Mardi 25 Juillet 2017

Libye: 4 morts dans des combats à l'est de Tripoli (ministère)

Libye: 4 morts dans des combats à l'est de Tripoli (ministère)
(AFP 11/07/17)

Quatre personnes ont été tuées dont au moins deux civils lors de combats dimanche et lundi entre des groupes rivaux à l'est de Tripoli, selon le ministère libyen de la Santé.

Selon un bilan publié dans la nuit de lundi à mardi sur sa page Facebook, le ministère a indiqué que quatre personnes, dont deux travailleurs étrangers avaient été tuées et 21 autres blessées dans des affrontements ayant eu lieu dimanche et lundi à Garabulli, à 60 km à l'est de la capitale.

La nationalité des deux étrangers n'a pas été précisée.

Ces affrontements ont éclaté dimanche soir à Garabulli entre des forces loyales au gouvernement d'union nationale (GNA) et des groupes rivaux liés à un ancien gouvernement. D'après des témoins, les combats se sont poursuivis mardi à l'aube.

Des milices fidèles à l'ancien chef d'un gouvernement non reconnu, Khalifa Ghweil, écarté du pouvoir après la formation du GNA, venues notamment de la ville de Misrata, se sont regroupées ces derniers jours près de Garabulli.

Le GNA avait mis en garde vendredi des groupes qu'il a qualifiés de "hors la loi", contre toute avancée vers la capitale, ajoutant avoir donné des ordres à ses forces pour repousser toute attaque sur Tripoli.

Selon des témoins, les forces loyales au GNA se sont regroupées à leur tour à l'est de la capitale pour repousser l'offensive de leurs rivaux.

Des convois de dizaines de chars et de pick-ups armés de canons anti-aériens sont partis de Tripoli vers Garabulli, selon les mêmes sources.

Les forces loyales au GNA ont gagné en influence fin mai à Tripoli après avoir chassé leurs rivaux des positions qu'ils occupaient notamment dans le sud de la capitale

Six ans après la révolte ayant mis fin à la dictature de Mouammar Kadhafi, la Libye reste engluée dans une interminable crise de transition, victime d'une insécurité persistante, d'une économie en lambeaux et de rivalités politiques incessantes.

Commentaires facebook