Mardi 21 Novembre 2017
(RFI 20/11/17)
Le Cour suprême du Kenya a rejeté lundi 20 novembre les deux recours demandant l'invalidation de l'élection présidentielle du 26 octobre, organisée après l'annulation du scrutin d'août. Elle a ainsi validé la réélection du président sortant Uhuru Kenyatta. « La Cour a décidé à l'unanimité que les recours ne sont pas fondés. En conséquence, l'élection présidentielle du 26 octobre est validée » et « la réélection de M. Kenyatta est confirmée », a déclaré le président de la Cour suprême, David Maraga, en rendant la décision. Cette décision, pour laquelle le jugement détaillé sera rendu ultérieurement, signifie que Uhuru Kenyatta, au pouvoir depuis 2013, sera investi le 28 novembre pour un nouveau mandat de cinq...
(Le Monde 20/11/17)
La plus haute juridiction du pays dira, lundi, si elle valide l’élection présidentielle de la fin d’octobre. Après plusieurs semaines de calme, les tensions se ravivent au Kenya à mesure que se rapproche la décision de la Cour suprême sur la validité de la deuxième élection présidentielle, qui a vu, fin octobre, la victoire du chef d’Etat sortant, Uhuru Kenyatta. Deux jours après la mort de trois manifestants, en marge d’un rassemblement de l’opposition accompagnant le retour à Nairobi de l’opposant Raila Odinga, quatre personnes ont été retrouvées mortes, dimanche 19 novembre au matin, dans le bidonville de Mathare, au nord-est de la capitale kényane. Les circonstances de ces morts restent floues. Abritant plusieurs communautés, dont les Luo, fidèles à...
(La Tribune 18/11/17)
Le Kenya a du mal de s’extirper de la spirale de violence qui secoue le pays depuis les premières élections présidentielles d’août dernier. Le retour de Raila Odinga au Kenya après un séjour de 10 jours aux Etats Unis le 17 novembre a donné lieu à des affrontements entre supporters de l'alliance NASA et la police. Bilan des affrontements 5 morts selon la police alors que la Cour Suprême s’apprête à délibérer sur la validité des élections d’octobre dernier le...
(RFI 17/11/17)
Depuis mercredi 15 novembre, les juges de la Cour suprême du Kenya examinent deux recours qui demandent l’annulation de la réélection du président Uhuru Kenyatta. Le premier a été déposé par deux défenseurs des droits de l’homme, Khalef Khalifa et Njonjo Mue, le second par un ancien député, Harun Mwau. Au coeur des débats, le retrait de Raila Odinga et les tensions qui ont marqué le scrutin du 26 octobre. « Soit la commission électorale ne comprend pas la loi,...
(RFI 16/11/17)
Le Kenya est toujours plongé dans une crise politique, quelques semaines après un second scrutin présidentiel. La première élection avait été annulée, le 1er septembre 2017, par la Cour suprême pour illégalité et irrégularités. Mais, alors qu’il venait de remporter sa bataille juridique contre la réélection d’Uhuru Kenyatta, Raila Odinga, opposant historique, s’est retiré de la course à la présidentielle-bis, et a appelé au boycottage du scrutin. Dans son fief de Kisumu, à l’ouest du pays, les bureaux de vote n’ont même pas pu ouvrir, comme dans une vingtaine de circonscriptions de la région.
(Le Monde 11/11/17)
L’adversaire d’Uhuru Kenyatta a réussi à vider de toute légitimité le nouveau mandat du président kényan et à rester le patron incontesté de l’opposition. Où donc va Raila Odinga ? Le chef de l’opposition kényane a débuté, jeudi 9 novembre, une visite inattendue de cinq jours aux Etats-Unis. Au programme sont prévus un discours académique devant un cercle de réflexion et une poignée de vagues « rencontres importantes » entre New York et Washington. But affiché du séjour : chercher...
