Lundi 23 Octobre 2017

ONU: Fayez al-Sarraj interpelle la communauté internationale

ONU: Fayez al-Sarraj interpelle la communauté internationale
(RFI 22/09/17)
Fayez al-Sarraj à la tribune des Nations unies, le 20 septembre 2017. © Drew Angerer/Getty Images/AFP

Dans son intervention devant le Conseil de sécurité des Nations unies, Fayez al-Sarraj, chef du gouvernement d'union nationale en Libye, a fait le bilan de son gouvernement, demandant plus d'aide et de clarté à la communauté internationale.

Fayez al-Sarraj a demandé au secrétaire général des Nations unies et à l'envoyé spécial de l'ONU pour la Libye, de présenter un calendrier avec des dates précises pour les échéances à venir en Libye, surtout pour l'organisation des élections prévues l'année prochaine. Ces demandes ont été pourtant énoncées par la feuille de route de l'émissaire de l'ONU Ghassan Salamé, mercredi soir.

Devant l'Assemblée générale de l'ONU, Fayez al-Sarraj n'a pas manqué de demander à la communauté internationale d'adresser un message clair « aux entités parallèles » à son gouvernement.

Il a accusé ces entités, sans nommer le pouvoir installé à l'est du pays, d'entraver le processus politique en Libye. Pour lui, les pays qui traitent avec ce pouvoir parallèle se mettent en contradiction avec les décisions du Conseil de sécurité des Nations unies. D'ailleurs, il n'a pas manqué d'attaquer les pays qui interviennent négativement dans les affaires libyennes, sans toutefois nommer ces pays.

Pour finir, Fayez al-Sarraj a appelé à une réconciliation globale et a renouvelé l'appel au lever de l'embargo sur la vente d'armes pour la Libye, tout comme le lever du gel des avoirs libyens à l'étranger. Un gel qui, selon lui, coûte très cher au pays.

« Je profite de cette tribune internationale pour annoncer mon intention de lancer un projet de réconciliation nationale globale en Libye qui regroupe tous les Libyens. Qu'ils soient en Libye où à l'étranger, dans toutes les villes et les régions, de toutes les tribus et les composantes, de tous les partis politiques et courants intellectuels. C'est une réconciliation avec ceux qui acceptent le principe de l'Etat de droit et des institutions ainsi que le processus démocratique et la transition pacifique du pouvoir.

Lire la suite sur:http://www.rfi.fr/afrique/20170922-libye-onu-sarraj-conseil-securite-gha...

Commentaires facebook