Tunisie et la Libye ont des relations historiques profondes, a rappelé le ministre...
(Le Monde 18/09/17)
Pour beaucoup de lesbiennes et gays issus d’une culture conservatrice, la pression familiale est trop forte pour pouvoir assumer un « coming-out ». La saison des mariages touche à sa fin. Cet été encore, Alex* n’a pas trouvé la bonne personne avec qui contracter un mariage de convenance. Une union tant souhaitée qui aurait pu lui permettre de vivre son homosexualité sans subir « la pression latente » de sa famille. Alex a 33 ans, est originaire d’Algérie et est musulman pratiquant. Il a un bon travail. Il est cadre supérieur à Lyon, employé par une administration d’Etat dans le domaine de la construction. Il y a un an, le jeune homme a décidé de sauter la pas et de...

Pages