Le Libéria forme des survivantes de la fistule obstétricale | Africatime
Mercredi 29 Mars 2017

Le Libéria forme des survivantes de la fistule obstétricale

Le Libéria forme des survivantes de la fistule obstétricale
(APA 04/02/17)
Les autorités sanitaires du Libéria sont en train de former des survivantes de la fistule obstétricale.

Les autorités sanitaires du Libéria sont en train de former des survivantes de la fistule obstétricale, en collaboration avec le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) pour les aider à se réinsérer dans la société. Selon un communiqué de presse envoyé à APA vendredi, le ‘Liberia Fistula Project’ logé au ministère de la Santé avec le soutien de L’UNFPA, a délivré des diplômes à 13 survivantes du Centre de réhabilitation de la fistule et de réinsertion de l’hôpital de Phebe dans le comté de Bong.

Le projet fait partie du programme du Ministère de la santé et de l’UNFPA pour préparer les survivantes de la fistule qui ont été traités pour leur réinsertion dans la société.

Les femmes et les filles qui ont toutes été traitées de la fistule obstétricale ont reçu une formation en cosmétologie, pâtisserie, couture et fabrication de savon.

La fistule obstétricale est un trou entre l’organe femelle et le rectum ou la vessie, et elle est causée par le long travail de l’accouchement, entraînant chez la femme, une incontinence urinaire ou fécale, ou les deux à la fois.

En sa qualité de conférencier principal pendant le programme, le Représentant résidant, le Dr Abraham Jawara a déclaré que c’était “une grande injustice pour les femmes de vivre avec une condition médicale qui a été presque éliminée dans le monde développé”.

Il a rappelé au gouvernement libérien sa responsabilité de veiller à ce que les femmes soient en sécurité pendant l’accouchement en leur fournissant de meilleurs services de santé.

Le Dr Jawara a déclaré que la santé maternelle était un indicateur clé d’un système de santé efficace et en tant que tel, tout doit être fait pour améliorer le secteur, en particulier par la formation d’accoucheuses qualifiées.

Il a souligné la nécessité de la formation des accoucheuses et des services appropriés de planification familiale pour prévenir la fistule obstétricale.

Le Représentant adjoint de l’UNFPA-Libéria, le Dr. Philderald Pratt, a appelé à un effort de collaboration pour mettre fin à la fistule au Liberia.

Selon lui, l’UNFPA a mené un effort mondial pour éliminer la fistule obstétricale depuis 2003, notant que beaucoup a été fait dans cette direction mais les défis qui subsistent doivent être relevés pour éradiquer la fistule obstétricale au Libéria.

Il a mis les diplômées au défi d’être des ambassadrices du programme en encourageant d’autres personnes atteintes de la fistule à se faire soigner.

Le Dr Pratt a assuré de la poursuite des efforts de l’UNFPA pour éradiquer la fistule obstétricale à travers le pays.

Commentaires facebook