Mercredi 21 Février 2018
(APA 26/12/17)
APA-Monrovia (Liberia) - Quelque 2,1 millions d’électeurs libériens ont commencé tôt mardi matin à voter au deuxième tour de la présidentielle pour élire le futur président de la République, un scrutin qui se joue entre la légende du football George Weah et le vice-président Joseph Boakai. Ce deuxième tour pour désigner le successeur d’Ellen Johnson Sirleaf, était prévu pour le 7 novembre selon la loi électorale du Liberia mais il avait été suspendu après que le candidat arrivé en troisième position, Charles Brumskine (9,6 pour cent des suffrages), ait déposé un recours pour décrier les fraudes et « irrégularités » du scrutin. Après deux mandats successifs, Mme Sirleaf, 78 ans, Prix Nobel de la Paix en 2011, n’est plus éligible...
(RFI 26/12/17)
Les électeurs vont aux urnes mardi 26 décembre au Liberia. Le vote des jeunes, très nombreux, surtout à Monrovia, devrait peser lourd dans la balance. Mais certains craignent que la date retenue pour ce second tour, le lendemain de Noël, ne pousse beaucoup d’électeurs à bouder les urnes. Cette inquiétude est particulièrement vive chez les chrétiens, qui fêtent Noël en grand au Liberia. Avec notre envoyé spécial à Monrovia, Michel Arseneault C’est Noël, et à la mission internationale de Jésus-Christ de la fin des temps, on ne fait pas les choses à moitié.
(Le Point 26/12/17)
Quelque 2,1 millions de Libériens ont commencé a voter ce mardi 26 décembre alors que les bureaux ouvrent progressivement avec sept semaines de retard sur le calendrier initial. Les électeurs doivent déterminer qui, de la légende du football George Weah ou du vice-président Joseph Boakai, succédera à Ellen Johnson Sirleaf, première femme élue chef d'ÉEtat en Afrique, en poste depuis le 16 janvier 2006. Au dernier jour de la campagne le 24 décembre et alors que lundi, jour de Noël, était férié au Liberia, les derniers préparatifs se sont déroulés sous haute protection policière. La Commission électorale nationale (NEC) a terminé tardivement l'acheminement du matériel électoral en direction des bureaux de vote. Et multiplié les messages en faveur du bon...
(Le Monde 26/12/17)
Les Libériens sont appelés aux urnes à l’occasion du second tour de la présidentielle, qui oppose la star du football au vice-président Joseph Boakai. Par Ghalia Kadiri (Monrovia, envoyée spéciale) Les Libériens votent, mardi 26 décembre, pour déterminer qui de la légende africaine du football George Weah ou du vice-président, Joseph Boakai, deviendra leur futur président. Arrivé en tête du premier tour, « Mister George », 51 ans, incarne l’espoir de l’ascension chez les jeunes. Dans les quartiers populaires de Monrovia, la capitale, beaucoup sont convaincus que « l’enfant du ghetto » peut diriger le pays « comme il dribblait sur le terrain ». Samedi, des dizaines de milliers de ses partisans se sont rassemblés dans le plus grand stade...
(RFI 26/12/17)
Au Liberia, plus de deux millions d’électeurs sont appelés aux urnes mardi 26 décembre pour départager les deux candidats arrivés en tête au premier tour. L’ex-footballeur, George Weah et le vice-président sortant, Joseph Boakai s’affrontent. Le premier avait alors remporté 38% des voix et le second 29%. Les deux hommes sont pratiquement aux antipodes l’un de l’autre. L’élection de ce mardi oppose deux hommes, deux générations, deux parcours. George Weah, 51 ans, c’est le gamin des bidonvilles devenu footballeur international dans les années 90. Cet attaquant du PSG et de l’AC Milan est le premier Africain à remporter le Ballon d’or, en 1995. C’est la troisième fois que George Weah brigue la présidence. Ses partisans soutiennent que, s’il a perdu...
(RFI 26/12/17)
Au lendemain de festivités de Noël plus sobres que d'habitude, les Libériens votent ce mardi 26 décembre pour élire leur nouveau président. Les électeurs se rendent aux urnes avec sept semaines de retard sur le calendrier initial pour déterminer qui, de la légende du football George Weah ou du vice-président Joseph Boakai, succèdera à Ellen Johnson Sirleaf, première femme élue chef d'Etat en Afrique. Après des semaines d'imbroglio juridique, né de la contestation des résultats du premier tour du 10 octobre, les urnes vont enfin désigner le successeur d'Ellen Johnson Sirleaf, seule femme à avoir été élue chef d'Etat en Afrique. Les bureaux de vote ont ouvert à 8h TU et ferment à 18h TU aux quelque 2,1 millions d'électeurs...