(Le Monde 10/11/17)
Les deux pays connaissent des tensions après la saisie par les autorités tanzaniennes de 1 300 vaches kényanes venues paître de l’autre côté de la frontière. Le Kenya proteste, la Tanzanie s’entête. Au cœur de la brouille diplomatique qui agite depuis plusieurs jours l’Afrique de l’Est : du bétail. Fin octobre, environ 1 300 vaches kényanes qui avaient passé la frontière tanzanienne dans la région Masai ont été confisquées par les autorités tanzaniennes et emmenées à Moshi, près d’Arusha. Les éleveurs, des habitants de Loitokitok, une bourgade des contreforts du Kilimanjaro, n’ont pu s’acquitter de l’amende exigée, à la suite de quoi une juridiction tanzanienne a ordonné la mise aux enchères de leurs vaches.
(RFI 09/11/17)
Au Kenya, l'opposition continue son mouvement de résistance après la réélection du président Uhuru Kenyatta. Victoire que la coalition NASA et son leader Raila Odinga ne reconnaît pas. Après avoir annoncé un boycott économique de plusieurs entreprises accusées d'être proches du pouvoir, la NASA lance une seconde phase avec une offensive politique visant la création d'une assemblée du peuple qui réunira politiques, religieux ou encore syndicalistes. L'opposition essaie-t-elle d'instaurer une sorte de pouvoir parallèle ? En tout cas la NASA explique que son Assemblée du peuple permettra aux Kenyans...
(La Tribune 09/11/17)
Et si la solution de sauver le monde du réchauffement climatique venait du continent africain ? Un pays de la corne de l’Afrique, le Kenya, veut bien croire à ce miracle. Le pays africain, très exposé au changement du climat, mise sur les énergies renouvelables pour réduire au maximum les émissions de gaz à effet de serre. Un combat qui s'annonce difficile cependant. Le Kenya veut faire figure de proue dans la lutte contre le dérèglement climatique.Très exposé aux risques...
(Le Monde 08/11/17)
Trois recours ont été déposés pour faire annuler la victoire écrasante du président sortant fin octobre. L’opposant Raila Odinga, qui a boycotté le vote, s’est abstenu. Comme un air de déjà-vu. Le sort de la crise politique kényane est à nouveau entre les mains de la justice. Lundi 6 novembre au soir, une série de recours, dont plusieurs contestent la validité de l’élection présidentielle du 26 octobre, a été déposée devant la Cour suprême du pays. Le tout intervient deux mois après l’invalidation historique du scrutin du 8 août par la plus haute juridiction du pays.
(RFI 08/11/17)
Au Kenya, d'anciennes revendications sécessionnistes reviennent sur le devant de la scène après les élections controversées du 26 octobre. La semaine dernière, le gouverneur de Mombasa, Hassan Joho, a animé une réunion portant sur les modalités d'une sécession des comtés de la côte du Kenya, citant une marginalisation historique. Un appel rejeté par le parti au pouvoir et la communauté internationale. Le mouvement est porté par le gouverneur de Mombasa, Hassan Joho, et celui de Kilifi, Amason Kingi, ainsi que par...
(La Tribune 07/11/17)
Les parlementaires proches du parti kényan de l'opposition, la Super alliance nationale (NASA) ont appelé, vendredi dernier, au boycott des produits fabriqués par les entreprises proches du parti au pouvoir. Avec cette démarche dans le bras de fer qui l'oppose au pouvoir, la NASA cherche à mettre davantage de pression dans sa quête de justice dans le système électoral et d'inclusion politique. Le parti politique de Raila Odinga veut intensifier la pression sur le pouvoir de Nairobi. Dans un communiqué...
(RFI 07/11/17)
Une fois encore, l'élection présidentielle kényane est contestée en justice. En août, la présidentielle avait été annulée par la Cour suprême, entraînant un nouveau scrutin le 26 octobre dernier. Le président Kenyatta a été réélu. Et lundi 6 novembre, alors que c'était la date limite pour les recours, quatre dossiers ont été déposés à la Cour suprême. Les plaignants sont arrivés dans les dernières heures du compte à rebours, lundi, les bras chargés de dossiers. D'abord l'ancien député Harun Mwau...
