Lundi 24 Juillet 2017
(AFP 16/10/13)
Le Libyen Abou Anas Al-Libi, membre présumé d'Al-Qaida, capturé la semaine dernière à Tripoli par les forces spéciales américaines et qui a comparu lundi 14 octobre devant la justice américaine, a plaidé non coupable mardi des accusations qui pèsent contre lui. Il est suspecté d'être impliqué dans un attentat à la bombe commis contre l'ambassade des Etats-Unis au Kenya et qui avait tué plus de 200 personnes, dont 12 Américains, le 7 août 1998. Abou Anas Al-Libi a été capturé le 5 octobre devant chez lui à Tripoli, puis il a été transféré à bord d'un navire de la marine américaine en Méditerranée pour y être interrogé. Il figurait sur la liste des personnes les plus recherchées par le FBI...
(Sidwaya 16/10/13)
Dans la tribune qui suit, le Secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), Carlos Lopes, questionne les voies du développement du continent.Il invite à une bonne négociation des contrats miniers, afin de tirer un plus grand profit des ressources minérales.L’économie politique de l’Afrique est profondément ancrée dans l’histoire de l’exploitation et de la gouvernance ou de la malgouvernance de ses ressources naturelles et minérales. Plus de 500 ans après l’exploitation commerciale de ses ressources, le continent continue de posséder plusieurs des grands gisements inexploités de minéraux dans le monde. A titre d’exemple, l’Afrique a à son actif, trois quarts de l’offre mondiale de platine et la moitié de celle de diamant et de chrome. Elle détient près du...
(RFI 16/10/13)
Le Rwandais Donald Kaberuka est le président de la Banque africaine de développement (BAD). Il vient de participer à Paris au treizième forum de l’OCDE sur l’Afrique. A cette occasion, Donald Kaberuka fait le point sur les défis à relever par le continent, notamment ses relations avec la Chine. Le banquier rwandais réagit à l'affirmation de Sanusi Lamido Sanusi, le gouverneur de la Banque centrale du Nigeria, qui déclarait récemment : « La Chine s’empare de nos matières premières et nous vend des biens manufacturés. C’est l’essence même du colonialisme ! ». Donald Kaberuka s’exprime également sur le retour de la BAD à Abidjan, alors que la banque s’était délocalisée en Tunisie il y a dix ans. RFI: Quatorze millions...
(RFI 16/10/13)
C’est la journée mondiale de l’alimentation ce mercredi 16 octobre. Selon l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO) un tiers de la production alimentaire mondiale est « perdue ou gaspillée », par négligence ou faute de moyens de stockage. Soit 1,3 milliard de tonnes par an. Or, 842 millions de personnes souffrent, aujourd'hui, encore de la faim dans le monde. Voici un aperçu de la situation dans plusieurs pays en Afrique. La République démocratique du Congo est l’un des pays où le taux de malnutrition chronique est le plus fort, notamment du fait des milliers de déplacés dans les conflits. Cette malnutrition touche près de 40% des Congolais. Les régions de l’Est, denses en populations déplacées sont très...
(AFP 16/10/13)
LONDRES, 16 octobre 2013 (AFP) - Londres accueille cette semaine la première foire d'art contemporain africain en dehors du continent noir, témoignant de l'émergence d'un marché aux oeuvres profondément ancrées dans les réalités sociales et politiques. "Dans la mentalité de beaucoup de gens (en Occident), l'art africain se résume aux arts premiers", explique Philippe Boutté de la galerie Magnin-A basée a Paris et spécialisée dans l'art africain contemporain. Le public a longtemps vu dans les artistes qu'on exposait "des +Bushmen+, des gens qui auraient fait de l'art sans le savoir", note-t-il avec ironie, "alors que ce sont des vrais artistes". Derrière lui, un imposant trône de l'artiste mozambicain contemporain Gonçalo Mabunda, confectionné uniquement de revolvers, Kalachnikov et autres munitions vestiges...
