Samedi 24 Juin 2017
(La Croix 13/06/17)
Le pape François a nommé, samedi 10 juin, Mgr Alessandro d’Errico nonce apostolique en Libye. Il était déjà nonce à Malte depuis avril. Le poste à Tripoli était vacant depuis mars 2015, date à laquelle l’ancien nonce, Mgr Aldo Cavalli, avait été nommé aux Pays-Bas. Né en 1950 à Frattamaggiore dans la banlieue de Naples (sud de l’Italie), Alessandro D’Errico a été ordonné prêtre en 1974 pour le diocèse d’Aversa (Campanie). Entré en 1977 dans la diplomatie pontificale, il a servi successivement dans les nonciatures en Thaïlande (1977-1981), au Brésil (1981-1984), en Grèce (1984-1986), en Italie (1987-1992) et en Pologne (1992-1998). Nommé nonce apostolique au Pakistan en 1998, il y fait face aux attentats dont sont victimes les chrétiens du...
(AFP 12/06/17)
Le fils de l'ex-dictateur libyen Mouammar Kadhafi, Seif al-Islam, qu'un groupe armé libyen affirme avoir libéré vendredi, est toujours recherché par les autorités judiciaires de Tripoli où il avait été condamné en 2015, a indiqué lundi le parquet. "Ayant été condamné par contumace le 28 juillet 2015", Seif al-Islam est toujours activement recherché et "doit comparaître devant la cour (...)" pour qu'elle lui signifie formellement sa condamnation, a indiqué Ibrahim Massoud Ali, du bureau du procureur général de Tripoli, dans...
(RFI 12/06/17)
En Libye, Saïf al-Islam Kadhafi est libéré. C'est en tout cas ce qu'a annoncé samedi soir 10 juin un groupe armé de Zintan, la ville où le fils du leader libyen était détenu depuis novembre 2011. Saïf al-Islam Kadhafi aurait bénéficié de la loi d'amnistie. Ce n'est pas la première fois que la libération du fils du colonel Kadhafi est annoncée, mais cette fois il semble qu'il ait quitté Zintan. « Nous avons décidé de relâcher Saïf al-Islam Kadhafi qui est libre et nous confirmons qu'il a quitté Zintan le jour de sa libération, le 14 du mois de ramadan »...
(Reuters (Eng) 12/06/17)
Saif al-Islam Gaddafi has been freed by an armed group in western Libya where he had been held since shortly after the 2011 revolt against his late father, Libyan dictator Muammar Gaddafi, one of his lawyers and the brigade involved said. He was released in the town of Zintan under an amnesty law passed by a parliament based in eastern Libya, lawyer Khaled al-Zaidi said on Sunday, adding that Saif was headed to another Libyan city that he could not name for security reasons. Saif, 44, is the most prominent of the late leader's children, and was touted by some as a reformist successor before the uprising six years ago in which Muammar Gaddafi was toppled and killed. It is...
(Le Monde 12/06/17)
Selon un rapport des Nations unies, les camps rivaux en Libye utilisent comme supplétifs des combattants étrangers, originaires notamment du Darfour et du Tchad. Par Frédéric Bobin (Tunis, correspondant) Des membres de la brigade Salah Bou-Haliqa brigade, loyale à l’homme fort de l’est libyen Khalifa Haftar, célèbrent le 5 juin à Benghazi une bataille victorieuse. Haftar s’appuie aussi sur des mercenaires soudanais du Darfour. L’engagement de « mercenaires » étrangers en Libye est une vieille histoire. Lors de l’insurrection de 2011, Mouammar Kadhafi, champion du panafricanisme et hôte traditionnel d’insurgés venus de tout le continent, en avait enrôlé de nombreux au service de la répression. Il semble que les habitudes perdurent. Des groupes rebelles originaires du Darfour (Soudan) et du...
(Jeune Afrique 12/06/17)
Les autorités tunisiennes ont rapatrié dimanche 24 jeunes Tunisiens, détenus en Libye depuis près d'un mois après une tentative d'émigration clandestine. Un groupe de 24 jeunes Tunisiens, qui avaient tenté de prendre rejoindre l’Italie par la mer depuis les côtes libyennes, a été rapatrié en Tunisie dimanche 11 juin, a fait savoir Taoufik Gasmi, le consul général de Tunisie à Tripoli, à l’aéroport international de Tunis Carthage. D’après les informations données par le consul à la presse, ces immigrés avaient quitté la Tunisie de façon légale, puis avaient rejoint un groupe de 650 migrants, de nationalités différentes, à Subrata en Libye, pour prendre le large dans la nuit du 9 au 10 mai. Arrêtés par les garde-côtes libyens le 10...
