Dimanche 20 Août 2017
(Le Monde 25/07/17)
Faïez Sarraj, le chef du gouvernement, et le maréchal Haftar, maître de la Cyrénaïque, sont prêts à signer une déclaration commune à La Celle-Saint-Cloud. A Tripoli, les rues sont embouteillées la journée et les restaurants emplis de familles le soir. Chacun a pourtant conscience que l’accalmie est « fragile », selon le mot d’un haut fonctionnaire. La réunion, mardi 25 juillet à La Celle-Saint-Cloud, près de Paris, sous les auspices d’Emmanuel Macron, entre Faïez Sarraj, le chef du gouvernement d’« accord national » installé à Tripoli (Ouest) et le maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de la Cyrénaïque (Libye orientale), va-t-elle permettre de l’enraciner ? Les deux principaux protagonistes de la crise libyenne s’étaient déjà rencontrés le 2 mai, à Abou...
(AFP 24/07/17)
Au moins 278 migrants qui tentaient de rejoindre l'Europe par la mer ont été secourus lundi au large des côtes ouest de la Libye et ramenés à terre, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la marine. Une des deux opérations de sauvetage a eu lieu au large de Sabrata, à 70 km à l'ouest de la capitale Tripoli. 150 migrants ont été sauvés.
(AFP 24/07/17)
Le président français Emmanuel Macron réunira mardi en région parisienne les deux principaux protagonistes de la crise en Libye, le chef du gouvernement d'union nationale (GNA) Fayez al-Sarraj et le maréchal Khalifa Haftar, a annoncé lundi la présidence française "La France entend, par cette initiative, faciliter une entente politique entre le président du Conseil libyen et le commandant de l'Armée nationale libyenne, au moment où le nouveau représentant...
(AFP 22/07/17)
Avoir passé des années dans les geôles libyennes et encaissé deux condamnations à mort n'a pas brisé l'infirmière bulgare Valentina Siropolou. Elle savoure sa liberté retrouvée il y a dix ans, au terme d'une rocambolesque saga diplomatico-judiciaire. "Mon quotidien actif m'a fait oublier les sévices. J'ai appris à mieux apprécier la santé, la liberté, la famille", dit cette brune délicate de 58 ans au regard juvénile. Elle a repris son métier à l'hôpital de Pazardjik, une petite ville du sud de la Bulgarie. Comme avant l'improbable écheveau qui l'a conduit, avec quatre autres compatriotes et un médecin palestinien, dans les geôles de Mouammar Kadhafi, accusée d'avoir inoculé le virus du sida à plus de 400 enfants de l'hôpital de Benghazi...
(RFI 20/07/17)
Quarante-et-un jours après la libération officielle de Saïf al-Islam Kadhafi à Zintan, le fils de l'ancien guide libyen n'est pas encore réapparu. Des spéculations sur son sort vont jusqu'à le donner pour mort. Mais la réalité est toute autre. Il ne se montre pas pour des raisons de sécurité. Plusieurs personnes et partis veulent sa tête. Ses sympathisants sont aujourd'hui convaincus que l'Otan, qui n'a pas réussi à le tuer en 2011, cherche encore à avoir sa tête. En dépit de l'intime conviction des sympathisants de Saïf al-Islam, l'Occident ne voit pas encore en la personne du fils cadet de Mouammar Kadhafi un nouveau dirigeant pour la Libye. En tout cas pour le moment. Il reste réclamé par le Tribunal...
(RFI 19/07/17)
Quarante jours à sa libération officielle, le 9 juin dernier, et après quelques mois en liberté surveillée à Zintan, dans l'ouest de la Libye, Saïf al-Islam Kadhafi n'est toujours pas réapparu et ne donne pas de nouvelle. Son discours qu’il devait faire lors de la fête de fin de ramadan est ajourné à une date inconnue, et les informations sur le lieu où il se trouve restent dans le cadre des spéculations. Saïf al-Islam attend un jour meilleur pour réapparaître. Véritable détenteur des secrets de son père Mouammar...
(APA 18/07/17)
L'Afrique progresse vers la création d'ici le 30 octobre d'une grande zone de libre-échange (ZLE) qui couvrira environ la moitié des pays du continent. Cette zone serait formée de la fusion du Marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA), de la Communauté d'Afrique de l'Est (EAC) et de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC). Francis Mangeni, directeur des questions commerciales et douanières auprès du COMESA, rappelle dans une tribune parue lundi dans le quotidien kenyan The Star que 19 des 26 pays impliqués dans ce projet imaginé en 2008 ont déjà signé l'accord. "Trois annexes non résolues ont fait que l'accord n'était pas complet et ceci a été invoqué par certaines parties comme justifiant le fait qu'elles ne...
