Vendredi 15 Décembre 2017

Dans le monde

(AFP)

Il a été syndicaliste, dauphin pressenti de Nelson Mandela, homme d'affaires à succès. A 65 ans, le vice-président sud-africain Cyril Ramaphosa n'a jamais été aussi prêt de réaliser son ambition: accéder à la tête du parti du Congrès national africain (ANC), tremplin pour la présidence de la nation "arc-en-ciel".

Au terme d'une campagne tendue, il se présente devant les militants de l'ANC en favori pour succéder à la tête du parti au pouvoir à Jacob Zuma, face à l'ex-épouse du chef de l'Etat Nkosazana Dlamini Zuma.

(AFP)

La Catalogne aborde la dernière ligne droite avant des élections, jeudi, visant à remplacer ou réinvestir ses dirigeants indépendantistes destitués par Madrid, un scrutin crucial pour l'Espagne que leur tentative de sécession a plongé dans sa pire crise depuis 40 ans.

Le 21 décembre "l'enjeu est énorme, pour tous les Catalans et le reste de l'Espagne", soulignait jeudi la ministre de la Santé Dolors Montserrat, une Catalane, membre du Parti populaire du chef du gouvernement Mariano Rajoy.

(AFP)

Le vice-président sud-africain Cyril Ramaphosa et l'ex-patronne de l'Union africaine Nkozasana Dlamini Zuma ont dominé la course à la présidence du Congrès national africain (ANC), au pouvoir en Afrique du Sud. Même si leurs chances de succès semblent limitées, voici les autres personnalités qui ont fait acte de candidature:

Le trésorier

Zweli Mkhize, 61 ans, est un fidèle du président sortant, originaire comme lui de la province du KwaZulu-Natal (est).

(AFP)

Le Luxembourg a annoncé vendredi faire appel de la décision de la Commission européenne, qui avait sommé en octobre dernier Amazon de rembourser 250 millions d'euros d'"avantages fiscaux indus" au Grand Duché.

"Le gouvernement luxembourgeois a décidé de faire appel de la décision de la Commission européenne dans le dossier Amazon" devant le tribunal de l'UE, a-t-il écrit dans un communiqué, rejetant l'accusation d'avoir offert un "avantage sélectif" au géant américain.

(AFP)

Le secrétaire général adjoint des Nations unies Jean-Pierre Lacroix a rendu visite vendredi à une trentaine de Casques bleus tanzaniens blessés dans la pire attaque menée contre une force onusienne depuis 24 ans, la semaine dernière, dans l’est de la République démocratique du Congo.

"Je reviens juste de Tanzanie où j’ai pu mesurer que tout le pays était derrière vous", a déclaré M. Lacroix aux soldats soignés dans un hôpital de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) à Goma.

(AFP)

La maladie, la faim et la misère absolue règnent sur les gigantesques camps rohingyas du sud du Bangladesh. Pourtant, peu de réfugiés envisagent d'effectuer le chemin inverse et retourner en Birmanie voisine.

L'accord de rapatriement de réfugiés, signé par les gouvernements bangladais et birman le mois dernier, est vu avec circonspection par les organisations internationales et la communauté rohingya. Sa mise en œuvre ainsi que le contexte dans la région des troubles posent question.

(AFP)

L'armée camerounaise a repoussé une attaque de séparatistes présumés dans une localité du sud-ouest anglophone, faisant des "morts" chez les assaillants, a appris l'AFP vendredi de sources sécuritaires.

"Un groupe de sécessionnistes a attaqué la localité de Dadji" jeudi, dans la zone de Mamfé, épicentre de la crise anglophone", a affirmé un responsable sécuritaire.

"L'armée a repoussé l'attaque", faisant "des morts chez les assaillants", a-t-il ajouté, sans plus de précision.

L'attaque a été confirmée à l'AFP par un militaire.

(AFP)

Une famille de tailleurs en Birmanie a été condamnée vendredi à des peines allant jusqu'à 16 ans de prison pour avoir martyrisé deux enfants réduits en esclavage, dans ce pays qui est un des plus mauvais élèves pour le travail des enfants.

La commerçante Tin Thu Zar, 58 ans, et sa fille, Su Mon Latt, 28 ans, ont toutes deux été condamnées à 16 ans de prison, reconnues coupables de trafic d'êtres humains et d'abus commis sur des enfants.

Le mari et le frère de cette dernière ont été condamnés respectivement à 13 ans et 9 ans de prison.