(RFI 12/06/17)
La Libye est bien entrée dans les éliminatoires de la Coupe d'Afrique des Nations 2019 ce 9 juin. Au Petro Sport Stadium du Caire (Egypte), la sélection libyenne n'a fait qu'une bouchée de sa modeste homologue des Seychelles (5-1). A la pause, les Libyens menaient déjà 3-0. Les Pirates seychellois, encore mis à mal en seconde période, sont parvenus à sauver l'honneur dans les derniers instants. La rencontre s'est tenue à huis clos. Le deuxième match de ce groupe E relevé, pour l'instant dominé par la Libye donc, opposera samedi le Nigeria à l'Afrique du Sud.
(AFP 11/06/17)
Un groupe armé libyen a annoncé avoir libéré le fils cadet du dictateur libyen déchu Mouammar Kadhafi, Seif al-Islam, mais ni son avocat, ni la Cour pénale internationale (CPI) qui le recherche n'ont réagi dimanche. Seif al-Islam avait été condamné à mort en Libye pour son rôle dans la répression du soulèvement contre son défunt père en 2011. Samedi soir, la "Brigade Abou Bakr al-Sadiq", l'un des groupes armés contrôlant la ville de Zenten (170 kilomètres au sud-ouest de Tripoli) où il était détenu, a affirmé que Seif al-Islam avait été libéré vendredi soir, "correspondant au 14 du mois de ramadan", en application d'une loi d'amnistie promulguée par les autorités libyennes non reconnues basées dans l'est. "Nous avons décidé de...
(RFI 11/06/17)
Un rapport du panel des experts des Nations Unies sur la Libye confirme que les Emirats Arabes Unis ont offert un soutien logistique et technique au général Haftar, le grand maître de l'Est libyen, qui refuse toujours de reconnaître le gouvernement d'union nationale basé à Tripoli et soutenu par la communauté internationale. Ce rapport met dans l'embarras les autorités émiraties accusées de participer au chaos libyen. Ce transfert d'armement est une violation de l'embargo sur les armes sous lequel se trouve placée la Libye depuis la chute du général Kadhafi en 2011.
(AFP 10/06/17)
Au moins huit migrants sont morts et plusieurs dizaines étaient portés disparus au large de la Libye alors qu'ils tentaient de rejoindre l'Europe par la mer, ont indiqué samedi les garde-côtes. "Ces huit corps font partie d'un total de 120 ou 130 passagers qui étaient sur le canot", a indiqué samedi à l'AFP le chef des garde-côtes de la localité de Garaboulli (60 km à l'est Tripoli), le colonel Fathi al-Rayani. Les corps des migrants étaient coincés dans les plis d'un canot pneumatique dégonflé, repéré à cinq milles marins (plus de 9 km) au large de la ville de Garaboulli, a constaté un journaliste de l'AFP qui a accompagné les garde-côtes sur le lieu du naufrage. Le responsable libyen a...
(AFP 10/06/17)
Les Émirats arabes unis ont fourni des hélicoptères de combat et des avions militaires aux forces des autorités libyennes parallèles, commandées par le maréchal Khalifa Haftar, enfreignant un embargo de l'ONU sur les armes, selon un rapport des Nations unies. L’armée nationale libyenne (ANL), autoproclamée par le maréchal Haftar, refuse de reconnaître le gouvernement d’union nationale (GNA) basé à Tripoli et appuyé par la communauté internationale, dont l’ONU. Elle contrôle désormais les villes et bases militaires importantes du...
(RFI 10/06/17)
La première image publique d'Abdelhakim Belhaj, qui figure sur la liste saoudienne des terroristes, remonte à l’été 2011. Sur la chaîne qatarie Al-Jazeera et en direct de Bab al-Aziziya, résidence de Mouammar Kadhafi, il annonce qu'il est le chef du conseil militaire de Tripoli après avoir libéré la ville. Il a fait de l'aéroport et la base militaire Maaitiga son quartier général d'où il dirige milices et sociétés. Il est parmi les 100 Libyens qui se sont enrichis après la révolution. Selon une liste qui recense une centaine de...
(RFI 09/06/17)
La crise de Qatar prend de plus en plus la forme d'un tsunami politique et économique qui se répercute jusqu'en Afrique. Les Emirats arabes unis qualifient Doha de «champion de l'extrémisme et du terrorisme dans la région». L'Arabie saoudite lui demande de changer sa politique pour épouser le consensus régional sur les mouvements islamistes radicaux. En Libye, les langues se délient aussi. De graves accusations ont été émises jeudi 8 juin à Benghazi par le colonel Ahmad al-Mismari, porte-parole de l'armée nationale libyenne...
