Mardi 21 Novembre 2017
(Le Monde 21/11/17)
Environ 13,6 % des esclaves dans le monde se trouvent en Afrique subsaharienne, précise notre chroniqueur. Sans susciter l’indignation. De nombreux Africains ont exprimé leur indignation à la suite d’un reportage de CNN montrant un marché d’esclaves en Libye. Sur Facebook, la bannière numérique « Je dis NON à l’esclavage en Libye – L’homme NOIR n’est pas une marchandise » était incontournable. A l’appel d’associations et de personnalités, une foule en colère a défilé dans les rues de Paris samedi 18 novembre.
(AFP 21/11/17)
"On était des esclaves. Pour les Arabes (geôliers libyens), l'homme de peau noire n'est rien, moins que des animaux. Les animaux on les traite mieux", affirme Moussa Sanogo, un migrant ivoirien rapatrié de Libye lundi à Abidjan, alors que l'émotion suscitée par les images de la vente de migrants africains comme esclaves continue de grandir. Moussa, 22 ans, originaire de San Pedro (Sud-Ouest), fait partie d'un groupe d'environ 600 migrants qui ont été regroupés par les autorités ivoiriennes en Libye. Après un premier vol de 155 personnes lundi, le reste du contingent sera ramené dans la semaine. Moussa, qui a passé un peu plus de quatre mois en Libye pour tenter de rallier l'Italie en bateau, raconte des scènes similaires...
(AFP 21/11/17)
Le Burkina Faso a rappelé son ambassadeur en Libye après la diffusion "d'images de traite négrière" de migrants africains, a annoncé lundi le chef de la diplomatie burkinabè Alpha Barry. "Le président du Faso a décidé du rappel de l'ambassadeur à Tripoli, le général Abraham Traoré, pour consultation", après le "choc" des images de marché aux esclaves de migrants africains en Libye, a déclaré M. Barry lors d'un point de presse. Le président du Faso a "demandé que l'ambassadeur revienne...
(Le Monde 21/11/17)
Des centaines de personnes ont exprimé leur indignation après la diffusion sur internet d’une vidéo de CNN montrant des Subsahariens vendus aux enchères. « Je suis là car j’ai vu mes frères vendus en Libye comme des tomates sur un comptoir, j’ai vu mes frères tués comme des poulets dans une ferme et personne ne dit rien ! » Viviane, Gabonaise, la quarantaine, hurle sa colère et sa douleur sur l’imposante place de l’Etoile, face à des touristes médusés. Quelques...
(AFP 21/11/17)
Le président du Niger Mahamadou Issoufou a appelé lundi soir la Cour pénale internationale (CPI) à "se saisir du dossier" sur la vente de migrants africains comme esclaves en Libye. "L'esclavage est un crime contre l'humanité et je saisis l'occasion pour lancer un appel à la Cour pénale internationale pour qu'elle se saisisse du dossier", a déclaré à la radio nationale le président Issoufou, de retour de Bonn (Allemagne) où il a assisté à la COP23. M. Issoufou a de nouveau condamné cette "pratique ignoble", en assurant que son pays prenait "très au sérieux cette question" et s'engageait "à apporter sa contribution pour y mettre fin".
(RFI 21/11/17)
Manifestation de plusieurs organisations de la société civile devant l'ambassade de la Libye à Ouagadougou, convocation du chargé d'affaires de l'ambassade de Libye par le gouvernement et rappel de l'ambassadeur burkinabè de la Libye pour consultation, le gouvernement burkinabè n'est pas du tout content de la situation des migrants en Libye. Le pays a déjà rapatrié de nombreux burkinabè de ce pays depuis 2011. Alpha Barry, le ministre burkinabè des Affaires étrangères et des Burkinabè de l'extérieur a exprimé l'indignation...
(RFI 21/11/17)
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'est dit lundi 20 novembre «horrifié» par les révélations récentes de l’existence de marché aux esclaves en Libye, estimant que cela pourrait constituer un crime contre l’humanité. Après les images choc du reportage de la chaîne CNN sur un marché aux esclaves en Libye, les réactions se poursuivent. Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres a réagi à son tour à la diffusion du documentaire de la chaîne de télévision américaine CNN,...