(AFP)

L'ex-ministre russe de l'Economie, Alexeï Oulioukaïev, a été condamné vendredi à huit ans de camp à régime sévère pour corruption, à l'issue d'un procès qu'il a dénoncé comme un coup monté par un proche du président Vladimir Poutine.

M. Oulioukaïev, le plus haut responsable russe condamné pour corruption en 18 ans de pouvoir de Vladimir Poutine, a également été condamné à une amende de 130 millions de roubles (environ 1,9 million d'euros).

(AFP)

Dans sa marche vers le pouvoir, son nom est un cadeau empoisonné. Ancienne ministre et patronne de l'Union africaine (UA), l'énigmatique et discrète Nkosazana Dlamini Zuma reste d'abord l'ex-femme du sulfureux président sud-africain Jacob Zuma.

A 68 ans, elle est l'une des deux favorites de la course à la présidence du Congrès national africain (ANC), un tremplin qui pourrait lui permettre de succéder à son ancien époux à la tête de l'Afrique du Sud après les élections de 2019.

(AFP)

La Cour pénale internationale (CPI) a fixé vendredi à 10 millions de dollars le montant des réparations collectives destinées aux enfants-soldats forcés à combattre dans la milice de l'ex-chef de guerre congolais Thomas Lubanga.

La Cour "fixe le montant des réparations auxquelles M. Lubanga est tenu à la somme totale de 10 millions de dollars, qui comprend à la fois sa responsabilité concernant les 425 victimes présentes dans l’échantillon et sa responsabilité à l’égard de l’ensemble des autres victimes potentiellement éligibles", a déclaré le juge Marc Perrin de Brichambaut.

(AFP)

L'opposition péruvienne qui contrôle le Parlement a demandé jeudi la démission du président Pedro Pablo Kuczynski, l'accusant de "corruption" dans le cadre du scandale du géant de la construction Odebrecht, qui éclabousse toute la classe politique de la région.

(AFP)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu était interrogé vendredi pour la septième fois par les policiers chargés d'enquêter sur deux affaires de corruption présumée, ont rapporté les médias.

Les enquêteurs sont arrivés à la résidence officielle à Jérusalem peu avant 09H00 (07H00 GMT) pour une nouvelle séance d'interrogatoire qui dure habituellement plusieurs heures, ont indiqué les médias.

(AFP)

Ils provoquent des accidents de la route, ravagent les jardins, rôdent dans certains quartiers à la nuit tombée: jamais les sangliers n'ont pris autant leurs aises à Berlin, et ils sont là pour rester.

"Beaucoup de gens me disent: partout où je vais, je vois des sangliers", raconte Derk Ehlert, porte-parole de la municipalité de Berlin et grand spécialiste de la faune sauvage.

(AFP)

Sur les quelque 40.000 combattants étrangers qui avaient rejoint les rangs du groupe Etat islamique en Syrie et en Irak, quelques centaines se battent encore dans leurs derniers réduits. Que sont devenus les autres?

Les experts américains interrogés à Washington par l'AFP sont unanimes: ils n'ont pas tous péri dans les combats, même s'ils sont nombreux à avoir succombé pendant les intenses campagnes de bombardements aériens, et vont représenter dans les mois et années à venir une redoutable menace.

(AFP)

L'émissaire américain chargé de la Corée du Nord, Joseph Yun, a insisté vendredi depuis la Thaïlande sur "l'ouverture au dialogue" avec Pyongyang, après que Washington a soufflé le chaud et le froid sur le sujet.

Le secrétaire d'Etat Rex Tillerson "a dit que nous étions ouverts au dialogue, voyons ce qu'ils répondent", a insisté Joseph Yun devant la presse, à la fin de sa tournée asiatique, qui l'a conduit au Japon puis en Thaïlande.

(AFP)

C'est devenu un sombre rituel pour Tony Jenkins. Se rendre chez un vétérinaire, examiner un cadavre de chat. Et constater, trop souvent, qu'il s'agit d'une nouvelle victime d'un possible tueur en série d'animaux sévissant dans le sud londonien.

Personne ne semble vraiment surpris quand ce cinquantenaire, cofondateur d'une petite association de protection des animaux, Snarl, se présente en cette froide après-midi d'automne à l'accueil d'un cabinet vétérinaire.

(AFP)

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue américain Donald Trump ont discuté jeudi du programme nucléaire nord-coréen, lors d'une conversation téléphonique initiée par Washington, selon le Kremlin.

