Lundi 11 Décembre 2017

Migrants: comment installer des centres d’accueil dans le sud libyen?

Migrants: comment installer des centres d’accueil dans le sud libyen?
(RFI 29/07/17)
Des migrants clandestins dans un centre de détention à Koufrah, dans le désert libyen en 2012. © FP PHOTO/MAHMUD TURKIA

Emmanuel Macron a évoqué jeudi 27 juillet le projet d'installer des centres de traitement pour les demandeurs d'asile dans le sud libyen. Une zone quasi désertique et qui n'a jamais véritablement été aux mains de Tripoli, quels que soient les gouvernements qui se sont succédé depuis la révolution. Dans cette région, où les derniers soldats français ne sont partis qu'en 1956, soit cinq ans après l'indépendance officielle du pays, trois groupes dominent : la tribu arabe des Ouled Slimane et les ethnies toubous et touareg. S'allier avec l'un de ces partenaires ou plusieurs s'annoncent une tâche compliquée pour le pouvoir français.

Les Ouled Slimane sont les plus puissants à Sebha, principale ville du Sud et important lieu de passages des migrants, mais pas ceux éligibles au statut de réfugié. Sebha, située au Sud-Ouest, accueille principalement des migrants économiques venus d'Afrique de l'Est. Les Erythréens, les Somaliens ou les Soudanais remontent, eux, directement au Nord une fois qu'ils ont franchi la frontière au niveau de Koufrah, au Sud-Est.

Là, ce sont les Toubous qui sont dominants. Mais la région est l'une des plus instables du pays. Les Nations unies font même état de la présence de cellules de l'organisation Etat islamique depuis 2016. Difficile dans ce cas d'imaginer la France s'implanter là-bas.

Restent les Touaregs. Leur fief est situé aux confins des frontières avec le Niger et de l'Algérie. Mais la France est déjà solidement présente au Niger avec la base militaire de Madama. La logique voudrait que les camps, s'ils voient le jour, soient installés côté Nigérien.

Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/afrique/20170728-migrants-rude-mission-paris-installer...

Commentaires facebook