(RFI 21/11/17)
Le cauchemar vécu en Libye par les migrants africains et les images d’un marché aux esclaves diffusées par la chaîne américaine CNN, ont causé une vague d’émotion mondiale. Un cauchemar que certains font mine de découvrir aujourd'hui, bien qu’il s’agisse d’un phénomène que l'on connaît bien et qui dure depuis des années. Voilà des années que les témoignages abondent et des années que la situation empire sur les routes de l'exil. Ceux qui ont un peu de mémoire se souviennent...
(APA 21/11/17)
APA-Conakry (Guinée) - Plusieurs jeunes manifestants guinéens ont protesté ce lundi à Conakry, devant l’ambassade de Libye en Guinée, pour dénoncer l’esclavage des migrants subsahariens en Libye. Cette mobilisation, la deuxième du genre à Conakry en trois jours, est consécutive à la diffusion d'une vidéo, tournée par la chaîne américaine CNN, montrant des migrants noirs vendus sur le sol libyen. Ce week-end, plusieurs activistes guinéens ont protesté devant l’ambassade de Libye à Conakry pour protester contre la vente des migrants...
(Le Monde 21/11/17)
Pour notre chroniqueur, les images d’êtres humains vendus interpellent notre humanité et font écho aux récits glaçants qui proviennent des routes d’exil. Une vidéo de la chaîne américaine CNN montrant des Subsahariens vendus aux enchères en Libye a provoqué une vague d’indignation sur le continent africain. L’émotion des intellectuels, militants de la société civile et simples citoyens a poussé les leaders politiques à réagir. Les communiqués « émus » et « indignés » sont sortis des palais présidentiels pour dénoncer...
(Jeune Afrique 21/11/17)
uelque 155 migrants ivoiriens en Libye ont été rapatriés lundi soir à Abidjan. Ces candidats à l’émigration en Europe, dont le voyage s'est arrêté en Libye, ont été accueillis par la direction des Ivoiriens de l'étranger et l'Organisation internationale pour les Migrations. Dans la zone charter de l'aéroport d'Abidjan les enfants courent et s'amusent sur les tapis à bagages à l'arrêt. Les parents souvent épuisés par leur périple, parfois gênés de revenir sous les objectifs des appareils photos ou de...
(AFP 20/11/17)
La France va accueillir les premiers réfugiés évacués de Libye par le HCR au Niger, a annoncé lundi à l'AFP Pascal Brice, le directeur général de l'Ofpra (Office français de protection de réfugiés et apatrides) à l'issue d'une mission à Niamey. Ces réfugiés, arrivés à Niamey le 11 novembre, devraient gagner la France "au plus tard en janvier", a-t-on indiqué au ministère de l'Intérieur. Ils avaient bénéficié de la première évacuation de Libye, où règne le chaos, menée par le...
(Le Point 20/11/17)
Des êtres humains vendus à la criée pour 450 euros comme esclaves. Plus que jamais, la question de la traite des migrants dans la région d'Alger à Tunis est posée. On se dit que ces choses-là n'arrivent que dans des contrées lointaines, isolées de toute civilisation. On se dit qu'en 2017 il semble inconcevable qu'à une heure d'avion de l'Italie, deux heures trente de Bruxelles, une heure et des poussières de Tunis, on puisse faire commerce de chair humaine sans...
(AFP 20/11/17)
Au moins autant que ces pratiques d'un autre temps, c'est le mutisme général qui a soulevé l'indignation de plusieurs personnalités, artistes, et acteurs de la société civile surtout. Parmi les manifestations organisées ce samedi 18 novembre contre l'esclavage des migrants africains en Libye, celle de Paris fut de loin celle qui a mobilisé le plus grand nombre de manifestants, un millier, révoltés contre cette pratique d'un autre âge. Les manifestants ont répondu à l'appel de plusieurs associations, et notamment d'un Collectif contre l'esclavage et les camps de concentration en Libye (CECCL), créé en réaction à la diffusion du reportage de CNN montrant des migrants vendus aux enchères en Libye.
