Mardi 20 Février 2018

Libye: les déplacés de Taouarga toujours empêchés de rentrer chez eux

Libye: les déplacés de Taouarga toujours empêchés de rentrer chez eux
(AFP 05/02/18)

Des dizaines de milliers de déplacés de la ville libyenne de Taouarga, contraints à l'exil après leur soutien en 2011 à l'ex-dictateur Mouammar Kadhafi, sont toujours empêchés de rentrer chez eux par des groupes armés, a déploré lundi le gouvernement d'union nationale (GNA).

Conformément à un accord conclu entre représentants de Taouarga et de la ville rivale de Misrata (200 km à l'est de Tripoli), environ 40.000 déplacés avaient été appelés à rentrer chez eux.

Jeudi dernier, des centaines de familles avaient pris la route en direction de Taouarga, mais elles ont été bloquées à des barrages aux entrées de la ville par des groupes armés de Misrata.

Ces groupes accusent les Taouarga d'avoir été à la tête des forces de Kadhafi qui ont assiégé Misrata durant plus de deux mois en 2011 et qui ont été accusés de plusieurs meurtres et actes de tortures et de viols.

Dans un communiqué publié lundi, le chef du gouvernement d'union, Fayez al-Sarraj, a condamné "avec force les tentatives de groupes armés de terroriser les familles de Taouarga dans la zone de Qararat al-Qatf", près de Bani Walid (185 km au sud-est de Tripoli), où un campement de fortune a été érigé.

Selon plusieurs témoignages, des hommes armés ont tiré en direction d’un groupe de familles près de Bani Walid pour les intimider et les dissuader de reprendre la route vers Taouarga.

"Ces groupes (...) tentent de saboter les efforts de réconciliation entre Misrata et Taouarga", a dénoncé M. Sarraj.

Il a en revanche salué "le Conseil municipal de Misrata et le Conseil local de Taouarga (...) qui poursuivent leurs efforts pour permettre le retour des habitants".

Parties de l’est comme de l’ouest de la Libye où elles étaient réfugiées, plusieurs centaines de familles sont toujours bloquées aux entrées de la ville du fait des barrages érigés.

Sarah Leah Whitson, directrice du département Moyen-Orient et Afrique du Nord de l'ONG Human Rights Watch (HRW), a exhorté le GNA à faire en sorte, "d'urgence, que les milliers de familles de Taouarga déjà sur les routes" puissent "avancer en toute sécurité".

Ces familles sont toujours bloquées sur les routes "sans aucun abri et avec peu de provisions", a déploré Mme Whitson.

Le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) a indiqué dimanche avoir distribué notamment des kits d'hygiène et des sacs de couchage aux déplacés de Taouarga bloqués près de Bani Walid.

Commentaires facebook