Jeudi 19 Octobre 2017

Tchadiens ou soudanais, ces mercenaires étrangers qui déstabilisent la Libye

Tchadiens ou soudanais, ces mercenaires étrangers qui déstabilisent la Libye
(Le Monde 12/06/17)

Selon un rapport des Nations unies, les camps rivaux en Libye utilisent comme supplétifs des combattants étrangers, originaires notamment du Darfour et du Tchad.

Par Frédéric Bobin (Tunis, correspondant)
Des membres de la brigade Salah Bou-Haliqa brigade, loyale à l’homme fort de l’est libyen Khalifa Haftar, célèbrent le 5 juin à Benghazi une bataille victorieuse. Haftar s’appuie aussi sur des mercenaires soudanais du Darfour.
L’engagement de « mercenaires » étrangers en Libye est une vieille histoire. Lors de l’insurrection de 2011, Mouammar Kadhafi, champion du panafricanisme et hôte traditionnel d’insurgés venus de tout le continent, en avait enrôlé de nombreux au service de la répression. Il semble que les habitudes perdurent. Des groupes rebelles originaires du Darfour (Soudan) et du Tchad sont aujourd’hui impliqués dans la guerre civile en Libye, relève un rapport du panel des experts des Nations unies sur la Libye rendu public vendredi 9 juin.

Ces mercenaires sont engagés au service des deux blocs militaires qui s’affrontent sur le théâtre libyen. D’un côté, le camp du maréchal Khalifa Haftar, chef en titre de l’Armée nationale libyenne (ANL), homme fort de la Cyrénaïque (Libye orientale) et progressant ces derniers mois au cœur de la région méridionale du Fezzan. Et de l’autre, la galaxie de groupes armés gravitant autour de la puissante cité marchande de Misrata (Ouest) -, liée d’une manière lâche au gouvernement d’« union nationale » de Faïez Sarraj, soutenu par l’ONU et les capitales occidentales.

Mercenaires reçus en grande pompe chez Haftar

Dans cette quête de supplétifs étrangers, le maréchal Haftar a bénéficié des affinités passées entre l’ancien régime et les groupes darfouris. La présence d’ex-proches de Kadhafi aux côtés de Haftar a facilité la réactivation de ces liens à partir de la fin 2014. Ainsi l’Armée de libération du Soudan de Minni Minawi (SLA-MM), une des factions darfouris, s’est-elle déployée d’abord dans le Fezzan aux côtés des milices toubous – pro-Haftar – avant de remonter progressivement vers le Nord-Est, soutenant les efforts du chef de l’ANL visant à prendre le contrôle de certains sites du Croissant pétrolier.

Lire sur: http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/06/10/tchadiens-ou-soudanais-...

Commentaires facebook