(RFI 07/11/17)
Au Kenya, l'opposition a lancé son mouvement de résistance pour contester l'élection du 26 octobre. La Nasa a ainsi donné jusqu'à vendredi à ses militants pour appliquer le boycottage de trois grandes entreprises kényanes : Bidco, fabriquant d'huile alimentaire et de savon, Brookside Dairy, groupe laitier propriété de la famille Kenyatta, et enfin Safaricom, premier opérateur téléphonique, accusées d'avoir été complice des fraudes du pouvoir. Pour donner l'exemple, le leader de l'opposition Raila Odinga a affiché devant les caméras son...
(RFI 06/11/17)
Raila Odinga dispose jusqu'à ce soir pour contester en justice l'élection du 26 octobre dernier. Mais jusqu’à maintenant, le leader de la Nasa est resté mystérieux sur la question, et la perspective d'une nouvelle annulation semble s'éloigner. Si aucun recours judiciaire n’est déposé aujourd’hui, Uhuru Kenyatta pourrait prêter serment dès le 14 novembre. Dans le cas contraire, la Cour suprême aura encore deux semaines pour examiner le recours. Mais jusqu’ici, Raila Odinga n’a fait aucune allusion à une éventuelle saisie de la justice....
(RFI 04/11/17)
Au Kenya, après l'élection présidentielle, la crise politique perdure. Suite à la réélection d’Uhuru Kenyatta, l’opposition avait annoncé un programme de résistance avec la création d’une assemblée du peuple, des actions de rétorsion économique. Et depuis ce matin, c’est désormais chose faite, puisque la coalition Nasa a demandé à ses militants de boycotter plusieurs grandes entreprises. La coalition de l’opposition appelle cela le « Programme de libération économique ». Il s’agit de viser des entreprises qui, selon l’opposition, soutiennent le...
(RFI 03/11/17)
Au Kenya, président Uhuru Kenyatta a été réélu, mais on attend de voir si l'opposition va déposer un recours judiciaire. En attendant, le pays reste relativement calme même si la tension reste latente. En coulisse, la communauté internationale tente de rapprocher les points de vue et d'éviter de nouvelles violences. Le Kenya est au milieu du guet, et le moindre dérapage pourrait entraîner des violences. « Nous sommes soulagés. Le pays reste stable. Mais le processus a créé une vraie...
(RFI 31/10/17)
Le président sortant du Kenya, Uhuru Kenyatta, a remporté avec 98,26% des voix l'élection présidentielle du 26 octobre, boycottée par son principal opposant, Raila Odinga, a annoncé ce lundi 30 octobre le président de la Commission électorale (IEBC). Uhuru Kenyatta a réuni sur son nom 7,483 millions de voix, contre 73 228 pour Raïla Odinga. La participation a été de 38,8 % des électeurs inscrits, en forte baisse par rapport au scrutin du 8 août (79 %), annulé par la...
(Le Monde 31/10/17)
Représentant de l’IEBC, John Muyekho était chargé de l’une des circonscriptions de l’ouest qui ont refusé de voter le 26 octobre. Voilà trois jours qu’il était enfermé chez lui. Depuis l’annonce, vendredi 27 octobre, d’un nouveau report de l’élection présidentielle dans quatre comtés de l’ouest du pays, John Muyekho, responsable de la Commission électorale (IEBC) pour la circonscription de Kisumu-Centre, n’est pas sorti. « J’attendais qu’on me dise quoi faire », admet humblement ce petit homme calme aux cheveux blancs...
(La Tribune 31/10/17)
Avec 38,8% de taux de participation, soit moins de la moitié de celui enregistré lors du scrutin du 8 août dernier, le mot d'ordre du boycott du 26 octobre aura ainsi été scrupuleusement suivi par le camp Odinga. Uhuru Kenyatta a donc naturellement raflé 98,26% des voix exprimées, alors que la population est plus divisée que jamais. Il était assuré d'avance de remporter le remake de la présidentielle au Kenya, mais les résultats qui viennent de tomber confirment surtout à...

Pages