Donald Trump a, à cette occasion, pris l'initiative plutôt inhabituelle de remercier Vladimir Poutine "pour avoir reconnu la forte performance économique de l'Amérique lors de sa conférence de presse annuelle" jeudi, indique la Maison Blanche dans un communiqué confirmant cet appel.

(AFP)

Le président vénézuélien Nicolas Maduro s'est déplacé jeudi à La Havane pour y recevoir un "ferme soutien" des pays amis de l'Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (Alba), face aux santions de plusieurs pays qui visent son gouvernement.

A l'issue d'une réunion de ce bloc, créé voici 13 ans par les anciens chefs d'Etat cubain Fidel Castro et vénézuélien Hugo Chavez, aujourd'hui décédés, l'Alba a renouvelé son "ferme soutien" au président Maduro, notamment face aux sévères sanctions financières des Etats-Unis, qui l'accusent de se comporter comme un "dictateur".

(AFP)

La justice russe a reconnu vendredi coupable de corruption l'ex-ministre de l'Economie Alexeï Oulioukaïev, qui dénonce ce procès, la plus grave affaire du genre en 18 de pouvoir de Vladimir Poutine, comme un coup monté par un proche du président.

"Oulioukaïev est coupable d'avoir reçu un pot-de-vin alors qu'il exerçait une fonction officielle", a déclaré la juge Larissa Semionova lors de l'énoncé du verdict, à la fin duquel elle doit annoncer la peine retenue.

(AFP)

Les trafiquants de pangolins choisissent constamment de nouvelles routes pour échapper aux autorités, un casse-tête dans la lutte contre le commerce illégal du mammifère le plus victime de trafic au monde, indique une étude publiée vendredi.

(AFP)

L'Australie a "gravement manqué à ses devoirs" envers ses enfants pendant des décennies, accuse dans son rapport final une commission d'enquête sur les réponses aux accusations de pédophilie, une "tragédie nationale".

Après une décennie de révélations, le gouvernement australien avait finalement cédé en 2012 aux pressions et créé une Commission d'enquête royale sur les réponses institutionnelles aux crimes pédophiles.

(AFP)

Comment évalue-t-on une jeunesse perdue ? La Cour pénale internationale (CPI) doit répondre à la question vendredi, dans sa décision sur le montant des indemnisations destinées aux anciens enfants-soldats forcés à combattre dans une milice congolaise.

Aujourd'hui adultes, les victimes de l'ancien chef de guerre Thomas Lubanga attendent en République démocratique du Congo (RDC) cette ordonnance, rendue plus de cinq ans après sa condamnation à 14 ans de prison.

(AFP)

L'émissaire de l'ONU sur la Syrie a accusé jeudi le gouvernement de Damas d'avoir fait capoter les pourparlers de Genève en refusant de dialoguer avec l'opposition, parlant d'"occasion en or manquée".

"Je suis déçu (...) c'est une occasion en or manquée", a conclu le médiateur de l'ONU, Staffan de Mistura, à l'issue du huitième cycle de négociations à Genève.

Le diplomate avait pourtant assuré à plusieurs reprises ces derniers mois qu'il voulait cette fois de "réelles négociations" entre les délégations du gouvernement et de l'opposition unifiée.

(AFP)

Le régulateur américain des communications a mis fin jeudi au principe de "neutralité du net", l'accusant de freiner l'investissement et l'innovation, une décision qui attise les craintes d'un "internet à deux vitesses".

La Commission fédérale des communications (FCC) revient ainsi sur une réglementation passée en 2015 à l'instigation de l'administration Obama, obligeant les fournisseurs d'accès internet (FAI) à traiter de la même manière les contenus passant dans leurs "tuyaux".

(AFP)

Le vice-président des Etats-Unis, Mike Pence, se rendra en Egypte et en Israël la semaine prochaine, malgré les manifestations, tensions diplomatiques et annulations de rencontres prévues dans la région après la décision unilatérale et controversée de Donald Trump de déclarer Jérusalem capitale d'Israël.

(AFP)

Les Etats-Unis ont présenté jeudi des "preuves irréfutables" de ventes de missiles par l'Iran, une "violation flagrante" de ses obligations internationales, ce que Téhéran a aussitôt démenti.

Le missile tiré depuis le Yémen sur l'Arabie saoudite par des rebelles houthis le mois dernier a été "fabriqué en Iran", soutien des Houthis, a déclaré jeudi l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, alors que les Etats-Unis haussent le ton face à Téhéran, accusé de violer l'esprit de l'accord historique destiné à assurer la suspension du programme nucléaire iranien.