(AFP 17/07/17)
Les pays de l'UE se sont dotés lundi de nouvelles règles pour pouvoir empêcher l'export vers la Libye de canots gonflables et moteurs hors-bord utilisés par les migrants cherchant à rejoindre l'Europe par la Méditerranée. La décision a été prise lundi lors d'une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de l'UE à Bruxelles, en partie consacrée à la Libye, où embarquent la quasi-totalité des migrants arrivant de manière ininterrompue sur les côtes italiennes. Le Conseil de l'UE, qui regroupe les pays membres, "a introduit des restrictions sur l'exportation...
(AFP 17/07/17)
Le chef du gouvernement libyen d'union nationale (GNA) a proposé des élections présidentielle et parlementaires en 2018 avec l'espoir de mettre fin à l'insécurité et aux rivalités politiques qui affectent le pays depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011. "Des élections présidentielle et parlementaires au suffrage universel seront organisées en mars 2018", a indiqué Fayez al-Sarraj lors d'un discours diffusé à la télévision dans la nuit de samedi à dimanche. Le mandat du président et des députés durera "au maximum trois ans" mais pourra expirer avant si la rédaction de la constitution...
(AFP 15/07/17)
Rappel des principales attaques contre des touristes dans des pays d'Afrique du Nord et du Moyen Orient depuis cinq ans, après celle qui a tué vendredi deux touristes étrangères dans la station balnéaire de Hourghada dans l'est de l'Egypte. - Egypte - Le 31 octobre 2015, les 224 occupants d'un Airbus A321 russe, touristes et membres d'équipage, périssent dans le crash de leur appareil après son décollage de Charm el-Cheikh, station balnéaire située dans le sud du Sinaï. La branche égyptienne de l'organisation...
(AFP 14/07/17)
Le ministre italien de l'Intérieur Marco Minniti a proposé jeudi à la Libye un pacte contre les trafiquants d'êtres humains lors d'une visite à Tripoli, au cours de laquelle il a rencontré les maires des villes concernées par ce fléau dans le sud du pays. "Nous ferons un pacte pour libérer nos terres des trafiquants", a déclaré le responsable italien aux treize maires du sud libyen. Pour M. Minniti, la lutte contre les trafiquants doit se faire en deux temps: la sécurité pour endiguer les trafics et le développement socio-économique et la création d'emploi. "Nous avons le devoir moral de supprimer ce trafic qui a produit des morts (...) et une pression
(AFP 14/07/17)
Sous un soleil de plomb, une centaine de jeunes s'initient à la marche militaire dans un centre de formation à Ghariane, dans l'ouest libyen, où les autorités tentent de former la première force régulière depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011. A côté, un petit camp d'entraînement de fortune a été aménagé pour former les futurs soldats. Au programme: sauter, grimper, se hisser à la corde, ramper. "Cette formation de base marque notre passage de la vie civile à la vie militaire", explique Issam Abou Ghnima, un des soldats de la première promotion de la Garde présidentielle en cours de formation. Ce jeune de 28 ans, marié à deux femmes, dit avoir perdu deux enfants pendant la...
(RFI 14/07/17)
En Libye, c'est une première: des sources militaires de l'Est libyen font état d'une rencontre, ce mercredi soir, entre le maréchal Haftar et le chef du commandement américain pour l'Afrique, Africom. Les Etats-Unis semblent étudier une nouvelle approche diplomatique par un soutien possible à l'armée nationale libyenne dirigée par Khalifa Haftar. C'est donc rassemblement le retour annoncé de Washington en Libye. Cette rencontre entre Américains et Libyens annonce un retour en force des Etats-Unis dans ce pays qu'ils avaient pratiquement abandonné depuis 2012, suite à l'assassinat de l'ambassadeur américain à Benghazi. C'est le commandement militaire de Khalifa Haftar qui a confirmé la rencontre, indiquant que la délégation américaine était composée d'un bon nombre de responsables politiques et militaires. Africom n'a...
(La Tribune 14/07/17)
Le «capital sympathie» de Seïf Al-Islam dépasse les frontières libyennes et même le cloisonnement tribal. Recherché par la CPI, désigné comme «l’homme-clé» pour un règlement du conflit libyen, le dauphin putatif de Mouammar Kadhafi est désormais appuyé par un comité de soutien composé des membres de la diaspora libyenne réfugiée au Niger. Le début de l’échafaudage de sa machine pour la reconquête du pouvoir en Libye ? Et si Seïf Al-Islam était l'architecte de la renaissance de la Jamahiriya en Libye ? Hors des frontières libyennes, la popularité du second fils de Mouammar Kadhafi grimpe. Au Niger, des réfugiés libyens ont monté un comité de soutien au nom du second fils de Mouammar Kadhafi. Ils sont soutenus par des Nigériens,...
