Mardi 23 Janvier 2018

George Weah, l’enfant du ghetto devenu président du Liberia

George Weah, l’enfant du ghetto devenu président du Liberia
(Le Monde 30/12/17)
George Weah lors d’un match amical à Monrovia en septembre 2015.

L’ancien footballeur a été élevé par sa grand-mère dans le bidonville de Clara Town. Sa popularité est exceptionnelle parmi les classes les plus défavorisées

Le champion a pleuré. Jeudi 28 décembre, George Weah, l’étoile du football africain, a remporté une des victoires les plus importantes de sa vie. Mais dans son propre pays cette fois-ci. A 51 ans, l’ancien footballeur international vient d’être largement élu président du Liberia, avec 61,5 % des voix, contre 38,5 % pour son adversaire, le vice-président sortant, Joseph Boakai. Devant une foule en transe venue applaudir son « héros », « celui qui va enfin [leur] donner une voix », comme le répétaient ses partisans, il a du mal à cacher son émotion.

Sa popularité, déjà importante pendant sa carrière à l’étranger, est exceptionnelle parmi les classes les plus défavorisées de Monrovia, qui représentent l’essentiel de la population, entassée dans les nombreux ghettos que compte la capitale. « Imaginez que vous vivez dans un pays où une petite élite a tout, et le reste n’a rien. Aujourd’hui, notre nouveau président va redonner son pouvoir au peuple », expliquait, les larmes aux yeux, une vieille dame venue participer aux festivités.

L’élection de 2017 marque un tournant dans l’histoire du Liberia. Pour la première fois depuis la création du pays, en 1822, le vainqueur est un « enfant du ghetto ». La gloire mondiale du football des années 2000 est née à Clara Town, un bidonville entouré par la mer. Il a été élevé par sa grand-mère dans une petite maison délabrée, dans la plus grande pauvreté. Enfant, il travaillait déjà, comme réparateur de téléphones. Mais le ballon, qu’il a toujours aimé taper dans les ruelles boueuses du ghetto, va changer sa vie.

Après des débuts comme gardien de but dans un petit club de la banlieue de Monrovia, George Weah se retrouve au poste d’avant-centre dans un club camerounais. En 1988, alors âgé de 22 ans, le jeune footballeur est repéré par le Français Arsène Wenger, entraîneur à l’époque de l’AS Monaco. La même année, il s’envole pour la principauté.

Lire la suite sur: http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/12/29/george-weah-l-enfant-du...

Commentaires facebook