(AFP)

De tous les massacres commis par arme à feu ces dernières années aux Etats-Unis, celui de Sandy Hook est probablement le plus révoltant en raison des nombreux enfants tués dans cette école primaire du Connecticut. Cinq ans après, les plaies restent béantes.

La cloche de l'église St. Rose of Lima a sonné 26 fois jeudi à 09H30 en hommage aux 26 morts, parmi lesquels 20 bambins âgés de 6 et 7 ans. En même temps la bourgade de Newtown se recueillait, drapeaux en berne.

(AFP)

Le chef du mouvement palestinien Hamas, Ismaïl Haniyeh, a appelé à des manifestations tous les vendredis dans les pays musulmans et les Territoires palestiniens pour protester contre la décision des Etats-Unis de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.

(AFP)

Frein à l'investissement ou garantie d'un internet équitable ? Le principe de "neutralité du net", qui déchire opposants et partisans depuis des années, pourrait disparaître jeudi à la faveur d'un vote des autorités de régulation américaines.

La Commission fédérale des communications (FCC) doit en effet se prononcer sur l'abrogation d'une règle datant de la présidence de Barack Obama qui oblige les fournisseurs d'accès internet (FAI) à traiter tous les services en ligne de la même manière, assurant ce qu'on appelle la "neutralité du net".

(AFP)

Un jeune Afghan, expulsé d'Allemagne illégalement en septembre, est arrivé jeudi à Francfort (ouest) après que la justice allemande eut ordonné son rapatriement, a annoncé à l'AFP l'ONG Pro Asyl.

Hasmatullah Fazelpur, 23 ans, "est à la fois épuisé et ému" après de longues heures à bord d'un avion en provenance de Doha, a expliqué à l'AFP Bernd Mesovic, l'un des responsables de l'organisation de défense des droits des réfugiés, qui l'a accueilli à l'aéroport de Francfort.

"Il a dit que son plus grand voeu était en train d'être exaucé", a-t-il ajouté.

(AFP)

Les républicains ont rapidement tenté d'exploiter la spectaculaire défaite sénatoriale dans l'Alabama pour donner l'estocade à Stephen Bannon, confident et ex-conseiller de Donald Trump en guerre ouverte avec l'establishment du parti. Mais l'homme n'est pas facilement dissuadé.

Des couloirs du Congrès aux plateaux de télévision, les républicains ont ouvert le feu sur le patron du site Breitbart pour avoir soutenu et porté le candidat Roy Moore dès la primaire, un personnage si controversé qu'il a fait perdre au parti un siège considéré comme imprenable.

(AFP)

La Première ministre britannique Theresa May s'est dite "décue" jeudi par l'adoption par le Parlement britannique d'un amendement lui octroyant un droit de veto sur l'accord final avec l'UE sur le Brexit, tout en assurant que son gouvernement était en "bonne voie pour tenir ses promesses".

"Je suis déçue par l'amendement", adopté grâce aux voix de certains députés conservateurs qui ont ignoré les instructions du gouvernement, a reconnu Mme May en arrivant à Bruxelles pour un sommet européen. Mais "nous sommes en bonne voie pour tenir nos promesses sur le Brexit", a-t-elle assuré.

(AFP)

Les 28 ont eu une "vive discussion" jeudi sur les quotas d'accueil de réfugiés, qui n'a pas permis de sortir l'UE de l'impasse sur cette mesure controversée, à l'origine de tensions jusqu'au coeur des institutions européennes.

Le débat a eu lieu pendant plus de deux heures lors d'un dîner à huis clos entre les dirigeants des pays de l'UE, et n'a pas fait pas l'objet de conclusions écrites, à l'issue de la première journée d'un sommet réuni à Bruxelles.

(AFP)

Des proches du prix Nobel de la paix chinois Liu Xiaobo, décédé en juillet, se sont dits inquiets jeudi pour la santé de sa veuve après la publication d'une lettre inquiétante semblant indiquer un état dépressif.

La poétesse Liu Xia, 56 ans, est placée sous la surveillance constante de la police depuis l'obtention par son mari en 2010 de la prestigieuse récompense, qui avait provoqué la colère de la Chine.

Dans une lettre écrite sous forme de poème et adressée à la lauréate du prix Nobel de littérature 2009 Herta Müller, Mme Liu indique qu'elle "devient folle".