Dimanche 24 Septembre 2017

Lesotho: les poursuites pour «mutinerie» contre les soldats libérés doivent être abandonnées

Lesotho: les poursuites pour «mutinerie» contre les soldats libérés doivent être abandonnées
(Amnesty International 08/03/17)

Les soldats ont été détenus dans des conditions inhumaines, certains ont formulé de graves allégations de torture, certains ont été privés de soins médicaux adéquats. Une enquête approfondie, indépendante et impartiale doit être menée sur ces allégations et les responsables présumés doivent être traduits en justice.

« La commission d'enquête de la SADC [Communauté de développement de l'Afrique australe] a estimé que les charges de mutinerie retenues contre le groupe de 23 militaires placés en détention, dont ces sept militaires faisaient partie, étaient "suspectes". Les poursuites pour mutinerie contre ces 23 militaires doivent être abandonnées.

« Les soldats ont été détenus dans des conditions inhumaines, certains ont formulé de graves allégations de torture, certains ont été privés de soins médicaux adéquats. Une enquête approfondie, indépendante et impartiale doit être menée sur ces allégations et les responsables présumés doivent être traduits en justice. »

Complément d’information

Au total, 23 membres des LDF ont été arrêtés en mai et juin 2015 pour mutinerie présumée et incarcérés à la prison de haute sécurité de Maseru. Les 16 autres soldats ont été libérés par petits groupes entre 2015 et début 2017.

Ils avaient été arrêtés pour leur loyauté supposée envers le général de corps d'armée Maaparankoe Mahao, chef des Forces de défense du Lesotho tué par des membres des LDF le 25 juin 2015.

Le 5 octobre 2015, la Haute Cour a statué que leur détention prolongée était illégale et a ordonné leur placement en « détention ouverte » – une forme de libération sous caution –, mais des responsables de l’armée ont refusé de se plier à cette décision de justice.

Commentaires facebook