(Le Figaro 14/10/13)
Les poursuites engagées, pour crimes contre l'Humanité, par la Cour pénale internationale à l'encontre du président kényan Uhuru Kenyatta et de son vice-président, William Ruto, ont profondément agacé l'Union africaine. L'Union africaine n'a finalement pas mis sa menace à exécution. Réunis samedi en sommet extraordinaire à Addis-Abeba, les présidents du continent n'ont pas retiré en masse leurs pays de la Cour pénale internationale (CPI). Ils ne l'avaient en fait jamais réellement envisagé. Ils ont néanmoins manifesté leur agacement vis-à-vis du tribunal de La Haye, qualifié de «raciste» et «d'impérialiste» par le président kényan, Uhuru Kenyatta. Au centre de ce début de fronde continentale, se trouvent précisément les poursuites engagées, pour crimes contre l'Humanité, par la CPI à l'encontre d'Uhuru Kenyatta...
(AFP 12/10/13)
ADDIS ABEBA, 12 octobre 2013 (AFP) - Un sommet extraordinaire de l'Union africaine qui doit examiner une résolution demandant l'ajournement des procédures ouvertes par la Cour pénale internationale contre des dirigeants en exercice, s'est ouvert samedi à Addis Abeba, a constaté une journaliste de l'AFP. La présidente de la Commission de l'UA, la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma, et le président en exercice de l'organisation, le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn devaient s'exprimer à la tribune avant des débats à huis clos. Le président kényan, dont le procès pour crimes contre l'humanité doit s'ouvrir le 12 novembre devant la CPI et dont le pays a sollicité la réunion était présent dans la salle. Son vice-président William Ruto est lui jugé depuis le...
(Xinhua 12/10/13)
BRUXELLES, -- Presque la moitié du fonds EU Children of Peace bénéficie à des enfants africains, a indiqué vendredi la Commission européenne dans un communiqué rendu public à l'occasion de l'anniversaire du fait que l'Union européenne (UE) avait été honorée en 2012 en tant que lauréat du Prix Nobel de la paix. Lors de la cérémonie de remise du Prix Nobel de la paix le 10 décembre 2012, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso, le président du Conseil européen Herman Van Rompuy et le président du Parlement européen Martin Schulz avaient annoncé la décision de créer un fonds avec le Prix Nobel de la paix, afin de soutenir des projets destinés aux enfants victimes des conflits. Ce...
(AFP 11/10/13)
TRIPOLI, 11 octobre 2013 (AFP) - Le Premier ministre libyen Ali Zeidan a qualifié vendredi son enlèvement la veille d'une "tentative de coup d'Etat", dans un discours à la nation retransmis par la télévision. "Je ne pense pas que plus de 100 véhicules armés puissent boucler un quartier à la circulation, sans qu'un ordre ait été donné (...) Ceci est une tentative de coup d'Etat contre la légitimité", a-t-il déclaré. M. Zeidan a dénoncé par ailleurs "un acte criminel et terroriste", accusant, sans le nommer, "un parti politique" d'être derrière son enlèvement. Le chef du gouvernement de transition a été enlevé à l'hôtel Corinthia où il réside pour des raisons de sécurité. Il a affirmé que ses ravisseurs avaient présenté...
(AFP 11/10/13)
LA HAYE, 11 octobre 2013 (AFP) - La Cour pénale internationale a décidé vendredi que la Libye pouvait juger l'ancien espion en chef du dictateur déchu Mouammar Kadhafi, Abdallah al-Senoussi, une première historique pour la CPI. Celle-ci avait demandé que l'ancien espion lui soit remis afin de le juger pour crimes contre l'humanité. Étant donné qu'Abdallah al-Senoussi va être jugé en Libye, les juges de la CPI "ont conclu que le cas ne pouvait être porté devant la Cour, en accord avec le principe de complémentarité", selon un communiqué de la cour. C'est la première fois qu'une telle décision est prise par la Cour, qui avait refusé de pareilles demandes de la part du Kenya, notamment. L'avocat de Senoussi, Ben...