(AFP 26/12/17)
Le Liberia, où se tient mardi le second tour de l'élection présidentielle, est un pays anglophone d'Afrique de l'Ouest meurtri par quatorze ans de guerre civile, puis par l'épidémie d'Ebola dont il peine à se redresser. Sorti en tête du premier tour le 10 octobre, l'ex-star du football et sénateur George Weah (38,4% des voix) dispute la succession de la présidente Ellen Johnson Sirleaf, qui ne peut se représenter, au vice-président sortant, Joseph Boakai (28,8%). - Première République d'Afrique noire - C'est la plus ancienne République d'Afrique noire, fondée en 1822 sous l'impulsion des Etats-Unis pour des esclaves noirs affranchis, indépendante depuis 1847. Elle a été dominée par les descendants d'esclaves jusqu'à l'assassinat en 1980 du président William Tolbert lors...
(Le Monde 26/12/17)
La campagne présidentielle n’aura pas levé les tabous de la guerre civile, près de quinze ans après sa fin. Le terrain de basket du lycée Saint-Peter jouxtant l’église luthérienne éponyme recouvre un cimetière oublié. Sous le revêtement cimenté gisent 600 corps. Pas de croix. Seulement deux étoiles en pierres, symboles muets incrustés dans le sol, et une petite plaque de marbre cassée coincée entre deux voitures garées sur le parking de cette église de Monrovia rappellent le drame qui s’est joué ici le 29 juillet 1990. Le massacre de ces centaines de civils est sans doute l’un des pires crimes de masse commis durant les années de guerre civile (1989-2003) qui ravagèrent le Liberia, tuant plus de 200 000 personnes...
(RFI 26/12/17)
Au lendemain de festivités de Noël plus sobres que d'habitude, les Libériens votent ce mardi 26 décembre pour élire leur nouveau président. Les électeurs se rendent aux urnes avec sept semaines de retard sur le calendrier initial pour déterminer qui, de la légende du football George Weah ou du vice-président Joseph Boakai, succèdera à Ellen Johnson Sirleaf, première femme élue chef d'Etat en Afrique. Après des semaines d'imbroglio juridique, né de la contestation des résultats du premier tour du 10 octobre, les urnes vont enfin désigner le successeur d'Ellen Johnson Sirleaf, seule femme à avoir été élue chef d'Etat en Afrique. Les bureaux de vote seront ouverts de 8h à 18h TU aux quelque 2,1 millions d'électeurs de ce petit...
(RFI 26/12/17)
La campagne électorale s'est achevée dimanche 24 décembre à minuit. Toute activité partisane est interdite avant l’élection présidentielle de mardi. Plus de deux millions d’électeurs sont appelés aux urnes pour départager les deux candidats arrivés en tête au premier tour du 10 octobre: le vice-président sortant, Joseph Boakai, et l’ex-footballeur, George Weah. La campagne de Joseph Boakai s’est clôturée ce dimanche 24 décembre, par un défilé de voitures dans les rues de Monrovia – et non pas, comme c’était prévu, par un meeting au siège de son parti de l’Unité. Rude journée pour le vice-président.
(RFI 26/12/17)
Plus de deux millions d’électeurs se préparent à aller aux urnes mardi 26 décembre pour designer l’homme qui succédera à la femme qui est à la tête de l’Etat depuis 12 ans, Ellen Johnson Sirleaf. La campagne se termine ce dimanche à minuit. Le vice-président sortant, Joseph Boakai, le candidat du parti de l’Unité, doit tenir un meeting aujourd’hui en fin de journée. Samedi 23 décembre, c’est George Weah, le candidat de la Coalition pour le changement démocratique, qui a tenu un grand rassemblement dans le plus grand stade de Monrovia. Plusieurs milliers de partisans de l’opposition ont envahi les gradins et la pelouse du stade Samuel Doe à Monrovia pour participer à ce que la Coalition pour le changement...
(RFI 25/12/17)
Mardi 26 décembre les Libériens se rendront aux urnes pour la présidentielle. Ils devront départager deux candidats : George Weah, arrivé en tête du 1er tour avec 38 % des voix en octobre dernier, et l'actuel vice-président Joseph Boakaï, qui avait recueilli 28 % des suffrages. Cette élection est suivie de près par les Libériens vivant hors du pays, même si la loi ne les autorise pas à voter à l'étranger. C'est notamment le cas au sein de la diaspora libérienne de Côte d'Ivoire. Edith Tamba, 44 ans, a fui le Liberia en 1995 pendant la guerre civile. Depuis, cette mère de trois enfants s'est durablement installée à Abidjan où elle a ouvert un restaurant. La politique libérienne, d'habitude elle...
(AFP 24/12/17)
Les Libériens votent mardi avec sept semaines de retard sur le calendrier initial pour déterminer qui, de la légende du football George Weah ou du vice-président Joseph Boakai, succèdera à Ellen Johnson Sirleaf, première femme élue chef d'Etat en Afrique. Initialement prévu le 7 novembre, le second tour avait été suspendu in extremis par la cour suprême à la suite de recours du candidat arrivé troisième au premier tour le 10 octobre, Charles Brumskine (9,6%), appuyé par M. Boakai (28,8%). George Weah a quant à lui viré en tête avec 38,4% des voix. Une ultime demande de report présentée par le parti de M. Boakai ayant été rejetée par la cour suprême, les bureaux de vote seront ouverts de 08H00...