(La Tribune 20/11/17)
Les autorités libyennes basées à Tripoli ont annoncé, dimanche dans un communiqué, ouvrir une enquête sur la vente des migrants. Après la publication de vidéos par la chaine américaine CNN montrant des migrants vendus sur des marchés libyens, une vague sans précédent d’indignation a soufflé sur le continent avec des manifestations de citoyens et la protestation de plusieurs gouvernements. C'est la moindre des choses ! Dans un communiqué du ministère des affaires étrangères libyen publié le dimanche, les autorités de...
(AFP 20/11/17)
Le Niger a convoqué dimanche l'ambassadeur de Libye à Niamey pour faire part de "l'indignation du président Issoufou sur la vente de migrants africains" comme esclaves en Libye, a annoncé le ministre des Affaires étrangères Ibrahim Yacoubou. M. Yacoubou a ajouté, sur son compte Twitter, avoir notifié au diplomate libyen que "tout doit être mis en oeuvre pour faire cesser cette ignominie" dont les "auteurs" doivent être "sanctionnés". Le président nigérien Mahamadou Issoufou, qui s'était déjà "indigné" jeudi de la vente aux enchères de migrants-esclaves en Libye, a demandé à ce que le sujet soit mis à l'ordre du jour du sommet entre l'Union Africaine et l'Union Européenne prévu les 29 et 30 novembre à Abidjan.
(Le Monde 20/11/17)
L’Ofpra a auditionné au Niger des demandeurs d’asile. Une européanisation du dispositif reste la condition sine qua non de sa réussite. « Pendant trois jours, nous avons entendu des rescapés de l’enfer », rapporte le directeur général de l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra), Pascal Brice, après avoir écouté, au Niger, le récit des vingt-cinq premiers migrants (hommes, femmes et enfants) évacués de Libye. « Tortures, viols, détentions arbitraires, simulacres d’exécution… enlèvements aussi », dit-il. Quand...
(Xinhua 20/11/17)
Abderrahmane Souihli, le président du Haut Conseil d'Etat libyen, a déclaré jeudi que son institution se réunira la semaine prochaine pour étudier la tenue d'élections sous six mois en cas d'échec du processus de règlement politique sous l'égide de l'ONU. A l'issue d'une rencontre à Tripoli avec Bettina Muscheidt, ambassadrice de l'Union européenne en Libye, M. Souihli, a précisé dans un communiqué que ce scrutin serait supervisé par "un gouvernement intérimaire composé de technocrates" au cas où ce processus parrainé...
(Le Monde 20/11/17)
Le vice-premier ministre du gouvernement libyen d’union nationale (GNA) a annoncé dimanche l’ouverture d’une enquête sur des cas d’esclavage près de la capitale libyenne. Le documentaire choc de la chaîne américaine CNN sur des cas d’esclavage près de la capitale libyenne Tripoli continue de faire réagir. Le vice-premier ministre du gouvernement libyen d’union nationale (GNA), Ahmed Metig, a exprimé « son mécontentement » dans un communiqué publié dimanche 19 novembre sur Facebook. M. Metig « a affirmé qu’il chargera une...
(Xinhua 20/11/17)
Le président en exercice de l'Union Africaine (UA), président de la Guinée Conakry Alpha Condé a exprimé vendredi, son indignation face au commerce abject de migrants qui prévaut actuellement en Libye. Dans un communiqué publié par le bureau de presse de la présidence de la république, le président Condé a condamné "fermement cette pratique digne d'un autre âge". "L'Union Africaine invite instamment les autorités libyennes à ouvrir une enquête, situer les responsabilités et traduire devant la justice les personnes incriminées", a dit dans un ton plutôt ferme le président en exercice de l'UA. L'institution panafricaine a invité parallèlement les autorités libyennes à revoir les conditions de détention des migrants.

Pages