Mardi 17 Octobre 2017

Etre libérien, vivre pauvre et mourir empoisonné près d’une montagne d’or

Etre libérien, vivre pauvre et mourir empoisonné près d’une montagne d’or
(Le Monde 22/03/17)

Enquête sur la mine de New Liberty Gold, dans l’ouest du Liberia, qui promettait prospérité aux habitants. Un projet financé par une filiale de la Banque mondiale.

Par Emmanuel Freudenthal (contributeur Le Monde Afrique)

Siah* calculait : elle avait 500 dollars libériens en poche. Elle en avait déjà dépensé 300 pour son transport à l’hôpital et devrait payer la même somme pour rentrer chez elle. Le médicament pour soigner Joseph, son bébé atteint de paludisme, coûtait 1 500 dollars libériens. Elle n’avait pas assez. Ce jour-là, son plus jeune fils mourut dans ses bras.

Siah habite à Kinjor, une ville de l’ouest du Liberia, à quelques pas de la première mine d’or industrielle du pays, New Liberty Gold, qui compte extraire pour un milliard de dollars du précieux métal.

Pour faire place à la mine, les habitants de Kinjor ont dû abandonner leurs maisons, leurs fermes et les petites mines d’or qui leur fournissaient quelques revenus. En contrepartie, le projet New Liberty Gold était supposé améliorer leur vie, avec des emplois, de nouvelles maisons, une école et une clinique, où le petit Joseph aurait pu être soigné.

En 2014, le projet minier a obtenu un investissement de 19 millions de dollars (17,57 millions d’euros) de la Société financière internationale (IFC, filiale de la Banque mondiale spécialisée dans les prêts au secteur privé) dans le but d’améliorer la vie des Libériens. Mais les promesses de développement sont tombées à plat. Pour le moment, ces fonds n’ont bénéficié qu’aux actionnaires de l’entreprise, lesquels sont dissimulés par de complexes montages offshore. Parmi les actionnaires historiques, certains ont été liés à Charles Taylor, seigneur de la guerre devenu président et condamné en 2012 à cinquante ans de prison pour « crimes de guerre ».

Commentaires facebook