(AFP 11/10/13)
Une voiture piégée a explosé sans faire de victimes devant le bâtiment, l'une des dernières représentations étrangères dans cette ville de l'Est libyen. Le consulat de Suède à Benghazi, dans l’est de la Libye, a été visé vendredi par un attentat à la voiture piégée qui n’a pas fait de victime, a annoncé à l’AFP un porte-parole des services de sécurité de la ville. «Une puissante explosion s’est produite devant le consulat de Suède, provoquant d’importants dégâts matériels au bâtiment et au voisinage mais sans faire de victime», a déclaré à l’AFP le colonel Abdallah Zaidi, précisant ensuite que l’explosion était due à une voiture piégée. Le consulat de Suède est l’une des rares représentations diplomatiques encore ouvertes à Benghazi,...
(Libération 11/10/13)
Patrick Haimzadeh, ancien diplomate, réagit à l'enlèvement d'Ali Zeidan, ce matin à l'aube, par un groupe d'ex-rebelles qui l'a relâché ce midi. Patrick Haimzadeh, ancien officier, puis diplomate arabisant, a été en poste en Libye, où il retourne régulièrement. Il a publié Au cœur de la Libye de Kadhafi (Editions Jean-Claude Lattès) en 2011 et prépare un nouvel ouvrage sur l’insurrection libyenne. Il réagit à l'enlèvement du Premier ministre libyen Ali Zeidan, ce matin à l'aube, par un groupe d'ex-rebelles qui l'ont relâché ce midi. Pourquoi avoir séquestré quelques heures le Premier ministre ? D’abord ces groupes d’ex-rebelles ont leur propre agenda. On peut imaginer que le groupe qui a arrêté quelques heures le Premier ministre, réputé proche des Occidentaux et...
(7sur7 11/10/13)
Le Premier ministre libyen Ali Zeidan a accusé "un groupe politique", sans le nommer, d'avoir organisé son enlèvement jeudi matin pendant quelques heures, dans un entretien à la télévision France 24. "C'est un parti politique qui veut destituer le gouvernement par tous les moyens", a déclaré le Premier ministre. "Pour avoir parlé avec ceux qui m'ont pris en otage, j'ai compris les raisons qui se trouvaient derrière mon enlèvement. Ils veulent destituer le gouvernement par la force, par la démocratie, par les voies non démocratiques ou par n'importe quel moyen", a-t-il poursuivi. "Dans les jours qui viennent, je donnerai plus d'informations sur ce parti politique qui a organisé mon enlèvement", a promis le chef du gouvernement libyen. Selon M. Zeidan,...
(Le Figaro 11/10/13)
L'enlèvement, jeudi, du premier ministre libyen Ali Zeidan, brièvement détenu par une milice théoriquement placée sous les ordres des autorités de Tripoli, illustre l'emprise des groupes armés d'affiliation locale et régionale dans un pays où le pouvoir central s'est effondré. Un enlèvement contre un enlèvement. L'«arrestation», jeudi, du premier ministre libyen Ali Zeidan par un groupe d'ex-rebelles répond, aux dires mêmes des ravisseurs, à la capture, il y a cinq jours, d'un chef d'al-Qaïda, Abou Anas al-Libi, par un commando américain. «Depuis cet événement, le pays et le gouvernement, déjà fragiles, ont été ébranlés», témoigne une source occidentale dans la capitale libyenne où de nombreux tirs d'armes automatiques se sont faits entendre dans la nuit de mercredi à jeudi. L'action...
(Le Figaro 11/10/13)
Les opérations militaires en Libye avaient été un succés pour la coalition en 2011. Depuis, le pays est dans une impasse et la fin du conflit se fait encore attendre. En 2011, la guerre aérienne franco-britannique menée en Libye, avec le soutien des États-Unis, fut considérée par certains comme un modèle d'intervention militaire pour l'avenir. Les objectifs furent atteints en quelques mois, sans pertes humaines pour la coalition et avec très peu de dégâts collatéraux au sol. Deux ans et demi plus tard, le chaos qui règne dans ce pays relativise le succès remporté à l'époque par la coalition. Une guerre se gagne toujours au sol, ont coutume de dire les «terriens». Il existe une autre maxime dans la théorie...