(AFP 23/12/17)
Le parti de l'Unité de Joseph Boakai, rival de George Weah à la présidentielle au Liberia, a annoncé vendredi qu'il participera au second tour prévu le 26 décembre, après le rejet par la Cour suprême de sa dernière demande d'un report du scrutin. Dans un recours déposé le 14 décembre, le parti de Boakai, vice-président sortant, affirmait que la Commission électorale nationale (NEC) ne s'était pas encore conformée à l'exigence de la Cour suprême de réviser sérieusement les listes électorales, très critiquées. Il lui contestait en outre le droit de fixer la date du second tour, proposant que celle-ci soit "déterminée par une résolution...
(RFI 23/12/17)
Les Libériens se rendront aux urnes mardi 26 décembre pour départager les deux candidats finalistes de l’élection présidentielle : George Weah, arrivé en tête du 1er tour avec 38 % des voix en octobre dernier, et l’actuel vice-président Joseph Boakaï, qui avait recueilli 28 % des suffrages. Le vainqueur succédera à Ellen Johnson Sirleaf qui ne pouvait se représenter au terme de ses 2 mandats. C’est la première alternance pacifique dans ce pays depuis 1944. Mathias Hounkpè, chercheur pour le think tank Osiwa, répond aux questions de François Mazet.
(APA 23/12/17)
APA-Monrovia (Libéria) - L’ancien président nigérian Goodluck Ebele Jonathan, est à la tête d’une mission d’observateurs électoraux envoyée par l’Institut national démocrate des Etats-Unis (NDI) pour le second tour de l’élection présidentielle libérienne du 26 décembre. Le second tour de scrutin mettra aux prises Joseph Nyumah Boakai, candidat au Parti de l’unité (au pouvoir) et le candidat de la Coalition pour le changement démocratique (CDC), George Weah. La délégation du NDI comprend 35 leaders politiques et civiques, des experts électoraux et des spécialistes régionaux de 18 pays d’Afrique, d’Europe et d’Amérique du Nord. L’équipe comprend Atifete Jahjaga, ancienne présidente du Kosovo, Hanna Tetteh, ancienne ministre des Affaires étrangères du Ghana, et le directeur régional du NDI, Christopher Fomunyoh. "Je suis...
(AFP 20/12/17)
Dekergar Duko, un grand et mince Libérien de 25 ans qui gagne sa vie en cassant des cailloux, se souvient avec nostalgie de l'époque où, enfant, il vivait dans un pays dirigé par Charles Taylor. Le taudis qu'il habite, dans un village de la province de Bong, dans le centre du Liberia, jouxte la "faculté du Savoir", un bâtiment de béton aujourd'hui envahi de mauvaises herbes où étaient entraînés les enfants-soldats de l'ex-chef de guerre, devenu ensuite président (1997-2003). "J'aimerais vraiment que notre ancien président revienne", affirme M. Duko, évoquant la période où celui-ci, contraint à l'exil en 2003 par la pression de la rébellion...
(AFP 19/12/17)
La justice sud-africaine a ordonné mardi la remise en liberté sous contrôle judiciaire du trafiquant d'armes néerlandais Guus Kouwenhoven, condamné dans son pays à dix-neuf ans de prison pour son rôle dans la guerre civile au Liberia, a rapporté la presse locale. Agé de 75 ans, M. Kouwenhoven avait été arrêté dans sa résidence sud-africaine du Cap (sud-ouest) au début du mois à la demande de la justice néerlandaise qui souhaite son extradition. Selon le site d'information sud-africain News24, le juge Vusi Mhlanga l'a remis en liberté contre le versement d'une caution d'un million de rands (62.000 euros).
(Le Point 19/12/17)
Alors que la campagne pour le second tour paraissait lancée, le vice-président libérien a demandé à la Cour suprême de ne plus retenir la date du 26 décembre comme jour du vote. Que cache la demande du vice-président libérien ? Après que le premier tour a été validé, Joseph Boakai avait annoncé jeudi « la reprise officielle » de sa campagne pour le second tour, initialement prévu le 7 novembre, et déjà retardé de sept semaines, à la suite de la décision de la Cour suprême enjoignant à la Commission électorale nationale (NEC) de statuer d'abord sur le recours contre les résultats du premier tour, le 10 octobre. Ce recours du candidat arrivé troisième, avec 9,6 % des voix, Charles...
(Jeune Afrique 18/12/17)
Après un retard inquiétant, le second tour de l’élection présidentielle libérienne confirmera-t-il la maturité démocratique du pays d'Ellen Johnson Sirleaf ? Sur le continent africain, du Gabon au Kenya en passant par la RDC, les élections présidentielles apaisées foisonnent moins qu’on ne l’aurait souhaité au XXIe siècle. La première nation d’Afrique à avoir obtenu son indépendance rassurera-t-elle de ce point de vue ? C’est le 26 décembre que les Libériens sont appelés aux urnes pour un deuxième tour qui commençait à ressembler à une arlésienne. Si l’inquiétude est de mise, après le règne pourtant stable de la première femme présidente du continent, c’est que le premier tour du scrutin avait conduit à un imbroglio...

Pages