Vendredi 20 Octobre 2017

Liberia: enquête sur une maladie non identifiée ayant fait une dizaine de morts

Liberia: enquête sur une maladie non identifiée ayant fait une dizaine de morts
(AFP 28/04/17)
Monrovia.

Une enquête épidémiologique est en cours pour identifier une maladie provoquant fièvre et vomissements, testée négative au virus Ebola et qui a fait une dizaine de morts au Liberia en cinq jours, ont rapporté vendredi les autorités libériennes et l'OMS.

Selon le ministère libérien de la Santé, neuf décès ont été enregistrés depuis que les premiers symptômes de cette maladie mystérieuse se sont déclarés le 24 avril à Greenville (sud-est). L'Organisation mondiale de la Santé a fait de son côté état vendredi à Genève d'un bilan de onze morts.

Pour les autorités libériennes et l'OMS, il ne s'agit cependant pas de la fièvre hémorragique d'Ebola, dont une épidémie a sévi dans ce pays et en Afrique de l'Ouest entre 2013 et 2016.

L'épidémie a été déclarée terminée dans cette région le 9 juin 2016 avec, selon l'OMS, l'arrêt de la fin de toutes les chaînes de transmission au Liberia, ultime pays de la zone qui était encore en proie au virus.

Depuis son apparition, fin 2013, cette épidémie a provoqué plus de 11.300 morts - dont plus de 4.800 pour le seul Liberia - pour quelque 28.600 cas recensés, à plus de 99% en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

La maladie mystérieuse a affecté au total 19 personnes, incluant les onze décédées, a indiqué l'OMS. De même source, cinq malades demeuraient hospitalisées vendredi, dont deux dans un état grave, et les autres avaient pu quitter l'hôpital après avoir été soignés.

"Nous avons prélevé des échantillons de sang" et "ce que nous avons fait en premier, c'est de leur faire subir le test d'Ebola. Tout a été négatif" au virus, "donc, nous sommes sûrs qu'il ne s'agit pas d'Ebola", a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère de la Santé, Sorbor George.

Les prélèvements doivent maintenant être "envoyés à l'étranger pour identifier le problème. Nous sommes sous pression des familles des malades qui veulent savoir ce qui ne va pas", a ajouté M. George.

Lors d'un point de presse à Genève, l'OMS a expliqué que la maladie non identifiée provoquait de la fièvre, des vomissements, des maux de tête et de la diarrhée.

Selon l'agence onusienne, une équipe d'intervention sanitaire rapide a été déployée pour enquêter sur un lien potentiel avec les malades dont certains ont assisté récemment aux funérailles d'un chef religieux.

Durant l'épidémie d'Ebola, les acteurs de la lutte ont mené une campagne de sensibilisation contre des rites funéraires à risques comme le lavage des corps, et préconisaient des enterrements sécurisés, les cadavres de personnes infectées étant particulièrement contagieux.

Commentaires facebook