(RFI 13/07/17)
Dans l'Est libyen, alors que le maréchal Khalifa Haftar est en train d'étendre son pouvoir dans le pays et cherche à arracher une reconnaissance internationale, les citoyens et les intellectuels libyens dénoncent systématiquement des menaces touchant à leur liberté d'expression. La situation ressemble de plus en plus à un régime d'oppression. Les salafistes, soutenus et financés par l'Arabie saoudite semblent être au cœur du pouvoir à l'est. Ils sont actuellement présents dans toutes les institutions sensibles et font régner leur loi. A Benghazi, la situation est aujourd'hui serait comparable à celle de Tripoli en 2014, quand les islamistes extrémistes de Fajr Libya (Aube de la Libye) avaient envahi la capitale. Cette comparaison est du moins faite par Razan Naeim Al...
(Agence Ecofin 13/07/17)
(Agence Ecofin) - Un comité de soutien au fils de l’ex-dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a été créé hier à Niamey. Il fustige la volonté de la Cour pénale internationale qui demande l’arrestation de Saïf al-Islam Kadhafi. De jeunes Libyens résidant au Niger, des étudiants et d’autres acteurs de la société civile nigérienne le composent. Pour ce comité, le fils de l’ancien chef de la Jamahiriya libyenne reste un « espoir ». « Nous soutenons Saïf al-Islam parce qu'en tant que fils de Mouammar Kadhafi, il connaît mieux les grands projets de son père et nous soutenons les projets africains de son père. », a confié à Rfi, un acteur de la société civile nigérienne. Le regroupement qui vient de naître,...
(AFP 12/07/17)
Une coalition de forces loyales au gouvernement libyen d'union nationale (GNA) a annoncé mercredi avoir repoussé une offensive lancée par des groupes rivaux à l'est de la capitale, après trois jours de combats. "La Force mixte a pris le contrôle de la ville de Garabulli et de tous les sites vitaux, des stations essence et des barrages de sécurité", a indiqué cette force, loyale au GNA sur sa page Facebook. Le maire de la ville, Hussein Bou Ghnima, a confirmé à l'AFP la fin des combats, précisant qu'une force pro-GNA était restée sur place pour sécuriser Garabulli, ville côtière située à 60 km à l'est de Tripoli, et dégager les routes qui avaient été bloquées par les combats. M. Bou...
(AFP 12/07/17)
Plus de 3.500 migrants secourus ces derniers jours au large de la Libye sont arrivés mercredi en Italie ou y étaient attendus dans les prochains jours, alors que Rome fait pression pour que d'autres pays ouvrent leurs ports. Dans la matinée en Sicile, un navire des gardes-côtes italiens est arrivé à Pozzallo, au sud de l'île, avec 481 migrants à bord, tandis que le Phoenix de l'ONG maltaise Moas a commencé à débarquer 422 autres personnes à Trapani (ouest). Dans le même temps, les navires de quatre autres ONG -- Médecins sans frontières (MSF), SOS Méditerranée, Save the Children et ProActiva Open Arms -- faisaient route vers la Sicile ou le sud de l'Italie avec un total de plus de...
(Jeune Afrique 12/07/17)
Guidé par le souci constant de préserver un semblant d’unité et fort de ses bons résultats, le président de la National Oil Corporation (NOC), Mustafa Sanalla est devenu une figure clé du pays. «Sur le papier, c’est un technocrate neutre, un exécutant formellement placé sous l’autorité du Conseil présidentiel et du gouvernement d’union nationale [GUN] dirigé par Fayez al-Sarraj depuis Tripoli », estime un journaliste libyen. « C’est un ingénieur et un manager respecté », ajoute Jalel Harchaoui, chercheur spécialiste de la Libye à l’université Paris-VIII. Mais la situation politique du pays rend la tâche de Mustafa Sanalla, président depuis mai 2014 de la National Oil Corporation (NOC), la compagnie pétrolière nationale, plus délicate. Lire la suite sur : http://www.jeuneafrique.com/mag/453037/politique/crise-libye-national-oi...
(RFI 12/07/17)
Un comité de soutien au fils de Mouammar Kadhafi récemment libéré vient de voir le jour à Niamey, au Niger. Le comité, qui fustige le comportement de la Cour pénale internationale, dénonce ce qu’il appelle le « harcèlement » de la CPI vis-à-vis de Saïf al-Islam Kadhafi, un « espoir », selon eux, pour la renaissance libyenne. Le comité de soutien à Saïf al-Islam Kadhafi est composé de quelques dizaines de Libyens résidant au Niger, de membres de la société civile nigérienne et d'étudiants. « On connaît le vrai tribunal de la guerre en Libye, explique un membre du comité, Mohammed Ahmed, par ailleurs ancien journaliste en Libye. Nous organisons cette manifestation pour déclarer notre soutien au peuple libyen, à...

Pages