(Tunisie Numérique 09/06/17)
Selon des sources d’Akhher Khabar Online, un homme d’affaires originaire de Sfax, a été kidnappé il y a trois jours par un groupe armé en Libye. Il a été emmené dans un endroit inconnu. Ses ravisseurs exigent de sa famille une rançon de 320 mille dinars. Des membres de sa famille se sont déplacés à Tripoli pour négocier sa libération. Cet homme d’affaire effectue souvent des navettes en Libye pour conclure des affaires d’exportation d’œufs vers ce pays.
(AFP 08/06/17)
Des responsables militaires et policiers européens ont proposé jeudi de reconnaître le trafic des migrants tel qu'il a lieu en Libye comme un crime contre l'humanité, pour en souligner la gravité et faciliter la lutte. "Le trafic de migrants tel qu'il a lieu en Libye devrait être reconnu comme un crime international, un crime contre l'humanité", a déclaré l'amiral Enrico Credendino, chef de l'opération navale européenne anti-passeurs Sophia (Euronavfor Med), évoquant les extorsions, violences, viols et meurtres réguliers contre des migrants...
(Xinhua 08/06/17)
Le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Libye, Martin Kobler, a dénoncé mercredi l'impasse politique qui perdure dans le pays et a appelé les Libyens à trouver une solution. Prenant la parole devant le Conseil de sécurité, M. Kobler a déclaré : "En Libye, le processus de transition n'a pas été entièrement mis en œuvre. Des institutions parallèles continuent d'exister. La Chambre des représentants n'a pas reconnu le gouvernement de l'Entente nationale et n'a pas adopté l'amendement constitutionnel". Malgré cette impasse, a-t-il ajouté, l'Accord politique signé en...
(RFI 07/06/17)
Les pays voisins de la Libye ont redit leur opposition à une ingérence étrangère et à l'option militaire. Dans une déclaration signé à Alger, les ministres des Affaires étrangères de l'Algérie, de l'Egypte et de la Tunisie plaident pour une solution politique afin de résoudre la crise libyenne. A Alger, les trois ministres des Affaires étrangères des pays voisins de la Libye ont examiné le 5 mai l'évolution de la situation sécuritaire et politique à la lumière des derniers développements. Selon le communiqué diffusé à la fin de cette réunion ministérielle tripartite, les trois pays - Algérie, Libye, Tunisie - soutiennent une...
(Le Quotidien d'oran 07/06/17)
Les ministres des Affaires étrangères de l'Algérie, de la Tunisie et de l'Egypte ont mis l'accent, lundi soir à Alger, sur la nécessité de s'attacher à la préservation de l'intégrité territoriale, la souveraineté, l'unité de la Libye et la cohésion de son peuple et sur la solution politique comme moyen pour résoudre la crise, à travers le dialogue inclusif, le rejet de l'interférence étrangère et de l'option militaire. Lors de la réunion tripartie t,enue à Alger, le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, et ses homologues tunisien et égyptien, Khemaies Jhinaoui et Samah Chokri, ont passé en revue la situation sécuritaire en Libye et les affrontements survenus dans plusieurs villes et régions du pays. Les ministres ont relevé, lors de...
(AFP 06/06/17)
L'Algérie, l'Egypte et la Tunisie ont réitéré mardi à Alger leur rejet de toute "ingérence" et de "l'option militaire" en Libye et réaffirmé leur attachement à une résolution politique du conflit libyen, selon l'agence algérienne APS. A l'issue d'une réunion dans la capitale algérienne, les ministres des Affaires étrangères des trois pays ont adopté "la déclaration ministérielle d'Alger en faveur d'un règlement inclusif en Libye", explique APS. Dans cette déclaration les trois voisins de la Libye ont souligné "l'impératif de rejeter le recours...
(RFI 06/06/17)
Une délégation de l'Union africaine (UA) vient d'achever une mission de quatre jours en Libye. Elle était conduite par le ministre congolais des Affaires étrangères dont le pays préside le Haut comité de l'UA sur la Libye, avec le concours des Nations unies. La délégation a rencontré, séparément, les principaux protagonistes de la crise, Khalifa Haftar et Fayez al-Sarraj, et leur a proposé de se retrouver, prochainement, à Addis Abeba, au siège de l'organisation, pour poursuivre le dialogue et arriver à s’entendre sur une version amendée et plus inclusive de l'accord politique interlibyen de Skhirat de décembre 2015, mais l'amender pour le rendre plus inclusif.

Pages