(Global Net 11/10/13)
On a souvent tendance à comparer les transitions dans les pays du printemps arabe, aux processus transitoires enclenchés dans les pays de l’Europe de l’Est au début des années 90 dans la foulée de la chute du mur de Berlin et de l’effondrement de l’ex-URSS. Cette comparaison, plausible au début des soulèvements arabes étant donné des réalités socio-économiques peu ou prou analogues, parait de plus en plus inappropriée. Pour la simple raison que les pays est-européens regardaient vers la même direction et prônaient d’emblée l’idéal ouest-européen, celui de la démocratie, de la liberté et de l’économie de marché. L’Europe, soucieuse de ne pas voir le désordre à ses confins, n’a pas hésité à leur prodiguer son soutien, et à les...
(Xinhua 11/10/13)
La situation sécuritaire en Libye est sous contrôle, a assuré le président du Congrès général national Nuri Abusahmain lors d'une conférence de presse jeudi, juste après la libération du Premier ministre libyen Ali Zeidan, retenu comme otage pendant trois heures plus tôt dans la même journée. Ni les citoyens, ni les étrangers, ni les diplomates ne seront touchés par les controverses politiques en cours dans le pays, a indiqué M. Abusahmain, ajoutant que l'enlèvement du Premier ministre survenait dans des temps de lutte politique en Libye. Des membres de la Chambre des opérations des révolutionnaires ont effectué un raid sur l'hôtel sous haute sécurité de M. Zeidan à Tripoli vers 04h00 du matin (0300 GMT) et l'ont enlevé, ont indiqué...
(Le Pays 11/10/13)
La Libye, un Etat néant ? Il y a de quoi s’interroger et même s’inquiéter après l’enlèvement, en plein centre de Tripoli, puis la libération du chef du gouvernement de transition, Ali Zeidan. Une forme de kidnapping aussi insolite que scandaleuse, revendiquée par l’ancien groupe rebelle de la Chambre des opérations révolutionnaires de Libye. Cet enlèvement avait été qualifié « d’arrestation », en somme, une sorte de représailles, puisqu’elle est intervenue cinq jours après la capture à Tripoli d’Abou Anas al-Libi, un chef présumé d’Al-Qaïda. En effet, dépêchés par Washington, des commandos étaient venus extraire avec succès le chef terroriste libyen dont la tête avait été mise à prix des années durant. L’homme aurait ordonné des attentats ayant coûté de...
(AFP 11/10/13)
LE CAP, 11 octobre 2013 (AFP) - Les dirigeants africains militant en faveur d'un retrait de la Cour pénale internationale cherchent un réalité "un permis de tuer, de mutiler et d'oppresser" en toute impunité, a dénoncé vendredi le prix Nobel de la paix sud-africain Desmond Tutu. M. Tutu a demandé aux leaders des 54 Etats membres de l'Union africaine (UA), dont certains estiment le continent traité de manière "injuste", de s'opposer à leurs homologues "les moins démocratiques" afin qu'ils ne quittent pas la CPI, rappelant que l'Afrique avait participé à sa création, engageant des procédures et fournissant du personnel. "Certains à l'UA pourraient avancer la carte raciale ou la carte coloniale dans leurs discours", a estimé M. Tutu dans une...
(Xinhua 11/10/13)
LUSAKA, 10 octobre (Xinhua) -- L'African Ministers Council on Water (AMCOW) s'est dit inquiet car la région sub-saharienne lutte pour atteindre l'Objectif du millénaire pour le développement (OMD) sur les conditions d'hygiène et a appelé à une intensification des efforts, a rapporté jeudi le Times of Zambia. Le secrétaire exécutif d'AMCOW, Bai-Mass Taal, a déclaré que bien que les pays reconnaissent que l'accès aux conditions sanitaires et d'hygiène sûres restent une condition pour des moyens de subsistance significatifs, les progrès en matière d'OMD sont encore bas. « Malheureusement de nombreux pays d'Afrique sub-saharienne n'arrivent pas atteindre les OMD sur l'hygiène », a-t-il déclaré cité par le journal au lancement d'une réunion sous-régionale d' Afrique australe sur l'hygiène à Lusaka, capitale...

Pages